La Chine en Antarctique : arrogance, coopération et exploration

Un iceberg tabulaire au large de la péninsule antarctique
(Crédit photographique : Alexandre Taithe)

Par Louis Doucet

Introduction

« Réserve naturelle pour la paix et la science » comme le consacre le Protocole de Madrid, l’Antarctique a été éloigné des appétits étatiques par l’action conjointe des scientifiques et de l’environnement. Comme l’écrivait Éric Cannobio en 2007 : « l’Antarctique a opposé sa géographie répulsive à l’ambition des nations. »1 En d’autres termes, l’Antarctique est une « caisse de résonance » qui dévoile aussi bien les ambitions que les capacités des pays qui y sont implantés. La Chine a bien compris cette logique et c’est pourquoi, le l’Antarctique constitue un précieux levier de puissance pour Pékin qui sait utiliser explorations expériences scientifiques pour légitimer son statut de puissance de premier ordre. En témoignent la récente base de l’île Inexpressible inaugurée en février 2024, la cinquième base chinoise en Antarctique, abritant de nombreux systèmes satellitaires. La stratégie polaire chinoise témoigne, d’une manière plus générale, d’une volonté de Pékin d’instaurer un « nouveau normal » (pour reprendre les termes du PCC) dans cette partie du monde. L’ambition de la Chine est affirmée : se poser toujours plus en leader antarctique, en puissance incontournable. Un objectif déjà atteint en grande partie puisque la Chine est n°2 sur le continent, derrière les États- Unis, en termes d’implantation, de moyens matériels et financiers déployés et de poids politique. Un résultat obtenu par une politique d’exploration agressive qui joue sans cesse avec les limites du cadre juridique. Depuis le début du siècle, la Chine populaire est passée du statut de puissances secondaire à celui de réelle « puissance polaire » en investissant massivement dans tous les domaines (militaire, navale, scientifique, logistique) en Antarctique aussi bien qu’en Arctique. Pékin semble mettre en œuvre une politique du fait-accompli afin d’instaurer un « nouveau-normal » en Antarctique, tout en jouant le jeu de la coopération scientifique. L’objectif de Pékin est d’établir un nouvel ordre antarctique dans lequel la Chine serait une puissance majeure, organisatrice et médiatrice dans tous les domaines.

L’Antarctique est un continent d’une superficie de 14 millions de km2 (une fois et demie la taille de l’Europe). En hiver, lors de l’expansion maximale de sa banquise, le continent avoisine les 30 millions de km2. Les conditions climatiques y sont extrêmes : -20°C en janvier/février (été austral) contre -60°C le reste de l’année. La quasi-totalité du sol est recouverte d’une couche de glace pouvant parfois dépasser 4 km d’épaisseur (faisant de l’Antarctique la première réserve d’eau douce de la planète). Aucune population autochtone n’y a jamais vécu. Seules des équipes de scientifiques internationaux s’y relaient.
L’Antarctique n’appartient à personne. Plusieurs grandes puissances en assurent la cogestion mais leurs objectifs ne peuvent être que purement scientifiques et doivent s’inscrire dans un cadre pacifique, comme stipulé par le Traité sur l’Antarctique (1959) et le Protocole de Madrid (1991). Le droit international très protecteur de cette région est toutefois mis à rude épreuve en raison des importantes réserves de ressources naturelles. La science est donc souvent la façade de rivalités géopolitiques couvant sans cesse et éclatant parfois.
Contrairement à l’Arctique, les États sont parvenus à se mettre d’accord pour pérenniser « l’exceptionnalisme Antarctique » au travers d’un cadre juridique construit sur plusieurs décennies. Cette volonté de protéger l’Antarctique témoigne d’un souci croissant en matière écologique. Ce sont les écosystèmes marins qui font les premiers l’objet de conventions. De 1970 à 1982, une série de conventions débouchent sur l’adoption de la Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR). Celle-ci, signée en 1980, représente la plus importante des conventions en matière de protection de l’environnement de la région. Si la priorité a d’abord été donné aux régions marines, c’est en raison de la surexploitation historique de leurs ressources (phoques, baleines, colins et légines en particulier)2. C’est à une Commission, définie par la Convention, qu’a échu la gestion des ressources marines vivantes de la région3.
Pour compléter cette convention, est signé à Madrid n 1991 un protocole au Traité de 1959. Il dispose que « toute activité relative aux ressources minérales, autre que la recherche scientifique, est interdite » (article 7). C’est donc sur l’ensemble des régions sous la juridiction du Traité sur l’Antarctique (au sud du 60° parallèle) que cette interdiction d’exploiter mers et sous-sols prend corps. Depuis 1998, date de l’entrée en vigueur du Protocole de Madrid, aucun forage, autre que scientifique, n’a été réalisé.4

