Cuba. Où en sont les droits de l’homme ?

Conférence donnée et organisée par Peinda Ba, Axelle Balekdjian, Eva Burgat, Émilie Cordier, Mazarine Gomes et Aude Solente (étudiantes du M1 «Géopolitique et Relations Internationales» 2018-2019).

Soixante ans après la révolution cubaine et le renversement du régime de Fulgencio Batista, en janvier 1959, transformant la République de Cuba en état socialiste, les droits de l’homme sur l’île restent une question épineuse. L’accès aux droits fondamentaux tels que la liberté d’expression, la liberté politique et religieuse, le droit à l’éducation ou celui à la propriété privée posent toujours question: censure accrue de la presse par le Parti communiste, absence de véritable multipartisme, droit de grève non reconnu, interdiction des syndicats, …. Même si, dans une Amérique latine qui demeure marquée par le déséquilibre social, Cuba reste fidèle à ses idéaux révolutionnaires donnant la priorité aux politiques de santé et d’éducation par certains aspects exemplaires, le pays a encore un long chemin à parcourir avant de satisfaire aux normes définies par les organisations internationales.

Licenciements arbitraires et abusifs, emprisonnements de journalistes et dissidents politiques (soumis à la torture blanche), surveillance ou, encore, actes de répudiations publiques … ont ainsi conduit le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à prononcer des condamnations à plusieurs reprises. A l’intérieur, des groupes d’opposition tels que les Dames en Blanc tentent de lutter pour le respect des droits humains. Ils jouent sur les zones grises, ces espaces intermédiaires de contestation, à la frontière entre ce qui est interdit et ce qui ne l’est pas, en pratiquant l’infra-politique.

L’actualité qui anime le pays est celle de la nouvelle Constitution qui sera soumise à référendum le 24 février 2019, laissant espérer quelques évolutions sur le plan sociétal et des libertés.

La limitation du nombre de mandats présidentiels apparaît comme une mutation significative pour un régime considéré comme dictatorial par ses opposants. Mais plus encore, la nouvelle Constitution marque un changement de taille en autorisant la propriété privée, le marché et l’investissement étranger. Par contre, la référence au communisme dont l’abandon figurait dans le projet initial a été réintroduite lors de la session de l’assemblée nationale chargée d’arrêter le texte définitif.

Les dispositions relatives à l’ouverture d’une voie vers le mariage homosexuel ont finalement été gommées de la version soumise au vote populaire et renvoyées à un éventuel aménagement ultérieur du Code de la famille.

Aujourd’hui, le président Miguel Diaz-Canel se veut le visage de la modernité de Cuba. Héritier de ses emblématiques prédécesseurs, il est cependant d’une génération qui n’a pas connu le régime de Batista. Il entend incarner l’avenir de son pays et organiser son ouverture. Les changements portés par les réformes constitutionnelles témoignent d’un désir d’émancipation de la révolution cubaine qui reste néanmoins à nuancer. Si le nouveau président entend donc symboliser le renouvellement, il assure également que la mission première de son gouvernement est « d’assurer la continuité du processus historique » initié par les frères Castro.

Cette volonté de modernité se traduira-t-elle par un progrès effectif des droits de l’homme? S’agit-il d’une véritable orientation politique ou d’une simple tentative d’amadouer les organisations internationales afin de faciliter l’intégration de Cuba dans le système-monde ?


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search