Frontière maritime en Méditerranée orientale : comment la définition des frontières maritimes catalyse-t-elle les tensions ?

Par Victor Masson et Jérémie Preisser

 

Le F 245 TCG OruçReis, septembre 2009 / Crédit : Joost J. Bakker

 

La frontière maritime entre la Grèce et la Turquie a subi de nombreuses modifications au cours des dernières décennies. La conquête du Dodécanèse par l’Italie en 1911 et des îles Égéennes par la Grèce en 1913[1], comme la cession des territoires italiens aux Grecs à la fin de la deuxième guerre mondiale[2] ont fortement modifié la carte régionale. C’est cependant la conférence de Montego Bay de 1982 qui a apporté le plus grand changement dans la définition de la frontière entre les deux États.

 

La conférence de Montego Bay et la délimitation des frontières maritimes

 

Les frontières maritimes sont définies par la Conférence de Montego Bay, signée en 1982 et entrée en vigueur en 1994 après sa ratification par 60 États. Cette conférence a établi la frontière maritime comme délimitant une zone de souveraineté d’un État, ou plutôt deux zones. Dans le droit maritime on distingue en effet les eaux territoriales des zones économiques exclusives (ZEE). Les premières constituent une zone de 6 à 12 milles nautiques partant de la côte, dans laquelle l’État côtier est souverain sur tous les domaines. Les ZEE n’octroient qu’une souveraineté sur l’exploitation des ressources et forages, mais s’étendent jusqu’à 200 milles nautiques. La convention de Montego Bay délimite donc des frontières maritimes, qui existent dans un référentiel politique et non géographique, mais qui rassemblent néanmoins les fondamentaux de ce concept, à savoir les fonctions légales, de contrôle et fiscales[3].

 

Si la frontière maritime entre ces deux nations peut être vue comme une simple ligne imaginaire, figée dans le temps et l’espace, les revendications et tensions en mer Égée amènent aussi un caractère fluctuant à cette ligne.

 

Pour mieux comprendre les oppositions et arguments des deux acteurs, il faut revenir au texte de la conférence de Montego Bay. L’article 15[4] prévoit le cas de figure de chevauchement entre des zones de pays différents, et invite les États à prendre une ligne médiane pour délimiter les eaux territoriales. La Grèce a, lors de la signature de la convention, choisit le tribunal international du droit de la mer comme organe de règlement des différends relatifs à l’application de la Convention[5]. Comment interpréter alors la légitimité de ce tribunal dans la résolution du contentieux avec la Turquie qui n’a jamais ratifié la convention de Montego Bay ? Il est évident que dans le cas présent la carte de la mer Égée rend les négociations difficiles : si la Grèce dispose de  2383 îles et îlots et qu’une soixantaine placées sur l’extension du plateau de l’Anatolie sont turques, la diversité de leurs dimensions et statuts complique la situation. De surcroît, la Turquie revendique 150 îlots qui n’ont pas de statut précis au nom de l’héritage ottoman dont elle se réclame. Cette ZEE est visible sur la Carte 1, qui permet de mettre en évidence la délimitation telle qu’elle est actuellement définie.

 

Carte 1 : La Zone Économique Exclusive Grecque[6]

En noir sur la carte, la délimitation de la ZEE Grecque.

 

Une frontière fixée par les conventions internationales

 

Du côté grec, les arguments principaux avancés par Athènes vont dans le sens d’une unité territoriale définie par la frontière. Dans un tel contexte, la Grèce s’appuie sur le droit maritime et les conventions internationales pour  justifier tant le contrôle d’une grande partie de la mer Egée que pour éviter l’enclavement de certaines îles grecques dans les eaux territoriales turques[7]. L’enjeu est ainsi de garder le contrôle sur la totalité des eaux de l’archipel grec. Si les revendications d’Ankara étaient acceptées, cela ne poserait pas de problème au niveau de l’accès aux navires, le droit maritime permettant en effet de traverser les eaux d’un pays à condition d’y tracer le parcours de traversée le plus rapide, mais cela donnerait à la Turquie un moyen de pression sur son voisin hellénique. La Grèce argumente aussi que les îles ont le droit à leur propre plateau continental, et ne devraient pas se retrouver rattachées à un autre espace[8] comme le prévoit la convention de Genève de 1958.

 

Une « zone grise » à définir

 

De l’autre côté, Recep Tayyip Erdogan et son gouvernement, ont hérité des pleins pouvoirs qui lui ont été octroyés par le parlement pour régler cette question en 1995[9]. Ils avancent que la disposition particulière de la mer Égée nécessite des règles particulières [10]. Si la Turquie a revendiqué un élargissement de ses eaux territoriales en mer Noire et en Méditerranée, elle réclame une régulation différente pour sa frontière maritime avec la Grèce. En ce sens, on ne peut pas parler ici de simple délimitation de compétence des États, mais d’un vrai sujet d’importance stratégique, avec une ligne fluctuante selon les nations qui la tracent.

