Revue de presse du 22 au 28 janvier 2024

Sommaire

Proche et Moyen-Orient

Europe

Afrique

Amériques

Asie

Moyen-Orient

Les houthistes ont frappé et incendié un navire marchand britannique26 janvier 2024

Les tirs de drones et de missiles houthistes continuent en mer Rouge et dans le Golfe d’Aden contre les navires de guerre occidentaux et contre les navires marchands. Les houthistes auraient réussi à frapper et incendier le pétrolier britannique « Marlin Luanda » le vendredi 26 janvier 2024. Les forces françaises, américaines et indiennes sont venues porter assistance au pétrolier et ont permis de maîtriser le feu.

Les forces américaines et britanniques ont repris le lendemain leurs frappes contre les sites houthistes de lancement de drones et de missiles. Selon l’ONU, le commerce maritime transitant par la mer Rouge et le canal de Suez aurait diminué de 42 % ces derniers mois en raison des opérations menées par les houthistes.

Il est à noter que le jeudi 25 janvier 2024, une délégation de houthistes s’est rendue à Moscou afin de discuter de l’intensification des efforts pour faire pression sur les Etats-Unis et Israël, et ainsi mettre fin au conflit à Gaza et y acheminer de l’aide.

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/27/yemen-une-frappe-americaine-apres-une-attaque-des-houthistes-contre-un-petrolier-britannique_6213226_3211.html

https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/yemen/yemen-les-armees-francaise-americaine-et-indienne-ont-secouru-un-petrolier-britannique-frappe-par-les-houthis_6329613.html

 

La Cour internationale de justice a validé la démarche sudafricaine qui accuse Israël de génocide à Gaza26 janvier 2024

Bien que la CIJ n’ait pas demandé un arrêt des combats à Gaza, elle a validé la démarche sudafricaine en estimant qu’il y a un « risque réel et imminent » contre les droits des Palestiniens, dont la protection contre le génocide. La CIJ a donc prononcé six mesures conservatoires vis-à-vis d’Israël, dont la nécessaire prévention de tous les actes génocidaires, la fourniture de services de base et d’aide humanitaire à la population gazaouie, la lutte et la punition contre les discours publics incitant à commettre un génocide, ou encore l’interdiction de détruire ou de cacher de potentielles preuves d’actes génocidaires. Enfin, Israël devra remettre un rapport sur l’application de l’ordonnance d’ici un mois.

Par ailleurs, la CIJ a également appelé à la libération de tous les otages.

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/27/gaza-la-cour-internationale-de-justice-appelle-a-proteger-les-palestiniens-contre-un-risque-reel-et-imminent-de-genocide_6213273_3210.html

https://www.icj-cij.org/sites/default/files/case-related/192/192-20240126-ord-01-00-en.pdf

 

De nombreux pays ont suspendu leur financement à l’UNRWA27 janvier 2024

Alors que de nombreuses allégations ont émergé contre des employés de l’UNRWA concernant leur implication dans les attaques du 7 octobre contre Israël, et bien que l’UNRWA ait ouvert une enquête et se soit séparé de certains employés dès le 26 janvier, de nombreux pays ont suspendu leurs financements à l’agence onusienne.  Parmi ces pays, l’on compte les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, la Finlande, le Canada et l’Italie.

Le samedi 27 janvier 2024 au soir, les opérations de l’UNRWA à Gaza étaient proches de prendre fin en raison de la suspension de ces financements, mettant ainsi en danger 2 millions de Palestiniens. Toutefois, nombre de ces pays ont assuré maintenir leur aide humanitaire et poursuivre leurs opérations en dehors du cadre de l’UNRWA, comme a pu les y appeler le Secrétaire générale des Nations unies, Antonio Guterres.

