Catégorie : Asie du Sud

Asie du Sud : Revue de presse du 3 au 9 mai 2021

Le Pakistan de nouveau accusé par l’Afghanistan de soutenir les talibans – 7 mai 2021

« Sans le Pakistan, les talibans ne pourraient pas tenir plus de six mois ». Dans un entretien accordé au « Monde », le vice-président afghan Amrullah Saleh accuse le Pakistan de soutenir les talibans et de saper les efforts de paix initiés à Doha. Ces allégations ne sont pas nouvelles mais alors que le retrait des troupes américaines est annoncé pour le 4 juillet, l’Afghanistan est plus que jamais menacé par un retour en force des talibans. Amrulah Saleh dénonce une véritable ingérence de la part du voisin pakistanais qu’il accuse d’utiliser les talibans comme moyen de tutelle sur l’Afghanistan.

Asie du Sud : Revue de presse du 26 au 2 mai 2021

À New Delhi des crématoriums à ciel ouvert donnent la mesure de la catastrophe sanitaire – 27 avril 2021

Nouveaux records mondiaux de contaminations et de décès quotidiens, l’Inde est submergée par une deuxième vague incontrôlable. Avec presque 400 000 nouveaux cas et 3600 décès sur la seule journée de vendredi, les chiffres dépassent les pires craintes. L’Inde, qui, il y a encore quelques mois pensait être épargnée par la deuxième vague, n’a pas pu se préparer à ce scénario catastrophique. Pénurie d’oxygène dans les hôpitaux, manque de lits en réanimation, cimetières et crématoriums saturés; le  pays paye son manque de préparation. Les images des crémations de masses en pleine rue dévoilent la dure réalité de la pandémie en Inde.

Le Cachemire : une paix impossible ?

Depuis plus de 70 ans, la région du Cachemire cristallise les tensions entre les États qui la bordent, en particulier l’Inde et le Pakistan. Si les deux pays se sont affrontés de nombreuses fois pour le contrôle de la région, les tensions avaient connu une accalmie au cours des deux dernières décennies. Or en août 2019, le gouvernement du premier ministre Indien Narendra Modi a décidé d’abolir le statut de semi-autonomie de la région du Jammu-et-Cachemire, la partie indienne du Cachemire. Cette décision a failli relancer la guerre avec le Pakistan. Bien qu’aucun affrontement militaire n’ait eu lieu depuis, les relations entre les deux pays se sont à nouveau gravement détériorées. Sans amélioration notable en plus de 70 ans, la paix au Cachemire est-elle impossible ? Pour comprendre ce conflit sans fin, il faut revenir à ses origines.

Asie du Sud : Revue de presse du 17 au 23 avril 2021

Au Pakistan, un attentat contre un hôtel où résidait l’ambassadeur de Chine fait 5 morts et 11 blessés – 21 avril 2021 

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un hôtel de luxe de la ville de Quetta, dans le sud-ouest du Pakistan, a été la cible d’un attentat à la bombe. En tout, cinq personnes ont été tuées et onze autres ont été blessées. La présence de l’ambassadeur chinois de l’hôtel a d’abord laissé penser qu’il était la cible de cette attaque. En effet, dans la province Pakistanaise du Baloutchistan dont Quetta est la capitale, des mouvements insurrectionnels et sécessionnistes dénoncent la tutelle du Pakistan et de la Chine sur le région.

Traversée clandestine du « mur de la terreur » : quels enjeux à la frontière indo-bangladaise ?

Sur les 4 096 km de frontières séparant l’Inde du Bangladesh, s’étend une double clôture de barbelés de plus de 3200 km. Le mur a été bâti à l’initiative de l’Inde en réponse aux épisodes de violences de l’Agitation d’Assam (1979-1985). Il soulève aujourd’hui des problématiques variées allant de la précarisation des conditions de vie des populations locales aux dérives identitaires et sécuritaires du gouvernement indien. Conçu à sa création comme le moyen de bloquer l’immigration illégale bangladaise et les activités de contrebande à la frontière, le mur a largement atteint la situation des populations locales, vivant principalement du commerce transfrontalier. Puis, à la suite du développement de points de chute terroristes islamistes et indépendantistes au Bangladesh, l’Inde a lourdement militarisé sa frontière. L’initiative s’est changée en dérive en cumulant les entorses au droit national, international et aux droits de l’Homme dont les premières et principales victimes sont les populations civiles.

Asie du Sud : Revue de presse du 10 au 16 avril 2021

Au Pakistan les manifestations anti-Français se multiplient, les Français invités à quitter le pays – 12 avril 2021

Depuis plusieurs mois, le Pakistan connaît une vague de violentes manifestations anti-Français. Les manifestants accusent le France de laisser circuler des caricatures du prophète. Les violences ont débuté en octobre dernier lorsqu’Emmanuel Macron a défendu le droit à la caricature suite à l’assasinat de Samuel Paty. « Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d’autres reculent », avait-il alors déclaré. Les manifestants, menés par le  parti islamiste radical Tehreek-e-Labbaik, avaient réclamé le boycott des produits français et l’expulsion de l’ambassadeur de France au Pakistan.

Asie du Sud : Revue de presse du 3 au 9 avril 2021

L’Inde ferme sa porte aux réfugiés politiques birmans – 8 avril 2021

Depuis le coup d’État du 1er février en Birmanie, environ 3000 personnes auraient fui le pays pour se réfugier dans les États du nord-est de l’Inde. Or, la Birmanie demande à son grand voisin d’expulser ces réfugiés qui sont pour la plupart des opposants au nouveau régime. New-Delhi, qui refuse de condamner la prise de pouvoir des militaires birmans, considère ces réfugiés comme des migrants illégaux et a annoncé vouloir entamer les processus d’expulsions. Alors que sévit depuis plusieurs semaines en Birmanie une répression violente contre les militants pro-démocratie qui vient grossir le nombre de ces réfugiés, cette nouvelle décision n’est pas sans alimenter les accusations de complaisance avec la junte birmane.

Asie du Sud : Revue de presse du 26 mars au 2 Avril 2021

Le gouvernement Indien affirme sa détermination à expulser les réfugiés Rohingyas – 26 mars 2021

Alors que la Cour suprême devait se prononcer ce vendredi sur la demande d’asile d’un réfugié Rohingya, le gouvernement du Premier ministre Indien, Narendra Modi, a tenu à rappeler sa position sur la question. Pour le gouvernement Modi, les Rohingyas représentent une menace pour la sécurité du pays et doivent donc être expulsés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search