Le bon respect du cadre juridique global est assuré par la réunion annuelle de tous les États partis au Traité sur l’Antarctique. Cette RCTA (Réunion Consultative du Traité sur l’Antarctique) adopte décisions et résolutions – par consensus – et donnent effet aux principes du Traité sur l’Antarctique et du Protocole de 1991. Ils fournissent des réglementations et des lignes directrices pour la gestion de la zone couverte par le Traité sur l’Antarctique (toutes les régions situées au sud du 60° parallèle sud). Ainsi, l’Antarctique est affirmé comme un continent de paix tourné vers la coopération scientifique, un continent dénué de toutes activités militaires et nucléaires ainsi que de tout projets industriels et d’extraction5.

Il ne faut pas oublier que la Chine est partie consultative au Traité sur l’Antarctique de 1959 et signataire de la CCAMLR ainsi que du Protocole de Madrid. À ce titre, elle dispose de tous les droits que propose le texte du Traité mais par la ratification de celui-ci, elle s’engage également à en suivre les dispositions. Il est certain que la Chine populaire voit plus le Traité sur l’Antarctique moins comme un cadre juridique auquel elle doit se plier que comme la porte d’entrée de l’arène des puissances polaires. Une telle analyse expliquerait ainsi la ratification du Traité par Pékin. La Chine se pose donc davantage – pour le moment – en puissance exploratrice qu’en puissance revendicatrice, comme la Russie.

« En Antarctique […] : c’est bien la volonté politique des États qui préside à l’état de relative coopération pacifique dans la région ». La bonne volonté des États a créé un climat de coopération global en Antarctique. La coopération et la protection de l’environnement sont des principes admis de tous mais les appétits étatiques n’ont pas disparu et ne sont jamais loin pour autant. Le cadre juridique interdisant les moyens traditionnels de quête de puissance (militarisation, industrialisation, exploitation à outrance), la seule porte d’entrée pour la compétition entre États devient la science. Toutefois, les limites d’une activité scientifique sont souvent questionnées par la Chine6.

A. Une ambition de leader antarctique affirmée

Contrairement à l’Arctique où elle ne s’est implantée que récemment, la Chine est présente en An- tarctique depuis les années 1980, période durant laquelle elle ouvre ses deux premières bases. La Chine est indéniablement en train de devenir une grande puissance polaire alors même que son po- sitionnement géographique ne l’y prédisposait pas. Elle est le troisième pays le plus dépensier au monde en termes de financements publics pour la recherche en Antarctique7. Selon d’autres sources, la Chine – en comptant les dépenses directes liées aux programmes antarctiques mais aussi les dé- penses liées aux infrastructures, à la recherche et à la logistique – serait tout bonnement le pays qui débloquerait le plus de moyens financiers en Antarctique8. À cette montée en puissance se joint une opacité décisionnelle propre au parti communiste chinois. Comme l’écrivait Emmanuel Lincot : « Le mensonge et la dissimulation, tous deux structurels dans l’Histoire de la RPC, sont des atouts im- portants de la politique [chinoise]. »9

Depuis février 2024, on dénombre cinq bases chinoises sur le continent blanc. Avec ces bases dispersées un peu partout, Pékin entend bien créer un maillage sur tout le continent pour affirmer sa présence. Grâce à ce maillage, la Chine est présente dans quatre régions importantes du continent : la péninsule Antarctique, la Baie de Prydz, le Dôme A et la Mer de Ross. De manière générale, la RPC mène une stratégie d’insinuation dans tous les vides que présente le continent, qu’ils soient géographiques, juridiques ou scientifiques.

