Revue de presse du 25 mars au 31 mars 2024

Sommaire

Amériques

Europe

Proche et Moyen-Orient

Asie

Amériques

États-Unis : effondrement d’un pont routier à Baltimore, le port de la ville à l’arrêt – 26 mars 2024

Dans la nuit de mardi 25 à mercredi 26 mars, un porte-conteneurs arborant le pavillon singapourien, le Dali, a percuté le pont enjambant l’embouchure du fleuve Patapsco provoquant son effondrement. Le bâtiment est immobilisé au milieu des débris du pont, interdisant l’accès au port depuis la mer. Sept morts sont à dénombrer à la suite de cet accident. Joe Biden s’est engagé à reconstruire le pont au plus vite et de rouvrir le port au commerce : l’enjeu économique est très important. 

Les assureurs maritimes vont devoir débourser des sommes faramineuses. Le site économique Business Insider estime que cet accident « pourrait entraîner les plus grosses pertes  de l’histoire des assurances maritimes. » Avec plus  de 3,2 milliards d’euros, le coût de la catastrophe est bien supérieur à celui du naufrage du Costa Concordia en 2012 : 32 personnes étaient mortes et l’accident avait coûté 1,6 milliards d’euros aux assurances. 

Le port de Baltimore est un centre commercial important : que ce soit dans les importations de sucre, de cacao ou de charbon. Baltimore est également le port des États-Unis qui voit transiter le plus de voitures neuves, sans parler des flux de conteneurs et de marchandises en vrac. Au total, ce sont plus de 150 000 emplois qui dépendent du port et 140 000 qui en dépendent indirectement. 

Pour aller plus loin : 

https://www.courrierinternational.com/article/economie-pont-effondre-a-baltimore-vers-l-une-des-plus-grosses-pertes-de-l-histoire-des-assurances-maritimes

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/un-impact-majeur-et-prolonge-l-effondrement-du-pont-de-baltimore-va-avoir-d-importantes-consequences-economiques_6450286.html

 

Venezuela : l’opposition parvient à inscrire un candidat malgré la pression du pouvoir – 26 mars 2024 

Alors que les principaux opposants politiques de Nicolas Maduro (Maria Corina Machado et Henrique Capriles) avaient été mis hors-course le 27 janvier dernier à la suite d’une décision de la Cour suprême vénézuélienne, la démocratie vénézuélienne meurt mais ne se rend pas. Samedi 23 mars, les partis d’opposition ont dénoncé un « blocage » de la page spéciale du Conseil national électoral. Ainsi, l’opposition se retrouve dans l’impossibilité de proposer officiellement un candidat. Finalement, Corina Yotis, jugée inéligible, a dû abandonner à son tour. C’est finalement Edmundo Gonzalez Urrutia qui a été choisi comme remplaçant pour affronter le président Nicolas Maduro lors des élections du 28 juillet. Toutefois, des négociations pourraient avoir lieu avant les élections pour remplacer Edmundo Gonzalez Urrutia par Machado ou Yoris. Alors que les critiques internes accusent Nicolas Maduro de « choisir » les candidats, Macron et Lula, depuis Brasilia, ont eux aussi condamné l’écartement de Corina Yoris. 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/23/venezuela-l-opposition-denonce-un-blocage-l-empechant-d-inscrire-sa-candidate-a-la-presidentielle_6223795_3210.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/26/election-presidentielle-au-venezuela-la-coalition-de-l-opposition-reussit-a-inscrire-un-candidat_6224339_3210.html

https://www.geo.fr/geopolitique/au-venezuela-nicolas-maduro-accuse-de-choisir-ses-opposants-pour-les-elections-presidentielle-de-juillet-2024-219479

 

Nouvelle crise diplomatique entre la Colombie et l’Argentine – 27 mars 2024

Mercredi 27 mars, à la suite de la publication, par la chaîne américaine CNN, de fragments d’une interview de Javier Milei (président argentin), la Colombie a ordonné l’expulsion des diplomates argentins de son territoire. Il faut dire, qu’une fois de plus, Javier Milei n’a pas mâché ses mots et a déclaré qu’ « on ne peut pas attendre grand-chose de quelqu’un qui a été un assassin et un terroriste ouvrier », une insulte à peine voilée faite au passé de guérillero communiste du président colombin Gustavo Petro. 