La Turquie, par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères, a aussi développé la notion de « zone grise » pour définir sa frontière en mer Égée[11]. En effet, plutôt qu’une ligne départageant les deux États, c’est maintenant toute une bande régionale[12], avec un statut indéfini qui servirait de séparation entre la Grèce et la Turquie. On peut sûrement y voir l’influence de la définition de frontière dans les Empires, qui n’était déjà pas une ligne mais une zone plus étendue.

 

Frontières et enjeux stratégiques

 

L’île de Chypre est un cas particulièrement intéressant pour illustrer cette confrontation. Elle est divisée en deux parties, la partie sud étant reconnue internationalement, contrairement à la partie nord, uniquement reconnue par Ankara. La Turquie, contrainte par sa ZEE très modeste comparée à sa taille continentale, développe un intérêt particulièrement fort pour les zones maritimes chypriotes (visibles sur la carte 2), revendiquant une grande partie de la Méditerranée orientale. Les gisements découverts dans les eaux chypriotes ont ravivé cet appétit légèrement mis de côté quand l’adhésion de la Turquie à l’UE restait envisageable. Désormais, la Turquie se préoccupe de la ZEE de Nicosie[13] en raison de sa dépendance énergétique, alors que de son côté, Chypre, pour contrecarrer de tels plans et profiter des gisements de sa ZEE, a établi en janvier 2021 un partenariat avec la Grèce et Israël avec pour objectif la création d’un gigantesque gazoduc « EastMED ».

 

Carte 2 : La Zone Économique Exclusive en Méditerranée Orientale [14]

les lignes rouges représentent la ZEE telle que la Turquie veut la voir redessinée, tandis que la ligne bleue représente les frontières maritimes actuelles.

 

La récente découverte de gisements d’hydrocarbures a accentué les tensions déjà existantes entre la Grèce et la Turquie.

Ce sont des entreprises étrangères qui ont mis le « feu aux poudres », notamment quand l’entreprise américaine « Noble Energy » trouve en 2009 un gisement au large des côtes israéliennes[15]. Par ailleurs, en 2010, le rapport américain « US Geological Survey » a évalué qu’il existait près de 9800 milliards de mètres cubes de gaz « récupérable » et 3,4 milliards de barils extractibles en Méditerranée[16]. Les recherches se poursuivent en 2011, quand cette même entreprise découvre un gisement baptisé « Aphrodite », proche des côtes chypriotes. L’entreprise énergétique italienne recensait quant à elle un important gisement en 2015 en Égypte. Déjà source de hautes tensions (en raison de l’existence de la République turque de Chypre du Nord), le territoire chypriote risque d’être à nouveau en proie à des conflits mêlant les trois États de la région. En 2018, un navire turc avait bloqué un navire de forage italien (de l’entreprise ENI) au large des côtes chypriotes du Sud, venu pour le gisement Aphrodite. Toutes ces données font réagir les puissances régionales méditerranéennes, qui y voient une potentielle source d’autonomie énergétique. C’est d’abord le cas des Turcs, qui, encore très dépendants du gaz russe et du pétrole étranger[17], auraient l’opportunité de faire de leur pays un véritable hub énergétique pour fournir de nombreux pays d’Europe.         

En outre, le conflit de puissances qui s’enchaîne en Méditerranée représente une course à l’hégémonie. Le pays qui réussirait à accaparer les ressources naturelles de la région serait le « maître » de la Mer Égée, car producteur et fournisseur d’énergie gigantesque. C’est ce que le président turc Erdogan, essaie de faire, au travers de sa politique globale de « Nouvel Empire ottoman » et d’une nouvelle doctrine géostratégique, promulguée par Cem Gürdeniz (ancien militaire turc). Ce dernier définit une nouvelle politique, afin que la Turquie devienne une « Patrie Bleue » (« Mavi Vatan »)[18]. Le but est bien de redonner à la Turquie la puissance d’antan au niveau maritime, et d’en faire une thalassocratie à la hauteur de ses ambitions territoriales. Bien sûr, le passé ottoman est complètement remodelé par Ankara, qui cherche à justifier sa propre politique. Ankara aspire à militariser les eaux turques et à empêcher tout désir grec d’obtenir de plus larges frontières dans la Méditerranée, voire à les contester militairement. Cela s’était produit en 2020 avec l’intervention de navires français en mer Egée pour épauler la Grèce face aux provocations frontalières turques. Plus précisément, le 10 juin 2020, la frégate française « Courbet » est prise pour cible par une frégate turque « Oruçreis » après avoir inspecté un cargo turc soupçonné de trafic d’armes. L’incident ne fait aucune victime, mais il est tout de même un exemple frappant de ce point de tension méditerranéen.