Pékin entend bien devenir une « puissance polaire » de premier plan et incontournable ; notion à laquelle le parti communiste est très attaché comme le montre Anne-Marie Brady : « Le fait que la Chine ait forgé cette nouvelle expression et lui ait octroyé une position d’importance dans sa politique étrangère montre le niveau d’ambition et de vision pour l’avenir qu’a la Chine. »10. En 2017, Pékin a accueilli sa première RCTA et il est prévu qu’une deuxième s’y tienne en 2046. Un évènement symbolique mais qui montre bien que la Chine devient peu à peu une puissance incontournable sur la question Antarctique.

B. La pêche et la présence maritime

Fidèle à sa doctrine maritime expansionniste dans tout l’Indopacifique, la RPC déploie massivement ses navires de pêche – souvent illégalement11 – dans les eaux de l’océan Austral. À en croire Stéphan Samaran et Charlotte Nony (experts des questions chinoises), la Chine semble considérer l’océan Austral comme le prolongement de la région Indopacifique12. Il est d’ailleurs difficile de distinguer navires de pêche et bâtiments de guerre, tant ils naviguent souvent ensemble. Par ailleurs, bon nombre d’officiers de l’APL (Armée Populaire de Libération) font souvent partie des expéditions polaires auxquelles la Chine prend part. Une militarisation pourtant interdite par le cadre juridique de 1959 et de 1991.

Concernant les ressources halieutiques, c’est principalement le krill que la Chine convoite. Ressource cruciale pour leur marché alimentaire, le krill présenterait des vertus nutritionnelles uniques si l’on en croit une étude de l’Académie Chinoise des Sciences Halieutiques13, notamment en raison de son rapport protéines/graisses. Alors que la CCAMLR limite la prise de krill à 620 000 tonnes sur une année, en 2014 la Chine en a pêché près de 55 000 tonnes. Or, ce chiffre serait dérisoire pour Pékin qui s’est fixée pour objectif de pêcher d’une à deux millions de tonnes de krill d’ici les prochaines années. Depuis 2015, la Jiangsu Sunline Deep Sea Fishery Company a entrepris la construction deux navires géant de pêche au krill. Le premier de la série, le Shen Lan 1, a été mis à l’eau en 2020. Le second est encore en chantier et la construction de deux à trois autres navires a été décidé. Arguant de ses 1,4 milliards d’habitants, la Chine entend bien tirer profit du krill antarctique et le chemin qu’elle prend est bien celui d’une récolte toujours plus massive de cette ressource14.

Toutefois, bien qu’agressive, la politique de pêche chinoise dans l’océan Austral n’est pas la plus importante, loin s’en faut. Selon le bulletin de 2023 de la CCAMLR, la Chine aurait pêché cette année-là près de 60 000 tonnes de krill. Bien que ce chiffre soit temporairement monté à 118 000 tonnes en 2020, il reste encore très loin des objectifs affichés en 2014 par Pékin. À titre de comparaison, en 2023, l’Ukraine a pêché près de 10 000 tonnes de krill, le Chili 18 000, la Corée 32 000 et la Norvège près de 300 000 tonnes. La France quant à elle s’est contentée de 7 000 tonnes. En additionnant le total de tous les États de la CCAMLR, on obtient un total de 433 000 tonnes : le seuil de 620 000 tonnes n’est même pas atteint15.

En 2020, le gouvernement de Pékin a soutenu la Russie pour refuser en bloc l’établissement d’aires marines protégées (AMP) visant à encadrer, et donc limiter, la pêche dans les eaux antarctiques. D’un point de vue matériel, la Chine dispose de deux brise-glaces16 navires qui sillonnent les océans des deux pôles : le Xuelong 1 depuis 1993 et Xuelong 2 depuis 2019. Le Xuelong 1 a déjà effectué deux tours du continent, cartographiant ainsi précisément toute la région de l’océan Austral. Un troisième brise-glace est actuellement en chantier. En parallèle, la Chine a lancé des projets de construction de plusieurs navires et avions spécialisés pour les voyages antarctiques, des équipements coûteux, demandant et dont l’usage est réduit aux seules régions polaires.

C. Bases et enjeux spatiaux

La République Populaire de Chine dispose de cinq bases en Antarctique, dont la petite dernière a été inaugurée en février 202417. Parmi ces cinq bases, trois sont dites « hivernantes » et deux sont fermées durant l’hiver austral et sont donc dites « saisonnières »18.

