Les minorités en Iran : un enjeu national et géopolitique

Par Balthazar Arminjon et Louise Charrier

Téléchargez le document en format PDF avec annexes ici.

Si la devise de l’Iran est « l’unité dans la diversité », l’histoire du pays en a fait une terre d’accueil pour une mosaïque d’ethnies, de langues et de cultures. De langues et de religions différentes, les différentes minorités se côtoient sur le territoire. La population iranienne est estimée à 85 millions d’individus en 2020. 

I. L’Iran, une terre peuplée d’une mosaïque de minorités ethniques et culturelles

En matière de diversité linguistique et ethnique, près de 80% des Iraniens parlent le persan. Les persanophones rassemblent des ethnies diverses dont les Persans (65% de la population) qui résident en majorité dans les provinces fortement peuplées, les Kurdes (7%), majoritairement dans le nord-ouest), Les Lors (6%) habitent les régions occidentales de l’Iran, dans les provinces du Lorestân, Tchâhârmahâl et Bakhtiâri, par exemple. Les Tâts sont établis principalement près des montagnes d’Alborz et au nord de la province de Qazvin. Les Baloutches (2%) sont majoritairement dans le sud-est. Les turcophones incluent les Azéris (16%) qui constituent le second groupe ethnique le plus répandu. Ils se situent principalement dans les provinces septentrionales du pays notamment dans l’Azerbaïdjan de l’est. Les Turkmènes (1%) sont principalement établis au nord-est. Les Qashqâïs vivent en majorité dans la province de Fârs et le Khouzestân, ainsi que dans les régions méridionales d’Ispahan et autour de la ville de Shirâz. D’autres minorités sémitiques sont également présentes en Iran, dont les Arabes (2%) établis majoritairement dans le sud-ouest et les Assyriens. Leur population s’élevait à 50 000 individus en 2007, la plupart résidant à Téhéran et à Oroumieh et ses environs dans la province de l’Azerbaïdjan occidental. Enfin, les Géorgiens iraniens ont conservé leur dialecte. Leur principal lieu d’établissement se trouve à Fereydoun-Shahr, petite ville à 150 kilomètres d’Ispahan, ainsi qu’à l’ouest d’Ispahan.

En matière de multiculturalisme religieux, bien qu’elle reconnaisse trois autres religions (Zoroastrisme, Judaïsme et Christianisme), la loi fondamentale iranienne impose l’Islam chiite comme religion officielle. Dans la pratique, les préceptes islamiques et leur influence sur la vie en société prévalent et tendent à exclure les minorités religieuses. Seules les trois religions reconnues disposent cependant d’une représentation au Parlement iranien avec deux sièges pour les chrétiens arméniens, un siège chrétien assyrien, un siège juif et un siège zoroastrien, sur les 290 sièges. L’accès aux plus hautes fonctions de l’État est interdit aux non-chiites. L’état iranien pratique une interprétation officielle de la sharia. A ce titre, le code pénal autorise la peine de mort pour les individus prosélytes non-musulmans et leurs tentatives de convertir les musulmans, les moharebeh (ennemis de Dieu) et les sabb al-nabi (insultes au Prophète ou à l’Islam). La loi interdit aux Musulmans la conversion.

L’Islam est la religion d’environ 99% de la population, dont 90 à 95% de chiites et 5 à 10% de sunnites (dont des Arabes, Baloutches et Kurdes). Les autres religions sont largement minoritaires. Elles incluent les baha’is, chrétiens, yarsanis, juifs, sabéens-mandéens et zoroastriens. A titre d’exemple, il y aurait environ 300 000 baha’is, entre 117 000 et 547 000 chrétiens, 25 000 zoroastriens.

II. Des minorités ethniques et culturelles au confluent des enjeux géopolitiques iraniens 

La question des minorités ethniques et religieuses demeure un enjeu phare dans la politique iranienne intérieure. En effet, les discriminations, voire les persécutions sont multiples et les violences à l’encontre des minorités sont courantes. La peine de mort a souvent été prononcée contre des membres des communautés ethniques et religieuses minoritaires, en particulier contre la communauté Baha’i, l’une des plus stigmatisées. Les experts des Nations Unies ont alerté en août 2022 sur les arrestations arbitraires et les disparitions d’adeptes, la destruction et la confiscation de leurs propriétés et sur la persécution systématique auxquels ils font face. En avril 2022, au moins 1000 Baha’is étaient en attente de condamnation, dont trois figures importantes de cette religion. 

