40 ans après la révolution islamique : l’Iran, le renouveau d’une puissance régionale

Conférence donnée et organisée par Gladys Baonga, Ericka Ben Nessib, Jules Honinckx, Ylan Koudou, Camille Leveillé, Joséphine Pitty et Angélique Toussaint (étudiants du M1 « Géopolitique et Relations Internationales » 2018-2019).

Après la révolution islamique de 1979, l’Iran est mis à l’écart par une partie de la communauté internationale. Face aux mesures d’embargo et aux menaces extérieures (l’Irak de Saddam Hussein, puis certains pays sunnites du golfe Persique), le pays tente d’assurer son droit à l’existence par tous les moyens. Sur le plan intérieur, il cherche à développer une forte conscience nationale, une capacité de résilience et une volonté de se construire hors des champs d’influence des grandes puissances.

L’Arabie Saoudite est l’adversaire régional majeur de l’Iran. La rivalité ne date pas d’hier et s’explique d’abord par l’histoire des deux pays, l’un arabe et l’autre perse, et leur appartenance religieuse, le chiisme iranien faisant face au sunnisme saoudien. Toutefois, les récents regains de tension s’expliquent aussi par des considérations diplomatiques, culturelles, économiques et militaires. L’utilisation de l’analogie « guerre froide » pour définir leur opposition se vérifie à travers une logique d’affrontements indirects, de luttes d’influences et de soutiens à des camps rivaux.

Le prisme confessionnel entre chiites et sunnites demeure donc une des clefs pour comprendre la concurrence entre l’Iran et l’Arabie Saoudite, les deux puissances luttant pour devenir le cœur religieux, spirituel et politique du monde musulman. L’établissement de la République islamique a progressivement mené l’Iran à appuyer les mouvements et réseaux chiites régionaux, constituant des relais au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen. Le soutien à cet « arc chiite » est un moyen pour Téhéran d’user de son soft-power religieux et de bénéficier d’un statut central. Le Hezbollah est le fleuron de cet archipel chiite et joue un rôle majeur dans l’extension du poids de l’Iran dans la région. Il lui permet de mener des guerres de manière indirecte (en Syrie) et d’étendre son influence politico-idéologique, notamment par sa participation régulière au gouvernement libanais depuis 2005.

La logique de « guerre froide » peut aussi se vérifier à travers des luttes armées menées par alliés interposés. C’est le cas au Yémen, où les deux pays sont aux côtés des camps antagonistes. L’Arabie Saoudite, soutien du gouvernement loyaliste, est enlisée dans une campagne de bombardements aériens qui a entaché sa crédibilité internationale, alors que l’Iran, appui discret et limité des rebelles Houthis, exporte et prolonge un conflit aux frontières saoudiennes.

La renaissance sur la scène extérieure et régionale va également de pair avec un engagement contre l’organisation Etat Islamique en Syrie et en Irak, grâce à la force Al-Qods, au Hezbollah et aux différentes milices chiites sous son contrôle. Il s’agit pour l’Iran de montrer à la communauté internationale qu’il est un acteur majeur de la région, de protéger ses frontières et de consolider ses alliances.

L’accord de Vienne du 14 juillet 2015 sur le nucléaire a constitué la première reconnaissance de l’Iran comme acteur international de plein droit. Mais, cette stratégie autour de l’énergie nucléaire pour assurer son retour sur la scène géopolitique mondiale a été depuis mise à mal par le retrait américain signifié par Donald Trump. Le programme iranien suscite toujours de grandes inquiétudes en Arabie Saoudite qui menace en réponse de développer son propre arsenal.

Sur le plan économique, l’ouverture recherchée par l’Iran se heurte à plusieurs obstacles intérieurs et extérieurs: l’absence de réforme des structures financières et bancaires, la mainmise d’une élite économique corrompue et l’accentuation des sanctions économiques américaines. L’injonction de Trump pour interdire investissements et échanges avec le pays freine considérablement le décollage des relations avec l’Occident qui s’annonçaient prometteuses et attise l’impatience de la jeune population. Au niveau régional, ces sanctions rajoutent aux tensions habituelles avec l’Arabie Saoudite et impactent le commerce bilatéral entre les deux pays.

L’Iran est acteur de poids incontournable au Moyen-Orient. A-t-il cessé un jour de l’être ? Cependant sa stratégie d’influence grandissante sur la région, qui se fait donc d’abord dans un rapport de force avec son voisin saoudien, est fortement contrecarrée par les décisions de l’administration américaine actuelle. Le prix économique à payer est lourd et pèse sur l’évolution sociale du pays.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search