Revue de presse du 1er au 7 avril 2024

Sommaire

Afrique

Proche et Moyen-Orient

Amériques

Europe

Asie

Afrique

“Vers une reconnaissance sans concession : Macron réaffirme l’engagement de la France dans l’analyse du passé rwandais”7 avril 2024

Les récentes déclarations du président français Emmanuel Macron concernant le génocide des Tutsi au Rwanda marquent une étape importante dans la reconnaissance et l’analyse des responsabilités de la France dans ces événements tragiques. À l’occasion du trentième anniversaire du génocide, Macron a réaffirmé les engagements de la France, précédemment exprimés lors de sa visite à Kigali en 2021, soulignant l’importance de reconnaître les responsabilités de la France dans le génocide qui a vu plus de 800 000 personnes massacrées en l’espace de trois mois.

Cette position a été saluée par l’historien français Vincent Duclert, président de la commission qui a produit un rapport détaillé sur le rôle de la France dans le génocide. Duclert voit dans les paroles de Macron une “nouvelle avancée” dans l’effort pour comprendre sans concession le passé. Le rapport de 2021, commandé par Macron, avait mis en évidence les “responsabilités lourdes et accablantes” de la France, marquant une étape significative dans la reconnaissance des faits.

Macron a exprimé son désir de continuer à avancer “main dans la main” avec le Rwanda, affirmant que cela ne pouvait se faire qu’avec une reconnaissance franche du passé. Cela résonne avec l’appel de Duclert pour une construction collective de la vérité sur le passé, impliquant des chercheurs du Rwanda, de France, de Belgique, et du monde entier.

Les réactions à ces déclarations ont été variées. Ibuka France, une organisation de soutien aux rescapés du génocide, a loué l’engagement de la France dans la voie de la connaissance et de la vérité. En revanche, l’association française Survie a critiqué la démarche de Macron, l’accusant de vouloir “faire du business en enterrant le passé” et de continuer une “opération de communication” visant à exonérer la France de toute complicité dans le génocide.

Pour aller plus loin :

https://www.france24.com/fr/vid%C3%A9o/20240407-vincent-duclert-v2

https://fr.euronews.com/2024/04/07/genocide-au-rwanda-charles-michel-evoque-une-forme-de-complicite-de-la-communaute-internat#:~:text=Durant%20pr%C3%A8s%20de%20cent%20jours,abattu%20au%2Ddessus%20de%20Kigali

 

Zimbabwe : Sécheresse dévastatrice, état de catastrophe déclaré – 3 avril 2024

Le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, a déclaré que le pays nécessitait 2 milliards de dollars pour l’assistance humanitaire. Il a sollicité le soutien des agences des Nations Unies, des entreprises locales et des organisations religieuses, en déclarant : “En raison de la sécheresse induite par El Nino… plus de 80% de notre pays a reçu des précipitations inférieures à la normale”. 

Dans son discours, il a souligné que la priorité absolue du pays est “d’assurer la nourriture pour tous les Zimbabwéens. Aucun Zimbabwéen ne doit mourir de faim.” 

L’El Nino est un phénomène climatique naturel qui réchauffe certaines parties de l’océan Pacifique tous les deux à sept ans et entraîne des effets variés sur la météo mondiale. En Afrique australe, cela entraîne généralement des précipitations inférieures à la moyenne, et cette année fut la pire sécheresse depuis des décennies. Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies a déjà initié un programme d’assistance alimentaire ciblant 2,7 millions de Zimbabwéens, près de 20 % de la population du pays, de janvier à mars.

Pour aller plus loin : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/El_Niño 

 

Proche et Moyen-Orient

En Iran, 853 prisonniers ont été exécutés en 2023 – 4 avril 2024

Dans un communiqué publié par l’ONG Amnesty International, les prisons iraniennes sont qualifiées de “lieux de massacres”, où au moins 853 détenus auraient été exécutés durant l’année 2023. Le nombre d’exécution en 2023 est le plus élevé depuis 2025 et marque une augmentation de 48% par rapport à 2022 et de 172% par rapport à 2021. L’ONG appelle la communauté internationale à prendre ses responsabilités afin de mettre fin à cette “ effroyable vague d’exécutions”. Amnesty International accuse les autorités iraniennes d’avoir renforcé la peine capitale “dans le but de répandre la peur au sein de la population et de resserrer leur emprise sur le pouvoir, à la suite du soulèvement Femme, vie liberté”. Il faut également noter l’intensification choquante de l’application de la peine de mort à des mineurs, à des opposants et des membres de minorités ethniques opprimées, ainsi que des exécutions liées aux stupéfiants. Depuis le début de l’année 2024, 95 exécutions ont été enregistrées. 