Tous ces contentieux frontaliers poussent les deux antagonistes à se réarmer : la Grèce a conclu un contrat en 2021 avec la France prévoyant la livraison de 24 rafales et 3 frégates, pour un montant de 6 milliards d’euros. Quant à la Turquie, l’Allemagne prévoit de lui fournir six sous-marins de dernière génération pour 2025, qui viendront renforcer sa flotte déjà forte de 12 sous-marins et 16 frégates. Avec le programme militaire MILGEM, elle souhaite entièrement moderniser sa flotte d’ici à 2030[19]. Cette course aux ressources a donc comme conséquence une militarisation exponentielle de la Méditerranée orientale.

 

La remilitarisation de la Grèce et de la Turquie, et notamment des îles grecques et la présence de la 4e armée turque[20] proche de la mer Égée doivent inciter à interroger la notion de frontière maritime en Méditerranée orientale : fixée par les conventions internationales pour les Grecs, mouvante pour les Turcs demandant une redéfinition de celle-ci, elle risque de devenir une « frontière-front »[21]. Le renforcement des forces armées opéré par Athènes et Ankara donne plus d’importance encore à cette vision de ligne de séparation armée entre deux antagonistes.

 

 

Bibliographie :

AMSELLEM, David. Le Gaz comme Élément de Réorientation des Alliances Géopolitiques en Méditerannée Orientale. Hérodote. 2013, Vol. 1.

BERTRAND, Gilles. L’Européanisation du Conflit Helléno – Turc. Les Champs de Mars. 2004, Vol. 2.

CAZENAVE, Fabien. La Grèce furieuse contre Berlin après la vente de sous-marins à la Turquie . Ouest France. [En ligne] 17 Juin 2021. [Citation : 7 Novembre 2021.] https://www.ouest-france.fr/europe/grece/la-grece-furieuse-contre-berlin-apres-la-vente-de-sous-marins-a-la-turquie-2c683ab0-cf5f-11eb-ae01-ad91b71840e2.

CHALANDON, Mélanie. Épisode 3 : Patrie Bleue : la Turquie à la conquête des mers. France Culture. [En ligne] 24 Mars 2021. [Citation : 7 Novembre 2021.] https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/de-lidee-a-laction-quatre-doctrines-geopolitiques-34-eurasisme-la-russie-veut-sa-part-deurope.

Constantinides, Stephanos et Arnopoulos, Paris. Le différend gréco-turc en mer Egée. Études helléniques/Hellenic Studies. 1996, Vol. 4, 2.

FOUCHER, Michel. Actualité et permanence des frontières. Médium. 2010, Vol. 3, n°24-25.

GEORGES, Philippe. Dictionnaire de la Géographie . Paris : PUF, 1974.

Turkey 2021 Energy Policy Review. s.l. : International Energy Agency, 2021.

KATSOUFROS, Theodoros. Les différends Gréco – Turc en Mer Égée. CEMOTI, Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien. 1986, Vol. 2, 1.

Ministère des Affaires Étrangères Hellénique. Zones Grises. Republique Hellénique, Ministère des Affaires Étrangères. [En ligne] 15 Juin 2018. [Citation : 7 Novembre 2021.] https://www.mfa.gr/fr/les-relations-greco-turques/dossiers-thematiques/zones-grises.html.

NABLI, Béligh. La Géopolitique des Hydrocarbures en Mediterranée. [En ligne] 18 Mars 2016. [Citation : 7 Novembre 2021.] https://www.iris-france.org/73847-la-geopolitique-des-hydrocarbures-en-mediterranee/.

Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer. Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer. Montego Bay  : s.n., 1982.

PAQUOT, Thierry et LUSSAULT, Michel. 2012. Introduction. Étymologies contrastées et appel au franchissement des limites. Hermès. La Revue, 2012, Vol. 2, 63.

PAZARCI, Hüseyin. Le contentieux gréco-turc en mer Égée. l. : CEMOTI Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien, 1986.

