Le trafic de déchets en Campanie : la Camorra est-elle toute puissante ?

MPCA Photos

La Campanie : une terre victime du « parasitage » criminel

Abstract : Considéré comme le quatrième business illégal dItalie, le trafic de déchets sévit en Campanie. Dans cette région dItalie, la Camorra, organisation criminelle, mafieuse, est accusée d’être à la tête dun trafic illégal internationalisé de déchets jugés nocifs pour lenvironnement et la santé publique. La Campanie, devenue la « poubelle de lEurope » est, depuis les années 1980, le centre névralgique dune activité criminelle contre laquelle les autorités italiennes peinent à lutter et ce, malgré la création de « commissariats extraordinaires » luttant contre cette forme de criminalité. Cette « poubelle de lEurope » est née sous les yeux dune population victime dune organisation criminelle qui a lascendant sur les autorités italiennes, impuissantes, amorphes et corrompues devant désormais trouver une solution de sortie à cette crise sans fin et endiguer lavancée « parasitaire » de la Camorra.

 

La région est également appelée la « terre des feux ». Ce nom fait écho aux nombreux incendies criminels recensés dans la région, en vue d’éliminer les déchets. Ces incendies concernent désormais des déchets qui se comptent en milliers, voire millions de tonnes. En 2015, les autorités italiennes découvrent une décharge illégale où sont enfouis près de 2 millions de mètres cubes de déchets sur une surface de 25 hectares. Malgré le nettoyage fréquent des zones denfouissement de déchets, les autorités ne parviennent pas ni à endiguer cette activité, puisque les criminels parviennent sans cesse à trouver de nouveaux lieux denfouissement, ni ses effets, à savoir la pollution des sols, des nappes phréatiques et de fait la production agricole ou encore les ressources en eau potable[1].

En 2016, lensemble de la population européenne produisait 2 538 tonnes de déchets, dont 4% concernaient des déchets jugés dangereux, soit 100 millions de tonnes[2]. Les autorités italiennes constatent dès lors que de nombreux déchets toxiques se retrouvent dans ces décharges illégales. LItalie est également préoccupée par linternationalisation de cette activité criminelle, avec des déchets provenant parfois du nord de lEurope, dAllemagne et des Etats baltes par exemple, produits par des industries peu scrupuleuses, préférant traiter avec les organisations criminelles, moins encombrantes et protocolaires que les autorités légales.

De nombreux Etats, principalement européens[3], profitent du développement de lactivité criminelle pour détruire leurs déchets à moindre coût et sont impliqués dans le statu quo existant en Campanie. Cet état de fait soulève donc la question dune nécessaire législation européenne et dune lutte commune à l’échelle du continent pour contrer le développement de la Camorra et éviter les impacts négatifs de ces activités en Campanie, particulièrement en termes sanitaires.

 

A lorigine du trafic illégal de déchets : la crise des déchets en Campanie

 

En 1993, lEtat italien déclare l’état durgence en Campanie concernant la gestion des déchets. Un commissaire extraordinaire, commissario straordinario, aux pouvoirs spéciaux, est nommé pour endiguer cette crise qui a vocation à être aussi bien environnementale que sanitaire. Il se substitue aux maires pour organiser la gestion des déchets et dispose par exemple de fonds publics spéciaux en cas dintervention durgence. Plus généralement, le commissaire était chargé dadopter un « cycle de gestion intégrée des déchets »[4], en vain.

En vain, car le dispositif durgence, originellement voué à être limité dans le temps, a été prolongé jusquen 2008, devenant un « mode ordinaire et stable daction publique[5] ». Autrement dit, la crise des déchets sest poursuivie et a même été accentuée par une production de déchets domestiques toujours croissante. A celle-ci, sajoute une croissance, déjà évoquée, de larrivée illégale de déchets industriels, parfois toxiques, dans la région.

Malgré la nomination dun commissaire spécial, la crise des déchets sest poursuivie et a été accentuée par plusieurs facteurs.

La fermeture des sites inadaptés et présentant un risque environnemental ou sanitaire conséquent nont pas été remplacés par dautres sites permettant laccueil convenable des déchets domestiques comme industriels.

Dans ce contexte, les sites, les décharges maintenus en activité ont rapidement été saturés. Cette saturation na cessé de croître au fil des ans, notamment à cause de la production croissante de déchets urbains, à savoir les déchets produits par les ménages et les petites et moyennes entreprises locales. En 2008, la région produisait 2.723 millions de tonnes de déchets urbains (domestiques et industriels)[6]. En 2020, la production totale de déchets urbains était de 2.560 millions de tonnes de déchets urbains[7]. Entre 2008, date marquant latteinte dun seuil critique dans la crise, et 2020, la situation na pas évolué.