Pour aller plus loin : 

https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2024/04/iran-executes-853-people-in-eight-year-high-amid-relentless-repression-and-renewed-war-on-drugs/

https://www.amnesty.fr/peine-de-mort-et-torture/actualites/iran-la-peine-de-mort-pour-saper-le-soulevement

 

Benyamin Nétanyahou admet une erreur et présente des excuses après la mort d’humanitaires à Gaza – 1 avril 2024

L’Organisation non gouvernementale américaine World Central Kitchen a annoncé que sept de ses travailleurs humanitaires ont été tués par une frappe attribuée à l’armée israélienne dans la bande de Gaza. Les corps des humanitaires ont été remis aux représentants de leurs pays respectifs. WCK a également déclaré suspendre ses activités dans la zone. Si l’armée israélienne dit enquêter sur cet “incident tragique”, le président israélien admet une frappe “non intentionnelle”, déplorant que des innocents aient été tués. Une déclaration nécessaire mais teintée d’ironie au regard du nombre de victimes palestiniennes innocentes tués par l’armée israélienne depuis le 8 octobre 2023, sans qu’aucun remords n’ait jamais été exprimé. L’ONG avait notamment participé à la livraison maritime d’aide humanitaire. Le président chypriote, Nikos Christodoulides, a affirmé vouloir maintenir un couloir humanitaire pour la bande de Gaza : “les événements tragiques ne doivent pas nous décourager. Nous devons redoubler d’efforts pour fournir plus d’aide alors que les besoins augmentent considérablement” à Gaza. 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/04/02/guerre-israel-hamas-sept-humanitaires-tues-par-des-frappes-israeliennes-un-tragique-accident-selon-l-armee_6225632_3210.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/28/guerre-israel-hamas-ne-pas-forcer-israel-a-respecter-le-droit-international-c-est-etre-complice-du-genocide-a-gaza_6224709_3210.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/04/05/guerre-israel-hamas-l-ong-espagnole-open-arms-suspend-ses-operations-a-gaza_6226023_3210.html

 

Des frappes israéliennes détruisent un consulat iranien à Damas, en Syrie – 1 avril 2024

Des frappes attribuées à l’aviation israélienne ont détruit le consulat iranien à Damas, capitale syrienne, tuant des membres du corps des gardiens de la révolution, l’armée idéologique de la République Islamique. Plus précisément, deux commandants de la Force Al-Qods, ainsi que cinq autres membres de cette unité spéciale des gardiens de la révolution, chargée des opérations extérieures, ont été tués à l’occasion de ce raid.  

 L’Observatoire syrien des droits de l’homme, disposant d’un vaste réseau de sources dans le pays, a annoncé la mort de 11 combattants, mais qu’aucun civil. 

Face à cet évènement, l’Iran se trouve face à un dilemme stratégique, une riposte pourrait provoquer un conflit ouvert avec Israël et un embrasement régional, un scénario que l’Iran tend à éviter depuis le début de la guerre à Gaza. Toutefois, au lendemain de ces frappes, le président iranien, Ebrahim Raïssi, a affirmé que ces frappes ne resteraient pas sans réponse, condamnant un acte “d’invasion inhumain, agressif et méprisable comme un violation fragrante des réglementations internationales”. Les membres du gouvernement iranien appellent la communauté internationale, notamment les États-Unis, à prendre leurs responsabilités. Il a été également été déclaré qu’aucune ambassade israélienne n’est désormais en sécurité. 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/04/01/des-frappes-attribuees-a-israel-detruisent-un-consulat-iranien-en-syrie-tuant-plusieurs-membres-des-gardiens-de-la-revolution_6225456_3211.html

https://www.lesclesdumoyenorient.com/L-alliance-Iran-Syrie.html

https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/israel-palestine/raid-israelien-en-syrie-les-tensions-dans-la-region-evoluent-de-maniere-extremement-inquietante-estime-un-politologue-franco-libanais_6462134.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/19/entre-calculs-et-febrilite-comment-l-iran-a-reevalue-sa-strategie-regionale-apres-l-attaque-du-hamas-contre-israel_6211802_3210.html

 

Amériques

Nicolás Maduro déclare la région de l’Essequibo comme le 24ᵉ État du Venezuela – 4 avril 2024 

Le président vénézuélien Nicolás Maduro a pointé du doigt l’existence de bases militaires étasuniennes dans l’Essequibo, un territoire riche en pétrole, situé au Guyana et revendiqué par Caracas depuis plus de deux siècles. 

