Revue de presse du 15 au 21 janvier 2024

Sommaire

Proche et Moyen-orient

Amériques

Europe

Afrique

Asie

Proche et Moyen-Orient

Plusieurs responsables iraniens tués à Damas lors d’une frappe imputée à Israël – 20 janvier 2024

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, une frappe a entièrement détruit un immeuble à Damas, abritant une réunion de responsables militaires des gardiens de la révolution iraniens. L’attaque aurait fait au moins dix morts, dont le chef des services de  renseignements iraniens en Syrie. Selon l’OSDH, le quartier visé est “connu pour être un quartier sécurisé qui abrite des chefs des gardiens de la révolution et des dirigeants palestiniens proches de l’Iran”. Les autorités iraniennes accusent Israël d’être à l’origine de cette frappe et ont réagi en affirmant que cette attaque ne resterait pas “sans réponse” et qu’ils se réservent le droit de répondre à Israël “au moment et à l’endroit appropriés”. 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2023/10/27/en-syrie-le-front-dormant-de-l-iran-contre-israel_6196844_3210.html

https://www.youtube.com/watch?v=lZhz5zoAmvY

 

Échange de frappes aériennes entre l’Iran et le Pakistan – 17 et 18 janvier 2024

Le Pakistan a accusé l’Iran, mercredi 17 janvier, d’avoir mené une frappe aérienne ayant tué “deux enfants et blessé trois fillettes” (d’après les autorités pakistanaises) sur son territoire, après les raids similaires menés par l’Iran en Irak et en Syrie. Le ministre des affaires étrangères iranien, Hossein Amir Abdollahian, a reconnu que l’Iran avait “visé des terroristes iraniens sur le sol du Pakistan”, “(qu’)aucun civil du pays ami et frère du Pakistan n’a été visé par les missiles et drones iraniens”. Ces frappes auraient pour but d’atteindre le groupe Jaish al-Adl, groupe terroriste iranien, ayant, d’après eux, trouvé refuge dans certains lieux de la province du Baloutchistan. 

Suite à la déclaration du ministre des affaires étrangères pakistanais stipulant que “cette violation de la souveraineté du Pakistan est totalement inacceptable et pourrait avoir de sérieuses conséquences”, le Pakistan a également mené des frappes ciblées contre des “caches terroristes” sur le territoire iranien. Neuf personnes auraient été tuées, toutes de nationalité pakistanaise, quatre enfants feraient partie des victimes. 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/18/le-pakistan-annonce-avoir-tue-des-terroristes-dans-des-frappes-sur-l-iran_6211497_3210.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2023/03/04/au-sistan-baloutchistan-les-dernieres-braises-incandescentes-de-la-contestation-en-iran_6164100_3210.html

https://www.bbc.com/news/world-middle-east-68033426

 

Une frappe des rebelles Houthis touche un navire grec, au sud de la mer Rouge – 16 janvier 2024

La société privée de risques maritimes Ambrey a rapporté qu’un vraquier grec a été touché par un missile au large du Yémen. Les rebelles Houthis ont revendiqué cette attaque en la qualifiant d’opération ciblée, composée de plusieurs missiles et prévenant qu’ils poursuivront leurs attaques “pour défendre le Yémen et en solidarité avec le peuple palestinien”. 

Le navire a donc été touché mais a pu poursuivre sa route vers le Canal de Suez. Le ministère de la marine grec a précisé que le navire avait subi des dégâts limités à la suite du choc, mais qu’il demeure en état de naviguer et que le tir n’avait fait aucun blessé. Le navire, ainsi que la flotte à laquelle il appartient, a fait escale en Israël depuis le 7 octobre. Il venait du Vietnam et était de nouveau à destination d’Israël. 