La longue crise des déchets connaît son seuil de criticité le plus haut en 2008, après la tentative dimmolation dune femme devant la décharge de Giuliagno. Cette année, la population locale manifeste sa colère et son mécontentement en brûlant les tas de déchets jonchant le sol des villes campaniennes, causant « dimportants dommages à lenvironnement et menaçant la santé publique »[8]. A cet instant, la pression des médias internationaux et de la population locale pèse sur les épaules dune administration dans lincapacité de régler la crise des déchets, et ce, en dépit de la nomination dun nouveau commissaire extraordinaire, Giovanni De Gennaro, chargé de la création dune « méga-décharge », fruit de la réouverture de trois décharges et de quatre sites de stockage, de la remise en service des installations CDR[9], de la réduction de la production des déchets à 7 000 tonnes quotidiennes qui serait permise par linstauration dun système de tri des ordures, jusquici très peu développé[10]. Malgré ces projets, ladministration italienne peine à endiguer la crise sans fin quest celle des déchets. Les mois suivant sa nomination, les autorités ont cherché à enfouir plusieurs milliers de tonnes de déchets, alors même que les villes italiennes devenaient progressivement des décharges à ciel ouvert.

Rien, entre 2007 et 2008, na su régler la crise des déchets en Campanie. Lincapacité des dirigeants locaux à faire face à leur responsabilité a été durement critiqué par lensemble de la communauté européenne. En juin 2007, la Commission européenne ouvre alors une procédure dinfraction contre lItalie pour lensemble des crises advenues depuis le milieu des années 1990 en Campanie et dans la région de Naples, plus particulièrement pour « violation des dispositions européennes en matière de gestion et dentreposage des déchets »[11]. Les personnes impliquées dans la gestion des déchets ont également été renvoyées devant le tribunal de Naples pour être jugées[12].

Cette crise, qui sert dexemple de mauvaise gestion des déchets, met en lumière la corrélation qui peut exister entre les enjeux environnementaux et la mauvaise gestion politique dune région. Autrement dit, elle permet de faire le lien entre crise politique et enjeux environnementaux. Ce qui aurait dû être une crise temporaire sest transformée en crise chronique politique, environnementale et sanitaire qui a duré plus dune décennie. La crise des déchets sert donc de point dancrage à lanalyse de larrivée de la mafia dans le trafic de déchets, laccentuation des problèmes environnementaux provoqués par celui-ci et lincapacité de lEtat italien à y faire face.

La négligence et la corruption de ladministration publique campanienne a donc contribué à lessor de la Camorra, plus ancienne organisation criminelle dItalie, dans le domaine de la gestion des déchets, profitant dès le début des années 2000 daccès à de la vulnérabilité de lEtat pour acheter à bas prix les déchets des industries pour les revendre à lEtat au prix fort.

 

Une crise profitant à lorganisation criminelle locale : la Camorra

 

La Camorra a su profiter de labsence de lEtat. Dans lessor du trafic illégal de déchets, lorganisation na finalement pas innové. La mafia, ou plus techniquement le crime organisé, se développe toujours en parallèle au mode de fonctionnement légal. Pour beaucoup de spécialistes, la mafia est un « parasite »[13], qui prend progressivement lascendant sur lEtat italien dans la gestion de la vie quotidienne, ici la gestion des déchets. Larticle du site Géoconfluences, intitulé « Le développement durable, approches géographiques, gouvernance territoriale et gestion des déchets : lexemple de la Campanie », rappelle en des termes clairs que « Lillégal est un rouage de la mécanique territoriale. Cette gestion parallèle a longtemps permis aux territoires de continuer à fonctionner “normalement” en apparence »[14]. Le fonctionnement parallèle est donc monnaie courante dans cette région qui subit le crime organisé depuis le XIXe siècle, où lillégal vient parfois à infiltrer le légal pour mieux contrôler son champ dactivités. Il faut néanmoins garder à lesprit que les organisations criminelles, mafieuses, nont pas pour objectif de remplacer lEtat. Elles survivent justement en exploitant les faiblesses dun Etat. Dans le contexte de la crise des déchets et de leur trafic, la Camorra profitait des appels doffre émis par le gouvernement central, pour par exemple entreposer légalement les déchets. Une partie des contrats était alors captées par des entreprises fantômes, ou sociétés-écrans, », cest-à-dire de fausses entreprises permettant à une organisation criminelle de pouvoir agir sans soupçons sur le marché légal. Alors que la gestion légale des déchets est un processus complexe impliquant la collecte, le transport, le tri, la construction de décharges, dincinérateurs, la Camorra sarrête à l’étape de la collecte pour ensuite entreposer les déchets et les éliminer par incendies ou enfouissements[15].

Les organisations criminelles centrent généralement leur économie autour dune à deux activités hors de celles habituelles, comme lextorsion, la contrefaçon, le trafic d’êtres humains, de drogues. Depuis plusieurs décennies, l’économie de la Camorra gravite autour du trafic de déchets. Lhistoire récente a montré que lEtat a failli dans sa tâche à régler la crise des déchets. Dans ce contexte, la mafia napolitaine a pris la relève et gère désormais une grande partie des déchets des communes.

