Forces armées iraniennes : vue d’ensemble et état des lieux

Par Balthazar Arminjon et Louise Charrier

Téléchargez le document en format PDF avec annexes ici.

En matière de composantes militaires, l’armée iranienne est composée de deux forces concurrentes et complémentaires, l’armée régulière ou Artesh et le Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI ou Sepah). Elles ont chacune des composantes terrestre, navale et aérienne. Selon les estimations, l’Artesh a 350 000 hommes dont 220 000 appelés, environ 18 000 pour la Marine. Le CGRI, commandé par le général Hossein SALAMI, dispose de 130 000 hommes, dont 20 000 dans la Marine et 5 000 dans l’armée de l’Air. L’état-major général est commandé par l’ancien Sepah Mohammad Hossein BAGHERI sous l’autorité du Guide Suprême. Les généraux de l’Artesh sont plus présents au ministère de la Défense et de la logistique. Le budget de la défense est de 24,6 milliards de dollars en 2022. L’Artesh est chargée de la défense des frontières, de l’espace aérien et maritime. S’y ajoutent les gardes-frontières pour la protection des points de passage et la lutte contre les trafics. Le CGRIs’apparente à une garde prétorienne idéologique créée pendant la guerre contre l’Irak par défiance de l’Artesh. Il est responsable de la défense des sites sensibles, des opérations spéciales et des missiles balistiques. Il dispose d’un budget bien supérieur et d’armement plus moderne. Selon Pierre RAZOUX, spécialiste des conflits contemporains, « la totalité des armements iraniens (chars, blindés, artillerie, aéronefs, navires) date de l’époque du Chah ou de la guerre Iran-Irak (1980-88) ». L’embargo occidental limite l’approvisionnement en pièces de rechange et de nombreux équipements sont considérés non-opérationnels sans qu’il soit possible d’en être certain.

Les Bassidjis, milice paramilitaire de jeunes volontaires pour la surveillance et la répression des manifestations, est intégrée au CGRI après la révolution verte en octobre 2009. Il y aurait 100 000 membres principalement issus des classes populaires, bien que certains les évaluent jusqu’à un million tant ceux-ci se fondent en civils parmi la population.

La Force Al Qods, dirigée par Esmail Ghaani sous l’autorité du Guide, est une force d’élite du CGRI consacrée aux opérations spéciales extérieures. Elle est présente aux cotés des milices irakiennes, syriennes, libanaise, afghane et pakistanaise au sein du croissant chiite. Elle compterait environ 5 à 15 000 hommes. Cette Force d’élite s’inscrit dans la doctrine « mosaïque » décrite par Pierre Razoux, de combat décentralisé, asymétrique et invisible. Cette doctrine s’appuie dans le combat extérieur ou la pression sur d’autres États sur la combinaison de plusieurs moyens, tels que la Force Al Qods, le « Service Action » des services secrets (VEVAK), des frappes balistiques et de drones revendiqués ou non, l’instrumentalisation de ses proxys régionaux, les attaques cybernétiques, attentats, assassinats ou échanges d’otages.

Sur le plan capacitaire, l’Iran ne dispose pas d’une force conventionnelle. Consciente de ses faiblesses, elle mise sur la guerre asymétrique inspirée de la doctrine chinoise pour la « combinaison hors limites ». Le système décisionnel est centralisé autour du Guide et de son Conseil suprême de la sécurité nationale présidé par l’amiral Ali SHAMKHANI. L’organisation du territoire et le combat sont quant à eux décentralisés. Chaque secteur défensif comporte une division de l’Artesh, des bataillons du CGRI et plusieurs bataillons de Bassidjis locaux en réserve.

L’Iran cherche à développer une industrie de défense autonome. Elle développe le destroyer léger de classe Mowj, les sous-marins GhadirNahang et le récent Fateh. De nombreux navires sont issus de reconditionnement de navires civils, comme le futur porte-drones Shahid Mahdavi, ancien porte-conteneurs marchand. 

L’industrie iranienne s’est surtout distinguée pour le développement de missiles et de drones. Elle a développé les missiles Fateh, dont dérivent le Zolfaghar, le Dezful puis le Kheibar Shekan, ainsi que les missiles Shahab, dont dérivent le Ghadr et l’Emad-1. Le missile Khoramshar aurait selon le CGRI une portée de 2 000 km (MRBM) mais elle est estimée entre 2 500 et 4 000 km (IRBM). L’Iran a affirmé le 10 novembre 2022 avoir développé un missile hypersonique sans que cela ait été vérifié. Son arsenal de missile est estimé à plus de 3 000 missiles balistiques et de centaines de TEL (tracteurs-érecteurs-lanceurs) leur assurant une grande mobilité, sous l’autorité de la force aérospatiale du CGRI commandée par le général Amir Ali HAJIZADEH. L’Iran dispose également de différents types de missiles de croisières, de missiles antinavires ou antichars.

Dans le cadre de sa puissance asymétrique, l’Iran est aussi reconnu pour le développement de drones, ou UAV (unmanned aerial vehicle), bon marché mais efficaces, produisant un effet d’essaim saturant les défenses adverses avec le lancement complémentaire de missiles. Ils remplissent des missions de renseignement, de surveillance, de reconnaissance, de combat ou des frappes suicides. Les plus connus sont les drones de la famille Shahed ou Mohajer, mais également Saegheh ou les récents Fotros et Kaman.