Pour aller plus loin : 

https://www.ouest-france.fr/monde/yemen/ce-que-lon-sait-des-nouvelles-frappes-des-houthis-contre-un-navire-americain-e335a392-b6a0-11ee-879f-a9ffd2809e51

https://www.bbc.com/afrique/articles/c2vy984896wo

 

L’Iran frappe le Kurdistan syrien et irakien – 15 janvier 2024

Les gardiens de la révolution iraniens ont tiré des missiles balistiques contre des cibles en Syrie et en Irak, qui ont fait au moins quatre morts au Kurdistan irakien. Le PDK rapporte aussi la mort de plusieurs civils. Téhéran dit avoir visé “un quartier général d’espionnage et un rassemblement de groupes terroristes anti-iraniens” en Irak, qu’ils attribuent au Mossadl, tandis qu’en Syrie, il s’agirait de cibles affiliées à l’État islamique. 

Ces attaques sont justifiées par Téhéran comme une réponse aux assassinats ciblés menés par Israël contre des hauts responsables de “l’axe de la résistance”, ainsi qu’à l’attentat meurtrier survenu à Kerman, en Iran, le 3 janvier et  revendiqué par l’EI. 

Pour aller plus loin : 

https://www.francetvinfo.fr/monde/iran/que-se-passe-t-il-entre-l-iran-et-l-irak-apres-les-frappes-qui-ont-touche-la-ville-kurde-d-erbil_6306924.html

https://www.liberation.fr/international/moyen-orient/lirak-furieux-apres-ete-vise-par-des-frappes-iraniennes-20240116_OH2CZEYKJZFHRAVGYIB2CZD7EQ/

 

La Turquie frappe le Kurdistan syrien et irakien – 15 janvier 2024

L’administration autonome kurde a déclaré que des centaines de localités du nord-est de la Syrie sont privées de courant suite à de nombreuses frappes turques contre six centrales électriques. L’administration kurde a également précisé que toutes les stations de pompage d’eau de la région de Kamechliyé étaient “hors d’usage”. L’observatoire syrien des droits de l’homme, basé au Royaume-Uni, a, de son côté, fait état d’une septième centrale électrique touchée. 

La Turquie affirme avoir effectué ces frappes contre des combattants kurdes des Unités de protection du peuple et du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), dans le nord de l’Irak et de la Syrie, suite à la mort de neuf soldats turcs dans le cadre d’une attaque menée vendredi contre une base militaire turque, située dans le nord de l’Irak. 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/videos/video/2023/10/07/la-turquie-frappe-les-forces-kurdes-en-syrie_6192986_1669088.html

https://www.courrierinternational.com/sujet/parti-des-travailleurs-du-kurdistan-pkk

https://www.lesclesdumoyenorient.com/Le-PKK-un-mouvement-resolument-transfrontalier-Partie-1-l-Irak-une-base-arriere.html

 

Amériques

​​Bernardo Arévalo sort vainqueur des tensions et est investi président de la République du Guatemala – 15 janvier 2024

Après plusieurs mois d’obstruction de la part des élites politiques et judiciaires du pays, la cérémonie d’investiture du président élu du Guatemala, Bernardo Arévalo, s’est finalement tenue dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 janvier 2024. Les opposants au nouveau président Arévalo ont fait preuve d’un jusqu’au-boutisme, exaspérant la population et provoquant plusieurs manifestations dans la capitale. La cérémonie d’investiture a finalement commencé avec plus de neuf heures de retard en raison de longs débats menés au Parlement qui portaient sur l’inscription des députés du parti avec lequel le nouveau président a remporté les élections. Cette investiture devrait marquer la fin d’une période de flou et de chaos, durant laquelle les élites du pays ont multiplié les manœuvres visant à obstruer la passation de pouvoir.

