Le détroit d’Ormuz : espace stratégique catalyseur de tensions.

Crédit: Lara Jameson

 

Abstract: Espace stratégique pour le transport des hydrocarbures mondiales, le détroit d’Ormuz est un lieu d’expression d’une rivalité forte entre l’Iran et ses voisins. Le régime de Téhéran, qui cherche à contrôler les principales routes de navigations dans le détroit, inquiète les monarchies du Golfe. Ces dernières cherchent à développer des solutions alternatives, afin de contourner cet espace géographique pourtant crucial à leurs économies.

Le détroit d’Ormuz, séparant le golfe Arabo-Persique du golfe d’Oman, est l’un des espaces stratégiques majeurs du Moyen-Orient. Il constitue en effet un point de passage important pour les hydrocarbures. Près de 90% du pétrole produit dans le golfe et 20 à 30% du pétrole brut mondial transitent par cet espace géographique très étroit (trente-quatre miles nautiques, soit 63 km environ)[1]. Si le golfe Arabo-Persique est un lieu de tensions entre puissances rivales et a déjà été le théâtre d’affrontements par le passé, notamment lors de la guerre Iran-Irak (entre 1980 et 1988), le détroit est un espace stratégique. Le pays contrôlant le détroit détient un pouvoir certain sur les exportations de pétrole, essentielles à la majorité des économies du Golfe et du monde. Les navires doivent emprunter, lors de leur passage dans les eaux du Golfe, un chenal entre trois îles iraniennes[2], Tunb as Sughra, Tunb al Kubra[3] et Abu Musa[4]. Le détroit d’Ormuz est aussi un élément central de la stratégie iranienne, Téhéran obtiendrait par son contrôle un pouvoir de négociation certain sur la scène internationale.

            Il est donc intéressant de se pencher sur les différents aspects qui font du détroit d’Ormuz un catalyseur de tensions entre l’Iran et ses voisins. 

 

            Les contentieux autour du contrôle géographique sont nombreux et primordiaux dans la compréhension de la géopolitique du détroit. La militarisation de cet espace et les craintes des différents États participent aussi aux tensions entre les différents acteurs régionaux. Par crainte de cette hégémonie iranienne sur le détroit d’Ormuz, de nombreux plans de contournement sont développés par les différentes puissances de la région, à savoir l’Irak, Oman, les Émirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite. 

            Les questions territoriales sont évidemment centrales dans les tensions entre puissances de la région. Les exploitations offshore des réserves pétrolières ont ainsi complexifié la carte de la région, ses frontières maritimes et ses eaux territoriales ; devenant un sujet majeur dans la géopolitique de la zone[5]. Depuis les années 1960, les revendications territoriales sont ainsi de plus en plus importantes entre l’Iran et les Émirats Arabes Unis pour l’île d’Abu Musa[6] mais aussi entre l’Iran et les États-Unis. Washington s’oppose en effet à l’extension des eaux territoriales de l’Iran qui pourrait menacer la liberté de navigation dans le détroit, et l’accès au Golfe Arabo-Persique à la marine américaine. La question de l’île d’Abu Musa est ainsi centrale et a déjà fait l’objet de tensions entre Téhéran et Riyad dans les années 90[7]. Comme cela est visible sur la carte, la situation géographique de l’île, bien qu’en retrait par rapport à l’entrée du détroit, reste stratégique pour l’Iran, qui en fait sa première ligne de défense. La présence d’acteurs majeurs autour du golfe Arabo-Persique fait de cet espace un centre de rivalités du Moyen-Orient[8]. Les îles qui font l’objet de tensions et de convoitises de la part de différentes puissances de la région ne sont pas nécessairement riches en pétrole. C’est leur emplacement stratégique qui est particulièrement recherché et mis en avant[9]. Les îles d’Abu Musa, de la Grande et de la Petite Tombe sont ainsi au cœur des revendications territoriales iraniennes et émiriennes[10].

