Le programme nucléaire iranien : enjeux et perspectives internationales

Par Balthazar Arminjon et Louise Charrier

Téléchargez le document en format PDF avec annexes ici.

L’enjeu que représente le programme nucléaire de la République islamique d’Iran détermine la politique et la place du pays au sein de la communauté internationale. Pour des questions de souveraineté, elle le considère comme un droit inaliénable, s’opposant à la non-prolifération par son usage militaire et non strictement énergétique. Malgré les efforts internationaux pour négocier l’arrêt du développement du nucléaire à usage militaire, Téhéran semble proche du seuil et la communauté internationale s’y prépare.

I. Le programme nucléaire iranien : état des capacités théoriques et pratiques iraniennes

A partir des années 1950, l’Iran, soutenu par les Etats-Unis et la France, cherche à développer son programme nucléaire civil. La révolution iranienne de 1979 provoque l’annulation des contrats conclus, notamment avec la France (contentieux EURODIF). En 2002, l’existence d’un programme nucléaire iranien à usage militaire, en place depuis 1985, est découverte par satellites. 

L’Iran a inauguré sa première centrale nucléaire en septembre 2011, à Bouchehr. Début décembre 2022, l’agence iranienne pour l’énergie atomique (OIEA) a annoncé le démarrage de la construction d’une seconde centrale nucléaire dans la province du Khouzestan (à la frontière irakienne). Cette centrale de 300 mégawatts devrait être opérationnelle dans sept à huit ans. 

L’Iran dispose également de deux sites d’enrichissement d’uranium souterrains. Le premier, situé à Fordo (province de Qom), produit de l’uranium enrichi à 20% depuis janvier 2021 et à 60%[1] depuis novembre 2022. Le second, situé à Natanz (province d’Isfaphan), permet, depuis avril 2021, l’enrichissement de l’uranium à hauteur de 60%. Selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) datant du 12 février 2023, l’Iran disposerait de 434,7 kg d’uranium enrichi à 20 % et de 87,5 kg d’uranium enrichi à 60 %. Le site Bloomberg révèle cependant le 19 février 2023 la détection en Iran d’uranium enrichi à 83,7 % par les inspecteurs de l’AIEA, juste en deçà des 90 % nécessaires à la fabrication d’une arme nucléaire. Téhéran invoque une fluctuation involontaire et incontrôlée, thèse apparemment vraisemblable.

L’ancien ministre des Affaires étrangères iranien, Kamal KHARRAZI, a déclaré, en décembre 2022, que l’Iran avait la possibilité de produire des armes nucléaires, sans en avoir l’intention. L’objectif de l’Iran ne semble pas de détenir l’arme nucléaire mais bien de disposer d’un moyen de pression en sa capacité à pouvoir la produire, pour le moment.

Toutefois, les capacités iraniennes sont à tempérer, si le break-out time[2] s’est réduit à moins d’une semaine, l’Iran doit encore vectoriser[3] la tête nucléaire, processus qui pourrait encore prendre un à deux ans.

II. Les traités et accords : une succession d’échecs et des négociations au point mort

Depuis 1968, l’Iran est signataire du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). Ce traité vise à lutter contre le risque de prolifération des armes nucléaires dans le monde, tout en garantissant l’accès aux technologies nucléaires civiles. Le 22 janvier 2023, Amir ABDOLLAHIAN, ministre des Affaires étrangères iranien, a annoncé que l’Iran n’excluait pas de se retirer du traité, en réponse à l’inscription éventuelle du Corps des Gardiens de la Révolution sur la liste des organisations terroristes par l’Union européenne.

L’accord de Paris, protocole additionnel au TNP, signé en 2004, prévoit une limitation de l’enrichissement de l’uranium à 3,5%, en échange d’une ouverture du marché européen à l’Iran. La non-application par l’Iran de cet accord entraîne l’imposition de sanctions lourdes sur l’économie iranienne. 

En 2015 est signé l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien (Joint Comprehensive Plan of Action – JCPOA). Conclu par l’Iran, les membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU et l’Allemagne, il engage le pays à limiter ses activités à 300 kilogrammes d’uranium enrichi à 3,67% pendant 10 ans. L’accord prévoit également le démantèlement d’une partie des centrifugeuses et le transfert vers la Russie de son uranium enrichi. En échange, la signature du pacte entraîne un allègement des sanctions internationales. L’Iran s’y conforme jusqu’en 2018, année du retrait des Etats-Unis. Annoncée par Donald TRUMP, cette dénonciation du JCPOA entraine le rétablissement des sanctions américaines à l’égard de l’Iran. Le pays reprend ses activités d’enrichissement dès 2019, au-delà des limites fixées par l’accord.

Des négociations entre l’Iran et les pays signataires du JCPOA ont débuté en novembre 2022. Visant à préserver l’accord de Vienne, les discussions sont au point mort du fait de nouvelles positions iraniennes ne répondant pas aux préoccupations des diplomates occidentaux. En août 2022, l’Union européenne a proposé un texte final, toujours en cours d’examen par l’Iran. 