Dès les années 1990, les déchets ne pouvant être déposés dans les décharges surchargées, sont captés par la Camorra qui, à travers des entreprises de transport et de par la corruption des autorités locales, se chargeait de gérer les déchets urbains en les abandonnant « dans larrière-pays, sur des terrains privés appartenant aux mafieux, ou en les entreposant dans les décharges non-réglementaires »[16]. Progressivement, la région est devenue la plaque tournante du trafic de déchets et la mafia va collaborer avec des entreprises peu scrupuleuses, cherchant à ses débarrasser de leurs déchets à moindre coût.

Au départ ce trafic illégal était mal organisé et ponctuel, mais les criminels ont progressivement cherché à lui donner un caractère légal. Pour se faire, les organisations criminelles doivent, au fil du temps, remplacer les organes légaux chargés de la gestion des déchets. La Camorra comprend rapidement les bénéfices qui peuvent être tirés dune telle activité.

Dès le début des années 2000, lenfouissement des déchets urbains et municipaux ne suffit plus. Les mafieux comprennent que la collaboration avec des firmes italiennes et étrangères peu regardantes sur la légalité du cycle de gestion des déchets peut leur être bénéfique. La Camorra se charge alors de se positionner sur le marché des déchets à travers des entreprises « fantômes » ou « prête-noms ». Giovanni Colangelo, procureur de la République, affirme que les « documents fiscaux et douaniers qui accompagnent les déchets pendant leur transport sont des faux »[17].

A travers ces entreprises, la mafia napolitaine peut pleinement pratiquer ce que de nombreux spécialistes nomment lecomafia[18], en récupérant, à moindre frais que par la voie légale, les déchets, souvent toxiques, dindustriels européens peu scrupuleux. Dans certains villages, les enquêteurs retrouvent généralement des déchets, enfouis, en provenance de pays étrangers comme lAllemagne. En 2015, des conteneurs en provenance dAllemagne avait été retrouvés grâce au témoignage dun repenti. En vingt ans, plus de 10 millions de tonnes de déchets ont été enfouis ou brûlés par la Camorra.

Depuis plusieurs décennies, lorganisation criminelle napolitaine profite donc de la faiblesse de lEtat et du désintét des industries européennes pour le recyclage légal des déchets, jugé trop cher. En effet, alors quun recyclage légal dun conteneur coûte 60 000 euros, la Camorra ne demandera que 6 000 euros par conteneur, voire moins si les déchets sont envoyés vers les pays du tiers-monde[19], les pays du Maghreb en première ligne. Au final, la Camorra, par lintermédiaire de ses sociétés-écrans peut générer des profits avoisinant les 11 milliards deuros en 2020[20]. Ils étaient de 15 milliards deuros[21] en 2017.

Il sagit donc avant tout dun trafic internationalisé et non plus dune affaire de gestion de déchets municipaux. Les activités de la Camorra, ayant fait de la Campanie une plaque tournante de ce juteux trafic, n’évitant pas de faire des victimes économiques et sanitaires à l’échelle locale.

 

Après la crise des déchets : une crise sanitaire, une crise environnementale, une crise économique

 

Lors denquêtes menées sur les sites denfouissement des déchets, les autorités et spécialistes ont retrouvé de nombreux équipements électroniques usagés, des plastiques, différents types de métaux, des boues industrielles. Parmi lensemble de ces déchets, ont également été retrouvés des produits toxiques. Des témoignages de repentis rapportent que la criminalité organisée favorise le déversement des produits toxiques dans les cours deau, comme le Sarno, à une gestion « écologique » des déchets. Ainsi, toute la biodiversité est mise en péril ainsi que la santé publique de la région.

Nous avons également vu que la Campanie est aussi appelée « Terre des feux » car la mafia a recours à la combustion pour faire disparaître les déchets. Les fumées toxiques libérées par ces incendies sont chargées en dioxine et sa concentration dans lair des villages campaniens est parfois dix fois supérieure à la réglementation. Par exemple, la zone située entre les villages de Nola, Marigliano et Acerra[22] est appelée « Triangle de la mort ». Y ont été relevés des taux dhuiles minérales, de plomb ou encore de résidus daluminium supérieurs à la norme. Sont également retrouvées sur ces terrains des traces damiante, dont l’élimination est jugée « dangereuse et compliquée et donc coûteuse, ce qui permet grâce à l’élimination illégale dengranger des profits élevés[23] ».

A cause de cette pollution, cest lensemble des secteurs économiques de la région qui est bloqué, du tourisme à la production de produits agro-alimentaires. Puisque les polluants se logent dans les sols et les nappes phréatiques, le lait des bufflonnes de Campanie, à lorigine de la mozzarella AOC (Appellation dOrigine Contrôlée), a été jugé nocif pour la santé des consommateurs par la Commission Européenne qui a suggéré, encouragé, les autorités italiennes à retirer le fromage des rayons des supermarchés. Il sagit dun exemple parmi dautres, mais il permet de mettre en lumière lensemble des problématiques engendrées par les activités criminelles dune minorité toute-puissante.

