Catégorie : Politique & Institutions

Désaccord saoudo-émirati à l’OPEP+ : simple différend passager entre deux grandes puissances économiques arabes ou révélateur de tensions plus profondes entre des alliés de longue date ?

Rédigé par Constance Rousselle   Abstract : L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont deux puissances majeures au Moyen-Orient, tant sur le plan militaire, politique, diplomatique qu’économique. D’un côté,...

Communauté des États indépendants : quel avenir pour la région ?

La création de la Communauté des États indépendants était avant tout une mesure politique destinée à atténuer la gravité des conséquences de l’effondrement de l’Union soviétique et à préserver sous une quelconque forme le système des liens économiques, culturels et historiques dans l’espace post-soviétique. Cette décision des dirigeants des anciennes républiques soviétiques était d’intérêt personnel mais visait aussi à trouver un cadre mutuellement acceptable, tel un « divorce civilisé », entre les anciennes républiques soviétiques et à créer un mécanisme institutionnel par lequel les relations politiques et économiques ultérieures constitueraient une priorité par rapport à leurs relations avec des pays tiers. Dans le même temps, il faut reconnaître que la création de la CEI s’est déroulée sans une séquence claire et bien pensée de mesures politiques et économiques, et la plupart des décisions de la « première étape » ont été prises pour plaire à la situation politique actuelle

George W. Bush et l’Irak : Une croisade contre « l’Axe du Mal » ?

A bien des égards, la religiosité bien connue du Président George W. Bush a trouvé un point d’incidence dans la politique étrangère américaine du début du siècle. Les accents millénaristes de la campagne en Irak en sont l’exemple le plus marquant. Prêtant au leader irakien des airs d’Antéchrist, la guerre d’Irak a pris dans les mots du Président et de ses sympathisants la tournure d’une croisade contre un « Axe du mal ». Pourtant, certains n’ont vu chez Bush qu’une manifestation de la Manifest Destiny, la continuation d’une longue tradition américaine où coïncident et s’assimilent nationalisme et religion. Toutefois, l’étude du poids politique de l’électorat évangélique aux Etats-Unis est une donnée fondamentale à la compréhension de la rhétorique du Président et de la nature de sa « croisade » en Irak.

Jean-Paul II, l’ultime croisé ?

De Rome à Antioche, de Constantinople à Jérusalem, les croisés avaient pour but d’endiguer la “menace musulmane” et de reprendre le contrôle de la Terre Sainte. Pour l’ancien archevêque de Cracovie, l’ennemi à abattre était tout autre… Bien avant de d’être intronisé Pape sous le nom de Jean-Paul II, Karol Jozef Wojtyla avait déjà pour ambition de redonner sa liberté à la Pologne. Tout au long de sa carrière, Jean-Paul II s’adonna corps et âme au combat contre le communisme quitte à cautionner certains régimes autoritaires, notamment en Amérique latine afin d’endiguer la propagation du courant progressiste de la Théologie de la Libération entre autre. Jean-Paul II parviendra à faire tomber le régime communiste en Pologne, faisant vaciller le géant soviétique, finissant par le mener à sa perte.

Quelles ambitions climatiques mondiales ?

Ambitionnant un retour des Etats-Unis de premier plan sur la scène internationale, Joe Biden avait pris l’initiative, le 27 janvier, de convier une quarantaine de chefs d’Etats les 22 et 23 avril 2021, représentant 80% des émissions de gaz à effet de serre mondiales, en vue de préparer la Conférence des Nations-Unies sur le réchauffement climatique (COP 26) de Glasgow de novembre 2021. Ce sommet, retransmis en direct, avait pour principal objectif d’une part de souligner l’urgence d’une action climatique ambitieuse et les opportunités financières, économiques et sociales qu’elle représente.

Entretien avec Thomas Péan : Quel avenir pour les guérillas en Amérique latine ?

Entre 1959 et 1989, une vague révolutionnaire a ébranlé l’Amérique latine, remodelant le paysage institutionnel sud-américain jusqu’alors largement dominé par l’influence étasunienne. Dans son ouvrage “Guérillas en Amérique Latine[1]”, publié chez VA Editions, Thomas Péan nous fait découvrir les dessous de ces mouvements révolutionnaires en prenant pour point de départ la révolution cubaine de 1959, passant par l’Argentine, la Bolivie, pour enfin terminer son étude sur l’intervention américaine au Panama en 1989. Diplômé de la Sorbonne en Relations internationales, Thomas Péan s’est spécialisé sur l’Amérique latine sur laquelle il a rédigé plusieurs articles comme les “Paradigmes politiques nationaux en Amérique latine”[2][3] ou encore “Nation et souveraineté en Amérique latine : deux siècles d’histoire chahutée”[4]. Il a accepté de nous livrer quelques clés de compréhension sur le phénomène révolutionnaire latino-américain. Somme toute faut-il « faire, accomplir ou défaire la Révolution ? »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search