La diaspora chinoise en mutations : histoire, influences et étude du cas en France.

Conférence de Simeng Wang, chargée de recherche au CNRS, le 15 novembre 2018.

5 février 2019, fête du Nouvel An Lunaire. Des pétards rouges retentissent tour à tour dans les rues du 13e arrondissement de Paris, dans le quartier de Cho Lon de Saigon, dans le Soho londonien, et dans les 43 autres grandes villes du monde qui accueillent les fameux Chinatowns, quartiers regroupant les communautés de Chinois immigrés du monde. Ces zones permettent aux expatriés de retrouver la culture, la nourriture et leurs compatriotes, dans une sorte d’entre soi qui se limite à quelques blocs de rues.

Les Chinatowns du monde se développent à mesure que la diaspora chinoise s’agrandit. Aujourd’hui, ce sont plus de 40 millions de Chinois[1] qui vivent en dehors de l’Empire du Milieu. Cette population dispersée se répartit sur tous les continents et représente un poids économique conséquent à l’échelle mondiale, étant aujourd’hui la deuxième plus grande diaspora après l’Inde. 

Simeng Wang est spécialiste des questions migratoires chinoises. Sociologue et chargée de recherche au CNRS, elle est venue partager ses connaissances avec les étudiants du Master 2 “Géopolitique et stratégies de développement à l’international” de l’Institut Catholique de Paris. Elle analyse comment se construit cette diaspora et comment elle se développe aujourd’hui.

L’origine de la diaspora chinoise

Pour comprendre l’intégration des Chinois dans leurs nouveaux pays d’accueil, il faut en revenir aux contextes sociopolitiques et culturels qui les ont poussés à partir : l’immigration est avant tout émigration.

Les premières vagues de départs de citoyens chinois remontent au Moyen-Âge. Ces mouvements, motivés par le commerce, se concentrent essentiellement autour de la Mer de Chine méridionale, où se développent des réseaux maritimes et migratoires entre l’Empire du Milieu et ses différentes implantations à l’étranger. Ce phénomène migratoire s’accélère ensuite au cours du XIXe siècle avec la décadence du régime impérial et l’augmentation de la demande de main d’œuvre dans les nouvelles colonies occidentales. Puis, à l’issue de la Guerre de l’opium, la signature du Traité de Tianjin (1858) instaure une profonde instabilité économique dans les provinces du sud et lève les restrictions à l’émigration chinoise, favorisant ainsi des départs massifs vers la côte ouest du continent nord-américain. A partir du XXe siècle, la migration chinoise devient prolétaire : l’Occident incarne alors l’espoir d’une vie meilleure pour les travailleurs chinois ambitieux et les exilés politiques de Tian’anmen (post-1989). Il devient un eldorado économique par la qualité de ses formations scolaires, réputées excellentes en Chine, et les nombreuses opportunités professionnelles.

La période d’industrialisation intense du XIXe-XXe siècles sollicite une main d’œuvre peu qualifiée, diligente et essentiellement masculine. Les femmes chinoises, elles, restent au pays pour élever les enfants, car l’émigration en famille n’est pas encore une pratique voulue, ce qui explique d’ailleurs le déséquilibre du sex-ratio dans le nombre de départs durant ces années. A titre d’exemple, on compte moins de 10% de Chinoises parmi les nouveaux arrivants en France dans les années 1920. Mais avec la désindustrialisation et la qualification progressive des nouveaux migrants, on observe une hausse de 30% des départs féminins au cours des années 1970. A cette même période, certains Chinois parviennent à se convertir en petits propriétaires de boutiques et, à la fin du XXe siècle, s’engagent dans des métiers de grossistes et financiers. Deux ou trois décennies plus tard, certains connaissent une réelle ascension sociale en accédant aux professions libérales.

En écoutant Simeng Wang, on comprend qu’il ne faut pas percevoir les migrations chinoises comme un phénomène unifié et qu’il existe des continuités et discontinuités dans l’histoire de la diaspora chinoise. Puisque ces millions de départs ont été également conditionnés par les politiques d’accueil dans les sociétés d’accueil. Ces dernières (en particulier les pays d’Amérique du Nord et l’Australie) ont historiquement montré une certaine hostilité face à l’arrivée massive des migrants chinois, traduite entre autres par des politiques de migration choisie.

La construction de la diaspora chinoise

En quoi ces migrants chinois forment-ils une diaspora ? Pour cet exemple comme ceux d’autres diasporas, la question est complexe et a fait l’objet de nombreuses recherches et publications. Selon Emmanuel Ma Mung, géographe français spécialiste de la question des migrations internationales et du phénomène diasporique, une diaspora s’identifie comme telle par conscience qu’il existe une véritable communauté partageant la même identité ethnique ou nationale et la revendiquant ainsi par une organisation politique, religieuse ou culturelle. L’intégration d’un groupe diasporique dans le pays d’accueil ne signifie donc pas l’effacement de son identité d’origine. D’après E. Ma Mung, “Deux traits morphologiques caractérisent [la diaspora chinoise] sur le plan spatial : la multipolarité de la migration (sa diffusion dans plusieurs pays) et surtout l’interpolarité des relations, c’est-à-dire l’existence des relations entre les différents pôles d’implantation, les communautés locales”[2]. Les migrants chinois se sont donc constitués comme une diaspora à partir du moment où il y a eu des relations entre les différentes communautés diasporiques au niveau mondial. L’exemple des Chinatowns le montre bien : ce sont des lieux de résidence et de services divers qui incarnent finalement des nœuds de réseaux diasporiques et des lieux de substitution pour la population chinoise locale. Ce sont des entres-soi géographiques, mais aussi symboliques et sociologiques, puisqu’il s’agit de recréer des communautés liées au pays quitté.