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/15/au-guatemala-le-progressiste-bernardo-arevalo-investi-president-au-terme-d-une-journee-pleine-de-tensions_6210866_3210.html

https://www.france24.com/fr/amériques/20240115-au-guatemala-l-investiture-du-président-élu-bernardo-arévalo-retardée

 

Le Nicaragua expulse dix-neuf religieux vers le Vatican – 15 janvier 2024 

Le régime du président Daniel Ortega a accédé aux demandes du Saint-Siège en libérant, puis en bannissant dix-neuf religieux, opposants au régime. Parmi les dix-neuf libérés figure Mgr Rolando Alvarez, évêque de Matagalpa, arrêté le 19 août 2022 et qui a passé cinq cent quatorze jours en prison. Grande figure de l’Église nicaraguayenne et l’une des dernières voix d’opposition à la dictature encore présente sur le territoire, Mgr Alvarez avait été condamné à vingt-six ans de prison. Il avait en outre refusé plusieurs fois de fuir son pays lors de différents accords d’expulsions.  

Depuis plusieurs années, le gouvernement nicaraguayen multiplie les interventions musclées contre les représentants de l’Église catholique dans le pays, allant jusqu’à les assimiler à des « suppôts de Satan » pour légitimer la ligne dure. Face à cela, le Pape François avait déclaré : « Je suis obligé de conclure que la personne qui mène le pays est déséquilibrée. » 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/15/le-nicaragua-libere-et-expulse-vers-le-vatican-19-religieux-dont-l-eveque-rolando-alvarez_6210799_3210.html

https://www.la-croix.com/religion/nicaragua-l-eveque-rolando-alvarez-libere-et-expulse-vers-rome-avec-dix-huit-autres-religieux-20240115

 

Aux États-Unis, Donald Trump remporte les primaires Républicaines dans l’Iowa  – 15 janvier 2024

Malgré les coups de froid et les accusations pénales, les habitants de l’Iowa, qui étaient appelés les premiers aux urnes républicaines, ont majoritairement voté pour Donald Trump qui a obtenu plus de 51 % des voix. Les premiers résultats ont été annoncés une demi-heure à peine après le début du vote. Ce succès total dans le premier vote qui mène au scrutin présidentiel de novembre consolide le statut de favori de l’ancien président face à ses deux principaux rivaux républicains, Ron DeSantis (qui recueille 21 % des voix) et Nikki Haley (19 %). 

Par ailleurs, le candidat Vivek Ramaswamy a annoncé abandonner les primaires et a appelé à voter pour Donald Trump. La portée symbolique et psychologique de cette victoire est considérable, bien que l’État de l’Iowa reste un fief électoral de l’ancien président et une défaite de ce dernier restait très peu probable.  

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/16/election-presidentielle-americaine-donald-trump-remporte-la-primaire-republicaine-de-l-iowa_6210961_3210.html

https://www.leparisien.fr/international/etats-unis/presidentielle-americaine-trump-imbattable-les-lecons-de-sa-victoire-a-la-primaire-republicaine-dans-liowa-16-01-2024-ZEROWP5YENHSXG7TCSW6HPLF3I.php

 

Le président vénézuélien annonce la fin de la cryptomonnaie Petro – 15 janvier 2024

Caracas a annoncé clôturer « les portefeuilles de cryptomonnaie », à la suite de l’échec pur et simple de la cryptomonnaie nationale, le Petro, et de plusieurs scandales de corruption. Créé en 2018 par le gouvernement de Nicolás Maduro, le Petro devait permettre de briser le blocus économique et financier américain. Le Petro a été l’une des premières crypto-monnaies étatiques et devait, selon le président, « permettre de nouvelles formes de financement international pour le développement économique et social du pays » alors que le Venezuela était sous embargo de la part de Washington. 

Néanmoins, le Petro était condamné d’avance. Toute monnaie se développe sur la confiance de ses utilisateurs. Or, aucun vénézuélien n’accordait de confiance à l’émetteur du Petro, à savoir l’État lui-même, qui essuie une crise systémique sans précédent. Sa valeur initiale avait été adossée au baril de pétrole vénézuélien, soit soixante dollars (valeur de 2018). 