Pour aller plus loin :

https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240127-l-agence-onusienne-unrwa-prise-en-%C3%A9tau-face-au-conflit-dans-la-bande-de-gaza

https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240126-gaza-l-unrwa-cong%C3%A9die-des-employ%C3%A9s-accus%C3%A9s-d-%C3%AAtre-li%C3%A9s-aux-attaques-du-hamas

https://news.un.org/en/story/2024/01/1145982

 

L’Irak et les Etats-Unis engagent des discussions sur le retrait progressif des forces de la coalition internationale27 janvier 2024

L’Irak considère qu’il faut désormais mettre fin au mandat de la coalition internationale contre l’Etat islamique. Les négociations doivent établir un calendrier de retrait progressif à partir de l’évaluation de la menace que pose l’Etat islamique, des capacités des forces armées irakiennes et des impératifs opérationnels.

Ces négociations s’ouvrent alors que les forces américaines en Irak sont de plus en plus visées par les milices pro-iraniennes depuis le 7 octobre 2023. Il est important pour les Etats-Unis de démontrer qu’il s’agit d’un retrait progressif discuté conjointement et non pas un départ dans la précipitation face à une nouvelle menace croissante.

L’Irak devrait ensuite établir un nouveau cadre de coopération sécuritaire avec les différents pays ayant participé à la coalition internationale.

Pour aller plus loin :

https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20240127-irak-d%C3%A9but-des-discussions-avec-washington-sur-l-avenir-de-la-coalition-internationale

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/26/irak-washington-decide-de-negocier-avec-bagdad-une-sortie-programmee-de-ses-troupes_6213098_3210.html

https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20240127-en-irak-lancement-des-discussions-avec-les-%C3%A9tats-unis-sur-l-avenir-de-la-coalition-internationale

 

Europe

La Turquie ratifie l’adhésion de la Suède à l’OTAN23 janvier 2024

Le 23 janvier 2024, le Parlement turc a ratifié l’adhésion de la Suède à l’OTAN après l’avoir retardé depuis 2022. La Turquie cherchait à obtenir de potentielles concessions américaines sur la vente d’avions F-16, ainsi que diverses concessions suédoises. En effet, la Suède a durci sa législation antiterroriste, a extradé un partisan du PKK condamné en Turquie pour trafic de drogue (une seule extradition malgré les dizaines demandées par la Turquie), et enfin, un Turc d’origine kurde a été condamné, juste avant la signature d’un accord entre la Suède et la Turquie le 10 juillet 2023, à quatre ans et demi de prison pour « tentative de financement terroriste » du PKK. De plus, la Suède a indiqué, dans le cadre de l’accord conclu avec la Turquie, que le pays « soutiendra activement les efforts visant à redynamiser le processus d’adhésion de la Turquie à l’UE », notamment sur les sujets de la modernisation de l’union douanière entre l’UE et la Turquie et de la libéralisation des visas.

Il ne manque plus que la ratification de la Hongrie pour que la Suède puisse intégrer l’OTAN. Le Premier ministre hongrois, Orban, a appelé sur X (ancienne Twitter) le Premier ministre suédois à venir à Budapest négocier la ratification hongroise. Comme pour l’aide à l’Ukraine au niveau de l’UE, la Hongrie instrumentalise son droit de veto afin d’arracher des concessions à ses partenaires.

Pour aller plus loin :

https://twitter.com/PM_ViktorOrban/status/1749711801925660883

https://www.euractiv.fr/section/defense/news/la-turquie-ratifie-ladhesion-de-la-suede-a-lotan-mais-la-hongrie-continue-de-faire-obstacle/

https://www.france24.com/fr/europe/20230711-adh%C3%A9sion-de-la-su%C3%A8de-%C3%A0-l-otan-qu-a-obtenu-erdogan

 

La Commission européenne a dévoilé ses plans pour renforcer la sécurité économique de l’UE – 24 janvier 2024

Après avoir proposé en juin 2023 de renforcer le mécanisme de contrôle des IDE dans l’UE ainsi que des investissements des entreprises européennes à l’étranger, la Commission vient de présenter une stratégie pour la sécurité économique.

