Revue de presse du 18 mars au 24 mars 2024

Sommaire

Europe

Proche et Moyen-Orient

Amériques

Asie

Europe

Les dirigeants de l’UE appellent pour la première fois à un cessez-le-feu à Gaza – 21 mars 2024

Réunis pour un Sommet européen le jeudi 21 et vendredi 22 mars, les dirigeants des 27 ont pour la première fois appelé à une « pause humanitaire immédiate menant à un cessez-le-feu durable » à Gaza, après que la Hongrie a mis fin à son blocage, tout en réitérant leur appel à libérer tous les otages.

Les dirigeants européens ont également appelé Israël à ne mener aucune action qui compliquerait encore davantage la fourniture de l’aide humanitaire et aggraverait la situation dans laquelle se trouve la population gazaouie. A ce titre, les dirigeants ont appelé à un «accès humanitaire total, rapide, sûr et sans entrave».

Il est à noter que plus tôt dans la semaine, les ministres des Affaires étrangères de l’UE se sont, sur le principe, accordés pour renforcer les sanctions contre les membres du Hamas, mais également pour sanctionner les colons israéliens responsables d’attaques en Cisjordanie contre les Palestiniens. Toutefois, un accord droit être trouvé sur la nature des sanctions à appliquer.

Pour aller plus loin :

https://www.euractiv.fr/section/international/news/gaza-les-dirigeants-de-lue-appellent-pour-la-premiere-fois-a-une-pause-devant-mener-a-un-cessez-le-feu/

https://www.euractiv.fr/section/international/news/accord-politique-de-lue-pour-sanctionner-le-hamas-et-les-colons-israeliens-extremistes/

https://fr.euronews.com/my-europe/2024/03/21/pour-la-premiere-fois-les-dirigeants-de-lue-appellent-a-un-cessez-le-feu-a-gaza

 

Les dirigeants européens ont ouvert les négociations d’adhésion avec la Bosnie-Herzégovine21 mars 2024

Lors du Sommet des 21 et 22 mars 2024, les dirigeants européens se sont mis d’accord pour ouvrir les négociations d’adhésion avec la Bosnie, après que ces dernières ont été ouvertes en décembre pour l’Ukraine et la Moldavie pourtant candidates depuis bien moins longtemps.

Cependant, pour que les négociations débutent concrètement, la Bosnie devra mener plusieurs réformes recommandées en octobre 2022 (14 priorités essentielles articulées principalement autour du renforcement de l’Etat de droit, la lutte contre la corruption et l’amélioration du fonctionnement des institutions centrales), et les 27 devront s’accorder sur un cadre de négociations dont la date d’adoption n’a pas été définie.

Cette avancée demeure symbolique, aucune perspective claire n’est véritablement donnée à la Bosnie, pays toujours marqué par la division et gêné par les actions de la République serbe de Bosnie.

Pour aller plus loin :

https://www.euractiv.fr/section/elargissement/news/elargissement-lue-etudie-la-marche-a-suivre-concernant-ladhesion-de-lukraine-la-moldavie-et-la-bosnie/

https://www.euractiv.fr/section/elargissement/news/feu-vert-des-27-a-louverture-des-negociations-dadhesion-avec-la-bosnie/

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/21/l-ue-autorise-l-ouverture-de-negociations-d-adhesion-avec-la-bosnie-herzegovine_6223339_3210.html

 

Premier tour des élections présidentielles en Slovaquie – 23 mars 2024

Maintenant que la totalité des voix ont été décomptées, on sait désormais que le second tour de l’élection présidentielle slovaque, qui se tiendra le 6 avril, opposera l’ancien ministre des Affaires étrangères Ivan Korčok au président du Parlement Peter Pelligrini. Le premier, libéral et favorable au soutien à l’Ukraine, a remporté 43 % des voix, tandis que le second, proche du pouvoir et favorable au Kremlin, a remporté 37 % des voix. Ce dernier soutient ainsi la coalition gouvernementale arrivée au pouvoir depuis octobre 2023 menée par le premier ministre Robert Fico marquant un tournant prorusse et illibéral pour ce pays d’Europe centrale.

La victoire d’Ivan Korčok le 6 avril ne saurait marquer un changement de cap pour la Slovaquie, le fonction de président étant principalement cérémonielle.