Pour aller plus loin : 

https://www.bfmtv.com/crypto/au-venezuela-echec-et-fin-de-la-cryptomonnaie-d-etat-le-petro_AD-202401120371.html

https://investir.lesechos.fr/marches-indices/bitcoin-cryptomonnaies/le-venezuela-se-resout-a-abandonner-sa-cryptomonnaie-detat-sur-fond-de-corruption-2046413#:~:text=Cinq%20ans%20après%20son%20lancement,le%20ministre%20du%20Pétrole%20démissionner.

 

Équateur : Assassinat du procureur Cesar Suarez, en charge de l’enquête sur la prise d’otages diffusée en direct à la télévision – 17 janvier 2024

Le parquet équatorien a annoncé la mort de Cesar Suarez, procureur en charge de l’enquête relative à l’attaque du 9 janvier 2024. À cette date, un groupe d’individus lourdement armés avait fait irruption sur le plateau de la chaîne TC Television, un évènement qui fait suite aux violences déclenchées dans tout le pays par des gangs de narcotrafiquants. Bien que les treize jeunes ayant mené cette prise d’otages aient été arrêtés, la faiblesse de l’État d’Équateur n’a été que renforcée. Le magistrat Suarez a été abattu de vingt balles, en pleine journée, alors qu’il circulait au volant de sa voiture dans Guayaquil. 

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/17/equateur-le-procureur-enquetant-sur-la-prise-d-otages-sur-un-plateau-tele-assassine_6211408_3210.html

https://www.lefigaro.fr/international/equateur-un-procureur-assassine-en-pleine-journee-a-guayaquil-20240118

 

États-Unis : le Congrès adopte un texte qui repousse un « shutdown » dangereux pour l’administration fédérale – 19 janvier 2024

Après le Sénat, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté jeudi dernier un texte pour que le financement de plusieurs administrations fédérales, qui arrivait à expiration, soit prolongé jusqu’au 1ᵉʳ mars 2024. Ce projet de loi est destiné à financer le gouvernement empêchant de potentielles fermetures des administrations fédérales. Le New York Times s’est empressé de le souligner : c’est la troisième fois depuis le début de l’année que le Congrès prolonge les dépenses sur une base temporaire. Le vote de ce projet de loi a profondément divisé les républicains de Mike Johnson qui ont dû s’allier avec les démocrates pour le faire passer. 

Selon The Wall Street Journal, la mesure « garantit que les fonctionnaires fédéraux resteront au travail mais n’atténue en rien les pressions politiques sous-jacentes découlant du niveau élevé de la dette américaine, du nombre record de passages à la frontière sud et de la persistance de la guerre en Ukraine ». 

Pour aller plus loin : 

https://www.nytimes.com/2024/01/18/us/politics/senate-spending-bill.html

https://www.wsj.com/politics/senate-house-cr-spending-deal-government-shutdown-4bebb74a?mod=hp_lead_pos1

https://www.courrierinternational.com/article/shutdown-le-congres-americain-vote-un-texte-qui-evite-une-paralysie-budgetaire

 

Europe

Le Président français a annoncé accroître le soutien à l’Ukraine – 16 janvier 2024

Lors d’une conférence de presse, Emmanuel Macron a annoncé que la France dévoilera sous peu un accord bilatéral de sécurité avec l’Ukraine, que la France fournira 40 missiles de croisière SCALP EG supplémentaires à l’Ukraine, ainsi que des « centaines » de bombes dont la nature n’a pas été spécifiée. De plus, de nombreux autres canons CAESAR devraient être livrés à l’Ukraine dans les mois à venir.

Par ailleurs, alors que le nouveau ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, vient de se rendre à Kiev le 12 janvier pour son premier déplacement à l’étranger dans le cadre de ses fonctions ; le Président français a annoncé qu’il se rendrait également en février en Ukraine.

Il est à noter que le Royaume-Uni a signé un plus tôt en janvier un accord de coopération sécuritaire avec l’Ukraine.