Il est notamment proposé de renforcer le filtrage et le contrôle des investissements étrangers au sein de l’UE et de mettre en œuvre une meilleure coordination entre Etats membres afin d’identifier les risques posés par les investissements étrangers.

Par ailleurs, deux livres blancs ont été publiés : un sur le contrôle des exportations, en particulier sur les biens à double usage, sujet sur lequel des propositions devraient être dévoilées cet été ; un autre sur le contrôle des investissements européens à l’étranger, accompagné par une consultation avec les Etats et les parties prenantes et d’une observation d’un an pour récupérer des informations dont l’UE ne dispose pas sur les investissements des Etats membres à l’étranger.

En ce qui concerne l’enjeu de la recherche, la Commission a également lancé une consultation et publié un livre blanc dans lequel sont présentées de potentielles mesures que pourraient mettre en place les Etats membres afin de limiter le risque que les universités créent des partenariats avec des pays tiers sur des technologies stratégiques.

Le paquet de mesures est critiqué par de nombreux observateurs comme faisant la promotion d’une coordination trop molle et peu exigeante entre Etats membres face aux enjeux.

Pour aller plus loin :

https://legrandcontinent.eu/fr/2024/01/24/securite-economique-que-contient-la-proposition-de-la-commission-europeenne/

https://www.euractiv.fr/section/concurrence/news/lue-sarme-pour-faire-face-a-la-competition-technologique-feroce-avec-la-chine/

https://commission.europa.eu/news/new-tools-reinforce-eus-economic-security-2024-01-24_fr

https://www.lopinion.fr/international/la-securite-economique-europeenne-nest-pas-pour-demain

 

Lancement du dialogue stratégique sur l’avenir des systèmes alimentaires de l’UE25 janvier 2024

La Présidente de la Commission européenne a lancé le dialogue stratégique sur l’avenir des systèmes alimentaires de l’UE entre les organisations agricoles et les décideurs européens. Alors que les agriculteurs dans de nombreux pays européens bloquent les routes et manifestent régulièrement, que ce soit en Pologne contre la concurrence jugée déloyale de certains produits ukrainiens, que ce soit en France et en Allemagne au sujet de la suppression de l’avantage fiscal dont bénéficiait les agriculteurs sur le gazole, les décideurs européens et des différents Etats membres cherchent à engager un dialogue et à renouer avec les demandes des agriculteurs à l’aube des élections européennes.

Plusieurs sujets devraient être discutés, notamment la rémunération des agriculteurs, la compétitivité du secteur, l’innovation, l’agriculture durable, mais surtout la concurrence internationale avec les accords de libre-échange et les enjeux normatifs, ainsi que la réglementation et les politiques environnementales comme le Pacte Vert. Ces deux derniers éléments sont accusés de faire perdre les agriculteurs européens en compétitivité, de les confronter à une concurrence déloyale et de les détourner de leurs tâches principales en les obligeant à passer énormément de temps sur des tâches administratives.

Pour aller plus loin :

https://www.euractiv.fr/section/agriculture-alimentation/news/ursula-von-der-leyen-donne-le-coup-denvoi-du-dialogue-strategique-sur-lavenir-des-systemes-alimentaires-de-lue/

https://www.euractiv.fr/section/agriculture-alimentation/news/le-pacte-vert-de-lue-epouvantail-des-agriculteurs/

https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/01/20/partout-en-europe-la-colere-des-agriculteurs-gagne-du-terrain_6211913_3234.html

 

Afrique

Mali-Algérie : Fin de course brutale pour l’Accord d’Alger29 janvier 2024

Jeudi 25 février. Dans une annonce en direct sur la chaîne de télévision nationale malienne, le colonel Abdoulaye Maïga, porte-parole du gouvernement, annonce la fin “avec effet immédiat” de l’Accord pour la paix et la réconciliation d’Alger.