Pour aller plus loin :  

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/24/slovaquie-un-liberal-pro-ukraine-et-un-proche-du-pouvoir-pro-russie-au-second-tour-de-la-presidentielle_6223799_3210.html  

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/24/en-slovaquie-l-election-presidentielle-se-transforme-en-referendum-sur-la-politique-prorusse-de-robert-fico_6223906_3210.html

https://www.radiofrance.fr/franceculture/en-slovaquie-un-nouveau-coup-de-froid-sur-la-democratie-2655847

 

Proche et Moyen-Orient

Veto chinois et russe au projet de résolution américain pour un cessez-le-feu à Gaza – 22 mars 2024

Si depuis le début du conflit, Washington a émis plusieurs fois son veto face à des résolutions appelant à un cessez-le-feu à Gaza, les États-Unis ont déposé à l’ONU un projet appelant à un “cessez-le-feu immédiat et durable”, rappelant principalement le risque accru de famine et la nécessité de libération des otages.
Le projet de résolution à recueilli 11 voix en faveur, 3 voix contre (Russie, Chine, Algérie) et une abstention (Guyana). L’ambassadeur à notamment dénoncé un texte hypocrite qui ne viserait pas clairement à faire taire les armes. La Chine critique quant à elle un texte “extrêmement déséquilibré”.
L’ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, explique ce véto par le fait que la Chine et la Russie ne veulent simplement “pas signer une résolution rédigée par les États-Unis, parce qu’ils préfèrent nous voir échouer plutôt que de voir ce Conseil réussir”. 

Pour aller plus loin :   

https://www.liberation.fr/international/moyen-orient/cessez-le-feu-a-gaza-la-resolution-americaine-rejetee-apres-un-veto-russe-et-chinois-20240322_SDUOCAGKLNEPBOI7HZTJT24LHQ/

https://www.lesclesdumoyenorient.com/La-guerre-Hamas-Israel-revelatrice-du-rapprochement-de-la-Russie-avec-l-Iran-et.html
https://www.defense.gouv.fr/academ/actualites/chine-russie-hamas-israel-nouvelles-guerres-dinfluence

 

Le Canada arrête les envois d’armes à Israël – 19 mars 2024

La ministre des affaires étrangères canadienne, Mélanie Joly, a annoncé qu’à la suite d’un vote des députés, le Canada cessera ses envois d’armes à Israël. Le parlement canadien a adopté en ce sens une motion non contraignante en faveur d’un “cessez-le-feu immédiat” et demandant au gouvernement de “cesser l’approbation et le transfert” d’armes à destination d’Israël. 

Depuis le début du conflit, les ventes d’armes accordées par la Canada à l’État hébreu concernaient uniquement l’exportation d’équipements non létaux, comme des outils de communication. Des poursuites judiciaires avaient été déposées au Canada contre le gouvernement par une coalition d’avocats et de citoyens d’origine palestinienne, dénonçant les livraisons d’armes et l’accusant de violer le droit international mais aussi son droit national. 

En réaction, le chef de la diplomatie israélienne, Israël Katz, a commenté une décision “malheureuse”, sapant le droit d’Israël à se défendre, concluant en affirmant que “l’histoire jugera durement cette décision du gouvernement canadien”. Du côté américain, cette décision a été saluée par le sénateur démocrate Bernies Sanders. 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2023/11/10/conflit-israel-hamas-la-fievre-gagne-les-campus-canadiens_6199420_3210.html

https://www.france-palestine.org/Le-ministre-canadien-des-affaires-etrangeres-confirme-l-arret-des-livraisons-d

 

Marwan Issa tué par l’armée israélienne à Gaza – 18 mars 2024

L’élimination du numéro 3 du Hamas, Marwan Issa, a été confirmée par Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale américain lundi 18 mars. Ce dernier aurait été tué dans la nuit du 9 au 10 mars. Le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, a annoncé que “des avions de chasse ont attaqué une base souterraine de dirigeants du Hamas, dans le centre de la bande de Gaza”. 

Marwan Issa était également l’adjoint de Mohammed Deif, le chef des brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas. Il avait été ajouté à la liste noire de l’Union Européenne sanctionnant les personnes ou organisations impliquées dans des actes terroristes. 