Pour aller plus loin :

https://www.gov.uk/government/publications/uk-ukraine-agreement-on-security-co-operation

https://www.ouest-france.fr/europe/ukraine/quarante-missiles-scalp-livres-a-lukraine-six-questions-sur-cette-annonce-demmanuel-macron-558bb97e-b50f-11ee-be97-0ca6f5a426b0

https://www.lemonde.fr/international/live/2024/01/13/en-direct-guerre-en-ukraine-le-point-sur-la-situation_6209497_3210.html

 

Le Parlement européen appelle pour la première fois à un cessez-le-feu permanent entre Israël et le Hamas sous deux conditions18 janvier 2024

Dans une résolution adoptée au Parlement européen, les députés, après avoir condamné les attaques du Hamas le 7 octobre 2023, ont appelé à un cessez-le-feu permanent à condition que tous les otages soient libérés et que le Hamas soit démantelé. Les députés ont également signalé que si Israël avait le droit de se défendre, le pays le fait de manière disproportionnée et à l’encontre du droit international. De plus, les députés européens ont appelé à la fin de la colonisation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et ont condamné la violence exercée en toute impunité par les colons contre lesquels des sanctions doivent être prises.

Les députés européens appellent également de leurs vœux une initiative européenne pour remettre sur les rails le processus de paix et la solution à 2 États. Enfin, les députés souhaitent qu’il soit possible d’avoir un accès total à la bande de Gaza afin de fournir l’aide humanitaire nécessaire et restaurer les infrastructures vitales pour la population.

Pour aller plus loin :

https://www.europarl.europa.eu/news/fr/press-room/20240112IPR16776/guerre-israel-hamas-le-pe-appelle-a-un-cessez-le-feu-a-deux-conditions

https://www.touteleurope.eu/l-ue-dans-le-monde/guerre-israel-hamas-le-parlement-europeen-appelle-a-un-cessez-le-feu-permanent-sous-conditions/ 

 

Une ex-première ministre britannique accusée de lobbying en faveur de la vente d’armes à la Chine16 janvier 

Après avoir été première ministre pendant une courte période de 49 jours, le plus court mandat au poste de premier ministre du Royaume-Uni, Liz Truss s’est entre autres targuée d’être une des députés conservateurs les plus fermes face à la Chine. En mai 2023, elle se rend à Taïwan où elle déclare que l’île se trouve « en première ligne de la bataille mondiale pour la liberté » et appelle à la création d’un « Otan économique » afin de contrer la Chine. L’ambassade chinoise à Londres avait alors déclaré que cette visite était « un dangereux spectacle politique qui ne ferait que nuire au Royaume-Uni. 

Pourtant, ce 16 janvier, le média Politico a publié un article dans lequel il accuse l’ancienne première ministre d’avoir tenté de faciliter l’exportation d’armes vers la Chine. Le média politique a mis la main sur une lettre d’août 2023 adressée à Kemi Badenoch, la secrétaire d’État aux Affaires et au Commerce, dans laquelle Liz Truss promeut un industriel britannique espérant signer des contrats avec et dont l’entreprise se situe dans sa circonscription. En avril 2023, les autorités britanniques en charge de la sécurité s’étaient pourtant opposées à un tel export car plusieurs experts militaires craignaient que ces équipements puissent être utilisés par la Chine pour envahir Taïwan.

Pour aller plus loin : 

https://www.politico.eu/article/liz-truss-lobby-ministers-defense-exports-china/?utm_source=email&utm_medium=alert&utm_campaign=Liz%20Truss%20secretly%20lobbied%20ministers%20to%20%E2%80%98expedite%E2%80%99%20defense%20exports%20to%20China

https://www.marianne.net/monde/europe/liz-truss-ex-premiere-ministre-du-royaume-uni-a-tente-de-faciliter-l-export-d-armes-vers-la-chine

https://www.theguardian.com/world/2023/may/17/liz-truss-in-taiwan-calls-for-economic-nato-to-challenge-china

 

Afrique

Éthiopie-Somaliland : le pacte d’Abiy Ahmed pour s’assurer un accès à la mer Rouge – 16 janvier 2024