Les Unes de la presse colombienne évoquent le renvoi des diplomates argentins et parle de l’expulsion de l’ambassadeur bien qu’officiellement, les fonctions des diplomates renvoyés ne soient pas connues. L’interview qui fait tant polémique doit être diffusée dimanche et seuls des extraits ont été montrés. À en croire CNN, Milei a aussi qualifié le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador d’ « ignorant ». 

Fidèle à une stratégie de polémiste, Milei n’en est pas à son coup d’essai. Les attaques verbales fusent depuis maintenant quatre mois entre Bogota et Buenos Aires, même si elles semblent être à sens unique. En janvier dernier, Milei avait déclaré que Petro était un « communiste meurtrier qui est en train de couler la Colombie » et il alla même plus loin en qualifiant le président colombien de « maladie létale pour les colombiens. » En réponse, Bogota avait alors rappelé son ambassadeur. 

Pour aller plus loin : 

https://www.rfi.fr/fr/amériques/20240328-la-colombie-expulse-ses-diplomates-argentins-après-des-insultes-de-javier-milei

https://www.rfi.fr/fr/amériques/20240328-à-la-une-crise-diplomatique-entre-la-colombie-et-l-argentine

https://maroc-diplomatique.net/crise-diplomatique-argentine-colombie-la-tension-saccentue/

 

Haïti : dans un climat de violence grandissant, la France rapatrie 170 ressortissants – 27 mars 2024

Dimanche 25 mars au soir, le ministère des affaires étrangère français a communiqué sur l’établissement de « vols spéciaux » pour évacuer des ressortissants français. Depuis plusieurs semaines, Port-au-Prince et tout Haïti plus généralement sont en proie à une violence grandissante. Les liaisons aériennes commerciales sont interrompues. Dans la capitale ou dans des villages alentour, plusieurs postes de police ont été la cible de tirs ces derniers jours. 

Ainsi, ce sont 170 ressortissants français qui ont été évacués notamment depuis le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre de la Marine nationale, alors présent pour des opérations logistiques et de ravitaillement. Ce sont principalement des personnes « en situation de vulnérabilité » qui ont été évacuées, à savoir personnes âgées et enfants. Elles seront acheminées dans un premier temps vers Fort-de-France en Martinique. Selon les chiffres du Quai d’Orsay, ce sont près de 1 100 français qui résident en Haïti, dont une large part de binationaux. À ces 170 français évacués s’ajoutent 70 ressortissants « européens et d’États tiers ». 

Le Canada a lui aussi affrété des hélicoptères afin d’évacuer ses premiers ressortissants. En effet, on ne dénombre pas moins de 3 000 canadiens en Haïti. 

Ces évacuations viennent cristalliser la situation chaotique que connaît Haïti alors que le pays s’enfile toujours plus dans la violence et que les solutions politiques et humanitaires semblent aussi misérables qu’inefficaces.  

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/27/crise-en-haiti-paris-annonce-avoir-rapatrie-170-ressortissants-francais_6224466_3210.html

https://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2024/03/26/haiti-24512.html

https://www.rfi.fr/fr/amériques/20240325-haïti-les-ressortissants-français-évacués-vers-fort-de-france-en-martinique

 

Argentine : condamnations à perpétuité de dix personnalités de la dictature à l’issu d’un procès-fleuve – 27 mars 2024

C’est en 2020 que le procès de douze hommes argentins impliqués dans des crimes survenus sous la dictature (1976-1983). Enlèvements, séquestrations arbitraires, tortures, viols, avortements forcés, disparitions ou vols de bébés au sein de centres pénitentiaires d la dictature… C’est le crime contre l’Humanité qui a été retenu comme chef d’accusation principal et qui a valu la prison à perpétuité pour dix accusés, mardi dernier. En plus de ces dix condamnations, une peine de 25 ans et une relaxe ont été prononcées Ce procès-fleuve avait duré près de quatre ans. Plusieurs centaines de personnes ont assisté au verdict, en particulier les familles des victimes pour qui justice est enfin faite. 