 

            La militarisation de la zone par l’Iran renforce les craintes des États voisins et les tensions autour du détroit d’Ormuz. En effet, les États du Golfe sont parmi les premiers importateurs d’armes au monde, derrière l’Europe et l’Asie,en forte accélération depuis les années 2010[11]. Ainsi, entre 2010 et 2014, le total de ventes d’armes américaines aux pays du conseil de coopération du Golfe (Arabie Saoudite, Bahreïn, Émirats Arabes Unis, Koweït, Oman et Qatar)seraient de 123 milliards de dollars, contre 14 milliards entre 2001 et 2008[12]. Les rivalités entre nations voisines entrainent une course à l’armement, le Moyen-Orient représentant 35% des importations mondiales d’armement sur la période 2015 – 2020[13].  Selon les chiffres de la Banque Mondiale, l’Arabie Saoudite est ainsi le 2e plus gros importateur d’armes, pour une valeur de 2,5 milliards de dollars en 2020[14]. C’est avant tout l’augmentation des budgets militaires[15] des différentes puissances qui révèle cette montée des tensions. Les dépenses militaires représentent ainsi 6,6% du PIB saoudien et 21% des dépenses publiques du pays. Le Qatar consacre aujourd’hui 4,5% de son PIB et 22% de ses dépenses publiques à l’armement. Les ventes d’armes américaines dans la région ont donc été multipliées par 8 entre 2001 et 2014[16][17]. Depuis le plan de modernisation de l’armée iranienne de 2007, les Pasdarans, le corps des Gardiens de la révolution islamique en Iran, ont la charge du contrôle et de la sécurité du détroit. Leur capacité de harcèlement occupe une grande part de la stratégie navale de l’Iran dans cette zone[18]. Cette capacité d’action rapide est renforcée avec la mise en place de nouvelles batteries de missiles sol-air permettant de contrer et de repousser les attaques des États de la région[19]. La montée en puissance de l’Iran inquiète ses voisins qui tentent aussi d’assurer leur défense. Toutefois, cet investissement dans le matériel militaire ne se traduit pas nécessairement par un développement du champ opérationnel des puissances. Bien que les Émirats arabes unis se soient dotés de 80 F-16 Block 60[20], la structure opérationnelle de l’armée ne limitera l’impact de ces acquisitions. En effet, les capacités d’organisation tactique, d’analyse et de traitement de l’information, ainsi que la mise en service, l’entretien et l’utilisation du matériel ne semblent pas suffisamment développées. Cependant, les pays du Golfe sont dans une posture plus complexe qu’une simple opposition à Téhéran. En effet, si la montée en puissance de la République Islamique d’Iran est décriée et que la peur de l’arrivée d’une nouvelle puissance nucléaire dans la région inquiète les monarchies du Golfe, la recherche d’un statu quodurable est aussi importante. Une intervention militaire externe dans la région demeure une crainte centrale pour les puissances du Golfe, les tensions entre l’Iran et les États-Unis étant vives sans oublier Israël. Cette menace est perçue comme tout aussi importante que celle de voir l’Iran faire usage d’une possible arme nucléaire pour faire pression sur ses voisins dans de futures négociations[21]. Un équilibre précaire doit donc être trouvé, entre coopération avec l’Iran et opposition à la nucléarisation du pays.

 

            Téhéran détenant un pouvoir de plus en plus important sur le Détroit d’Ormuz, couplé à des capacités militaires grandissantes, certains États cherchent à contourner cet espace géographique si essentiel à leurs économies. Bien qu’un projet de pipeline ait été lancé en 1987 par l’Irak (Iraqi Pipeline in Saudi Arabia)[22], les différends politiques entre Bagdad et Riyad, liés à l’invasion du Koweït par Saddam Hussein en 1990, ont enterré les espoirs de voir ce projet aboutir pleinement. Si des discussions ont eu lieu en 2017 entre les deux pays, aucune solution ne semble avoir été trouvée, les Irakiens refusant l’offre de Riyad pour le contrôle du pipeline[23]. Il existe cependant des oléoducs fonctionnels, à l’image de l’« Oléoduc Est-Ouest » partant des champs de pétrole d’Abqaiq à la frontière saoudo-qatari pour rejoindre le port de Yanbu et la mer Rouge[24] et transportant l’équivalent de près de 3 millions de barils/jour. Si les projets terrestres ont peu de chances d’aboutir tant par la complexité géopolitique de la zone que les désaccords nombreux entre les États, une deuxième voie maritime serait envisageable. Un projet de canal est ainsi sérieusement envisagé par l’Arabie Saoudite, permettant à cette dernière de ne pas dépendre de la « bonne volonté » de l’Iran sur la gestion du détroit[25]. Ce projet appelé « Canal Salman » consiste en la création d’une nouvelle voie maritime, partant du Golfe à destination de la mer d’Arabie via le Yémen[26] ; long de 950km² il offrirait alors une relative indépendance à l’Arabie Saoudite vis-à-vis de son rival dans la région et amoindrirait les moyens de pression de Téhéran. En effet, l’Iran avait menacé en 2011 de fermer le détroit d’Ormuz. Cette menace plane toujours, la République Islamique se dit prête à mener une telle action. Un mouillage de mines (non concernées par la convention d’Ottawa interdisant l’usage des mines antipersonnel[27]) peut être envisagé, comme cela avait été le cas lors de la guerre Iran-Irak, ce qui bloquerait la totalité du détroit d’Ormuz[28]. Un tel blocage, couplé à des attaques de la part de l’Iran contre les infrastructures pétrolières et gazières des autres pays du Golfe, serait dévastateur[29].

