Sahel : un foyer de conflits multidimensionnels ?

La zone sahélienne, large bande traversant horizontalement le continent Africain, est connue pour être une source de préoccupations sécuritaires majeures. En effet, l’intervention française qui a débuté en 2013 par l’opération Serval, se poursuit encore aujourd’hui à travers l’opération Barkhane. Depuis 2015, cette dernière s’étend au-delà du Mali pour couvrir tout le Sahel. Ceci répond à la multiplication des actes terroristes et à la poussée du jihadisme qui sévit dans cette zone. De fait, si les violences au Sahel ne sont pas un fait nouveau, cet espace est particulièrement propice à l’implantation de foyers terroristes et ce pour plusieurs raisons : l’instabilité gouvernementale des pays concernés et les multiples crises humanitaires se conjuguant avec des conflits historico-ethniques récurrents. Tous ces facteurs étant évidemment liés entre eux, ils créent un environnement propice au recrutement de jihadistes. En atteste l’exemple révélateur des insurrections touareg au Mali.

Tensions en Mer de Chine méridionale : Pékin s’apprête-t-elle à envahir Taïwan ?

Avec ses mouvements en mer de Chine, Pékin semble vouloir envoyer un message. Celui de sa présence et de son ambition sur cette île, toujours considérée par la République Populaire de Chine comme partie intégrante de son territoire. Pour concrétiser ses ambitions, Pékin a entamé depuis trente ans, une vaste opération de modernisation de sa marine. Washington, soucieux de ne pas perdre son hégémon et souhaitant rassurer ses alliés, réaffirme sa présence. Taïwan et sa présidente Tsai Ing-wen ne cessent d’envoyer des signaux anti-Pékin ce qui déplait fortement à la Chine de Xi Jinping.

Qui sont les adversaires des Etats-Unis ?

Les menaces se complexifient, elles sont devenues transverses, multifactorielles et le potentiel d’escalade d’un monde interconnecté est exponentiel. La conflictualité régionale continue d’alimenter instabilité et crises humanitaires, le terrorisme et la criminalité transnationale persistent, la menace cyber s’intensifie et les enjeux migratoires et climatiques sont croissants. La garantie des intérêts américains passe par la gestion de ces problématiques alors que les adversaires des Etats-Unis projettent déjà leur influence et leurs ambitions de puissance. Chine, Russie, Iran et Corée du Nord sont les quatre Etats visés par l’évaluation annuelle des menaces par la Direction du renseignement américain.

Maghreb : Revue de presse du 3 au 9 mai 2021

La justice espagnole convoque le chef du Polisario à la suite d’une demande de 13 associations de victimes présumées du terrorisme sahraouie – 7 mai 2021

Le Chef du Polisario, Brahim Ghali, sera convoqué le 1er juin prochain, a indiqué la plus haute juridiction pénale en Espagne ce vendredi 7 mai. Cette décision intervient après la demande de 13 Associations dont l’Association Canarienne des Victimes du terrorisme (ACAVITE) qui a veut profiter de la présence du chef du Polisario en Espagne pour le traduire en justice. Ces associations souhaitent que Brahim Ghali soit condamné en raison  d’actes terroristes présumés et de génocide perpétré dans les années 70 et 80 dans le Sahara espagnol, alors qu’il était président et ministre du Front Polisario.

Afrique subsaharienne : Revue de presse du 3 au 9 mai 2021

Un non-lieu pour l’enquête sur l’implication des officiers français dans le génocide au Rwanda – 3 mai 2021

Ce lundi 3 mai, le Tribunal judiciaire de Paris a rendu un non lieu concernant les cinq officiers français accusés de crime contre l’humanité au Rwanda, dans le cadre de l’opération Turquoise. De fait, le chef de cette opération, le général Claude Lafourcade, et autres hauts-gradés de l’armée française, ont été soumis à une enquête sur leur inaction durant le massacre de Bisesero de 1994 qui a causé la mort d’un grand nombre de Tutsi, population des Grands Lacs africains. Seulement, de nouvelles charges peuvent encore peser sur les responsables français de l’époque, en témoigne le rapport de l’historien Vincent Duclert, publié cette année. Ces officiers restent alors dans l’attente de la décision des juges d’instruction.

Amérique du Nord : Revue de presse du 3 au 9 mai 2021

Les Etats-Unis réaffirment la prévalence du droit international et du multilatéralisme devant le Conseil de sécurité des Nations-Unies – 7 mai 2021

Vendredi 7 mai, Antony Blinken a annoncé devant le Conseil de sécurité des Nations-Unies que les Etats-Unis imposeront le respect des règles internationales et riposteront avec force contre ceux qui ne le feraient pas, tout en reconnaissant les violations commises par son propre pays, sous l’administration précédente. Les remarques visaient particulièrement la Chine et la Russie, toutes deux présentes à la réunion.

Amérique latine : Revue de presse du 3 au 9 mai 2021

Démission du ministre colombien des finances, promoteur de la réforme fiscale – 4 mai 2021

Alberto Carrasquilla a démissionné 24 heures après que le président Iván Duque ait retiré le projet de loi qui a déclenché quatre jours de manifestations – ayant entraîné la mort de près de vingt personnes et ayant fait des centaines de blessés.

Asie de l’Est : Revue du 3 au 9 mai 2021

La Chine pollue plus que tous les pays « développés » – 6 mai 2021

Avec plus de 27 % des émissions de CO2 mondial, la Chine est le plus gros pollueur mondial. Les résultats de la recherche du groupe Rhodium font écho aux promesses du président Xi Jinping de réduire les émissions de gaz chinois.

Asie du Sud-Est : Revue de presse du 3 au 9 mai 2021

Trois mois après le coup d’Etat, les protestations pour la démocratie continuent – 5 avril 2021

 Depuis le coup d’Etat qui a fait tomber le régime démocratique de Aung San Suu Kyi, les protestations sont journalières. Face à la violente répression, des groupes de défense se forment. Mercredi, le gouvernement d’unité nationale du Myanmar, fondé par des opposants à la junte, à annoncé la création de la « force de défense du peuple ».

Asie du Sud : Revue de presse du 3 au 9 mai 2021

Le Pakistan de nouveau accusé par l’Afghanistan de soutenir les talibans – 7 mai 2021

« Sans le Pakistan, les talibans ne pourraient pas tenir plus de six mois ». Dans un entretien accordé au « Monde », le vice-président afghan Amrullah Saleh accuse le Pakistan de soutenir les talibans et de saper les efforts de paix initiés à Doha. Ces allégations ne sont pas nouvelles mais alors que le retrait des troupes américaines est annoncé pour le 4 juillet, l’Afghanistan est plus que jamais menacé par un retour en force des talibans. Amrulah Saleh dénonce une véritable ingérence de la part du voisin pakistanais qu’il accuse d’utiliser les talibans comme moyen de tutelle sur l’Afghanistan.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search