Cet accord avait été signé dans un contexte d’irrédentisme qui avait plongé le nord Mali dans une situation insurrectionnelle portée par l’arrivée en avril 2012 de groupes djihadistes affiliés à Al-Qaïda comme Ansar-Dine. C’est ainsi qu’en 2015, avec l’appui du gouvernement algérien et après des années de négociation, fut signé un accord –l’Accord d’Alger– entre le gouvernement central malien et deux coalitions de groupes armés issus de l’Azawad. Un tel accord avait pour but de ”restaurer la paix et la réconciliation du Mali” mais force est de constater que, heurté aux immenses difficultés dont témoigne la dure réalité du terrain, ces objectifs peinaient à pleinement prendre vie malgré l’aide apportée par la France par l’intermédiaire Serval puis Barkhane.

La dénonciation de cet accord intervient dans un climat déjà fragilisé par des relations tendues entre Bamako et Alger. Dans son allocution du 25 février, le Colonel Maïga s’est livré à de lourdes charges à l’encontre du voisin algérien qui se livrerait selon les autorités maliennes à “une multiplication d’actes inamicaux et d’actes d’hostilité et d’ingérence dans les affaires intérieures du Mali”. Bamako reproche notamment à Alger d’héberger des bureaux de représentation de certains groupes signataires de l’accord de 2015 que le gouvernement considère désormais comme « des acteurs terroristes ». 

De leur côté, les autorités algériennes contestent en tous points ces accusations qu’ils estiment ne correspond “absolument ni de près ni de loin à la vérité ou à la réalité”.

Si la dénonciation de cet accord vient entériner la coopération pour la paix dans l’Azawad entre le Mali et l’Algérie, elle ne fait également qu’amorcer une situation diplomatique tendue et préoccupante pour la paix et la stabilité de toute la région.

Pour aller plus loin : 

Au Mali, la junte donne le coup de grâce à l’accord de paix d’Alger

Mali : ce qu’il faut savoir sur l’accord d’Alger enterré par la junte au pouvoir

 

Renforcement de la présence Russe au Burkina Faso – 24 janvier 2024

Le 24 janvier 2024, une annonce a été faite par l’Initiative Africaine sur Telegram concernant l’arrivée de 100 spécialistes militaires russes à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Il est prévu que le nombre total de militaires russes atteigne 300. Ces informations ont été relayées par des agences de presse proches du Kremlin, notamment l’Initiative Africaine, qui a également publié des photos montrant des individus en tenue militaire déchargeant du matériel d’un avion de transport russe Il-76.

Cet événement marque un tournant géopolitique significatif dans la région du Sahel. La junte dirigée par Ibrahim Traoré au Burkina Faso semble poursuivre son rapprochement avec le régime de Vladimir Poutine. Cette arrivée de militaires russes intervient après l’expulsion des troupes françaises du Burkina Faso au début de 2023, alimentant les spéculations sur un renforcement des liens de sécurité entre le Burkina Faso et la Russie. Ce mouvement s’inscrit dans une dynamique plus large où plusieurs pays de la région, à l’image du Mali, se tournent vers la Russie pour leur sécurité et leur défense.

De plus, cet événement intervient après la réouverture de l’ambassade russe au Burkina Faso en décembre 2023 et la signature d’un accord en octobre 2023 pour la construction d’une centrale nucléaire destinée à améliorer l’approvisionnement électrique du pays. Des visites officielles ont également été effectuées par des dirigeants militaires du Niger et du Tchad à Moscou en janvier 2024, ce qui laisse entendre d’éventuelles collaborations et déploiements dans la région.

Ces développements suscitent des inquiétudes parmi les nations occidentales quant à l’influence croissante de la Russie dans la région sahélienne de l’Afrique. La situation est étroitement surveillée, notamment en raison de la présence de groupes insurgés liés à Daech et à Al-Qaïda dans la région et des récents coups d’État qui ont vu des juntes favorables à Moscou accéder au pouvoir au Mali, au Niger et au Burkina Faso.