 

            Le détroit d’Ormuz demeure une zone stratégique de premier plan dans l’exportation du pétrole des États du Golfe Arabo-Persique. Les rivalités entre puissances et notamment la place de l’Iran et ses ambitions territoriales représentent des points de tension importants, poussant les nations à s’armer mais aussi à rechercher des solutions alternatives. La dépendance économique des monarchies du Golfe vis-à-vis de l’Iran est perçue comme une menace importante pour le futur. Tous ces facteurs font du Détroit d’Ormuz une zone centrale dans la géopolitique du Moyen-Orient, mais aussi mondiale. Le contrôle de cet espace géographique donnerait un poids international bien plus important encore à l’Iran, qui se retrouverait dans une situation similaire à celle de l’Egypte avec le canal de Suez.

 

Bibliographie :

 

  • BETTATI, Mario, 1997. La convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction (Ottawa, 18 septembre 1997).Annuaire français de droit international,, vol. 43, no 1, p. 218-226.
  • BOULANGERPhilippe, 2010. « L’Iran et le golfe Arabo-Persique », Outre-Terre, (n° 25-26), p. 403-412. DOI : 10.3917/oute.025.0403. URL : https://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2010-2-page-403.htm
  • BOULANGER, Philippe, 2012. Risques et conflits dans le Golfe Arabo-Persique (Risks and conflicts in the Persian Gulf).Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 89, no 1, p. 139-154.
  • BOUVIER, Emile, 2019. Contourner le détroit d’Ormuz : entre projets peu fructueux et plans trop ambitieux.Les clés du Moyen-Orient[en ligne].[consulté le 1 mars 2022]. Disponible sur : https://www.lesclesdumoyenorient.com/Contourner-le-detroit-d-Ormuz-entre-projets-peu-fructueux-et-plans-trop.html
  • EUDELINEHugues, 2010. « Bloquer le détroit d’Ormuz : menace réelle ou rodomontades ? », Outre-Terre, n° 25-26, p. 393-401. DOI : 10.3917/oute.025.0393. URL : https://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2010-2-page-393.htm
  • FRANCE 24. Les ventes d’armes vers le Moyen-Orient ont flambé depuis cinq ans.France 24[en ligne]. 9 mars 2020 [consulté le 27 avril 2022]. Disponible sur : https://www.france24.com/fr/20200309-les-ventes-d-armes-vers-le-moyen-orient-ont-flambé-depuis-cinq-ans
  • HOURCADE, Bernard, 2016.Géopolitique de l’Iran-2e éd.: Les défis d’une renaissance. Armand Colin.
  • Iranian naval forces : a tale of two navies, Office of Naval Intelligence, 2017.
  • Hausse record des dépenses militaires mondiales, symbole d’une nouvelle course aux armements ? IRIS [en ligne]. 16 juin 2022 [consulté le 13 juillet 2022]. Disponible sur : https://www.iris-france.org/168270-hausse-record-des-depenses-militaires-mondiales-symbole-dune-nouvelle-course-aux-armements/
  • KAMRAVA, Mehran, 2011. (ed.). The International Politics of the Persian Gulf. Syracuse University Press.
  • MAKINSKYMichel, 2011. « L’Iran et ses voisins du Sud : une relation sous tension », Outre-Terre, p. 427-445. DOI : 10.3917/oute.028.0427. URL : https://www.cairn.info/revue-outre-terre1-2011-2-page-427.htm
  • MICHELIS Lea, 2019. « L’Iran et le Détroit d’Ormuz : Stratégies et Enjeux de puissance depuis les années 1970 », L’Harmattan.
  • PAGLIAMorgan, 2021. « Détroit d’Ormuz : la guerre des nerfs », Politique étrangère, p. 139-150. DOI : 10.3917/pe.212.0139. URL : https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2021-2-page-139.htm
  • RICHARD R. Russell, 2009. « Future Gulf War »,Joint Forces Quarterly, n° 55
  • SABOORIMehdi, 2009 « Les Émirats arabes unis et les Iraniens », Hérodote, n° 133, p. 166-179. DOI : 10.3917/her.133.0166. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2009-2-page-166.htm
  • Strait of hormuz : portion of iran country profile.Perry-Castañeda Library Map Collection | The University of Texas at Austin[en ligne]. 2004 [consulté le 1 mars 2022]. Disponible sur : https://maps.lib.utexas.edu/maps/middle_east_and_asia/iran_strait_of_hormuz_2004.jpg
  • WORLD BANK. Importations d’armes (selon les chiffres du SIPRI) | Data.World Bank Open Data | Data[en ligne]. [sans date] [consulté le 27 avril 2022]. Disponible sur : https://donnees.banquemondiale.org/indicator/MS.MIL.MPRT.KD?most_recent_value_desc=true