« Le Guyana est gouverné par le Commandement Sud (des États-Unis), la CIA et ExxonMobil […] Et nous avons des informations vérifiées selon lesquelles, sur le territoire de l’Essequibo, temporairement administré par le Guyana, ont été installées des bases militaires secrètes du Commandement Sud des États-Unis, des cellules militaires du Commandement Sud et des cellules de la CIA pour préparer des agressions contre les populations du sud et de l’est du Venezuela, et pour préparer une escalade contre le Venezuela » a déclaré, mercredi 4 avril, le président vénézuélien. 

Cette région, officiellement partie intégrante du Guyana, est passée sous le giron du Venezuela, de manière complètement unilatérale. En effet, lors d’une cérémonie officielle, Maduro a annoncé la promulgation d’une loi créant ainsi le 24ᵉ État du Venezuela. Selon les dires de Maduro, les habitants de l’Essequibo pourront voter aux prochaines élections présidentielles de juillet 2024. 

Pour aller plus loin : 

https://www.rfi.fr/en/international-news/20240404-venezuela-says-us-building-secret-bases-in-disputed-essequibo

https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/le-president-du-venezuela-cree-officiellement-le-nouvel-etat-de-guayana-esequiba-1477877.html

https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20240404-maduro-dénonce-l-installation-de-bases-secrètes-américaines-dans-l-essequibo

 

L’ONU alerte sur des « risques de génocide » à Haïti – 4 avril 2024

Le représentant permanent d’Haïti auprès de l’ONU a déclaré, jeudi 4 avril, lors de la 55ᵉ session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU : « Plus nous tardons à trouver une solution, plus la population haïtienne est exposée aux risques d’un génocide » . Le tableau dressé par Viard dans son rapport est encore plus sombre. Selon ce rapport, le nouvel essor des gangs a entraîné une explosion de violence et de terreur, provoquant plus de 400 000 déplacés internes. Au total, ce serait au moins 1 554 personnes qui auraient perdu la vie entre le mois de janvier 2024 et le 22 mars. En outre, 826 personnes auraient été blessées, selon les chiffres des Nations-Unies.

« Près de 18 institutions de santé ne fonctionnent pas à Port-au-Prince et plus de 10 dans l’Artibonite, à cause de la violence des gangs armés. Le départ massif des talents qualifiés, à la recherche de sécurité et de meilleures perspectives, représente une menace pour les institutions haïtiennes publiques et privées » ajoute-t-il.  

Le représentant permanent d’Haïti auprès de l’ONU évoque des difficultés d’accès à la nourriture, à l’eau et à la santé, au logement et à l’éducation, suite aux récents événements violents en Haïti. Les sanctions adoptées par l’ONU contre plusieurs chefs de gang ainsi que l’embargo sur les armes n’auraient eu qu’un impact limité. Le Conseil des droits humains de l’ONU a adopté un projet de résolution sur l’assistance technique et le renforcement des capacités visant à améliorer la situation des droits humains en Haïti. 

Pour aller plus loin : 

https://www.alterpresse.org/spip.php?article30272

https://fr.euronews.com-53000-auraient-fui-la-capitale-en-haïti

https://www.rfi.fr-haïti-l-effet-des-sanctions-contre-les-gangs-extrêmement-limité

 

Crise diplomatique entre le Mexique et l’Équateur – 6 avril 2024

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a ordonné, samedi 6 avril, la suspension immédiate des relations diplomatiques avec l’Équateur. La veille, des policiers équatoriens ont tenté de pénétrer dans l’ambassade mexicaine à Quito pour y arrêter Jorge Glas, ancien vice-président équatorien, qui y avait trouvé refuge le 17 décembre 2023. 

Jorge Glas avait fui son pays après les élections d’octobre 2023 dans le but d’éviter des poursuites dans des affaires de corruption. Ce dernier avait déjà purgé une peine de cinq ans de prison et dénonce une instrumentalisation de la justice à des fins politiques pour porter atteinte au corréisme, un courant politique fondé par l’ancien président Rafael Correa, actuellement réfugié en Belgique.

