Lecture : Quels enjeux géopolitiques pour les îles ?

Crédits photo : Pixabay

La géopolitique des îles par Marie Redon

Dans son ouvrage, Marie Redon[1] dévoile les différentes facettes des îles, c’est-à-dire, l’historique des états insulaires et l’aspect juridique qui les encadre, puis présente l’aspect spectaculaire des îles mis en avant et l’insertion des îles dans la mondialisation. Les trois parties balayent tous les enjeux liés aux îles et la géopolitique qui leur est affiliée. Tout au long de ce livre, on découvre le panorama riche et diversifié des îles. L’ouvrage met en exergue l’importance de traiter différemment la spécificité de chaque situation insulaire, ce qui permet ainsi d’éviter la généralisation des exemples.

Les idées fortes de l’auteure sont l’intégration évidente des îles dans le monde globalisé et la double dimension de ces étendues de terre entourées d’eau. Marie Redon cherche avant tout à déconstruire les fausses croyances encore affiliées à la vision occidentale des îles. Elle développe également un nouveau concept : la « frontiérisation » des îles.

En effet, la préciosité des îles les rend intrigantes, stratégiques, désirables mais également vulnérables. Les îles ont un double sens : elles sont à la fois idylliques et objets de fantasme, mais également miroir de la société et laboratoires scientifiques. « La figure de l’île rétablit l’équilibre » (page 166), c’est-à-dire que les îles sont prises dans un dynamisme politique, international, culturel et économique qui les dépasse car elles jouent un rôle sur la scène internationale.

Leurs enjeux géopolitiques enrichissent de manière réciproque les pays avec lesquels elles entretiennent des liens. « Posséder une île permet d’exercer et de maintenir une puissance avec des moyens réduits » (page 29), la superficie d’une île est souvent restreinte mais son pouvoir d’action est vaste, il n’y a donc aucun lien de proportionnalité entre les deux. Il semblerait que ce soit essentiellement la localisation et les relations internationales qui déterminent sa puissance. C’est l’exemple explicite de Malte. Sa superficie est de 316 km² (Malte et Gozo). Plus petit que la ville de Rotterdam, cet archipel a pourtant joué de nombreux rôles dans l’histoire (point stratégique pendant les Croisades, siège de l’Ordre de chevalerie de Saint-Jean-de-Jérusalem, port stratégie pour le hub maritime, etc.) Actuellement, le rayonnement et le pouvoir économique de ces deux îles dépassent largement leur faible superficie.

De plus, depuis les années 1980 et la délimitation des zones économiques exclusives, les îles sont devenues des sources convoitées de richesses, tant en termes de ressources halieutiques que de rayonnement diplomatique. Ainsi, un simple rocher peut devenir un objet de discorde.

L’auteure met également en avant la position des îles comme portes ouvertes à la migration. Ce phénomène détaillé dans l’ouvrage permet de comprendre l’actualité de la question insulaire. L’exemple le plus flagrant est celui de Lampedusa, une île de 20 km², souvent considérée comme le radeau de la Méduse. De nombreux migrants s’échouent sur cette île de l’archipel des Pélages dans l’espoir d’être ensuite accueillis en Europe.

« Loin d’être à l’écart des dynamiques du monde contemporain, d’être [un] lieu périphérique [et] margina[l] » (page 143), le réseau insulaire constitue un maillon primordial dans le commerce et le transit de stupéfiants. L’archipel des Caraïbes vit d’ailleurs essentiellement de ce commerce illégal. Le PIB de certaines îles de l’archipel des Petites Antilles constitue près de 50% sur le transit de drogues et le blanchiment d’argent.

Cependant, l’auteure nous révèle également tous les aspects négatifs sur l’environnement que procure l’engouement pour les îles. Paradisiaque, offrant un vaste dépaysement, le tourisme vert relève l’économie des îles. Néanmoins, les conséquences sur la biodiversité sont cruelles. L’effondrement insulaire provoqué par « les dommages environnementaux, le changement climatique, l’hostilité des voisins, les rapports de dépendance avec les partenaires commerciaux et les réponses apportées par la société »[2]et en évidence les difficultés du monde contemporain.

Les états insulaires font face à un paradoxe frontalier. Les îles ont à la fois une frontière délimitée et extrêmement claire avec le reste du monde, et dans le même temps, très floue. En effet, elles sont reliées au monde par toute la numérisation et le système internet, mais peuvent être très éloignées physiquement. De plus, certaines îles sont artificielles ou reliées au continent seulement par un pont.

 

La démarche épistémologique utilisée par Marie Redon dans ce livre est essentiellement réaliste et constructiviste. Elle a cherché à décrire les faits et les analyser pour en tirer des conclusions fiables, tout en restant neutre. Ainsi, pour un néophyte du domaine, la compréhension est facilitée. Cette distance prise avec le sujet permet à chacun de construire sa réflexion. Tous les aspects de la géopolitique sont balayés : l’histoire des îles, l’évolution des perceptions insulaires à travers le temps, la localisation des archipels, les aspects stratégiques, économiques, juridiques, climatiques, touristiques, etc. Les descriptions sont faites aussi bien du point de vue des pays « propriétaires » des îles que des habitants insulaires.

Aucun autre ouvrage de géopolitique n’aborde la question des îles de manière aussi dense et générale. Certains auteurs se sont spécialisés sur une île ou un archipel en particulier afin d’en analyser les conséquences géopolitiques. Le sujet des îles est d’autant plus d’actualité en ce début du XXIème siècle que le Pacifique, zone insulaire par excellence, prend de plus en plus d’importance sur la scène internationale. Connaître les enjeux liés aux îles est donc primordial.

Agathe CAVALADE

Etudiante en M1 “Géopolitique et Relations Internationales” – 2021-2022

 

Bibliographie :

DIAMOND Jared , Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, 2004, 592 p. 

REDON Marie, Géopolitique des îles – Des îles rêvées aux îles mondialisées, s.l. : Le cavalier bleu, 2019, 167 p. 


[1] Marie Redon est docteur agrégée de géographie, spécialiste de la question des îles et de leurs environnements, de l’Afrique et du secteur financier des jeux d’argent.

[2] Jared DIAMOND, Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, 2004.



Citer ce billet
Geopolitique-FASSE-ICP (2022, 30 mars). Lecture : Quels enjeux géopolitiques pour les îles ? Questions Géopolitiques. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p0a0

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search