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2024/01/25/des-organes-de-propagande-proches-du-kremlin-annoncent-l-arrivee-de-specialistes-militaires-russes-au-burkina-faso_6212904_3212.html

https://www.la-croix.com/international/l-africa-corps-le-nouveau-bras-arme-de-la-russie-en-afrique-20231207

 

Le nouveau conseiller Afrique d’Emmanuel Macron, Jérémie Robert, s’est rendu à l’investiture du président réélu Félix Tshisekedi en lieu et place du président français. Malgré l’expérience notoire de J. Robert, la diplomatie française en République démocratique du Congo s’essouffle – 19 janvier 2024

Tandis que les Etats-Unis supplantent une France réticente à l’engagement diplomatique dans la région des grands lacs, le président français a dépêché son nouveau conseiller Afrique à l’investiture du président congolais réélu, Félix Tshisekedi, ce 20 janvier 2024. C’était l’occasion pour Jérémie Robert de rencontrer le président congolais lesquels se sont entretenus une heure et demie durant.

Au menu ? L’interminable conflit qui sévit dans l’Est de la RDC et la position diplomatique française sur le sujet. Rappelons que F. Tshisekedi a fait du règlement de ce conflit un élément central de sa campagne présidentielle allant jusqu’à la provocation en menaçant l’homme d’état rwandais Paul Kagame de « finir comme Hitler » s’il persiste à « agresser » la RDC, ou bien en menaçant de demander aux « deux chambres du Parlement [d’obtenir] l’autorisation de déclarer la guerre au Rwanda ». Le président congolais et ses conseillers reprochent à la diplomatie française son manque d’engagement aux côtés de la RDC et ses faibles critiques vis-à-vis du Rwanda. D’ailleurs, lors de sa visite d’État en mars 2023, le président Emmanuel Macron avait déçu face à une opinion et une présidence congolaises ouvertement favorables à une aide diplomatique et militaire française. Le président français avait annoncé une aide humanitaire de 200 millions d’euros et espérait obtenir des contrats pour des entreprises françaises, semblant ne pas comprendre la détresse sécuritaire du vaste pays d’Afrique centrale. Cette retenue française à l’égard de ce conflit régional qui ne dit pas son nom est le résultat d’un rapprochement diplomatique français du Rwanda, lequel a contribué à l’élection puis la réélection de la rwandaise Louise Mushikiwabo au poste de secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). D’ailleurs, L. Mushikiwabo a été auparavant ministre des Affaires étrangères du Rwanda de 2009 à 2018. Certes, la diplomatie française a été active auprès de l’ONU pour favoriser la condamnation du Rwanda de la part de l’organisation internationale cependant, et malgré les condamnations et les rapports de l’ONU sur le conflit en RDC, l’implication militaire rwandaise ne faiblit pas et des victimes sont à déplorer tous les jours dans la région congolaise riche en minerais.

Malgré l’absence d’Emmanuel Macron à l’investiture de Félix Tshisekedi, dix-sept chefs d’État en service étaient présents à son investiture là où cinq ans auparavant seul le président kényan Uhuru Kenyatta avait fait le déplacement. Jérémie Robert a aussi rencontré des ministres congolais mais aussi le président kényan, William Ruto, et la patronne de la Monusco, Bintou Keïta, dont les 15 000 soldats présents sont critiqués pour leur inaction par le gouvernement congolais.

Bien que l’expérience de J. Robert soit notable et peut rassurer, au contraire du nouveau Ministre des affaires étrangères français, Stéphane Séjourné, lequel inquiète les partenaires africains de la France, la diplomatie française ne semble pas disposée à changer sa position de neutralité vis-à-vis de ce conflit et la République démocratique du Congo devra continuer de faire sans l’ancien et omniprésent allié français.