Marwan Issa est né en 1965, dans un camp de réfugiés de la bande de Gaza et a été emprisonné par Israël pendant 5 ans, lors de la première Intifada palestinienne débutée en 1987. Par la suite, il avait également été détenu par l’Autorité palestinienne en 1997, jusqu’au début de la deuxième Intifada, en 2000. Cet homme était toutefois connu pour sa discrétion, aucune image de lui n’avait été en circulation depuis 2015. 

Pour aller plus loin : 

https://www.courrierinternational.com/article/guerre-le-numero-3-du-hamas-tue-lors-d-un-raid-israelien-a-gaza

https://www.revueconflits.com/le-hamas-dun-mouvement-caritatif-a-une-organisation-combattante-entretien-avec-gil-mihaely/

 

Amériques

Le gouvernement colombien suspend la trêve avec la principale faction dissidente des FARC – 17 mars 2024

Le ministère de la Défense colombien a annoncé, dimanche 17 mars 2024, la suspension du cessez-le-feu avec l’EMC, principale faction dissidente des FARC, dans les départements de Nariño, Cauca et Valle del Cauca, situés au sud-ouest du pays. Cette déclaration fait suite à une attaque meurtrière menée par les rebelles contre un groupe d’autochtones.

Cette reprise des actions offensives contre des groupes armés non étatiques s’inscrit dans un mouvement plus vaste qui touche une partie de la région latino-américaine, dont le Salvador, le Honduras et l’Équateur. Une escalade de la violence de plus dans le continent le plus violent du monde. 

Pour aller plus loin  : 

https://www.reuters.com/world/americas/colombia-suspends-ceasefire-with-emc-armed-group-three-areas-decree-2024-03-17/

https://www.france24.com/fr/amériques/20240317-la-colombie-suspend-partiellement-la-trêve-conclue-avec-l-emc-des-dissidents-des-farc

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/18/bogota-suspend-partiellement-la-treve-conclue-avec-les-dissidents-des-farc_6222572_3210.html

 

Au Brésil, la déforestation en Amazonie connaît une diminution significative – 18 mars 2024

L’Institut de recherche brésilien Amazon a publié, lundi 18 mars 2024, un rapport selon lequel la surface de la forêt amazonienne concernée par la déforestation en février 2024 a diminué de 63 % par rapport à cette-même période l’année précédente. Au long des deux premiers mois de l’année 2024, 196 km² auraient été déboisés, atteignant un niveau qui n’avait pas été observé depuis 2018. L’ONG Imazon collecte des données concernant la déforestation grâce à un système d’alerte de déforestation (SAD) ; ces chiffres confirmeraient la tendance constatée à la baisse depuis le retour au pouvoir du président Lula. 

Pour aller plus loin : 

https://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/amazonie/bresil-en-janvier-et-fevrier-la-deforestation-en-amazonie-a-atteint-son-plus-bas-niveau-depuis-2018_6432457.html

https://www.rfi.fr/fr/amériques/20240319-brésil-la-déforestation-en-amazonie-atteint-son-plus-bas-niveau-pour-janvier-février-depuis-2018

 

Ralenti par la sécheresse, le trafic du canal de Panama devrait revenir à la normale en 2025 – 20 mars 2024

En raison des sécheresses récurrentes qui frappent le continent sud-américain depuis plusieurs mois, le trafic dans le canal de Panama a subi une baisse significative. Contrairement au canal de Suez, le canal de Panama utilise un système d’écluses pour s’élever jusqu’à 26 mètres au-dessus du niveau de la mer, nécessitant un approvisionnement en eau douce provenant des lacs Gatun et Alajuela.

En 2023, la deuxième année la plus sèche depuis l’inauguration du canal en 1914, les restrictions en eau douce ont entraîné une augmentation considérable des délais d’attente pour traverser le canal. La diminution du niveau d’eau a nécessité une réduction du nombre de bateaux autorisés à traverser ainsi que de leur tirant d’eau, impactant directement le volume de marchandises transportées. Cependant, les conditions météorologiques devraient s’améliorer dans les prochaines semaines, ramenant la situation à la normale d’ici février 2025, selon Ricaurte Vasquez, administrateur du canal de Panama.

