Auteur : Patricia Diogo et Robin Evans

Traversée clandestine du « mur de la terreur » : quels enjeux à la frontière indo-bangladaise ?

Sur les 4 096 km de frontières séparant l’Inde du Bangladesh, s’étend une double clôture de barbelés de plus de 3200 km. Le mur a été bâti à l’initiative de l’Inde en réponse aux épisodes de violences de l’Agitation d’Assam (1979-1985). Il soulève aujourd’hui des problématiques variées allant de la précarisation des conditions de vie des populations locales aux dérives identitaires et sécuritaires du gouvernement indien. Conçu à sa création comme le moyen de bloquer l’immigration illégale bangladaise et les activités de contrebande à la frontière, le mur a largement atteint la situation des populations locales, vivant principalement du commerce transfrontalier. Puis, à la suite du développement de points de chute terroristes islamistes et indépendantistes au Bangladesh, l’Inde a lourdement militarisé sa frontière. L’initiative s’est changée en dérive en cumulant les entorses au droit national, international et aux droits de l’Homme dont les premières et principales victimes sont les populations civiles.

Asie de l’Est : Revue de presse du 3 au 9 avril 2021

Six navires de guerres chinois en exercice à l’est de Taiwan – 3 avril 2021

Le porte-avions chinois, le Liaoning, et cinq autres navires de guerre ont participé à des exercices; passant par le détroit de Miyako, samedi 3 avril. Selon les observateurs, le but de cette manœuvre était à la fois de montrer la capacité de la flotte chinoise à investir le large du Pacifique mais aussi à faire pression sur Taïwan et les États-Unis.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search