La Campanie est donc lune des régions européennes les plus polluées. Les nappes phréatiques et les sols, notamment agricoles, sont surchargés en produits toxiques. Pourtant, tous deux continuent d’être exploités à des fins domestiques, mettant de facto la santé publique en danger.

Rien que dans la région de Naples, près de 667 personnes sont décédées à cause du « smog »[24]. Même si les autorités locales n’établissent pas de lien direct et officiel entre ces décès et la pollution élevée de la région due à lenfouissement des déchets, de nombreux cas de cancers sont répertoriés dans la région, avec une hausse de 80% à 300%depuis 2008[25]. Sans propos officiel du gouvernement, il semble clair que la population, exposée à des « concentrations égales à 32,6 μg/m3[26], donc très supérieures au seuil de sécurité indiqué aujourd’hui par l’OMS »[27], est particulièrement mise en danger par les activités criminelles de la Camorra.

Selon lIHEMI (Institut des Hautes Etude du Ministère de lIntérieur), les enfants sont les premières victimes de ce trafic. Dans son article « Le trafic de déchets toxiques : quelle implication de la Camorra ? », lIHEMI mentionne le rapport de lInstitut Supérieur de santé italienne selon lequel « le contexte épidémiologique de la population en question se caractérise par une série dexcès de mortalités, dincidence du cancer et dhospitalisation pour diverses pathologies, qui mettent en avant, parmi les facteurs de risque établis ou soupçonnés, lexposition aux polluants émis ou dégagés par les sites d’élimination illégale de déchets dangereux et la combustion incontrôlée de déchets dangereux et solides municipaux. En particulier, il y a une surreprésentation denfants hospitalisés pour tous les cancers, dans leur première année de vie et aussi un excès de cancers du système nerveux central, de même parmi le groupe des 0-14 ans12 »[28]. De plus, il est important de souligner quune grande partie de ces enfants est issue des classes socio-économiques en souffrance.

De manière plus globale, lOrganisation Mondiale de la Santé (OMS) tirait déla sonnette dalarme en 2008 concernant la surmortalité inquiétante en Campanie. A cette époque, lOMS rapportait que la mortalité était 12% plus importante dans la région que dans le reste de lItalie[29].

 

Les difficultés à adopter des solutions législatives et pratiques

 

Si ce trafic se poursuit, cest en raison de la faiblesse des systèmes judiciaires italien et européen, et ce, malgré la loi italienne prévoyant 15 ans demprisonnement pour les individus jugés coupables de trafic illégal de déchets. Malgré la recherche dune politique et de termes communs pour la gestion des déchets par les Etats européens dès les années 1990, la Camorra na que faire des textes législatifs.

LItalie, par le biais de lUnion Européenne, prépare donc des plans sur le long terme pour éviter une nouvelle crise des déchets qui profiteraient à la mafia napolitaine. Les autoritaires campaniennes considèrent que la « crise des déchets en Campanie nest pas terminé; elle est juste en sommeil, et le risque dune nouvelle éruption est important »[30]. Les autorités, pour bloquer les projets mafieux, cherchent à adopter un plan de gestion intégré en mettant en avant la « prévention, la réduction, la réutilisation et le recyclage des déchets, ainsi que lorganisation de collecte séparées »[31]. En faisant lautocritique de la rupture du dialogue entre citoyens et autorités, elles veulent également créer des infrastructures adaptées à la forte production de déchets par la population locale.

LItalie, mais également le reste de lUnion Européenne, cherche avant tout à mettre en avant des aides, des outils poussant les entreprises à s’éloigner des ecomafias, en réduisant par exemple le prix de traitement des déchets, avec des Etats qui partageraient avec les firmes la facture de la gestion des déchets, jusquici jugée trop coûteuse (la complexité des procédures de traitement entraine nécessairement une hausse des coûts de gestion des déchets). 

Mais il semble clair que lItalie peinera encore quelques années avant de trouver une solution concrète et viable permettant de réduire le coût de la gestion des déchets et de lutter contre le problème de pollution dans la région, source dinquiétudes, et donc de mécontentement, de la population locale. De nombreux spécialistes se tournent vers la thermovalorisation. En prenant la définition donnée par Lucia Giuliani dans larticle « Urgence déchets à Naples », publié dans la revue Flux en 2009, un thermovalorisateur « est un incinérateur capable dexploiter le pouvoir calorique des déchets pour produire de l’énergie électrique[32] ». Autrement dit, le thermovalorisateur transforme en énergie ce qui était autrefois limité à la thermodestruction. Si cette pratique semble être une bonne solution à la gestion des déchets et la résolution de la crise, elle ne résout totalement la problématique environnementale liée à la pollution. Lucia Giuliani rajoute que « bien quils soient beaucoup moins polluants que les anciens incinérateurs, les procédés les plus modernes de thermovalorisation n’éliminent pas totalement la présence de dioxines dans les fumées dégagées dans latmosphère[33] ».

