La Hongrie. Le bras de fer avec l’Union européenne?

Conférence donnée et organisée par Ayawavi Adijkpo, Jean Bexon, Mindy Krause, Guillemette Lano, Hadrien Orhand-Baron, Louis Piussan et Victor Suret (étudiants du M1 «Géopolitique et Relations Internationales» 2018-2019).

Après l’implosion de l’Union Soviétique et le retrait de sa tutelle sur le bloc de l’est, la Hongrie  s’est engagée résolument sur la voie de la libéralisation de son système politique, économique et social. Son adhésion à l’Union Européenne le 1er mai 2004 en est l’accomplissement. Quinze ans plus tard, le gouvernement hongrois joue avec les contradictions et remet en cause, du point de vue communautaire, l’Etat de droit et les libertés individuelles, notamment.

Au plan politique, l’intégration européenne lui a permis, en son temps,  de conforter des principes démocratiques conformes à celles des autres membres. En matière économique, la Hongrie bénéficie d’avantages incontestables. Plus de 80% de ses exportations ont pour destination l’espace communautaire et près de 80% de ses importations en proviennent.  Le pays est aussi le plus important bénéficiaire des fonds européens rapportés au produit national brut. Selon la Commission européenne, en 2017, en contrepartie d’un versement de 800 millions d’euros au budget commun, la Hongrie a reçu 4 milliards d’euros. La plupart des projets d’investissement nationaux sont cofinancés par  l’Union Européenne. En 2008, elle  a été fortement soutenue via un plan d’aide pour faire face à la crise financière mondiale.

Malgré ces avantages, la Hongrie cherche à se démarquer.  Le 11 septembre 2018, lors d’un discours énergique au parlement de Strasbourg, Viktor Orbán accuse l’Union Européenne : « Vous pensez mieux savoir que les Hongrois ce qui est bon pour eux ! ». Ce reproche est applaudi par les représentants des droites fortes des pays membres. Nigel Farage (fondateur du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni) propose ainsi au premier ministre hongrois de rejoindre le « club du Brexit ». Orbán dit exprimer le sentiment d’aliénation inspiré par les organes communautaires à certains pays.

La Hongrie, dirigée d’une main de fer par le chantre de l’illibéralisme, fait l’objet, ces dernières années, de plusieurs procédures d’infraction de la part de Bruxelles. La Commission dénonce notamment les politiques hongroises xénophobes. De son côté́, Viktor Orbán, en place depuis 2010, entend réhabiliter la souveraineté́ de son pays contre « les livres de lois importés de Bruxelles ».

Le rapprochement avec la Russie a fini de bouleverser l’image de la Hongrie au sein de l’Union européenne. Alors que le pays s’est libéré de la présence soviétique en 1989, son premier ministre actuel accueille désormais à bras ouvert la politique du président Vladimir Poutine. Ces deux dirigeants partagent maintenant des intérêts communs qui perturbent les membres de l’UE. «L’ouverture vers l’est» de la Hongrie se caractérise, d’une part, par le développement d’accords bilatéraux dans de nombreux domaines et, d’autre part, par une alliance politico-chrétienne sur la scène internationale.

La politique sécuritaire du gouvernement hongrois déteint aussi sur ses homologues voisins membres du groupe de Višegrad, Pologne, Slovaquie et République Tchèque. Viktor Orbán s’inscrit comme le fer de lance d’une autre Europe formant un axe Budapest-Varsovie, sorte de continuum de nationalismes. Depuis sa rencontre avec le vice-premier ministre italien Matteo Salvini en août 2018, déclarant à cette occasion “nous travaillons tous à la construction d’une autre Europe”, c’est un axe élargi Rome-Budapest-Varsovie qui se dessine  pour faire entendre ses idées souverainistes lors des élections de mai 2019.

Longtemps conforté par des résultats  électoraux très favorables, le gouvernement hongrois est aujourd’hui l’objet de contestations sociales et syndicales  qui pourraient conduire à l’amorce d’une opposition politique structurée en quête, notamment, d’une influence réellement efficace de  l’Union Européenne vis à vis du pouvoir en place.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search