Dès dimanche 24 mars, des dizaines de milliers d’argentins avaient manifesté dans les rues de Buenos Aires en opposition à la position jugée trop « révisionniste » de l’actuel président Milei concernant la mémoire de la dictature. Un coup supplémentaire porté à la légitimité du président alors que l’Argentine s’enfonce dans la récession. 

Alors que la dictature divise encore profondément la population argentine, on dénombrait mi-mars 1 176 personnes condamnés depuis 2006 (date de la reprise des procès des responsables de la dictature). Près de 80 procédures restent en cours, en procès ou à l’instruction.

Pour aller plus loin : 

https://www.france24.com/fr/amériques/20240324-les-argentins-marchent-en-masse-pour-la-mémoire-des-victimes-de-la-dictature

https://www.france24.com/fr/amériques/20240327-au-procès-fleuve-de-la-dictature-en-argentine-dix-peines-à-perpétuité-prononcées

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/27/en-argentine-dix-hommes-condamnes-a-la-perpetuite-pour-des-crimes-contre-l-humanite_6224505_3210.html

 

Visite d’Emmanuel Macron au Brésil : une première depuis treize ans – 28 mars 2024 

C’est la première fois que le président français se rend en Amérique latin depuis son élection dans le cadre d’une rencontre bilatérale. Alors que leurs différends sont nombreux sur le plan géopolitique, Emmanuel Macron entend nouer des partenariats solides avec le président Lula. 

En 2021, Lula s’était déjà rendu à Paris, lors de sa campagne présidentielle. Il avait alors été reçu en grandes pompes par Emmanuel Macron, dont les relations avec le président d’alors, Jaïr Bolsonaro, avaient viré à la dispute. Depuis ce moment-là, la relation entre Macron et Lula s’est consolidée. « Nous sommes dans un moment franco-brésilien », fait valoir la présidence française, en soulignant les « nombreux points de convergence » avec Lula, notamment sur les «grands enjeux globaux». « Ce moment intervient après une éclipse de quatre ans et un quasi-gel des relations politiques entre nos deux pays lors de la présidence de Bolsonaro », qui a multiplié les outrances durant son mandat (2019-2022). 

Le Brésil est la puissance régionale majeure en Amérique latine. En outre, les intérêts français y sont conséquents. Cela faisait onze ans qu’un chef d’État français ne s’était pas rendu au Brésil, un acte qui vient consacrer une relation bilatérale largement marquée par la coopération. Les entreprises françaises sont très présentes sur le marché brésilien que ce soit dans le domaine de l’énergie, du luxe, de l’industrie, de l’armement, des services… À tel point que le Brésil est l’une des destinations les plus importantes des investissements étrangers à l’international. Les deux présidents ont assisté au baptême d’un sous-marin brésilien réalisé à partir de plans et de l’expertise français. Depuis 2008, un accord lie Brasilia et Paris concernant la question militaire et prévoit notamment la construction de cinq sous-marins. Sans avoir de volonté d’agressions vis-à-vis de ses voisins, le Brésil souhaite montrer qu’il est capable de participer à des actions internationales conjointes sous l’égide des Nations-Unies et ainsi asseoir ainsi son statut de puissance. En outre, la France est l’un des partenaires privilégiés du Brésil pour son accession au nucléaire civil. 

Bien que la concorde, le dialogue et même l’amitié soient largement mis en avant durant cette visite, des divergences demeurent toutefois entre les deux dirigeants. Lula considère qu’il doit avoir des relations avec tout le monde et ne souhaite pas s’arrêter à des logiques affinitaires au risque de fermer des partenariats. Le Brésil ne veut pas choisir de camp et ne veut pas se faire imposer de camp. Au titre de sa stratégie d’ouverture, le Brésil entretient de très bonnes relations avec la Chine qui est son premier partenaire commercial. La Russie est également un précieux fournisseur d’engrais, denrée cruciale pour l’économie brésilienne. Lula défend donc moins les questions de droits de l’Homme et de démocratie à l’international. 