Les tensions liées aux minorités ethniques et religieuses ont pris un nouveau tournant au cours des derniers mois, dans le cadre des manifestations liées à la mort de Mahsa AMINI. Cette étudiante kurde iranienne arrêtée par la police des mœurs décède le 16 septembre, trois jours après son interpellation. Une vague de mobilisations débute au Kurdistan, notamment à Saqqez et Sanandaj (capitale du Kurdistan iranien) avant de gagner le reste du pays. La province, à majorité sunnite, est particulièrement scrutée par le régime chiite puisque les femmes y revendiquent une plus grande liberté. C’est également au Kurdistan que sont dénombrées les premières victimes de la vague de répression que le régime engage contre les manifestants. Par ailleurs, le plus grand nombre de victimes est enregistré dans le Sistan-Baloutchistan au sein de la minorité Baloutches, largement touchée par le vendredi sanglant (30 septembre 2022) entraînant la mort de 90 personnes à Zahédan.

Téhéran développe, par ailleurs, une politique d’« iranité » de l’identité pour renforcer un nationalisme qui effacerait les particularismes régionaux. L’un des enjeux principaux de cette politique est la présence de minorités concentrées dans les régions pourvues des principales ressources, tel que le pétrole dans le Khouzestân et le Kurdistan. A titre d’exemple, l’Iran projette la construction du pipeline IPI à travers le Sistan-Baloutchistan pour exporter du gaz vers l’Inde et le Pakistan. Ces grands projets d’infrastructures sont accompagnés de délocalisations des populations locales minoritaires vers la capitale de la province et remplacés par les populations perses occupant les emplois dans l’industrie pétrolière interdits aux arabes.

La multiplicité d’ethnies et de religions en Iran influence sa politique extérieure. En effet, une grande partie de l’opposition kurde iranienne, le Komala, le DPIK, l’YDKS et le plus important, le PJDAK, sont présents au Kurdistan irakien. Téhéran mène régulièrement des frappes de missiles et de drones sur ceux-ci, en particulier depuis le 24 septembre 2022. De même, l’Iran redoute les interférences étrangères à travers une peur obsidionale. Elle craint notamment des ingérences de Riyad ou de Bakou pour encourager les velléités autonomistes des minorités arabes et azéries, justifiant en partie son soutien à l’Arménie. Ces craintes ne manquent pas de fondement, elles s’illustrent à travers le mouvement séparatiste arabe, la brève République de Mahabad en 1946 ou l’insurrection azérie au milieu des années 2000. La défaite des talibans en 2003 avait mené le mollah Omar à créer la Judallah au Baloutchistan avec les militants nationalistes, menant ensuite des actions chocs contre les responsables iraniens ou les lieux de culte chiites. Le Conseil national de la Résistance, présidé par le chef de l’organisation des moudjahidines du peuple iranien Maryam RADJAVI, s’appuie sur cette colère ethnique et religieuse par des promesses d’autonomie et d’abolition de l’oppression.

Pour en savoir plus :

CHAPMAN, Lucas. « Why Iran’s ethnic minorities are bearing the brunt of regime’s violent crackdown on protests », Arab News, 28 octobre 2022. URL : https://www.arabnews.com/node/2182831/middle-east

EMMERY, Pierre. « Nation et minorités en Iran : face au fait minoritaire, quelle réponse institutionnelle ? », Les clés du Moyen-Orient, 1er avril 2016. URL : https://www.lesclesdumoyenorient.com/Nation-et-minorites-en-Iran-face-au-fait-minoritaire-quelle-reponse.html

GUILLARD, Clara. « Qui sont les minorités ethnico-religieuses iraniennes ?  », L’Orient XXI, 9 novembre 2020. URL : https://orientxxi.info/va-comprendre/qui-sont-les-minorites-ethnico-religieuses-iraniennes,4274

POURMAZAHERI, Afsaneh. « L’Iran contemporain : une mosaïque de minorités ethniques et culturelles », La Revue de Teheran, nº103, juin 2014. URL : http://www.teheran.ir/spip.php?article1916#gsc.tab=0

REHMAN, Javaid, HAZAN, Luciano, BALDÉ, Aua, CITRONI, Gabriella, MICKEVICIUS, Henrikas, NEELAPAIJIT, Angkhana, de VARENNES, Fernand et GHANEA, Nazila. « Iran: UN experts alarmed by escalating religious persecution », United Nations Human Rights, 22 août 2022.

« Peine de mort en Iran : le droit à la défense bafoué », Fédération Internationale pour les Droist Humains, 8 octobre 2020. URL : https://www.fidh.org/fr/regions/asie/iran/peine-de-mort-en-iran-le-droit-a-la-defense-bafoue

« 2020 Report on International Religious Freedom: Iran », Office of International Religious Freedom, US Departement of State, 12 mai 2021.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (5 juin 2023). Les minorités en Iran : un enjeu national et géopolitique. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p0bw


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search