STIER, Hans Erich. 1985. Grosser Atlas zur Weltgeschichte. l. : Westermann, 1985. p.153

United Nations Treaty Collection [en ligne]. 16 novembre 1994 [consulté le 30 novembre 2021]. Disponible sur : https://treaties.un.org/pages/ViewDetailsIII.aspx?src=TREATY&mtdsg_no=XXI-6&chapter=21&Temp=mtdsg3&clang=_fr

Wikimedia Commons. Greece-Exclusive-Economic-Zone – Wikimedia Commons [en ligne]. 30 août 2020 [consulté le 17 décembre 2021]. Disponible sur : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Greece-Exclusive-Economic-Zone.png

Wikimedia Commons.. Eastern Mediterranean EEZ conflicts. Wikimedia Commons [en ligne]. 13 décembre 2019 [consulté le 17 décembre 2021]. Disponible sur : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Eastern_Mediterranean_EEZ_conflicts.svg

 

[1] Stier, Hans Erich. 1985. Grosser Atlas zur Weltgeschichte. s.l. : Westermann, 1985. p.153

[2] Pazarci, Hüseyin. Le contentieux gréco-turc en mer Égée. s.l. : CEMOTI Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien, 1986

[3] Foucher, Michel. Actualité et permanence des frontières. Médium. 2010, Vol. 3, n°24-25

[4] ONU. Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer. Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer. Montego Bay  : s.n., 1982

[5] UNTC. United Nations Treaty Collection [en ligne]. 16 novembre 1994 [consulté le 30 novembre 2021]

[6] Wikimedia Commons. Greece-Exclusive-Economic-Zone – Wikimedia Commons [en ligne]. 30 août 2020

[7] Katsoufros, Theodoros. Les différends Gréco – Turc en Mer Égée. CEMOTI, Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien. 1986, Vol. 2, 1

[8] Pazarci, Hüseyin. Le contentieux gréco-turc en mer Égée. s.l. : CEMOTI Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien, 1986. p.69

[9] Bertrand, Gilles. L’Européanisation du Conflit Helléno – Turc. Les Champs de Mars. 2004, Vol. 2

[10] Constantinides, Stephanos et Arnopoulos, Paris. Le différend gréco-turc en mer Egée. Études helléniques/Hellenic Studies. 1996, Vol. 4, 2

[11]Ministère des Affaires Étrangères Hellénique. Zones Grises. Republique Hellénique, Ministère des Affaires Étrangères. [En ligne] 15 Juin 2018. [Citation : 7 Novembre 2021.] https://www.mfa.gr/fr/les-relations-greco-turques/dossiers-thematiques/zones-grises.html

[12] Georges, Philippe. Dictionnaire de la Géographie . Paris : PUF, 1974

[13] On se rappellera ici les navires de forage envoyés par la Turquie au large de Chypre durant l’année 2019 et du navire « Oruç Reis » océanographique envoyé en août 2020 près de Kastellórizo

[14] Wikimedia Commons.. Eastern Mediterranean EEZ conflicts. Wikimedia Commons [en ligne]. 13 décembre 2019

[15] Nabli, Béligh. La Géopolitique des Hydrocarbures en Mediterranée. IRIS. [En ligne] 18 Mars 2016. [Citation : 7 Novembre 2021.] https://www.iris-france.org/73847-la-geopolitique-des-hydrocarbures-en-mediterranee/

[16] Ibid

[17] La Turquie n’est indépendante énergétiquement qu’à 25% de sa consommation. IEA. Turkey 2021 Energy Policy Review. s.l. : International Energy Agency, 2021

[18] Chalandon, Mélanie. Épisode 3 : Patrie Bleue : la Turquie à la conquête des mers. France Culture. [En ligne] 24 Mars 2021. [Citation : 7 Novembre 2021.] https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/de-lidee-a-laction-quatre-doctrines-geopolitiques-34-eurasisme-la-russie-veut-sa-part-deurope 

[19] Cazenave, Fabien. La Grèce furieuse contre Berlin après la vente de sous-marins à la Turquie . Ouest France. [En ligne] 17 Juin 2021. [Citation : 7 Novembre 2021.] https://www.ouest-france.fr/europe/grece/la-grece-furieuse-contre-berlin-apres-la-vente-de-sous-marins-a-la-turquie-2c683ab0-cf5f-11eb-ae01-ad91b71840e2

[20] Pazarci, Hüseyin. 1986. Le contentieux gréco-turc en mer Égée. s.l. : CEMOTI Cahiers d’Études sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien, 1986

[21] Paquot, Thierry et Lussault, Michel. 2012. Introduction. Étymologies contrastées et appel au franchissement des limites. Hermès. La Revue, 2012, Vol. 2, 63

 



Citer ce billet
Geopolitique-FASSE-ICP (2021, 19 décembre). Frontière maritime en Méditerranée orientale : comment la définition des frontières maritimes catalyse-t-elle les tensions ? Questions Géopolitiques. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p09r

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search