Pour aller plus loin : 

https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-enjeux-internationaux/diplomatie-france-bresil-en-vert-et-contre-tous-5592999

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/27/la-france-se-tient-aux-cotes-du-bresil-qui-va-developper-la-propulsion-nucleaire-a-annonce-emmanuel-macron_6224498_3211.html

https://www.france24.com/fr/amériques/20240326-emmanuel-macron-au-brésil-pour-relancer-le-partenariat-entre-les-deux-pays

 

Europe

La Roumanie et la Bulgarie intègrent partiellement l’espace Schengen – 31 mars 2024

17 ans après leur adhésion à l’UE, la Roumanie et la Bulgarie ont enfin rejoint l’espace Schengen, espace de libre circulation des personnes entre pays membres. Si les contrôles d’identité aux frontières maritimes et aériennes ont été levés, les contrôles aux frontières terrestres demeurent en vigueur jusqu’à une date indéterminée. Cette intégration, encore partielle, est le résultat d’un très long processus commencé en 2011 lorsque la Commission européenne assurait que ces deux pays étaient en mesure d’intégrer l’espace Schengen. Il a fallu 13 ans et la levée de nombreux blocages, notamment de la part de l’Autriche qui craignait une hausse des migrations clandestines, pour que les deux pays puissent enfin intégrer partiellement pour l’instant cet espace. L’Autriche maintient encore son veto sur les fin des contrôles d’identité aux frontières terrestres.

Cette intégration partielle de la Roumanie et la Bulgarie demeure une avancée symbolique importante pour les deux pays.

Pour aller plus loin :

https://www.touteleurope.eu/fonctionnement-de-l-ue/la-bulgarie-et-la-roumanie-font-leur-entree-dans-l-espace-schengen/

https://www.lexpress.fr/monde/europe/espace-schengen-pourquoi-la-bulgarie-et-la-roumanie-ne-font-quune-entree-partielle-CFRLZSXKQNB2TJ7VTCQVEFUT4U/

https://www.la-croix.com/la-bulgarie-et-la-roumanie-un-pied-dans-l-espace-schengen-20240331

 

Les Etats membres de l’UE se sont mis d’accord pour durcir les restrictions pour les produits ukrainiens27 mars 2024

Les ambassadeurs des Etats membres se sont mis d’accord pour prolonger les exemptions de droits de douanes sur les importations agricoles ukrainiennes mais en plafonnant à un plus faible niveau le volume de ces importations, à l’exception des volumes de blé et d’orge. Une opposition était apparue entre les Etats membres désireux de « protéger » leurs marchés et les parts de marché de leurs agriculteurs face aux produits ukrainiens accusés de concurrence déloyale, et ceux plus sensibles aux revenus générés pour l’Ukraine et ses entreprises.

Les soutiens à un durcissement de ces restrictions s’étaient notamment fait entendre en Pologne assez tôt en 2023 lorsque le sujet a été instrumentalisé durant la campagne électorale, puis a trouvé de nombreux échos lors de la vague de mobilisation des agriculteurs dans de nombreux pays européens ces dernières semaines. La Pologne, la Hongrie et la France avaient notamment revendiqué que le blé et l’orge soient concernés par le plafonnement des volumes d’importations.

L’Ukraine avait fait savoir plus tôt dans la semaine son incompréhension face à un potentiel durcissement des restrictions.

Pour aller plus loin :

https://www.touteleurope.eu/agriculture-et-peche/les-vingt-sept-s-accordent-sur-un-durcissement-des-restrictions-pour-les-produits-ukrainiens-sans-toutefois-plafonner-le-ble/

https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/03/27/l-ue-durcit-les-restrictions-pour-les-produits-agricoles-venant-d-ukraine-sans-plafonner-le-ble_6224518_3234.html

 

Ingérence russe au Parlement européen – 30 mars 2024

Ce mercredi 27 mars, le premier ministre tchèque a indiqué que les services de renseignement de son pays ainsi que ceux de la Pologne, avaient dévoilé les activités d’un réseau d’influence russe visant à peser sur le résultat des élections européennes de juin, notamment par le biais du site d’information Voice of Europe. Ce dernier, enregistré à Prague et désormais fermé par les autorités tchèques, relayait un discours prorusse et réprobateur à l’égard de l’aide européenne et américaine à l’Ukraine. Ce réseau s’immisçait « jusqu’au Parlement européen » selon Prague. Vendredi 29 mars, c’est au tour du premier ministre belge Alexander De Croo de fournir plus d’informations en déclarant que ce réseau a permis aux autorités russes d’« approcher des eurodéputés » ainsi que de les payer « pour promouvoir la propagande russe ». À la suite de ces révélations, l’eurodéputée et tête de liste Renaissance pour les élections de juin a déclaré sur X (anciennement Twitter) écrire à Roberta Metsola, la présidente du Parlement européen, afin d’exiger « d’urgence une enquête complète et transparente ». Une porte-parole du Parlement européen a déclaré à l’Agence France-Presse que « Le Parlement examine actuellement, en coordination avec ses partenaires institutionnels, les conclusions des autorités tchèques, notamment concernant le média “Voice of Europe” ». 