Pour aller plus loin :

https://www.jeuneafrique.com/1530034/politique/de-tshisekedi-a-bemba-bapteme-du-feu-kinois-pour-le-nouveau-monsieur-afrique-de-macron/

https://www.jeuneafrique.com/1528181/politique/investiture-de-felix-tshisekedi-mes-chers-compatriotes-je-vous-ai-entendus/

 

Amériques

États-Unis : Primaires républicaines, avant même la victoire de Donald Trump dans le New Hampshire, Ron DeSantis se retire de la course à la Maison Blanche et apporte son soutien à l’ancien président – 21 janvier 2024

Dégoûté par une victoire qui semble certaine, Ron DeSantis a décidé d’abandonner et a affirmé soutenir Donald Trump. DeSantis était arrivé deuxième aux élections de lundi dernier dans l’Iowa, loin derrière Trump. Avec une forte popularité et une large médiatisation de son début de campagne, DeSantis faisait figure d’étoile montante chez les républicains. Toutefois, les électeurs républicains n’ont pas semblé apprécier son « manque de charisme » et de sourire. Après cet abandon, la carrière politique de Ron DeSantis semble avoir pris un rude coup. il n’en demeure pas moins gouverneur de Floride. 

Dimanche soir, Donald Trump est arrivé en tête une fois de plus, cette fois-ci dans l’État du New Hampshire. Une victoire de plus certes, mais en demi-teinte. Donald Trump remporte 55% des voix et Nikki Haley 44%. Au vu de ce relatif bon score, l’ancienne ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU a décidé de poursuivre son duel face à Donald Trump. 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/21/presidentielle-americaine-ron-desantis-se-retire-de-la-course-a-l-investiture-republicaine-et-annonce-qu-il-soutiendra-trump_6212136_3210.html

https://www.france24.com/fr/vidéo/20240122-états-unis-ron-desantis-se-retire-de-la-course-à-l-investiture-républicaine-et-soutient-trump

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/presidentielle-americaine-donald-trump-remporte-le-new-hampshire-face-a-nikki-haley_6323274.html

https://www.20minutes.fr/monde/election-presidentielle-americaine/4072302-20240124-primaire-republicaine-etats-unis-donald-trump-impose-new-hampshire-nikki-haley-refuse-abandonner

 

Équateur : après un assaut contre un hôpital qui consolide le chaos, la Communauté Andine (CAN) se mobilise – 22 janvier 2024

Depuis près de trois semaines, l’Équateur est en proie à une escalade des tensions internes qui ne laisse présager rien de bon. À la suite de l’évasion de Fito, un chef de gang de narcotrafiquants et une prise d’otage à la télévision le 9 janvier dernier, c’est un hôpital qui a été pris pour cible dimanche dernier par 68 individus. 

Face à cette montée des violences en Équateur, la Communauté Andine (CAN) s’est réunie en urgence. Les pays membres de la CAN (Colombie, Équateur, Bolivie et Pérou) se sont retrouvés à Lima pour décider d’une solution visant à endiguer la violence émanant de l’Équateur dans la région. Les quatre États ont annoncé dimanche la création du premier « réseau andin de sécurité » contre le crime organisé, selon une déclaration officielle. 

Ce réseau garantira “un service 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour fournir et recevoir des informations, et/ou demander des informations à d’autres pays (…) sur l’activité des groupes criminels qui ont, ou peuvent mener, des opérations transnationales”, ont indiqué les ministres des Affaires étrangères, de l’Intérieur et de la Défense de la CAN.

En conclusion, il apparaît évident que la CAN a su utiliser la situation équatorienne pour servir son unité et son efficacité. 