 

 

 

[1] PAGLIA Morgan, 2021. « Détroit d’Ormuz : la guerre des nerfs », Politique étrangère, p. 139.

[2] MICHELIS Lea, 2019. « L’Iran et le Détroit d’Ormuz : Stratégies et Enjeux de puissance depuis les années 1970 », L’Harmattan, p.19

[3] Îles de la Petite Tombe, et de la Grande Tombe.

[4] Voir Annexe.

[5] Ibid

[6] KAMRAVA, Mehran, 2011. (ed.). The International Politics of the Persian Gulf. Syracuse University Press. p.30

[7] SABOORI Mehdi, 2009 « Les Émirats arabes unis et les Iraniens », Hérodote, n° 133, p. 168.

[8] HOURCADE, Bernard, 2016. Géopolitique de l’Iran-2e éd.: Les défis d’une renaissance. Armand Colin.p.233

[9], MICHELIS Lea , ob. cit.,p.79.

[10] BOULANGER Philippe, 2010. « L’Iran et le golfe Arabo-Persique », Outre-Terre, (n° 25-26), p.406

[11] BOULANGER, Philippe, 2012. Risques et conflits dans le Golfe Arabo-Persique (Risks and conflicts in the Persian Gulf). Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 89, no 1, p. 145.

[12] Ibid.

[13] FRANCE 24. Les ventes d’armes vers le Moyen-Orient ont flambé depuis cinq ans. France 24

[14] WORLD BANK. Importations d’armes (selon les chiffres du SIPRI) | Data. World Bank Open Data

[15] IRIS. Hausse record des dépenses militaires mondiales, symbole d’une nouvelle course aux armements ? IRIS. 16 juin 2022

[16] Comparaison entre les périodes 2001-2008 et 2011-2014

[17] Boulanger, Philippe, ob. cit.

[18] Iranian naval forces : a tale of two navies, Office of Naval Intelligence, février 2017.

[19] Boulanger, Philippe, ob. cit.

[20] Le F-16 Black 60 (Desert Falcon) est un avion de combat américain développé en 2002 et destiné à l’export.

[21] Ibid.

[22] BOUVIER, Emile, 2019. Contourner le détroit d’Ormuz : entre projets peu fructueux et plans trop ambitieux. Les clés du Moyen-Orient[en ligne]. p. 3

[23] Ibid.

[24] Ibid.

[25] Ibid.

[26] Ibid.

[27] BETTATI, Mario, 1997. La convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction (Ottawa, 18 septembre 1997). Annuaire français de droit international,, vol. 43, no 1

[28] EUDELINE Hugues, 2010. « Bloquer le détroit d’Ormuz : menace réelle ou rodomontades ? », Outre-Terre, n° 25-26, p.398

[29] Ibid, p.401

 

Annexe :

Carte du détroit d’Ormuz

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
victormasson (29 septembre 2022). Le détroit d’Ormuz : espace stratégique catalyseur de tensions. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p0a2


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search