Andrés Manuel López Obrador avait déclaré que les élections équatoriennes d’octobre 2023 avaient été faussées par l’éviction du principal candidat de gauche, proche de Correa. Après ces élections, Obrador avait offert l’asile politique à Jorge Glas. Le jeune et nouveau président équatorien, Daniel Noboa avait  déclaré l’ambassadrice du Mexique persona non grata en Équateur. Ces tensions ont atteint leur paroxysme au moment où Glas devait s’envoler pour Mexico. 

En plus de cette rupture diplomatique et le rapatriement du personnel diplomatique des deux pays, la ministre des Affaires étrangères mexicaine a déposé une plainte auprès de la Cour internationale de Justice pour « violation grave au droit international ». La ministre de l’Intérieur a appelé la population à ne pas s’approcher de l’ambassade équatorienne à Mexico pour éviter des « actes de violence et de provocation. » 

Pour aller plus loin : 

https://www.france24.com-crise-diplomatique-entre-le-mexique-et-l-équateur

https://www.lemonde.fr-les-diplomates-mexicains-s-appretent-a-quitter-l-equateur-apres-le-raid-policier-contre-l-ambassade-a-quito

https://www.lemonde.fr-le-mexique-suspend-ses-relations-avec-l-equateur-a-la-suite-d-une-intrusion-policiere-dans-son-ambassade-a-quito_6226326_3210.html

 

Rencontre entre la secrétaire américaine au Trésor et le premier ministre chinois – 7 avril 2024

Janet Yellen, secrétaire américaine au Trésor, a rencontré le premier ministre chinois Li Qiang à l’occasion d’une visite à Pékin dimanche 7 avril 2024. Cette visite de Janet Yellen, sa deuxième en Chine en un an, survient au moment où Washington et Pékin s’opposent sur nombre de sujets, comme l’accès aux technologies de pointe, l’avenir de Taïwan ou l’application vidéo TikTok.

À l’issue de cette rencontre, le premier ministre chinois a déclaré espérer que les deux pays puissent être des «partenaires, pas des adversaires». La responsable américaine a, elle, affirmé à son interlocuteur chinois que cette relation ne peut aller de l’avant qu’au moyen d’une communication directe et franche. Washington et Pékin ont convenu d’avoir des «échanges intensifs sur une croissance équilibrée», a indiqué le Trésor américain dans un communiqué.

Pour aller plus loin

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/etats-unis-et-chine-d-accord-pour-des-discussions-sur-une-croissance-economique-equilibree-20240406 

https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/04/06/janet-yellen-craint-une-dislocation-de-l-economie-mondiale-si-la-chine-n-ajuste-pas-ses-politiques_6226320_3234.html 

 

Europe

Le candidat national-populiste remporte l’élection présidentielle en Slovaquie – 6 avril 2024

Après les élections législatives de l’automne dernier, une coalition nationale-populiste russophile sous la direction de Robert Fico était arrivée au pouvoir en Slovaquie avec un discours opposé au soutien à l’Ukraine, proche de celui d’Orban, et tenant l’OTAN en grande partie responsable pour l’invasion russe. Le 6 avril 2024 a eu lieu le second tour de l’élection présidentielle. Si la fonction présidentielle, jusqu’à présent exercée par Zuzana Čaputová (membre du parti social-libéral et plus largement du bloc démocratique opposé aux forces nationales-populistes) n’est que symbolique, l’enjeu de cette élection pour les Slovaques était de de décider de donner complètement les clés aux nationaux-populistes au travers du candidat Pellegrini, ou de permettre à Korčok d’exercer un contre-pouvoir symbolique en faveur de l’Occident, de l’UE, de l’OTAN et de l’Ukraine. Finalement, le candidat national-populiste Pellegrini l’a emporté, interrogeant encore davantage la fiabilité et les perspectives de coopération avec la Slovaquie, toujours plus proche de la Hongrie d’Orban. 

Pour aller plus loin :

https://twitter.com/rlequiniou/status/1776563107445276751

https://legrandcontinent.eu/fr/2024/04/05/election-presidentielle-en-slovaquie-voter-pour-esperer/

https://www.lesechos.fr/monde/europe/pellegrini-emporte-lelection-presidentielle-en-slovaquie-2087323

 

Les élections locales en Pologne, premier test pour la nouvelle coalition au pouvoir de Donald Tusk7 avril 2024

Aujourd’hui se tiennent les élections locales en Pologne, premier scrutin depuis les élections législatives fin 2023 qui ont vu la coalition menée par Donald Tusk arriver au pouvoir en remplacement du PiS. Cependant, le PiS gouverne encore de nombreuses localités. La coalition, dont l’électorat est fort dans les grandes villes, va donc tâcher de reprendre le contrôle d’un certain nombre de ces localités, en particulier dans les zones plus rurales. Toutefois, les intentions de vote sont partagées assez équitablement entre la coalition et le PiS.

