Lecture de l’ouvrage de C.Wihtol de Wenden : Faut-il ouvrir les frontières ?

Politologue, sociologue, juriste et directrice de recherche au CNRS, Catherine Wihtol de Wenden est spécialiste des migrations internationales. Face au repli sur soi, elle plaide pour un droit universel à la mobilité, facteur de développement humain, et dénonce les inégalités d’accès au droit à l’émigration, comme en atteste ses nombreux ouvrages[1]. Elle s’oppose au dogme de la fermeture des frontières et milite pour une gouvernance mondiale des migrations[2] . Au sein du projet MobGlob (Mobilité globale et gouvernance des migrations), un groupe de travail de six chercheurs dont elle fait partie, elle prône l’ouverture des frontières et critique les politiques de fermeture jugées mortelles, coûteuses et inefficaces. Ces politiques de dissuasion et d’enfermement ne résolvent en aucun cas la question des migrations mais au contraire engendrent des stratégies de contournement dangereuses (construction de tunnels, « économie mafieuse du passage » et traite des migrants).

Dans son ouvrage Faut-il ouvrir les frontières (3e édition), publié en 2017, Catherine Wihtol de Wenden défend à rebours de la doxa une démocratisation du droit à la mobilité, « prélude à un monde sans frontières ». Dans un contexte de crise migratoire, les Etats européens érigent des murs pour endiguer l’afflux de migrants. Face à cette politique migratoire sécuritaire qui s’avère être inefficace et contre-productive, émerge l’utopie d’un monde sans frontière. L’auteure défend l’idée selon laquelle on perd plus à fermer les frontières qu’à les ouvrir.

Catherine Wihtol de Wenden part d’emblée de ce paradoxe autour duquel elle axe sa démonstration : à l’heure de la libéralisation économique qui prône la libre circulation des marchandises et des individus, nous assistons à une montée du souverainisme des Etats sur la circulation des personnes. La chercheuse parle de « globalisation contradictoire ». Comment se fait-il que dans un monde globalisé tout circule librement sauf les hommes ?

L’ouvrage se découpe en trois chapitres : le premier traite des inégalités quant au droit de migrer et du « paradoxe libéral », tandis que le deuxième dénonce l’instrumentalisation des frontières et la surenchère des contrôles militarisés. Enfin, le dernier chapitre interroge le droit à la mobilité.

Dans le premier chapitre, Catherine Wihtol de Wenden nous informe que le droit de sortie s’est démocratisé depuis la chute du mur de Berlin (1989) alors que le droit d’entrée s’est restreint en raison des politiques sécuritaires adoptées. Elle dénonce les inégalités quant au droit de migrer car « les chances des uns ne sont pas les mêmes que l’on soit né ou non dans un pays prospère ». L’auteure met également en exergue les contradictions de la globalisation. Elle se réfère au « paradoxe libéral » de James Hollifield qui souligne la contradiction entre la migration économiquement souhaitée mais politiquement indésirable. D’une part, les rapports internationaux soulignent les bienfaits économiques des migrations. Selon l’Organisation internationale du travail, 5 millions d’emplois pourraient être créés dans les pays du G20 si l’on assouplissait les politiques de visas. Il s’agit d’une approche « gagnant-gagnant-gagnant » (migrants, pays d’accueil, pays d’origine) des migrations. De plus, contrairement aux idées reçues, l’immigration n’est pas un fardeau pour les finances publiques mais au contraire un facteur de richesse. D’autre part, on voit émerger dans tous les grands pays d’immigration du nord, un discours anti-migrants qui s’accompagne de politiques migratoires restrictives et sécuritaires visant à empêcher certaines migrations.