Au sein de la communauté scientifique, lusage des thermovalorisateurs fait débat puisque certains affirment quils n’éliminent pas la présence de dioxines dégagées dans lair tandis quune autre partie estime quil sagit dune solution viable environnementalement parlant.

Dun point de vue économique, linstallation de thermovalorisateurs minimisent les opportunités demplois et leur coût, le rappelle Lucia Giuliani, se mesure en millions deuros[34].

Un autre aspect mérite d’être étudié, cest laspect social et sociétal de la problématique. Il serait possible dapparenter cette solution alternative, supposé plus écologique, à une tentative de contourner le problème de la criminalité organisée. Face à ce contournement de la part du gouvernement italien, la population locale peut logiquement ressentir un sentiment dabandon aux criminels de la Camorra. Aujourdhui, la population fait preuve de « Nimbyisme », terme employée par lauteure, cest-à-dire lopposition de populations locales, de résidents, à un projet local. Cette opposition nest généralement pas motivée par des principes environnementaux ou daménagement mais davantage par la volonté de ne pas porter atteinte à un cadre de vie préétabli. La population, en colère et frustrée, refuse pour le moment les solutions proposées par le gouvernement, dont le blocage est accentué par linstrumentalisation de la colère populaire par la Camorra.

Autrement dit, les autorités italiennes et la classe politique campanienne ne sont actuellement pas en mesure de régler durablement la problématique du trafic de déchets.

Pour les raisons susmentionnées, lUnion Européenne doit rester aux côtés de lEtat italien, dont le contribuable ne peut plus supporter le coût infligé par le traitement légal et illégal des déchets, induit par le principe de lUnion Européenne, « pollueur-payeur[35] ». En effet, les habitants de Campanie paient les opérations dassainissement et de dépollution des terrains denfouissement. LItalie nest pas encore en mesure de contraindre la mafia napolitaine aux normes européennes et fait donc preuve de « faiblesses pour protéger la population »[36]. LItalie, victime et propre bourreau du principe de « pollueur-payeur », doit aujourdhui éviter à sa population de payer le prix des activités illégales de groupes criminels et parvenir, à laide de lUnion Européenne, à contraindre un groupe qui na que faire des législations européennes.

me si lItalie, par le biais de lUnion Européenne, cherche à adopter un budget suffisant et à renforcer les sanctions contre les criminels, la mafia continue de pratiquer le trafic de déchets car pour le moment, le profit est important, la prise de risque lest moins. Les mafieux sont conscients que leurs terrains denfouissement, leurs terrains privés, sont constructibles. Pour éviter d’éveiller tout soupçon, des habitations sont construites, ce qui rend difficile le travail des autorités et des enquêteurs. Sont souvent pointées du doigt linaction, la passivité et la corruption des dirigeants locaux qui, pour certains corrompus, laissent la Camorra agir en tant qualternative au mode de fonctionnement légal. Aujourdhui, le territoire fonctionne « normalement » en apparence mais sont de plus en plus dénoncées les effets dévastateurs sur lenvironnement et la santé par la population et les organisations et associations de lutte anticriminalité et environnementale, comme Legambiente.

 

Car les autorités italiennes nont pas su gérer la crise des déchets à laquelle elles faisaient face dans les années 1990 et 2000, la Camorra a su saisir les opportunités et accentuer, au fils des ans et à travers un juteux trafic, les faiblesses organiques dun Etat absent dans certaines régions désormais aux mains de petits groupes mafieux.

La crise environnementale et sanitaire qui touche encore la Campanie est un malheureux exemple parmi dautres crises, économiques, sociales, initiées par la criminalité organisée à travers toute lItalie. Il sagit donc dun exemple flagrant des pratiques destructrices des organisations criminelles sur le sol italien. Ce qui était une crise des déchets sest progressivement transformée en une crise dabord environnementale, puis sanitaire et surtout économique, bloquant dès lors la production agro-alimentaire mais aussi le tourisme.

Désormais, lItalie, de concert avec lUnion Européenne, doit sérieusement travailler sur une solution de sortie de crise, les activités de la Camorra mettant en péril la santé de la population locale et en particulier celle de la jeunesse. Selon larticle de Géoconfluences, « Le développement durable, approches géographiques, gouvernance territoriale et gestion des déchets : lexemple de la Campanie », le trafic perdurera tant que les industries ne disposeront pas dunités de traitement spécialisées opérationnelles et en nombre suffisant[37]. Mais cette mesure, parmi dautres qui ont été mentionnées, bute contre lopposition des populations, des élus, qui sont désormais effrayés par lidée que de nouvelles infrastructures causeront de nouveaux dommages sur la santé : « Nous sommes passés au cours de ces dernières années d’une opposition sélective contre des équipements lourds comme les incinérateurs ou les décharges, à une situation de refus systématique de toute forme d’équipement, y compris d’équipements “inoffensifs” comme les unités de fabrication de compost ou les îles écologiques (plates-formes publiques où les déchets déposés par les usagers sont triés en vue de leur recyclage). Cette opposition se nourrit de la conviction diffuse que ces équipements constitueront, à terme, un danger pour la santé publique parce qu’ils seront gérés par la Camorra et/ou parce qu’ils ne répondront pas à la réglementation en vigueur ».