Pour aller plus loin : 

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/un-monde-d-avance/equateur-une-tentative-d-assaut-dans-un-hopital-maitrisee-mais-la-tension-perdure_6288927.html

https://www.france24.com/fr/amériques/20240121-les-pays-andins-convoquent-une-réunion-d-urgence-pour-évoquer-la-situation-sécuritaire-en-équateur

 

Venezuela : 32 « traîtres à la patrie » ont été arrêtés pour conspiration contre le président Maduro – 22 janvier 2024

Lundi dernier, le parquet de Caracas a annoncé l’arrestation de 32 personnes, accusées de trahison et de conspirations contre le président vénézuélien Nicolas Maduro. Emprisonnées, ces suspects auraient avoué avoir chercher à attenter à la vie du président. Les 32 personnes auraient échafaudées cinq conspirations visant à « lancer une escalade d’actes terroristes pour attenter à la vie ». 

Le général Padrino, ministre de la défense et cible de ces conspirations, a utilisé ces conspirations pour accuser l’opposition vénézuélienne (que Maduro qualifie « d’extrême-droite ») d’être à l’origine de ces complots et de bénéficier du «soutien» de la CIA et de l’agence antidrogue américaine, la DEA. Nicolas Maduro dénonce souvent des complots à son encontre et en profite à chaque fois pour accuser Washington, les groupes de narcotrafiquants ou tout simplement l’opposition. 

Un mandat d’arrêt a été lancé contre 11 autres personnes, des militaires, des civils ainsi que des militants des droits fondamentaux et des journalistes. 

Pour aller plus loin : 

https://www.france24.com/fr/amériques/20240122-le-venezuela-arrête-32-personnes-pour-conspiration-contre-nicolas-maduro

https://www.letemps.ch/monde/des-conspirations-contre-le-president-maduro-dejouees-32-arrestations-au-venezuela

 

Première contestation d’ampleur en Argentine contre le président Javier Milei – 24 janvier 2024

Le président ultralibéral Javier Milei fait face à la première grève générale depuis son arrivée au pouvoir, et à des contestations de grande ampleur. Des milliers d’Argentins ont manifesté mercredi 24 janvier dans tout le pays contre un projet de loi comprenant de nombreuses mesures ultralibérales. En plus des manifestations dans de nombreuses grandes villes, une grève générale a eu lieu de midi à minuit, paralysant partiellement le pays. 

Au cours des récentes négociations avec l’opposition, le président a suggéré de supprimer 141 des 664 dispositions initiales. Les points de désaccord majeurs portent notamment sur les privatisations (initialement prévues pour 41 entreprises d’État), l’indexation des retraites, la délégation de pouvoirs à l’exécutif au nom de “l’urgence économique” et la répartition des ressources entre les provinces.

Pour aller plus loin

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/24/en-argentine-le-president-javier-milei-confronte-a-une-greve-generale-et-a-de-nombreuses-manifestations_6212782_3210.html 

https://www.ouest-france.fr/monde/argentine/greve-generale-en-argentine-javier-milei-face-a-sa-premiere-contestation-de-rue-decce386-baee-11ee-9ea4-b02fbeb9c343 

 

Deux opposants au président vénézuélien Nicolás Maduro mis hors course par la Cour suprême27 janvier 2024

Maria Corina Machado, qui a remporté la primaire de l’opposition vénézuélienne en octobre dernier en vue de la présidentielle de 2024, et Henrique Capriles, ancien candidat d’opposition, ont été jugés inéligibles par la Cour suprême.  La Cour a annoncé que la candidate était “disqualifiée pour 15 ans” pour des irrégularités administratives et trahison, après avoir soutenu les sanctions américaines contre le gouvernement de Maduro. Suite à cette annonce, Maria Machado a déclaré que le président prenait le “pire chemin” vers des “élections frauduleuses”.

De son côté, Henrique Capriles, qui avait décidé de ne pas se présenter aux primaires de l’opposition, sa disqualification pour une période de 15 ans a également été confirmée. Cette décision découle d’allégations d’irrégularités administratives présumées pendant son mandat de gouverneur de l’État de Miranda.

