Catégorie : Sécurité & Conflits

La marine iranienne : quelles spécificités et quel emploi ?

L’Iran est soumis aux sanctions occidentales depuis la révolution de 1979, le pays a du dévelloper sa flotte maritime en s’appuyant sur des puissances étrangères et sur une industrie nationale. De plus, la proximité avec le détroit d’ormuz et l’accès à l’océan indien a poussé l’iran à se doter de deux forces navales distinctes par leur matériels, leur stratégies et les ayant des attributions géographiques différentes. L’article détaille les spécifités des deux forces, les Pâsdârâns (gardiens de la révolution) et la marine régulière, à la lumière d’éléments politiques, économiques, et géopolitiques.

Le détroit d’Ormuz : espace stratégique catalyseur de tensions.

Espace stratégique pour le transport des hydrocarbures mondiales, le détroit d’Ormuz est le lieu d’expression d’une rivalité forte entre l’Iran et ses voisins. Le régime de Téhéran, qui cherche à contrôler les principales routes de navigations dans le détroit, inquiète les monarchies du Golfe. Ces dernières cherchent à développer des solutions alternatives, afin de contourner cet espace géographique pourtant crucial à leurs économies.

La carte du religieux dans la stratégie internationale du président Erdoğan

Depuis l’abolition du califat et la naissance de la République de Turquie en 1923, l’armée a été longtemps considérée comme garante de la Constitution instituée par Mustafa Kemal Atatürk. Grand réformateur, s’inspirant de nombreux principes du modèle français, il a imposé, en rupture totale avec l’Empire ottoman, la laïcité et la modernité dans un pays à majorité musulmane.

Taïwan, prisme des rivalités militaires entre Chine et États-Unis

En février 1972, la rencontre historique entre Richard Nixon et Mao Zedong s’inscrivait comme un symbole de la normalisation des relations entre les États-Unis et la République Populaire de Chine. Cinquante ans plus tard, les rapports entre les deux pays semblent se durcir avec le temps…

Ethiopie : vers la régionalisation du conflit ?

Depuis plus d’un an, les Forces de défense du Tigré, une région sécessionniste au Nord de l’Éthiopie, affrontent l’armée fédérale d’Abiy Ahmed dans un conflit sans merci. D’abord acculés, les Tigréens gagnent du terrain et s’érigent en contre-pouvoir face au gouvernement éthiopien menaçant la capitale éthiopienne. Au-delà …

Sahel : un foyer de conflits multidimensionnels ?

La zone sahélienne, large bande traversant horizontalement le continent Africain, est connue pour être une source de préoccupations sécuritaires majeures. En effet, l’intervention française qui a débuté en 2013 par l’opération Serval, se poursuit encore aujourd’hui à travers l’opération Barkhane. Depuis 2015, cette dernière s’étend au-delà du Mali pour couvrir tout le Sahel. Ceci répond à la multiplication des actes terroristes et à la poussée du jihadisme qui sévit dans cette zone. De fait, si les violences au Sahel ne sont pas un fait nouveau, cet espace est particulièrement propice à l’implantation de foyers terroristes et ce pour plusieurs raisons : l’instabilité gouvernementale des pays concernés et les multiples crises humanitaires se conjuguant avec des conflits historico-ethniques récurrents. Tous ces facteurs étant évidemment liés entre eux, ils créent un environnement propice au recrutement de jihadistes. En atteste l’exemple révélateur des insurrections touareg au Mali.

Tensions en Mer de Chine méridionale : Pékin s’apprête-t-elle à envahir Taïwan ?

Avec ses mouvements en mer de Chine, Pékin semble vouloir envoyer un message. Celui de sa présence et de son ambition sur cette île, toujours considérée par la République Populaire de Chine comme partie intégrante de son territoire. Pour concrétiser ses ambitions, Pékin a entamé depuis trente ans, une vaste opération de modernisation de sa marine. Washington, soucieux de ne pas perdre son hégémon et souhaitant rassurer ses alliés, réaffirme sa présence. Taïwan et sa présidente Tsai Ing-wen ne cessent d’envoyer des signaux anti-Pékin ce qui déplait fortement à la Chine de Xi Jinping.

Le Cachemire : une paix impossible ?

Depuis plus de 70 ans, la région du Cachemire cristallise les tensions entre les États qui la bordent, en particulier l’Inde et le Pakistan. Si les deux pays se sont affrontés de nombreuses fois pour le contrôle de la région, les tensions avaient connu une accalmie au cours des deux dernières décennies. Or en août 2019, le gouvernement du premier ministre Indien Narendra Modi a décidé d’abolir le statut de semi-autonomie de la région du Jammu-et-Cachemire, la partie indienne du Cachemire. Cette décision a failli relancer la guerre avec le Pakistan. Bien qu’aucun affrontement militaire n’ait eu lieu depuis, les relations entre les deux pays se sont à nouveau gravement détériorées. Sans amélioration notable en plus de 70 ans, la paix au Cachemire est-elle impossible ? Pour comprendre ce conflit sans fin, il faut revenir à ses origines.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search