Avec plus de 110 millions d’habitants, l’Ethiopie est le pays enclavé le plus peuplé du monde. Sans prétendre à une exhaustivité historique, c’est en 1993 que ce pays de la Corne de l’Afrique perd tout accès à la mer lorsque l’Erythrée fait sécession. Cet enclavement géographique l’a mené à signer des accords avec Djibouti afin de bénéficier de son accès à la mer. Mais la conduite de cette coopération l’a également placé dans une position de quasi-dépendance vis-à-vis de Djibouti. En effet, d’après un rapport du Ministère de la Défense paru en 2019 : “En 2018, 95 % du transit commercial de l’Éthiopie circulait par le port djiboutien de Doraleh, laissant peu de marge de manœuvre politique au gouvernement éthiopien face à son unique « porte » vers la mer, dont la redevance annuelle s’élève à plus de 1,5 milliard de dollars”.

C’est ainsi que le 1er janvier dernier, pour sortir de cet état de “prison géographique” comme qualifié par Abiy Ahmed, l’Ethiopie a signé un mémorandum d’entente avec les autorités de la région séparatiste du Somaliland, lui permettant d’enfin obtenir un accès à la mer Rouge.

 Il faut comprendre que si cet accord est concrétisé, les deux parties y trouveront leur compte : Pour l’Ethiopie, comme rappelé précédemment, obtenir une façade maritime lui permettra de concrétiser ses velléités d’autonomie dont l’accès à la mer est un des critères consubstantiels. Pour le Somaliland, c’est un pari pour la reconnaissance. En effet, l’Ethiopie devrait en échange de son accès à la mer formellement reconnaître le Somaliland comme étant un état souverain et ainsi devenir le premier pays au monde à adopter cette position. Rappelons que l’Ethiopie est un des pays moteurs de la Corne de l’Afrique, jouissant d’un développement économique inégalé dans la région et d’un poids diplomatique certain, attesté par Addis Abeba, capitale de l’Union Africaine.

Mais si cet accord s’annonce être mutuellement bénéfique pour l’Ethiopie et le Somaliland, il crée d’ores et déjà des tensions dans la Corne de l’Afrique et notamment pour la Somalie qui ne reconnaît naturellement aucune légitimité aux autorités séparatistes somalilandaises. Hamza Abdi Barre, premier ministre somalien a en plus d’avoir rappelé son ambassadeur en Ethiopie, a annoncé que son pays défendrait son territoire par “tous les moyens légaux possibles”. Pour l’heure, il semble cependant difficile d’envisager que Mogadiscio puisse empêcher d’une manière ou d’une autre l’Ethiopie de poursuivre la signature de ces accords, devant déjà faire face à une situation sécuritaire chaotique non résolue depuis plus de vingt ans.

Pour aller plus loin : 

Ethiopie : Addis Abeba sécurise un accès à la mer via le Somaliland, un pays non reconnu par la communauté internationale -Geo.fr

 

Le Niger et la Russie ont annoncé leur intention d’intensifier leur coopération militaire20 Janvier 2024

Suite à une visite officielle en Russie du premier ministre nigérien, Ali Lamine Zeine, les deux pays ont convenu d’accroître leur coopération dans le domaine de la défense. Cette décision marque un tournant significatif dans la politique étrangère du Niger, qui s’éloigne progressivement de l’influence traditionnelle de la France, son ancienne puissance coloniale, pour se rapprocher de la Russie.

Par ailleurs, la coopération envisagée comprend la livraison d’équipements militaires russes au Niger et la formation des forces armées nigériennes. Les responsables nigériens et russes ont souligné l’importance de cette coopération pour améliorer la sécurité intérieure du Niger. La Russie, reconnue pour son expertise dans le secteur de la défense, semble être un partenaire stratégique de choix pour le Niger dans sa lutte contre le terrorisme et l’instabilité régionale.