Les drones permettent de compenser la faiblesse de la composante aérienne iranienne. La flotte estimée à 200 chasseurs date majoritairement de l’époque du Shah, avant l’arrivée de Chengdu J-7 et le MiG-29. L’Iran a finalisé le contrat le 11 mars 2023 pour recevoir 24 Sukhoï Su-35 en échange des drones kamikazes Shahed-136 et 131 et du drone ISTAR Mohajer-6. Moscou souhaite acquérir des missiles Fateh-110 et Zolfaghar, Téhéran voudrait les systèmes de défense S-400. L’embargo des Nations Unies sur les missiles balistiques et leur exportation prend fin le 18 octobre 2023 selon l’accord de 2015.

L’armée de terre semble mieux dotée que les autres composantes. Le conflit en Ukraine a démontré l’obsolescence des 450 chars T-72S modernisés notamment avec des dérivés nationaux.

La Marine régulière (IRIN) dispose des navires à plus gros tonnage comme l’ancien pétrolier Markan, de trois sous-marins d’attaque russes de classe Kilo avec des torpilles à cavitation VA-111 Shkval et des frégates légères de classe Moudge et Alvand. L’Iran est la seule puissance sous-marine de la région. Les bâtiments importants sont basés dans le Golfe d’Oman, où prédomine l’IRIN dans le cadre de ses prérogatives, à l’instar de la mer Caspienne. Le CGRI Navy privilégie l’asymétrie avec des forces tactiques et de navires d’attaque rapides et légers, notamment 150 vedettes et patrouilleurs de classes différentes, des torpilleurs et sous-marins de poche. Elle dispose de plusieurs bases terrestres et sur les îles du Golfe Persique dont les contestées Thumb et Abu Musa, où sont déployés des missiles. Sans la capacité de domination navale ou aérienne ni celle d’interdiction de zone, la marine iranienne se contente de sa capacité de saturation alliant missiles, drones, petits sous-marins et 2000 vedettes légères armées. La force de projection est limitée. L’Iran participa ainsi à l’exercice « ceinture de sécurité maritime 2022 » avec les marines russe et chinoise dans l’océan Indien. Après la Syrie en 2011, la Chine en 2013 puis Saint-Pétersbourg en juin 2021, le Makran réapparait le 25 décembre 2022 à l’ouest de la Polynésie française aux côtés du destroyer Dena.

L’Iran développe une nouvelle composante cyber après la découverte du virus Stuxnet en créant, en 2010, le Cyber Defense Command, sous l’autorité de la Passive Defense Organization, chargée de la protection des infrastructures. Le Conseil suprême du Cyberespace est chargé de coordonner la défense et l’offensive, en constante croissance. Téhéran s’appuie sur l’Iran’s Cyber Army, affiliée officieusement au CGRI, et de multiples groupes cyber iraniens. Ils visent des entreprises de défense ou d’énergie et les gouvernements, en veillant à ne pas franchir la ligne rouge de l’acte de guerre. Les Bassidjis ont des capacités cyber, environ 100 000 volontaires, responsables d’entretenir un narratif pro-régime, ainsi que d’un Conseil cyber comportant 1 500 cybers guerriers. 

Conclusion :

            L’organisation atypique des forces armées iraniennes se couple à une capacité d’action asymétrique à cause de l’obsolescence des équipements conventionnels. L’attention particulière portée sur des moyens tels que les missiles, les drones, le cyber ou la future dissuasion nucléaire assure une crédibilité de l’Iran en dépit des sanctions et de l’embargo. L’Iran a procédé à l’installation d’usines de production de missiles aux abords de Bagdad et Kerbala en Irak, à leur exportation ainsi que celle de drones à ses alliés paramilitaires. Elle a ainsi la capacité de frapper ses ennemis régionaux, n’importe où et depuis toutes les directions, cette menace contribuant à sa stratégie dissuasive. 

Pour en savoir plus : 

ALBRIGHT, David, BURKHARD, Sarah et FARAGASSO, Spencer. « Iranian drones in Ukraine contain Western brand components », Institute for Science and International Security, 31 octobre 2022.

BASTANI, Hossein. « Structure of Iran’s Cyber Warfare », Institut français d’analyse stratégique, 2022.

FEERTCHAK, Alexis. « L’Iran construit un porte-avions à partir d’un porte-conteneurs marchand », Le Figaro, 5 janvier 2023.

GAUVRIT, Eric. « Les forces armées conventionnelles de l’Iran : état des lieux », Outre-Terre, 2011/2, nº28. pp. 109 à 139.

LAGNEAU, Laurent. « Un Falcon 200 de la Marine nationale a repéré deux navires militaires iraniens près de la Polynésie française », opex360, 26 décembre 2022.

RAZOUX, Pierre. « Les forces armées iraniennes sont-elles à la hauteur des ambitions du régime ? », Areion24news, 2 décembre 2022.

THIERRY D’ARGENLIEU, Eloy. « La marine iranienne : quelles spécificités et quel emploi ? », Questions Géopolitiques, 20 octobre 2022.

WOOD, Frank. « Iran’s Cyber Capabilities », UHWO Cybersecurity Coordination Center, 2 décembre 2021.

« Iran – Air Force », GlobalSecurity.org, 20 mai 2022.

« Iran’s Ballistic Missile Program », United against nuclear Iran, Mars 2022.

« Iran’s Missile Program: Past and Present », Iran watch, 29 juin 2020

« Iran boosts military budget to stand among Top 15 », Iran International, 26 avril 2022.

« Iranian Armed forces », ArmedForces.eu, 2016.

« Tables of Iran’s missile arsenal », Iran watch, 27 juillet 2022.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (29 mai 2023). Forces armées iraniennes : vue d’ensemble et état des lieux. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p0bu


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search