Pour la construction de la cinquième base inaugurée en février 2024, la Chine ne s’est pas soucié des procédures demandées par le Traité sur l’Antarctique (études d’impact et accord des États de la RCTA). Pékin a fait preuve d’un unilatéralisme qui montre bien ses talents pour tester sans cesse la solidité de la ligne rouge juridique sans toutefois jamais la dépasser.

Un haut-fonctionnaire chinois l’a déclaré : « l’un des principaux objectifs des activités scientifiques de la Chine en Antarctique est d’étendre la présence de la Chine. »19 Depuis quelques années, la Chine développe un projet dont le but est de relier la base de recherche scientifique de Zhongshan située sur le littoral indo-austral, à la nouvelle station de l’Île Inexpressible, en Baie de Terra Nova, (Mer de Ross), inaugurée le 7 février 2024. Ce projet « ABC » doit améliorer la couverture géographique et créer un « maillage » chinoise sur le continent blanc. La station Kunlun est située sur le Dôme A est un point stratégique et névralgique pour le trafic aérien (évitement des points d’étranglement et, étant sur la terre ferme, ne sera pas touchée par la fonte des glaces). La station a une superficie de 500 m2 et a été équipée d’une piste d’atterrissage de 600 mètres en 2010 et des centaines de barils de carburant aviation y sont stockés. Zhogshan a elle aussi été équipée d’une piste d’atterrissage en 2019.
La Chine a également pour projet de déployer des satellites au-dessus de l’Antarctique afin de s’en assurer une couverture totale. Effectivement, l’installation de la nouvelle base à Terra Nova comprend des installations spécifiques à l’analyse de données satellites. Des installations dont l’usage génère de sérieux doutes. La Chine clame que de telles installations sont nécessaires pour le suivi et la communication avec sa gamme croissante de satellites scientifiques. Depuis 2002, la Chine a lancé neuf satellites scientifiques qui doivent servir l’observation des océans, l’analyse océanographique, l’étude de l’écologie côtière et la surveillance des catastrophes notamment. L’objectif de la nouvelle station de Terra Nova est de faciliter la transmission des données de ces satellites. C’est Zhogshan qui devrait accueillir les antennes et le terminal de réception. Néanmoins, il est également possible que l’ensemble des stations au sol chinoise pourraient permettre la collecte de renseignements électromagnétiques auprès de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande20. Il n’est pas étonnant que l’Australie, dans les régions de revendications de laquelle la Chine mène son projet, ne voit pas d’un œil rassuré tous ces chantiers.

En plus de mailler le continent, la Chine s’insère dans toutes les failles et dans le moindre flou tout en restant dans une légalité néanmoins de plus en plus critiquable. Ainsi, Pékin a largement fait la portée le projet d’établissement de la ZGSA n°6 des Collines de Larsemann. Ces Zones Gérée Spéciales de l’Antarctique sont définies par le Protocole de Madrid comme étant des espaces « où des activités sont conduites ou susceptibles d’être conduites dans l’avenir » et ayant pour objectif de « faciliter la planification et la coordination des activités, éviter d’éventuels conflits, améliorer la coopération entre les parties et minimiser les répercussions sur l’environnement. »21

Une puissance en pleine expansion

Comme sur le reste de la scène internationale, le secret et le flou qui entourent la stratégie chinoise sont à l’origine de bien des fantasmes et raccourcis. Certes, la Chine adopte une position agressive et offensive en Antarctique. Fidèle à ses idéaux, elle souhaite remodeler l’ordre mondial sous son joug. Néanmoins, elle n’en reste pas moins pays membres de la RCTA et se plie malgré tout aux exigences du cadre juridique.

Anne-Marie Brady écrit sur le sujet : « Certains des intérêts et des activités de la Chine dans le territoire antarctique australien, qui comprennent des activités militaires non déclarées et l’exploration minière22, peuvent être en contradiction avec les intérêts stratégiques australiens et potentiellement enfreindre le droit international. »23 À l’en croire, si la Chine se plie – relativement – aux règles du jeu de la RCTA, c’est pour mieux explorer et évaluer les ressources dont dispose l’Antarctique.