Enfin, ce rapprochement entre le Niger et la Russie s’inscrit dans une tendance plus large observée dans plusieurs pays africains, qui cherchent à diversifier leurs alliances géopolitiques. Cette dynamique pourrait modifier l’équilibre des forces dans la région et avoir des implications significatives pour la politique internationale, notamment en termes de coopération en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme.

Pour aller plus loin : 

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20240118-le-niger-annonce-l-intensification-de-sa-coop%C3%A9ration-militaire-avec-la-russie

 

Kenya, 941 millions de dollars accordés par le FMI 20 Janvier 2024 

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé un prêt de 941 millions de dollars (864 millions d’euros) en faveur du Kenya, dont 624,5 millions de dollars (573,8 millions d’euros) ont été immédiatement débloqués. Malgré les nombreux défis auxquels le pays est confronté, tels qu’une dette élevée, une crise du coût de la vie et la dépréciation de sa monnaie, le FMI a jugé que ce prêt était justifié et nécessaire.

L’économie kényane a été mise à l’épreuve ces deux dernières années en raison de sécheresses récurrentes. Cependant, elle continue de croître à un taux supérieur à 5 %, principalement grâce à la reprise du secteur agricole. Le FMI a salué les mesures prises en matière de climat, tout en insistant sur l’importance d’améliorer la gestion des risques liés aux catastrophes naturelles tout en attirant davantage de financements afin de faire face aux enjeux climatiques.

La principale inquiétude concerne la soutenabilité de la dette kényane, qui dépasse les 65 milliards de dollars. Pour faire face à ce défi, le Kenya a mis en place des réformes fiscales, ce qui a entraîné l’introduction de nouvelles taxes impopulaires et des manifestations violentes en juillet dernier où plusieurs morts ont été déplorés. Le pays cherche ainsi des solutions pour équilibrer sa situation financière tout en répondant à ses besoins économiques.

Pour aller plus loin : 

https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/KE/situation-economique-et-financiere 

https://donnees.banquemondiale.org/indicator/DT.TDS.DECT.GN.ZS?locations=KE 



Asie

Nouvelles incursions chinoises dans les espaces maritimes et aériens taïwanais – 18 janvier 2024 

Vingt-quatre avions et cinq navires en provenance de Chine ont été repérés autour de l’île au cours des dernières vingt-quatre heures, franchissant la ligne médiane qui divise les deux territoires. Cette démonstration de puissance de Pékin constitue la manifestation la plus significative depuis l’élection du président taïwanais Lai Ching-te, qui a pris l’engagement de protéger l’île contre les “menaces et intimidations” de la Chine.

Les autorités taïwanaises font état d’incursions quasi quotidiennes de l’armée chinoise, qui a réalisé d’importantes manœuvres militaires autour de l’île l’année précédente. Cette présence est qualifiée de “provocation” et de “menace” pour la paix à la fois régionale et internationale par Taïwan, qui appelle à l’adoption de mesures de “retenue”.

Ces évènements ont eu lieu dans un contexte de soutien décroissant à Taiwan, alors que Nauru, une petite nation du Pacifique, a annoncé la rupture de ses relations diplomatiques avec l’île, la reconnaissant désormais comme une “partie inaliénable du territoire chinois”. Actuellement, Taïwan ne compte plus que quinze alliés diplomatiques dans le monde.

Pour aller plus loin : 

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/18/taiwan-24-avions-militaires-chinois-detectes-autour-de-l-ile-en-24-heures_6211504_3210.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2024/01/16/pekin-accuse-washington-d-avoir-sali-la-chine-en-critiquant-la-rupture-des-liens-taiwan-nauru_6211077_3210.html#:~:text=Ta%C3%AFwan-,P%C3%A9kin%20accuse%20Washington%20d%27avoir%20%C2%AB%20sali%20%C2%BB%20la%20Chine%20en,%2C%20selon%20les%20Etats%2DUnis.