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/29/la-pologne-et-la-republique-tcheque-denoncent-les-ingerences-russes-avant-les-europeennes_6224863_3210.html

https://www.lalibre.be/international/europe/2024/03/29/un-reseau-dinfluence-russe-au-sein-du-parlement-europeen-un-an-apres-le-qatargate-une-nouvelle-affaire-pourrait-secouer-linstitution-VJTPIG2COJF65EXQSGA2UICUA4/

 

Proche et Moyen-Orient

Un second bateau d’aide humanitaire est parti de Chypre en direction de Gaza – 30 mars 2024

Suite au premier voyage d’un bateau chargé d’aide humanitaire, parti de Chypre le 12 mars 2024, un second bateau navigue actuellement en direction de Gaza. Ce dernier emprunte le même itinéraire maritime et est accompagné de deux remorqueurs. Il devrait mettre environ 65 heures pour atteindre l’enclave palestinienne, où la population est au bord d’une famine généralisée. “Je veux de l’aide pour mes enfants. Je veux qu’ils vivent et ne meurent pas de faim. Ils ne mangent que des plantes sauvages, il n’y a pas de pain. C’est le mois du ramadan et il n’y a rien à manger à Gaza”, raconte un gazaoui, Abou Issa Ibrahim FIlfil, interrogé par l’AFP. 

Le bateau transporte 400 tonnes d’aides, notamment des produits alimentaires, tels que riz, pâtes, farine, légumes et protéines, a précisé l’ONG World Central Kitchen. 

Pour aller plus loin : 

https://www.medecinsdumonde.org/actualite/dix-ong-appellent-lue-a-agir-sans-attendre-pour-empecher-la-famine-a-gaza/

 

Attaque israélienne la plus meurtrière en Syrie depuis le début de la guerre à Gaza – 29 mars 2024

L’armée israélienne a frappé plusieurs cibles sur le territoire syrien tuant au moins 36 soldats syriens et 6 combattants du Hezbollah libanais, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Des dépôts d’armes du Hezbollah situés à Alep, ainsi que des usines à Al-Safira, ont également été détruites. L’Agence officielle syrienne SANA, a de son côté, déclaré plusieurs morts et blessés parmi les civils et les soldats.

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères iranien, Nasser Kanami, a dénoncé une violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Syrie et accuse Israël de prolonger et d’étendre la crise dans la région

Pour aller plus loin : 

https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/israel-et-le-hezbollah-au-bord-de-la-guerre-2082264

https://www.lesclesdumoyenorient.com/Entretien-avec-Arthur-Quesnay-sur-les-milices-pro-iraniennes-L-influence.html

 

L’Autorité Palestinienne se dote d’un nouveau gouvernement – 28 mars 2024

Mahmoud Abbas avait initialement chargé son conseiller économique, Mohammad Mustafa, de constituer un nouveau gouvernement et d’embrasser le poste de premier ministre. Le nouveau groupe aura pour objectif principal la préparation d’un retour de l’AP dans la bande de Gaza, dont le Hamas l’a chassée en 2007 et où le premier ministre israélien l’empêche d’agir. L’équipe formée a été approuvée par la signature d’un décret présidentiel et doit prêter serment le dimanche 31 mars, sans passage devant le Parlement (dissout en 2018). 