Dans un second temps, l’auteure dénonce le fait que des événements comme les attentats du 11 septembre aux Etats- Unis aient été instrumentalisés pour légitimer des politiques sécuritaires. Elle critique les gouvernements qui s’adonnent à une « surenchère des contrôles militarisés ». La Grèce, par exemple, utilise les migrants comme instruments de négociation : elle accueille des réfugiés et des sans-papiers mais demande en contrepartie à l’Union européenne des sommes importantes. En dépit du principe de non-refoulement, qui stipule qu’aucun Etat ne refoulera un réfugié vers un pays où sa vie ou sa liberté peut être menacée, tout est fait pour que les migrants soient refoulés et n’atteignent pas les côtes de l’Union européenne. Par exemple, le drame de Lampedusa en 2013 montre que l’agence européenne de garde-frontières Frontex sert plus à contrôler les frontières qu’à porter secours. L’externalisation des frontières a été renforcée par des accords bilatéraux comme l’accord qu’a signé l’UE en 2016 avec la Turquie pour faire face à la crise des réfugiés.

Le dernier chapitre est un plaidoyer pour un monde sans frontières et une démocratisation du droit à la mobilité. La fermeture des frontières représente un coût humain, financier et diplomatique et alimente notamment une économie du passage mafieuse. La mobilité est un bien public mondial profitable aux migrants, aux pays d’accueil et aux pays de départ. C’est un facteur de développement mais la montée des nationalismes bloque le processus. D’ici 2040 l’Europe sera confrontée à un enjeu démographique majeur du fait du vieillissement de sa population. D’où l’importance d’assouplir le régime des frontières. Une gouvernance mondiale des migrations est nécessaire aujourd’hui pour lutter contre l’inégalité nord/sud face au droit à la mobilité. Mais les Etats refusent que leurs politiques migratoires soient régies par des normes supranationales. Cette gouvernance mondiale peine à fonctionner car ni les partisans de l’ouverture des frontières ni les opposants, n’arrivent à trouver une entente totale: certains sont économiquement pour l’ouverture des frontières, mais politiquement contre.

Le grand combat du XXIe siècle est l’ouverture des frontières selon Catherine Wihtol de Wenden. Un postulat défendu par Michel Agier, anthropologue et directeur d’études à l’EHESS, et le politologue François Gemenne pour différentes raisons : lutter contre les passeurs, protéger la liberté de circulation qui est un droit fondamental ou encore garantir le droit à la mobilité, facteur de développement. Bertrand Badie, spécialiste des relations internationales, partage l’avis de Wihtol de Wenden sur la nécessité de mettre en oeuvre une gouvernance mondiale, qui coordonnerait les activités des acteurs étatiques et non-étatiques. Régis Debray quant à lui célèbre les frontières et s’oppose au sans-frontiérisme dans son ouvrage Eloge des frontières. L’abolition des frontières engendrerait la création de lignes de fractures et susciterait un communautarisme ethnique et religieux.

Pour conclure, dans cet ouvrage, Catherine Wihtol de Wenden revient sur l’inefficacité des politiques de fermeture et défend de façon pragmatique et non idéologique l’ouverture des frontières. Elle réussit à nous convaincre grâce à son argumentaire rigoureux et sa capacité à déconstruire nos idées reçues sur les migrants et l’immigration. Cependant, bien qu’elle précise qu’«un régime mondial des migrations fait cruellement défaut », en raison du refus des Etats de renoncer à leur souveraineté, elle n’apporte pas de solutions. Enfin, sa proposition d’instaurer un droit universel à la mobilité ne paraît pas viable, à moins que les Etats ne changent d’avis ou cessent d’être les acteurs principaux du système international.

Carole Abou Diab

Etudiante en M1 “Géopolitique et Relations Internationales” – 2017-2018

[1] Catherine Wihtol de Wenden, La question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Monde et sociétés », 2013. Le droit d’émigrer, Paris, CNRS Éditions, Série « Débats », 2013.

[2] Bertrand Badie (dir.), Pour un autre regard sur les migrations. Construire une gouvernance mondiale, Paris, La Découverte, coll. « Sur le vif », 2008.



Citer ce billet
Geopolitique-FASSE-ICP (2018, 12 juillet). Lecture de l’ouvrage de C.Wihtol de Wenden : Faut-il ouvrir les frontières ? Questions Géopolitiques. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p062

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search