La Chine agit de telle façon qu’elle cherche à poser les autres puissances devant le fait-accompli : en installant des bases, des stations, en cartographiant et en devenant une puissance incontournable en Antarctique, il apparaitra bien un jour, que des revendications territoriales chinoises soient naturelles. Certes, le Traité sur l’Antarctique autorise de nouveaux pays à émettre des revendications. Toutefois, les États possessionnés (ayant des revendications en Antarctique) ne verront pas d’un bon œil l’arrivée d’un nouveau pays dont les revendications pourraient venir se superposer avec celles existantes, comme pour l’Australie par exemple. En attendant, la Chine se garde bien de revendiquer ouvertement et se contente simplement de placer ses pions et de préparer sa politique du fait-accompli. Toutefois, le PCC sait manier l’art du secret et rien n’est moins sûr que la volonté de la Chine d’émettre une revendication territoriale d’ici 2048 (ce que le Traité sur l’Antarctique n’interdit pas). Le PCC sait- il lui-même ce qu’il veut précisément à l’heure actuel ?

La course spatiale

En Antarctique, la nuit polaire astronomique dure du 11 mai au 1er août. Pendant ces onze semaines, le soleil ne fait pas une apparition et des étoiles habituellement difficilement visibles (étoiles de la sixième magnitude) seront visibles en continu. Ajouter à cela l’air très sec et froid ainsi qu’un ciel d’une purifiée de toute pollution lumineuse permettant un calibrage optimal des appareils, l’Antarctique est un paradis pour l’observation et la conquête spatiale. Toutefois, avant de transformer l’Antarctique en base de lancement pour fusée, la Chine s’installe surtout en Antarctique pour bénéficier des excellentes conditions d’observations présentes sur place. C’est dans cet esprit qu’elle s’est dotée de satellites « météorologiques » comme vu précédemment. Qu’ils soient FengyunBeidou (concurrents de GPS) ou Ice Pathfinder, tous ces satellites sont officiellement lancés pour servir à l’observation scientifique des pôles ainsi qu’à la communication et à la navigation maritime dans ces régions.

Néanmoins, ces satellites ne seraient pas si innocents et désintéressés qu’il y paraît. En effet, selon les recherches de plusieurs auteurs corroborés par des rapports de la CIA, la Chine utiliserait ses infrastructures spatiales en Antarctique à des fins militaires (prévisions de tirs de missiles ou espionnages d’autres satellites étrangers par exemple). Par ailleurs, en 2019, Pékin a achevé l’installation d’un nouveau radar laser à la station Zhongsan. Officiellement, ce radar permettrait « de détecter et d’analyser la couche atmosphérique au-dessus de l’Antarctique24 ». Dans les faits, ce type de radar serait capable d’interférer avec les satellites polaires de toute nationalité, en particulier étasunienne. Encore une fois, la Chine ne communique que très peu sur toutes ses activités auprès des autres pays membres de la RCTA.

Conclusion : l’Antarctique, une zone d’expression des ambitions mondiales chinoises

L’Antarctique révèle au grand jour les réelles dynamiques et capacités qui façonnent la Chine. La Chine s’est « réveillée » en 1978 et s’est implantée dès 1982 en Antarctique. Pékin a bien compris que ne s’installait pas qui voulait sur le 6e continent. Faisant face à ses volontés, la Chine a donc lancé un programme polaire massif tous azimuts. Maritime, géologique, météorologique, spatiale, environnement, tous les domaines sont couverts par d’importants financements étatiques.

Lors de sa visite à Hobart, en Australie, en 2014, le président chinois Xi Jinping a souligné que « comprendre, protéger et utiliser » devraient être des principes directeurs pour les activités polaires chinoises. Ainsi, les chinois jouent sur l’interprétation de « l’équilibre entre la protection et l’utilisation »25.

La « puissance polaire » chinoise a connu une expansion formidable mais n’en demeure pas moins très jeune : d’inexpérimentée, la Chine populaire est devenue l’une des nations les mieux équipées et les plus présente dans les régions australes. Peut-on parler de « puissance champignon » ? En ce qui concerne l’expansion polaire chinoise, c’est indéniable. Toutefois, le programme Antarctique – et Arctique – chinois ne semble pas accuser de mouvement de déclin ou de modération. Ainsi, l’Antarctique se pose donc comme étant un levier supplémentaire au service de la diplomatie chinoise sur le globe. Comme elle l’a fait pour l’Arctique et dans de nombreux autres domaines, la Chine ne s’est jamais fermée d’horizons, quitte à mettre en attente certains projets plutôt que de les abandonner. Fidèle à ses ambitions mondiales, la Chine entend bien au monde entier qu’elle est capable de s’implanter durablement sur le continent le plus hostile de la planète.