Parmi des Chinois d’outre-mer, il existe des systèmes d’entraide financière dans lesquels les membres versent régulièrement des cotisations, afin de participer au financement d’événements de telle ou telle famille. Ainsi sont créés des pots communs pour les mariages, les décès, les frais scolaires ou encore les achats de biens immobiliers. En plus de créer des liens avec les autres membres de la diaspora, les Chinois d’outre-mer gardent souvent contact avec leurs proches restés au pays et, de manière générale, partagent un sentiment d’appartenance et une nostalgie de leur mère patrie. Les moyens de télécommunications (applications d’appels et réseaux sociaux) ou les associations sinophiles sont essentiels au dépassement virtuel des frontières et à l’atténuation du sentiment de déracinement. Des pratiques quotidiennes plus ordinaires, comme les traditions culinaires, participent aussi à ces effets : les saveurs liées à l’enfance sont lieu de construction et de transmission de mémoire pour les migrants. L’attachement à l’origine ethnique, aux cultures et valeurs du pays peut se transmettre de générations en générations, créant ainsi une continuité temporelle de l’identité.

La diaspora chinoise en mutations : l’exemple du cas français

Simeng Wang se penche enfin sur le cas de la diaspora chinoise en France et présente de manière détaillée son étude des souffrances psychiques de Chinois immigrés et de leurs descendants en région parisienne[3]. A travers les témoignages de familles d’immigrés, elle dévoile les mutations d’une diaspora chinoise “vue de l’intérieur”, sous le prisme des personnes interviewées elles-mêmes. Elle cherche à déconstruire le stéréotype d’une communauté chinoise homogène et systématiquement « intégrée » au pays d’accueil, en soulignant les divers clivages sociaux et générationnels qui existent au sein de ce groupe. En effet, selon elle, il n’existe pas une mais des communautés chinoises en métropole parisienne ayant des modes de vie différents.

De quoi souffrent alors ces immigrés chinois ? Simeng Wang pointe un triple décalage, source de mal-être pour parents et enfants. D’abord, certains primo-arrivants connaissent un violent désenchantement à leur arrivée en France, alors que celle-ci même a été conditionnée par un éprouvant périple, à savoir voyage clandestin via passeur. La vie en tant que migrants économiques non qualifiés est souvent bien contraire à leurs illusions avant le départ du pays : précarité, exploitation économique, déclassement et violences. Ces expériences sont d’autant plus traumatisantes qu’elles sont souvent dissimulées par un “mensonge collectif” socialement entretenu au niveau local dans les pays natals, par les proches de familles, voisins et villageois.

Deuxièmement, les enfants de migrants sont souvent victimes d’une souffrance psychique liée à un phénomène de « migrations en deux (même trois) temps » : parents partent d’abord pour la France en confiant leur progéniture aux grands-parents. Les enfants laissés en Chine les rejoignent ensuite quelques années plus tard, emportant avec eux le sentiment amer d’avoir été abandonnés. Ils subissent ensuite les “obligations familiales à rebours”, services économiques, sociolinguistiques et/ou administratifs qu’ils doivent rendre à leurs parents sans avoir bénéficié d’attentions en retour. Pour d’autres enfants, nés en France issus des familles de classes moyennes, la position de classe est à l’origine de leurs difficultés psychologiques. Quant aux enfants d’élites chinoises, ils souffrent des pressions parentales liée à une ascension sociale entendue à l’échelle internationale.

Enfin, il existe un décalage dans les itinéraires thérapeutiques entre les différentes générations de migrants et à la fois entre les différents milieux sociaux. Les primo-arrivants détenant peu de capital culturel ont tendance à se taire devant leurs souffrances. Parmi  ceux qui consultent, beaucoup recourent à des professionnels de santé faisant partie de leur propre ethnie pour  des raisons linguistiques. Quant aux primo-arrivants qualifiés (venant pour les  études supérieures) et aux descendants de migrants, ils sont plus réceptifs à la psychothérapie voire la psychanalyse où la parole est considérée comme un outil thérapeutique.

Après son étude des souffrances psychiques de migrants chinois et de leurs descendants, Simeng Wang continue à travailler sur l’immigration chinoise en France à travers d’autres prismes : mariages interethniques, mobilité sociale, transnationalisme. Tous ces derniers participent considérablement aux mutations de la diaspora chinoise.

En conclusion, les populations chinoises qui vivent hors de leur pays forment une véritable diaspora pour trois principales raisons :

  1. Elles ont conscience d’appartenir à une identité ethnique chinoise malgré ses mutations et renouvellement  
  2. Elles gardent de forts liens (affectifs, sociaux, économiques) avec leur pays d’origine
  3. Les différentes implantations dans le monde sont en relation les unes avec les autres.

                                                                                                          Claire Vu

Etudiante du M2 “Géopolitique et Stratégies de Développement à l’International” 2018-2019

Compte-rendu relu par Simeng Wang.


[1] Estimation faite par le site : http://www.newworldencyclopedia.org/entry/Overseas_Chinese.

[2] Emmanuel Ma Mung, « Continuité temporelle, contiguïté spatiale et création d’un monde-propre. Le cas de la diaspora chinoise », L’Espace géographique, 2012/4 (Tome 41), p. 352-368

[3] Simeng Wang, Illusions et souffrances : Les migrants chinois à Paris, Editions rue d’Ulm, collection « Sciences sociales », 2017.


Vous aimerez aussi...