Autrement dit, la population, à juste titre, vit désormais dans la crainte que la Camorra ne prenne le contrôle des nouveaux dispositifs mis au service de la population.

La population voit juste, contrairement à ses dirigeants, aveuglés par la corruption dont ils sont les principaux acteurs. Aujourdhui, la Camorra sinfiltre dans les projets dassainissement des terrains denfouissement. Dans ce contexte, la mafia napolitaine na pas fini de parasiter le système politique campanienne.

 

 

Bibliographie

 

Articles scientifiques

Armiero Marco, DAlisa Giacomo & De Rosa Salvatore Paolo, « La politisation des déchets en Campanie. Conversation à trois voix », Géocarrefour [Online], 95/1 | 2021, Online since 23 February 2021, connection on 30 January 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16739 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.16739

Caputto Carlotta, « La crise des déchets à Terzigno, en Campanie », p. 93-119, in: Corteel Delphine & Le Lay Stéphane (dir.), Les travailleurs des déchets, Ed. Erès, Coll. Clinique du Travail, Paris, 2011, 336 pages, https://www.cairn.info/travailleurs-des-dechets–9782749214368-page-93.htm

Champeyrache Clotilde, « L’économie mafieuse : entre principe de territorialité et extraterritorialité », Hérodote, 2013/4 (n° 151), p. 83-101. DOI: 10.3917/her.151.0083. URL: https://www.cairn.info/revue-herodote-2013-4-page-83.htm

Giuliani Lucia, Urgence déchets à Naples”, Flux, n°75, 2009, p. 112-117, https://www.cairn.info/revue-flux1-2009-1-page-112.htm?contenu=article

Maccaglia Fabrizio & Sylviane Tabarly, « Le développement durable, approches géographiques, gouvernance territoriale et gestion des déchets : lexemple de la Campanie », Géoconfluences, 18 novembre 2008, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/DevDur/DevdurDoc8.htm

Martone Vittorio, La camorra nella governancedel territorio”, Meridiana, 73/74, 2012, p. 103–131, http://www.jstor.org/stable/23302355

Past Elena, “‘Trash Is Gold: Documenting the Ecomafia and Campanias Waste Crisis,” Interdisciplinary Studies in Literature and Environment, vol. 20, no. 3, Oxford University Press, 2013, pp. 597–621, http://www.jstor.org/stable/44087265

Sales Isaia, La questione rifiuti e la camorra”, Meridiana, 73/74, 2012, p. 63–79. http://www.jstor.org/stable/23302352

Toscano Alberto, « Largent des mafias », dans : Michel Wieviorka éd., L’argent. Auxerre, Éditions Sciences Humaines, « Les entretiens d’Auxerre », 2010, p. 193-209. DOI : 10.3917/sh.wievi.2010.01.0193. URL : https://www.cairn.info/—page-193.htm

 

Articles de presse

Frattasi Pierluigi, A Napoli 667 morti per lo smog in un anno: la mappa dei quartieri più inquinati”, Fan Page, 16 juillet 2021, https://www.fanpage.it/napoli/a-napoli-667-morti-per-lo-smog-in-un-anno-la-mappa-dei-quartieri-piu-inquinati/

Mastrandea Angelo & De Gasquet Pierre, « Le trafic de déchets, ce business mafieux », Euronews (en partenariat avec Les Echos et Il Manifesto), 10 juillet 2015, https://fr.euronews.com/2015/07/10/le-trafic-de-dechets-ce-business-mafieux

 

Sitographie 

D. Raphaël, Trafic de déchets toxiques : ce commerce lucratif aux mains de la mafia », Mr Mondialisation, 24 novembre 2021, https://mrmondialisation.org/trafic-de-dechets-toxiques-ce-commerce-lucratif-aux-mains-de-la-mafia/#:~:text=Trafic%20de%20d%C3%A9chets%20toxiques%20%3A%20ce%20commerce%20lucratif%20aux%20mains%20de%20la%20mafia,-24%20novembre%202020&text=Les%20activit%C3%A9s%20de%20nombreuses%20industries,importantes%20quantit%C3%A9s%20de%20d%C3%A9chets%20toxiques.&text=Depuis%20les%20ann%C3%A9es%201980%2C%20la,la%20poubelle%20de%20l’Europe