Pour aller plus loin : 

https://www.latribune.fr/economie/international/le-canal-de-panama-victime-de-la-secheresse-pas-de-retour-a-la-normale-du-trafic-avant-2025-993451.html

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/ralenti-par-la-secheresse-le-trafic-du-canal-de-panama-devrait-revenir-a-la-normale-en-2025-20240321

 

Le Venezuela ravive les tensions autour de l’Essequibo – 21 mars 2024

L’Essequibo, région frontalière entre le Venezuela et le Guyana, est au centre de tensions territoriales entre les deux pays depuis plus de deux siècles. D’une superficie de 160 000 km², l’Essequibo regroupe 17 % de la population du Guyana. Depuis 2015 et la découverte de très importants gisements pétroliers, cette zone est revenue sous le feu des projecteurs. En septembre 2023, le Venezuela avait lancé des projets pétroliers dans la région. Après l’organisation par Caracas d’un référendum consultatif début décembre, où 95 % des électeurs se sont déclarés en faveur de l’intégration de la région guyanaise de l’Essequibo au territoire vénézuélien, la tension est encore montée d’un cran. Le 14 décembre 2023, sous la pression de Washington, les deux pays étaient tombés d’accord pour ne pas utiliser la force. 

Caracas a adopté une loi, jeudi 21 mars 2024, affirmant la souveraineté du Venezuela sur l’Essequibo. Le Guyana a immédiatement qualifié cette loi de « flagrante violation de sa souveraineté ». Adoptée à l’unanimité par le Parlement, la loi doit encore passer devant la Cour suprême vénézuélienne. La loi désigne le territoire comme un nouvel État du Venezuela, gouverné depuis la ville de Tumeremo, située dans l’État vénézuélien de Bolivar. 

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/23/le-venezuela-adopte-une-loi-affirmant-sa-souverainete-sur-l-essequibo-actuel-territoire-de-guyana_6223636_3210.html

https://www.france24.com/fr/amériques/20240322-le-venezuela-adopte-une-loi-affirmant-sa-souveraineté-sur-l-essequibo-une-province-du-guyana 

https://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/breves/essequibo-crise-geopolitique-entre-le-guyana-et-le-venezuela

 

Asie

Nouvelle loi sur la sécurité nationale à Hong Kong 19 mars 2024

Lorsque Hong Kong a été rétrocédé à la République populaire de Chine par le Royaume-Uni le 1 juillet 1997, après 156 ans de tutelle coloniale, la Loi fondamentale de la région administrative spéciale de Hong Kong, plus connue sous le nom de Basic Law, est entrée en vigueur. Elle constitue une sorte de mini-constitution pour le territoire qui a obtenu le droit de préserver son système économique capitaliste et politique libéral pour 50 ans, en vertu du principe « un pays, deux systèmes ». Cependant, l’article 23 de cette mini-constitution dispose que la région se doit de se doter d’une loi sur la sécurité nationale sanctionnant trahison, sécession, sédition, subversion, vol de secrets d’État et ingérence extérieure. C’est désormais chose faite : ce mardi 19 mars le Conseil législatif hongkongais a adopté à l’unanimité une nouvelle loi sur la sécurité nationale à la suite d’un processus expédié en 50 jours. Désormais, la totalité des crimes listés à l’article 23 de la Basic Law ainsi que l’insurrection, le sabotage mettant en péril la sécurité nationale et l’espionnage sont punis par des peines pouvant aller jusqu’à la perpétuité.

Cette loi a pour but de compléter celle imposée par Pékin en 2020, à la suite de la vague de manifestations qu’a connu l’ancienne colonie britannique en 2019, et qui couvrait déjà les crimes de sécession, subversion, collusion avec des forces étrangères et activités terroristes.

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/idees/article/2024/03/21/hongkong-sous-la-ferule-de-xi-jinping_6223241_3232.html 

https://www.radiofrance.fr/franceculture/en-1997-la-chine-recupere-hong-kong-et-fait-des-promesses-8398189

https://www.lesechos.fr/monde/chine/hong-kong-comprendre-la-crise-en-5-dates-1208556

 

Nouvelles intrusions aériennes chinoises  en réponse au tour d’Europe de la vice-présidente taïwanaise – 19 au 23 mars

Dans les nuits du 20 au 21 et 21 au 22 mars, le ministère de la Défense taïwanais a constaté le déploiement de plus d’une trentaine d’avions de l’Armée Populaire de Libération dans l’espace aérien autour de l’île, dont treize sont entrés dans la zone d’identification de défense aérienne. Il s’agit du déploiement le plus important depuis le début de l’année.