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/26/venezuela-la-cour-supreme-confirme-l-ineligibilite-de-l-opposant-henrique-capriles-deux-fois-candidat-a-la-presidentielle_6213263_3210.html 

https://www.ouest-france.fr/monde/venezuela/venezuela-la-cour-supreme-confirme-l-ineligibilite-de-deux-principaux-opposants-au-pouvoir-147ab994-69b2-4eaf-8a32-819c9834382a 

 

Asie

Visite d’Emmanuel Macron en Inde à l’occasion de la fête nationale – 26 janvier 2024

Le 26 janvier 2024, l’Inde a célébré sa fête nationale, commémorant le soixante-quatorzième anniversaire de la promulgation de l’entrée en vigueur de sa constitution. Emmanuel Macron en était l’invité d’honneur. Le premier ministre indien Narendra Modi avait été l’invité d’honneur des festivités du 14 juillet 2023. Le président français a cependant été remplaçant. En effet, Joe Biden était initialement l’invité d’honneur avant de décliné son invitation en décembre 2023, potentiellement en digne de réprobabation de la tentative d’assassinat d’un activiste indépendantiste sikh aux États-Unis, attribuée par ces derniers aux services secrets indiens. 

Emmanuel Macron souhaite travailler au renforcement du partenariat stratégique avec l’Inde dans les domaines de la défense, de l’espace et du nucléaire. 

En raison de la persécution dont les musulmans d’Inde font l’objet, l’organisation de défense des droits humains Human Right Watch a demandé au président Macron d’aborder cette question avec le président Modi.  

Pour aller plus loin :

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/26/la-visite-paisible-d-emmanuel-macron-en-inde-loin-de-la-colere-des-agriculteurs_6213262_3210.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/24/narendra-modi-un-allie-courtise-mais-embarrassant-pour-emmanuel-macron_6212742_3210.html

 

Elections de Tuvalu : les dynamiques du Pacifique en suspens 27 février 2024

L’archipel polynésien de Tuvalu a tenu son scrutin législatif ce samedi. Dans ce petit pays d’un peu plus d’onze mille habitants, il n’y a pas de parti politique et chaque circonscription élit deux représentants, pour un total de seize députés.

Le premier ministre sortant, Kausea Natao, n’a pas été réélu, et son successeur sera choisi la semaine prochaine par les nouveaux députés. Ce changement de gouvernance pourrait indiquer un tournant dans la politique de Tuvalu, l’un des derniers États au monde à reconnaître Taïwan, mais Seve Paeniu, l’ancien ministre des finances de Kausea Natao, voudrait réexaminer la position tuvaléenne à l’égard de la Chine et de Taïwan.

Autre point de contention : Tuvalu a récemment conclu un accord de sécurité avec l’Australie, accord controversé car Tuvalu y accepte d’attendre l’aval de son allié avant de conclure des accords de sécurité avec d’autres pays. Camberra a probablement voulu inclure cette clause pour éviter la surprise désagréable que lui ont fait les Îles Salomon en 2022, quand elles ont discrètement signé un accord de sécurité avec la Chine, alors qu’elles possèdent également un traité du même type avec l’Australie. Enele Sopoaga, le prédécesseur de Kausea Natao au poste de premier ministre, a affirmé son désir de rompre ce traité au nom de la souveraineté de Tuvalu, et un autre élu a sous-entendu qu’il n’était pas le seul de cet avis.

Pour aller plus loin :

https://www.rnz.co.nz/international/pacific-news/507716/tuvalu-general-election-eight-newcomers-in-parliament

https://www.reuters.com/world/asia-pacific/tuvalus-pro-taiwan-leader-loses-seat-national-election-2024-01-26/

https://www.theguardian.com/world/2024/jan/25/tuvalu-general-election-2024-impact-china-taiwan-pacific-relations-prime-minister-kausea-natano-seve-paeniu

https://www.usip.org/publications/2024/01/financially-weak-pacific-island-states-are-vulnerable-china 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (1 février 2024). Revue de presse du 22 au 28 janvier 2024. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqb5


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search