Le résultat des élections locales pourrait donner un aperçu des résultats des élections européennes de juin prochain en Pologne, et rééquilibrer le rapport de forces entre la coalition et le PiS ou bien accroître l’écart. 

Pour aller plus loin :

https://www.euractiv.fr/section/elections/news/les-elections-locales-en-pologne-mettent-la-coalition-de-donald-tusk-a-lepreuve/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

https://www.rfi.fr/fr/europe/20240406-les-%C3%A9lections-locales-en-pologne-premier-test-pour-la-coalition-de-donald-tusk?utm_medium=social&utm_campaign=x&utm_source=shorty&utm_slink=rfi.my%2FAUiM

https://www.marianne.net/monde/europe/en-pologne-la-campagne-des-municipales-bousculee-par-la-guerre-en-ukraine

 

L’âge de la mobilisation en Ukraine abaissé de 27 à 25 ans par Volodymyr Zelensky – 2 avril 2024

Mardi 2 avril, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a signé une série de dispositions dont l’objectif est d’élargir et améliorer les capacités de mobilisation de l’armée. L’âge de la mobilisation est ainsi passé de 27 à 25 ans. Ce texte de loi avait été adopté par une majorité des députés de la Verkhovna Rada (le parlement ukrainien) en mai 2023.

La contre-offensive de l’été 2023 ayant échoué et l’armée ukrainienne ayant de plus en plus de mal à contenir l’armée russe, la question de l’abaissement de l’âge de la mobilisation, et plus généralement la mobilisation dans son ensemble, crispait la société. Fin 2023, le président annonçait déjà que l’armée recommandait la mobilisation de 450 000 à 500 000 hommes. Il avait cependant expliqué ne pas adhérer à une telle exigence. Le président ukrainien a également signé une loi permettant la création d’un registre numérique des hommes en âge de servir dans l’armée.

Au sein de la population ukrainienne, nombreux sont ceux ayant exprimé leur mécontentement envers le système de conscription actuel, le jugeant corrompu et inique. Parallèlement, des voix s’élèvent auprès des femmes de soldats pour réclamer une démobilisation des hommes déployés depuis longtemps sur le front.

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/04/03/guerre-en-ukraine-zelensky-abaisse-l-age-de-la-mobilisation-de-27-a-25-ans_6225775_3210.html

https://www.france24.com/fr/europe/20240402-ukraine-volodymyr-zelensky-abaisse-%C3%A2ge-mobilisation-27-25-ans

https://www.rfi.fr/fr/europe/20240219-pour-les-femmes-de-soldats-ukrainiens-toujours-au-front-la-d%C3%A9mobilisation-doit-intervenir-rapidement

 

Asie

La junte du Myanmar perd une ville frontalière aux rebelles Karen – 6 avril 2024

Les troupes myanmaraises ont annoncé leur capitulation après plusieurs semaines de combat contre des forces armées de l’ethnie Karen autour de la ville de Myawaddy. Cette défaite s’inscrit dans une série de revers pour la junte du Myanmar dans l’État Karen, où les groupes armés, notamment la Karen National Army, ont gagné du terrain en expulsant l’armée myanmaraise de divers villes et villages ces derniers mois.

La prise de Myawaddy est particulièrement significative, cette dernière étant l’un des principaux points de passage entre la Thaïlande et le Myanmar, et par conséquent une plaque tournante du commerce légal et illégale entre les deux pays. En particulier, Myawaddy et ses environs sont connus pour être un lieu de passage et d’exploitation de victimes de trafic d’êtres humains, un sujet qui est devenu particulièrement brûlant en Asie du Sud-Est depuis un an en raison de la volonté de la Chine d’éradiquer les organisations criminelles qui s’y adonnent.

Cette prise d’inscrit aussi, plus globalement, dans les revers connus par la junte du Myanmar depuis le lancement de l’opération 1027 il y a 6 mois, avec de multiples soulèvements à travers le pays et des alliances inédites entre les différents groupes armés qui luttent contre le gouvernement central depuis des décennies.