Massa Lorena, « Le trafic de déchets toxiques : quelle implication de la Camorra », IHEMI, 6 novembre 2020, https://www.ihemi.fr/articles/le-trafic-des-dechets-toxiques-quelle-implication-de-la-camorra#:~:text=En%20plus%20de%20la%20contamination,la%20terre%20de%20la%20Campanie

 

Rapports/graphiques

ISPRA, « Produzione provinciale della regione Campania, Istituto Superiore per la Protezione e la Ricerca Ambientale, 2008, https://www.catasto-rifiuti.isprambiente.it/index.php?pg=mprovincia&aa=2008&regid=Campania

ISPRA, « Produzione provinciale della regione Campania, Istituto Superiore per la Protezione e la Ricerca Ambientale, 2020, https://www.catasto-rifiuti.isprambiente.it/index.php?pg=mprovincia&aa=2020&regid=Campania

Legambiente, Ecomafia 2021. Tutti i numeri sulle illegalità ambientali in Italia”, Legambiente, 16 novembre 2021, https://www.legambiente.it/comunicati-stampa/ecomafia-2021-tutti-i-numeri-sulle-illegalita-ambientali-in-italia/

Piirtju, « Archive : Statistiques sur les déchets », Eurostat, 17 December 2019, https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Archive:Statistiques_sur_les_d%C3%A9chets&oldid=463415

 

Communiqués de presse

Parlement Européen, « Crise des déchets en Campanie : réduire, réutiliser et recycler ! » (Communiqué de presse), Parlement Européen, 06 octobre 2010, https://www.europarl.europa.eu/news/fr/press-room/20100927IPR83723/crise-des-dechets-en-campanie-reduire-reutiliser-et-recycler#:~:text=Une%20crise%20des%20d%C3%A9chets%20a%20%C3%A9t%C3%A9%20d%C3%A9clar%C3%A9e%20en%20Campanie%20en%201994.&text=En%202008%2C%20lors%20du%20r%C3%A9cent,les%20pla%C3%A7ant%20sous%20surveillance%20militaire

 

Documentaires

Mastrandea Angelo & De Gasquet Pierre, « Le trafic de déchets, ce business mafieux », Euronews (en partenariat avec Les Echos et Il Manifesto), 10 juillet 2015, https://www.youtube.com/watch?v=0T_6tn0rPBU

 


[1] Past Elena, “‘Trash Is Gold: Documenting the Ecomafia and Campanias Waste Crisis,” Interdisciplinary Studies in Literature and Environment, vol. 20, no. 3, Oxford University Press, 2013, pp. 597–621, http://www.jstor.org/stable/44087265.

[2] Piirtju, « Archive : Statistiques sur les déchets », Eurostat, 17 December 2019, https://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php?title=Archive:Statistiques_sur_les_d%C3%A9chets&oldid=463415.

[3] Mais pas seulement. Le documentaire Euronews souligne que des industries établies hors de lUnion Européenne, nhésitent pas à exporter leurs déchets jusquen Campanie. Cest le cas de certaines industries australiennes.

Source : Mastrandea Angelo & De Gasquet Pierre, « Le trafic de déchets, ce business mafieux », Euronews (en partenariat avec Les Echos et Il Manifesto), 10 juillet 2015, https://www.youtube.com/watch?v=0T_6tn0rPBU.

[5] Maccaglia Fabrizio & Sylviane Tabarly, « Le développement durable, approches géographiques, gouvernance territoriale et gestion des déchets : lexemple de la Campanie », Géoconfluences, 18 novembre 2008, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/DevDur/DevdurDoc8.htm.

[6] ISPRA, « Produzione provinciale della regione Campania, Istituto Superiore per la Protezione e la Ricerca Ambientale, 2008, https://www.catasto-rifiuti.isprambiente.it/index.php?pg=mprovincia&aa=2008&regid=Campania.

[7] ISPRA, « Produzione provinciale della regione Campania”, Istituto Superiore per la Protezione e la Ricerca Ambientale, 2020, https://www.catasto-rifiuti.isprambiente.it/index.php?pg=mprovincia&aa=2020&regid=Campania

[8] Giuliani Lucia, Urgence déchets à Naples”, Flux, n°75, 2009, p. 112-117, https://www.cairn.info/revue-flux1-2009-1-page-112.htm?contenu=article.

[9] (« Combustibile Derivato da Rifiuti » ou « Combustibles Dérivés de Déchets »), qui transforment les ordures ménagères en déchets prêts à être incinérés.

[10] Giuliani Lucia, Urgence déchets à Naples”, op. cit., p. 112-117.

[11] Parlement Européen, « Crise des déchets en Campanie : réduire, réutiliser et recycler ! » (Communiqué de presse), op. cit.

[12] Ibid.

[13] Pour paraphraser, Carmen Butta, dont le documentaire intitulé La Mafia, organisation parasite, analyse le fonctionnement même des organisations criminelles italiennes.