Notes

1 : Éric Cannobio, Atlas des pôles : régions polaires : questions sur un avenir incertain, 2007, p.66-67.

2 : Ibid.

3 : Site de la CCAMLR.

4 : Mikaa Mered, Les Mondes polaires, Paris : PUF, 2019, p.315.

5 : Site du Secrétariat du Traité sur l’Antarctique.

6 : Pauline Pic & Frédérique Lasserre, « Océans, Cosmos, Antarctique : de nouveaux espaces de conquête ? », 2020. 

7 : Joaquim Gaignard, « La Chine et les régions polaires (3/7) : en Antarctique, Pékin affirme sa puissance australe »,18/05/2020.

8 : Sylvain Pasquier, « La Chine accroît ses activités de recherche en Antarctique », 21/08/2019, France Diplomatie.

9 : Emmanuel Lincot, Emmanuel Véron, La Chine face au monde : une puissance résistible, Clamecy : Capit Muscat, 2021, p.94.

10 : Ibid.

11 : Joaquim Gaignard, « La Chine et les régions polaires (3/7) : en Antarctique, Pékin affirme sa puissance australe », 18/05/2020.

12 : Stéphane Samaran & Charlotte Nony, « L’Antarctique, une région dans le prolongement de la zone Indopacifique », 2022.

13 : Joaquim Gaignard, « La Chine et les régions polaires (3/7) : en Antarctique, Pékin affirme sa puissance australe », 18/05/2020.

14 : Nengye Liu, « Definig the ”Rise” in Antarctica », Australian Institute of International Affairs, 24/01/2019.

15 : CCAMLR. 2023. Statistical Bulletin, Vol 35. www.ccammr.org

16 : Navires conçus pour ouvrir des voies de navigation au milieu de la banquise.

17 : Stéphane Lagarde, « Quelles ambitions chinoises dans l’Antarctique ? », RFI, 7/02/2024

18 : Voici le détail de ces cinq stations ;
– La Grande Muraille Antarctique, Great Wall Station, (inaugurée en 1985), située sur la Péninsule Antarctique. Elle peut accueillir jusqu’à 80 chercheurs en été et 13 en hiver.
– Zhongshan (inaugurée en 1989), située sur la Terre de la Princesse-Elizabeth. Elle permet d’accueillir 60 scientifiques en été et 17 en hiver.
Victoria Land Permanent Station (inaugurée le 7 février 2024), située en Mer de Ross sur l’île Inexpressible. Cette toute nouvelle base est censée pouvoir accueillir 80 estivants contre une trentaine d’hivernants.
– Kunlun (inaugurée en 2009), située à 1000 km à l’est du pôle Sud. Elle est la première base saisonnière chinoise et également la deuxième base la plus au sud du continent. Elle peut accueillir 36 scientifiques durant les mois d’été.
– Taishan (inaugurée en 2014), située à 1700 km à l’est du pôle Sud, dans le prolongement de Kunlun. Elle accueille 20 estivants.

19 : Anne-Marie Brady, op.cit

20 : Matthew P. Funaiole, « Frozen frontiers, China’s great power ambitions in the polmar regions », CSIS, 18/04/2023. 21 Annexe V du Protocole de Madrid relatif au Traité sur l’Antarctique, article 4, 1991.

22 : Aspects pourtant interdits par le Traité de 1959 et son Protocole de 1991.

23 : Anne-Marie Brady, « Special Report, China’s expanding Antarctic interests, implication for Australia », 2017.

24 : « Un radar laser Dopler installé en Antarctique », French.China.org, 2019.

25 : Nengye Liu, « Definig the rise of China in Antarctica », Australian Institue of International Affairs, 24/01/2019.

Liste des acronymes

AMP : Aires Marines Protégées
API : Année Polaire Internationale
CCAMLR Convention on the Conservation of Antarctic Marine Living Ressources IRPC : Institut de Recherche Polaire Chinois
RCTA : Réunion Consultative du Traité sur l’Antarctique
RPC : République Populaire de Chine
ZGSA : Zone Gérée Spéciale de l’Antarctique

Bibliographie

Ouvrages

BRADY Anne-Marie, China as a polar great power, Cambridge University Press, 08/2017.