Pour aller plus loin :

https://karennews.org/2023/11/kawkareik-residents-fear-being-trapped-in-war-zone-town-myawaddy-karen-state/

https://www.bbc.com/news/world-asia-68750528

https://www.irrawaddy.com/news/burma/karen-resistance-hails-victories-over-myanmar-junta-near-thai-border.html

https://myanmar-now.org/en/news/ethnic-karen-led-forces-seize-hpapun-town-from-military/

https://time.com/6899646/scams-trafficking-drugs-southeast-asia-golden-triangle/ 

 

Tensions en mer de Chine méridionale – 7 avril 2024

La mer de Chine méridionale est une zone de contentieux et de cristallisation des tensions entre la Chine, ses voisins d’Asie du Sud-Est ainsi que les États-Unis. En effet, en tant que voie navigable stratégique donnant accès au détroit de Malacca par lequel transite environ 30 % des marchandises commercialisées dans le monde. Par conséquent, Pékin cherche à s’y assurer un ancrage territorial permanent en revendiquant sa souveraineté sur plusieurs îles et îlots (y compris artificiels), ce que les autres pays bordant cette mer (Philippines, Vietnam, Taïwan, Malaisie et Brunei) contestent. Les tensions sont particulièrement vives entre les Philippines et la Chine et les accidents navals se succèdent, poussant Manille à chercher du soutien auprès d’autres puissances plus ou moins hostiles aux revendications chinoises.

Ainsi, ce dimanche 7 avril, les Philippines ont organisé des exercices navals conjoints, baptisés « Activité de coopération maritime », avec le Japon, l’Australie et les Philippines en mer de Chine méridionale. Le communiqué précise que ces exercices visent à démontrer « un engagement collectif à renforcer la coopération régionale et internationale en faveur d’un Indo-Pacifique libre et ouvert » et qu’ils auront lieu « dans la zone économique exclusive philippine ». De son côté, la Chine a réagi en annonçant mener des « patrouilles de combat » en mer de Chine méridionale et que « toutes les activités militaires qui perturbent la situation en mer de Chine méridionale et créent des points chauds sont sous contrôle ».

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/04/06/les-philippines-les-etats-unis-le-japon-et-l-australie-s-appretent-a-lancer-des-exercices-navals-conjoints_6226314_3210.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/04/07/pekin-annonce-des-patrouilles-de-combat-dimanche-en-mer-de-chine-meridionale_6226395_3210.html

https://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/comprendre-la-tension-entre-la-chine-et-les-philippines-en-quatre-points


Tir de missile hypersonique de moyenne à longue portée par la Corée du Nord – 3 avril 2024

L’agence de presse d’État nord-coréenne KCNA a déclaré mercredi 3 avril, que le tir d’essai d’un nouveau missile hypersonique à combustible solide de moyenne à longue portée avait été supervisé par Kim Jong-un, le dirigeant du pays. Ce dernier a déclaré que son pays avait ainsi pu se doter d’« une autre arme stratégique offensive puissante » et de missiles « de différentes portées, à combustible solide, à ogive contrôlée et à ogive nucléaire ». KCNA a également déclaré que le missile avait parcouru environ 1 000 kilomètres et qu’il n’avait « pas eu d’effet négatif sur la sécurité des pays voisins ». L’armée sud-coréenne, quant à elle, a précisé que le missile avait poursuivi une trajectoire de 600 kilomètres avant de s’abîmer dans la mer du Japon.

Cet événement survient dans un contexte de détérioration des relations entre les deux Corées. À titre d’exemple, cela fait un an que Pyongyang ne répond plus aux appels de Séoul via la ligne téléphonique intercoréenne.

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/04/03/la-coree-du-nord-dit-avoir-teste-un-missile-hypersonique-de-moyenne-a-longue-portee_6225730_3210.html

https://www.ouest-france.fr/monde/coree-du-nord/la-coree-du-nord-affirme-avoir-teste-un-missile-hypersonique-de-moyenne-a-longue-portee-12ce1cfd-6015-4a54-a5ba-6d58179bbd55

https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20240407-depuis-un-an-la-cor%C3%A9e-du-nord-ne-r%C3%A9pond-plus-aux-appels-t%C3%A9l%C3%A9phoniques-de-son-voisin-du-sud


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (9 avril 2024). Revue de presse du 1er au 7 avril 2024. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6tu


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search