[14] Maccaglia Fabrizio & Sylviane Tabarly, « Le développement durable, approches géographiques, gouvernance territoriale et gestion des déchets : lexemple de la Campanie », Géoconfluences, 18 novembre 2008, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/DevDur/DevdurDoc8.htm.

[15] Past Elena, “‘Trash Is Gold: Documenting the Ecomafia and Campanias Waste Crisis,op. cit.

[17] Mastrandea Angelo & De Gasquet Pierre, « Le trafic de déchets, ce business mafieux », Euronews (en partenariat avec Les Echos et Il Manifesto), 10 juillet 2015, https://fr.euronews.com/2015/07/10/le-trafic-de-dechets-ce-business-mafieux.

[18] Néologisme créé par lassociation environnementale apolitique, désignant les activités illégales dorganisations criminelles causant des dommages à lenvironnement.

[19] Ibid.

[20] Legambiente, Ecomafia 2021. Tutti i numeri sulle illegalità ambientali in Italia”, Legambiente, 16 novembre 2021, https://www.legambiente.it/comunicati-stampa/ecomafia-2021-tutti-i-numeri-sulle-illegalita-ambientali-in-italia/.

[22] Annexe 1.

[23] Massa Lorena, « Le trafic de déchets toxiques : quelle implication de la Camorra », IHEMI, 6 novembre 2020, https://www.ihemi.fr/articles/le-trafic-des-dechets-toxiques-quelle-implication-de-la-camorra#:~:text=En%20plus%20de%20la%20contamination,la%20terre%20de%20la%20Campanie.

[24] Le smog désigne un mélange de brouillard et de fumées formant une nappe épaisse, grisâtre ou jaunâtre, irrespirable.

Source : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/smog.

[25] Mastrandea Angelo & De Gasquet Pierre, « Le trafic de déchets, ce business mafieux », Euronews (en partenariat avec Les Echos et Il Manifesto), 10 juillet 2015, https://fr.euronews.com/2015/07/10/le-trafic-de-dechets-ce-business-mafieux.

[26] Voir Annexe 2 pour constater le taux de pollution élevé dans la région de Naples.

[27] Frattasi Pierluigi, A Napoli 667 morti per lo smog in un anno: la mappa dei quartieri più inquinati”, Fan Page, 16 juillet 2021, https://www.fanpage.it/napoli/a-napoli-667-morti-per-lo-smog-in-un-anno-la-mappa-dei-quartieri-piu-inquinati/.

[28] Massa Lorena, « Le trafic de déchets toxiques : quelle implication de la Camorra », IHEMI, 6 novembre 2020, https://www.ihemi.fr/articles/le-trafic-des-dechets-toxiques-quelle-implication-de-la-camorra#:~:text=En%20plus%20de%20la%20contamination,la%20terre%20de%20la%20Campanie.

[29] Maccaglia Fabrizio & Sylviane Tabarly, « Le développement durable, approches géographiques, gouvernance territoriale et gestion des déchets : lexemple de la Campanie », Géoconfluences, 18 novembre 2008, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/DevDur/DevdurDoc8.htm.

[31] Ibid.

[32] Giuliani Lucia, « Urgence déchets à Naples », Flux, 2009/1 (n° 75), p. 112-117. DOI : 10.3917/flux.075.0112. URL : https://www.cairn.info/revue-flux1-2009-1-page-112.htm.

[33] Ibid.

[34] Ibid.

[35] Principe « pollueur-payeur », article 15, directive 2006/12/CE, 5 avril 2006 : « Conformément au principe du pollueur-payeur, le coût de l’élimination des déchets doit être supporté par le détenteur qui remet des déchets à un ramasseur ou à une entreprise visée à larticle 9, et/ou les détenteurs antérieurs ou le producteur du produit générateur de déchets ».

Source : Massa Lorena, « Le trafic de déchets toxiques : quelle implication de la Camorra », op. cit.

[36] Ibid.

[37] Maccaglia Fabrizio & Sylviane Tabarly, « Le développement durable, approches géographiques, gouvernance territoriale et gestion des déchets : lexemple de la Campanie », Géoconfluences, 18 novembre 2008, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/DevDur/DevdurDoc8.htm.

 

Annexes

Annexe 1 : Le « Triangle de la mort »

The Lancet Oncology, 2004.

Annexe 2 : Concentrations annuelles de NO2 pour toute la ville de Naples (ASBL – Citizens for the air – Citizen Liveability Comittee

Frattasi Pierluigi, “A Napoli 667 morti per lo smog in un anno”: la mappa dei quartieri più inquinati”, Fan Page, 16 juillet 2021, https://www.fanpage.it/napoli/a-napoli-667-morti-per-lo-smog-in-un-anno-la-mappa-dei-quartieri-piu-inquinati/


Citer ce billet
Matthieu Pepe (2022, 25 mars). Le trafic de déchets en Campanie : la Camorra est-elle toute puissante ? Questions Géopolitiques. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p09z

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search