Le premier ministre est un fonctionnaire apolitique, ayant étudié aux États-Unis et ancien membre de la Banque mondiale à Washington, où il dirigeait jusqu’alors le Fonds d’investissement palestinien. Le ministre de l’intérieur, Ziad Hab Al-Rih, chargé de coordonner les forces de sécurité, conserve le même poste. Parmi ce nouveau groupe, 6 ministres sont originaires de Gaza, dont un ancien maire de la ville, Majed Abou Ramadan. 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/28/mahmoud-abbas-forme-un-gouvernement-palestinien-a-sa-main_6224734_3210.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/02/19/guerre-israel-hamas-le-fatah-et-le-mouvement-islamiste-multiplient-les-contacts-en-vue-d-une-reconciliation-palestinienne_6217286_3210.html

 

Asie

Fermeture du bureau hongkongais de Radio Free Asia – 29 mars 2024

Ce vendredi 29 mars 2024, moins d’une semaine après la promulgation de la nouvelle loi sur la sécurité nationale par les autorités du territoire, la radio américaine Radio Free Asia a annoncé avoir fermé son bureau localisé à Hong Kong à la suite de l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la sécurité nationale samedi 23 mars. Dans son communiqué, la présidente de Radio Free Asia, Bay Fang, déclare être inquiètes pour « la sécurité des membres du personnel et des journalistes » et que « les actions des autorités de Hong Kong, et notamment la qualification de Radio Free Asia de “force étrangères”, soulèvent de sérieuses questions quant à notre capacité à opérer en toute sécurité après la promulgation » de cette loi. Ce média était financé par le Congrès américain, ce qui suscita de vives critiques de la part de l’exécutif hongkongais. En février dernier, le secrétaire à la Sécurité de Hong Kong, Chris Tang, avait qualifié le média de « force étrangère » induisant en erreur les hongkongais.

Cette nouvelle loi locale punit la trahison, le sabotage mettant en péril la sécurité nationale, le vol de secrets d’État, l’insurrection ainsi que l’ingérence extérieure. Elle a pour objectif de compléter la loi imposée par Pékin en 2020 à la suite des plus grandes manifestations qu’ait connues Hong Kong, et sanctionnant la sécession, les activités terroristes, la subversion et la collusion avec des forces étrangères.

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/29/hongkong-radio-free-asia-radio-americaine-ferme-son-bureau_6224948_3210.html

https://www.france24.com/en/live-news/20240329-us-outlet-radio-free-asia-closes-hong-kong-office-over-security-law-fears

https://www.ouest-france.fr/monde/hong-kong/hong-kong-ce-que-contient-la-nouvelle-loi-sur-la-securite-nationale-aux-effets-spectaculaires-1151e9be-e5f1-11ee-9618-4414a90184d

 

Nouvelle attaque visant la présence chinoise au Pakistan – 26 mars 2024

Le mardi 26 mars, un attentat-suicide a ciblé un convoi transportant des ressortissants chinois à Shangla, au nord du Pakistan, faisant six victimes, dont cinq chinois. Cet événement est survenu peu après une autre attaque dans le sud-ouest, près du port pakistanais de Gwadar.

Ces attaques mettent en lumière la vulnérabilité des investissements chinois dans la région face aux tensions locales, exacerbées par des groupes militants comme l’Armée de libération du Baloutchistan et les talibans pakistanais. Leur objectif semble être de déstabiliser les projets d’envergure liés au Corridor Économique Chine-Pakistan (CEPC), pierre angulaire des Nouvelles Routes de la soie chinoises, et essentiel pour le développement économique pakistanais.

Les réactions officielles des deux pays concernés oscillent entre condamnation ferme et prudence diplomatique, reflétant l’importance stratégique de leur coopération mais aussi la complexité de la situation sécuritaire de la province du Baloutchistan, ou ont lieu de nombreuses attaques du même type depuis plusieurs années. Le Pakistan promet une répression sévère, tandis que la Chine réaffirme son soutien inébranlable au développement pakistanais, tout en soulignant sa détermination à lutter contre le terrorisme.

Ces événements témoignent de la fragilité du CEPC, confronté non seulement aux défis sécuritaires mais aussi au mécontentement local. Les attaques contre des projets chinois ne sont pas nouvelles, mais leur récente recrudescence soulève des questions quant à l’efficacité des mesures de sécurité et à leur impact sur l’avancement des projets d’infrastructures.