 

Nauru rompt ses liens diplomatiques avec Taïwan au profit de la Chine – 15 janvier 2024

Ce lundi 15 janvier 2024, soit deux jours après la victoire à l’élection présidentielle de Lai Ching-te, le micro-État de Nauru annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec Taïwan (dont le nom officiel est la République de Chine) afin d’établir des liens avec la République populaire de Chine. La petite île du Pacifique considère également que Taïwan est « une partie inaliénable du territoire chinoise ». De son côté, Taïwan a réagi en déclarant mettre un terme à ses relations diplomatiques avec Nauru afin de « sauvegarder [leur]dignité nationale ». Taipei accuse également Pékin d’avoir offert des « aides économiques » afin d’inciter les autorités de Nauru à ce revirement diplomatique. 

Désormais, seuls 12 États reconnaissent Taïwan comme un État et le seul représentant légitime de la Chine sur la scène internationale : le Vatican, l’Eswatini (anciennement Swaziland), Sainte-Lucie, le Belize, le Guatemala, Haïti, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Saint-Kitts-et-Nevis, le Paraguay, les Palaos, les îles Marshall et Tuvalu. 

Il s’agit majoritairement de petits États insulaires et relativement pauvres recevant une aide au développement importante de Taïwan. 

Cette liste s’est réduite comme peau de chagrin ces dernières années. En 2016, 21 États reconnaissaient encore Taïwan. 

Pour aller plus loin : 

https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20240117-asie-pacifique-pourquoi-nauru-abandonne-ta%C3%AFwan-au-profit-de-p%C3%A9kin

https://www.ouest-france.fr/monde/taiwan/nauru-nation-du-pacifique-rompt-ses-liens-diplomatiques-avec-taiwan-43961f8a-dde3-4bd6-bb03-661650970634

 https://www.lexpress.fr/monde/asie/taiwan-qui-sont-les-12-etats-qui-reconnaissent-lile-HU6F7OKLFFFSROAR5R26LY4OZ4/

 

La Corée du Nord dissout les agences diplomatiques intercoréennes – 16 janvier 2024

Depuis la division de la péninsule coréenne, les gouvernements de la république populaire de Corée a pratiqué des échanges diplomatiques avec son homologue sud par le biais d’organisations telles que le Comité pour la Réunification Pacifique de la Corée (depuis devenu le principal interlocuteur du Ministère de l’Unification de Corée du Sud), de l’Agence Nationale de Coopération Économique et l’Administration du Tourisme Internationale des Monts Kumgang (agence d’une zone administrative spéciale de Corée du Nord où le tourisme sud-coréen a été autorisé de manière intermittente  depuis 1998).

Le 16 janvier, le parlement nord-coréen a voté la fermeture de ces trois agences. L’annonce de cette décision a été suivie d’une proposition du président nord-coréen Kim Jong-un de modifier la constitution pour y identifier la Corée du Sud comme « ennemi principal » de la république populaire et a prévenu que son pays entrerait en guerre si la Corée du Sud violait « ne serait-ce que 0,001 mm » de son territoire. Si Kim Jong-un est un habitué des sorties incendiaires, cette rupture diplomatique acquiert un poids supplémentaire après les démonstrations de force de la Corée du Nord ces dernières semaines (tirs d’artillerie forçant à évacuer les îles de Yeonpyeong et Baengnyeong, essais de missiles balistiques, essai supposé d’un drone sous-marin, etc.)

Pour aller plus loin :

https://www.theguardian.com/world/2024/jan/16/unification-with-south-korea-no-longer-possible-says-kim-jong-un

https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20240116-cor%C3%A9e-du-nord-dissolution-des-agences-%C5%93uvrant-pour-la-r%C3%A9unification-avec-le-sud

https://www.38north.org/2024/01/is-kim-jong-un-preparing-for-war/

https://www.bbc.com/news/world-asia-68027356


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (22 janvier 2024). Revue de presse du 15 au 21 janvier 2024. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmy4


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search