Ce déploiement est probablement organisé en réaction aux visites diplomatiques que la vice-présidente Hsiao Bi-Khim accompli actuellement en Europe. L’ancienne représentante de Taïwan aux États-Unis a été invitée à Prague en début de semaine par le Think Tank Sinopsis, où elle a prit part à une conférence et rencontré le président du sénat Milos Vystrcil, connu pour son soutient à la république de Chine. Elle s’est ensuite rendue à Varsovie jeudi à l’occasion d’un forum de la Casimir Pulaski Foundation, puis en Lituanie, où elle a rencontré deux candidats aux élections présidentielles lituaniennes, ainsi que les présidents des comités aux affaires étrangères des parlements lituanien, letton et estonien. Elle a enfin rencontré des « amis de Taïwan au parlement européen le samedi  23 mars.

Cette tournée d’Europe s’inscrit dans la stratégie des visites diplomatiques de Taïwan ces dernières années : des voyages effectués discrètement, avec des effectifs réduits et parfois annoncés au dernier moment, suite aux invitations d’individus ou d’organismes privés. Ces rencontres sans pompes permettent à Taïwan de resserrer ses liens diplomatiques avec les pays qui la soutiennent, notamment les républiques de l’ex-bloc soviétique qui voient dans la relation sino-taïwanaise un miroir de celle qu’ils entretiennent avec la Russie, sans se mettre dans une posture trop provocatrice à l’égard de la Chine.

Pour aller plus loin :

https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20240322-ta%C3%AFwan-d%C3%A9tecte-36-avions-militaires-chinois-en-l-espace-de-24-heures

https://www.taipeitimes.com/News/taiwan/archives/2024/03/22/2003815300

https://www.taipeitimes.com/News/front/archives/2024/03/24/2003815381

 

Un nouvel incident en mer de Chine attise les tensions entre la Chine et les Philippines – 23 mars 2024 

Les tensions géopolitiques en mer de Chine méridionale s’intensifient entre la Chine et les Philippines, impliquant également les États-Unis. Ce samedi 23 mars, Manille a accusé les garde-côtes chinois d’avoir utilisé des canons à eau contre un navire de ravitaillement philippin près de l’atoll Second Thomas, incident qui aurait causé des dommages significatifs sur le bateau philippin. Cet affrontement n’est que le dernier d’une série d’événements similaires dans cette zone disputée, sur laquelle la Chine et les Philippines revendiquent toutes deux leur souveraineté.

Parallèlement, les relations entre les Philippines et les États-Unis se renforcent, avec des visites de hauts responsables américains à Manille, et l’annonce d’un sommet tripartite inédit entre les États-Unis, le Japon et les Philippines. Cette coopération, visant à promouvoir une politique de sécurité commune en Indopacifique, est perçue par Pékin comme une menace pour son expansionnisme régional. La Chine a vivement réagi, affirmant que les États-Unis, dont la présence en mer de Chine méridionale n’a selon elle aucune légitimité, contribuent à exacerber les tensions.

En effet, sous la présidence de Ferdinand Marcos Jr., l’archipel philippin a adopté une posture plus ferme vis-à-vis de son voisin chinois, cherchant à renforcer ses alliances stratégiques, notamment avec les États-Unis et le Japon. Ces mouvements diplomatiques et militaires s’inscrivent dans une atmosphère de plus en plus tendue, où les incidents maritimes entre la Chine et les Philippines se multiplient et gagnent progressivement en intensité.

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/03/23/les-philippines-accusent-pekin-apres-un-nouvel-incident-en-mer-de-chine-meridionale_6223733_3210.html

https://www.lesechos.fr/monde/asie-pacifique/les-philippines-nouveau-foyer-de-tension-majeur-entre-etats-unis-et-chine-2083598


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (26 mars 2024). Revue de presse du 18 mars au 24 mars 2024. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w435


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search