Pour aller plus loin :

https://www.lefigaro.fr/international/pakistan-deces-de-cinq-ressortissants-chinois-et-de-leur-chauffeur-dans-un-attentat-suicide-20240326

https://www.la-croix.com/pakistan-cinq-chinois-et-leur-chauffeur-tues-dans-un-attentat-suicide-20240326

https://www.courrierinternational.com/article/terrorisme-derriere-l-attentat-suicide-au-pakistan-les-investissements-chinois-cible

 

Première rencontre entre la Chine et le Japon au sujet de l’eau de Fukushima – 30 mars 2024

Plusieurs mois après que le Japon ait annoncé la tenue de dialogues avec la Chine au sujet du rejet des eaux de la centrale Fukushima-Daiichi, la première rencontre entre des experts nucléaires des deux pays s’est tenue samedi dernier. Les autorités japonaises se sont abstenues de commentaires supplémentaires.

Le Japon a commencé fin août 2024 à rejeter des eaux traitées venues de la centrale Fukushima-Daiichi en raison du manque de place. Si plusieurs pays voisins et des membres de la société civile japonaise ont critiqué cette décision, l’opposant le plus ferme reste la Chine, qui a notamment interdit l’export de produits de la mer japonais. En dépit d’efforts du gouvernement japonais pour venir en aide aux pêcheurs, 80% des coopératives du secteur ont rapporté avoir souffert des pertes financières suite aux mesures chinoises en février 2024. Il ne s’agit pas de la première fois que la Chine interdit des produits japonais pour des raisons mêlant inquiétudes pour la santé et géopolitique : Pékin a encore en place des restrictions sur les importations de viande bovine japonaise mises en place à lors de la crise de la vache folle. 

Pour aller plus loin :

https://www.geo.fr/environnement/japon-savoir-sur-eau-de-fukushima-rejetee-pacifique-204430

https://www.theguardian.com/environment/2023/aug/25/fukushima-daiichi-nuclear-power-plant-china-wastewater-release

https://www.japantimes.co.jp/news/2024/03/31/japan/politics/fukushima-china-japan-experts/

https://english.kyodonews.net/news/2024/02/f46e41ea17e3-most-japan-fishing-groups-hit-by-china-import-ban-over-fukushima-row.html

https://japannews.yomiuri.co.jp/society/general-news/20220606-34706/

 

Altercation entre les Five Eyes et la Chine autour de cyberattaques – 25-30 mars 2024

Le Royaume-Uni et les États-Unis ont accusé le groupe APT31 d’être responsable de plusieurs cyberattaques perpétrées ces dernières années sur leurs sols, entre autres du vol des données de 40 millions d’électeurs américains. APT31 est un groupe de hacker soupçonné d’être affilié au gouvernement chinois, actif au moins depuis 2016. Ces dernières années, il a été connecté à diverses opérations d’espionnage par le biais de cyberattaque, essentiellement sur des organes étatiques ou stratégique dans les domaines scientifiques, militaires, etc.

En 2021, APT31 avait déjà fait les gros titres en s’attaquant aux services gouvernementaux des États-Unis et de plusieurs de ses alliés européens et asiatiques, menant à une attribution publique de ces activités à la Chine par les pays concerné ; action inhabituelle pour plusieurs des pays signataires de cette déclaration, dont la France, qui a pour politique de ne pas attribuer ses cyberattaques, et la Nouvelle-Zélande, qui reste l’un des alliés des États-Unis les plus proches de Beijing. Wellington a d’ailleurs rejoint Londres et Washington dans sa condamnation d’APT31 la semaine dernière suite à des attaques sur les serveurs de son parlement.

En plus de l’attribution, les Etats-Unis et le Royaume-Uni vont sanctionner une entreprise basée à Wuhan accusée d’être la couverture d’APT31 et du Guoanbu. La Chine a nié toute responsabilité dans ces attaques et accusé les États-Unis d’être eux-mêmes des perturbateurs, mettant en avant leur propres opérations de cyberguerre.

Pour aller plus loin :

https://www.bnnbloomberg.ca/us-charges-seven-chinese-hackers-with-sweeping-cyberattacks-1.2051319

https://www.linformaticien.com/cybersecurite/58264-2apt31-attaque-la-france.html

https://www.theguardian.com/technology/2024/mar/26/china-cyber-attacks-are-increasing-western-analysts-warn

https://www.globaltimes.cn/page/202404/1309966.shtml


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (4 avril 2024). Revue de presse du 25 mars au 31 mars 2024. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5z0


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search