CANOBBIO Éric, Atlas des pôles : Régions polaires : questions sur un avenir incertain, Paris : éditions Atlas-Monde, 18/10/2007.

FRETWELL Peter, Atlas de l’Antarctique, Paris : Armand Colin, 18/10/2023.

LASSERRE Frédéric, CHOQUET Anne, ESCUDE-JOFFRES Camille, Géopolitique des pôles, vers une appropriation des espaces polaires, Paris : éditions du Cavalier Bleu, 15/04/2021.

LINCOT Emmanuel & VÉRON Emmanuel, La Chine face au monde : une puissance résistible, Clamecy : Capit Muscat, 2021.

MERED Mikaa, Les mondes polaires, Paris : PUF, 16/10/2019. 

Publications d’instituts de recherche

BAUDU Hervé, DELAUNAY Michael, FACON Isabelle, NIQUET Valérie, TAITHE Alexandre, VIDAL Florian. « Deuxième rapport thématique ». Rapport demandé par la DGRIS et mené par l’Observatoire pour l’Arctique (Fondation pour la Recherche Stratégique). 23/09/2023. 63 pages.

LIU Nengye, « Definig the “Rise” of China in Antarctica », Australian Institue of International Affairs, 24/01/2019.

PFLIEGER Géraldine. « Délimiter les biens communs planétaires : le cas des océans, des fonds marins et de l’Antarctique ». Dans : François Gemenne éd., L’Enjeu mondial. L’environnement. Paris, Presses de Sciences Po, « Annuels », 2015, p. 103-112.

PIC Pauline, LASSERRE Frédéric, « Océans, cosmos, Antarctique : de nouveaux espaces de conquête ? », Relations internationales, 2020/2 (n° 182), p. 135-152.

SAMARAN Stéphan & NONY Charlotte. « L’Antarctique, une région dans le prolongement de la zone indopacifique ». Revue Défense Nationale, 2022/7 (N° 852), p. 106-110.

Articles de presse

FOSTER Scott, « China building a new satellite station in Antarctica », Asia Times, 6/02/2023, [en ligne], consulté le 14/02/2024. URL : https://asiatimes.com/2023/02/china-building-new-satellite-station-in-antarctica/

FUNAIOLE Matthew P., HART Brian, BERMUDEZ Joseph S., « Frozen frontiers, China’s great power ambitions in the polar regions », CSIS, 18/04/2023, [en ligne], consulté le 14/02/2024. URL : https://features.csis.org/hiddenreach/china-polar-research-facility/

GAIGNARD Joaquim, « La Chine et les régions polaires (3/7) : en Antarctique, Pékin affirme sa puissance australe », Asialyst, 18/05/2020, [en ligne], consulté le 9/02/2024. URL : https://asialyst.com/fr/2020/05/18/chine-regions-polaires-3-7-antarctique-pekin-affirme-grande-puissance-polaire/

Lynda Goldsworthy, Tony Press, Marcus Haward, « China and Russia are blocking creation of a third Antarctic marine protected area», The Polar Journal, 19/06/2023, [en ligne], consulté le 26/02/2024. URL : https://polarjournal.ch/china-and-russia-are-blocking

LAGARDE Stéphane, « Quelles ambitions chinoises dans l’Antarctique ? », RFI, 7/02/2024, [en ligne], consulté le 19/02/2024. URL : https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20240207-quelles-ambitions-chinoises-dans-l-antarctique

PASQUIER Sylvain, « La Chine accroît ses activités de recherche en Antarctique », 21/08/2019, France Diplomatie, [en ligne], consulté le 19/03/2024. URL : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/diplomatie-scientifique-et- universitaire/veille-scientifique-et-technologique/chine/article/la-chine-accroit-ses-activites-de- recherche-en-antarctique

« Un radar laser Dopler installé en Antarctique », French.China.org, 21/02/2019, [en ligne], consulté le 5/02/2024. URL :
http://french.china.org.cn/foreign/txt/2019-02/21/content_74489699_0.htm


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (13 mai 2024). La Chine en Antarctique : arrogance, coopération et exploration. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nv7


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search