III. L’appréhension de la communauté internationale face à l’échec des négociations

L’Ayatollah KHAMENEI et les autorités iraniennes réitèrent régulièrement leur position officielle, affirmant que l’Iran ne souhaite pas détenir l’arme atomique mais simplement la capacité de l’obtenir, donc de devenir un État du seuil. D’une part, cette posture tient du fait que la possession de la technologie nucléaire est aussi dissuasive que la bombe elle-même. D’autre part, si l’Iran devenait une puissance nucléaire effective, il pourrait entrainer une course à l’armement, encourageant d’autres puissances à l’acquérir.

Au cœur de la compétition régionale, face à deux grands ennemis, l’Arabie saoudite et Israël, la République islamique d’Iran développe continuellement son influence. Ses capacités balistiques ont été maintenues en dehors des négociations sur le nucléaire, au nom de sa sécurité nationale, bien qu’elles constituent le vecteur nécessaire à son programme. En les déployant, avec des drones, dans les autres pays dans lesquels ses groupes inféodés sont présents (Irak, Syrie, Liban et Yémen), l’Iran étend sa capacité à frapper qui elle veut, depuis toutes les directions.

En considérant qu’Israël possède l’arme nucléaire depuis 1967, l’Arabie saoudite rejette toute ambition similaire. Le prince héritier ajoute cependant en 2018 que si l’Iran venait à posséder la bombe, alors l’Arabie chercherait elle-même à l’acquérir. Cette déclaration confirme l’affirmation iranienne, d’autant plus que Riyad possède de larges réserves souterraines d’uranium, développe sa première centrale nucléaire civile à Al Watah en refusant les inspections de l’AIEA et avec la coopération chinoise. La création d’une compagnie nucléaire permettra à l’Arabie saoudite d’exporter l’uranium et le yellowcake. L’accord irano-saoudien du 10 mars 2023 à Pékin rebat les cartes régionales en signalant un rapprochement irano-arabe et l’influence croissante de la Chine.

Les États-Unis ont longtemps pu lutter contre la prolifération, notamment parmi ses alliés, par les garanties de sécurité dissuadant toute agression extérieure. Les sanctions et le développement récent des défenses anti-aériennes des États du Golfe en particulier, en font partie. L’Iran est la cible de nombreuses sanctions onusiennes, américaines ou européennes depuis 2006. Le scénario du no-deal attendu par tous fait à présent planer la menace américaine d’intervention militaire de dernier recours, alternative largement perçue comme peu probable mais demeure la menace récurrente d’Israël de frappe préventive contre l’Iran afin de l’empêcher d’acquérir la bombe.

Conclusion :

Alors que la République islamique d’Iran se rapproche du break-out time, les négociateurs attendent le retour iranien sur la proposition européenne, tandis que la probabilité d’un no-deal se concrétise, encourageant les États à prendre leurs dispositions. Il n’en reste pas moins vrai qu’une telle décision est certainement aussi influencée par le contingences intérieures (voir le billet précédent). La nucléarisation du gouvernement iranien en transformerait la nature et constituerait probablement un très fort vecteur de maintien du régime en place.

Pour en savoir plus : 

« Former FM Says Iran Has Ability To Make Nukes But No Intention », Iran International Newsroom, 19 décembre 2022. En ligne : https ://www.iranintl.com/en/202212191931

« L’Iran lance la construction d’une nouvelle centrale nucléaire », Le Monde, 3 décembre 2022. En ligne : https ://www.lemonde.fr/international/article/2022/12/03/l-iran-lance-la-construction-d-une-nouvelle-centrale-nucleaire_6152859_3210.html.

« Nucléaire iranien : Téhéran examine le « texte final » soumis par l’UE », Le Monde, 8 août 2022. En ligne : https ://www.lemonde.fr/international/article/2022/08/08/nucleaire-iranien-teheran-examine-le-texte-final-soumis-par-l-ue_6137519_3210.html

AGRAWAL, Ravi. « Biden’s Iran Envoy: Sanctions Are ‘Not the Answer’ », Foreign Policy, 1er décembre 2022. En ligne : https ://foreignpolicy.com/2022/12/01/biden-iran-envoy-sanctions-robert-malley/

AHMAD, Ali. « Saudi Arabia’s nuclear program: Separating real concerns from threat inflation», Bulletin of the Atomic Scientists, 8 octobre 2020. En ligne : https ://thebulletin.org/2020/10/saudi-arabias-nuclear-program-separating-real-concerns-from-threat-inflation/

ALKHALDI, Celine. « Iran’s amassed enough material for ‘several nuclear weapons’, says IAEA chief », CNN, 25 janvier 2023. En ligne : https ://edition.cnn.com/2023/01/25/middleeast/iran-nuclear-weapons-iaea-chief-intl/index.html

ASSOCIATED PRESS. « Iranian state media: Construction begins on nuclear plant », Politico, 4 décembre 2022. En ligne : https ://www.politico.com/news/2022/12/04/iran-nuclear-plant-unrest-00072097

SAUVAGE, Romane. « Décryptage en archives du programme nucléaire iranien, du civil au militaire », INA, 23 décembre 2022. En ligne : https ://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/nucleaire-iran-fordo-geopolitique-dissuasion-jcpoa-accords-vienne

SHAMSUDDIN, Mehran. « NPT withdrawal; Iran’s new option », Tehran Times, 22 janvier 2023. En ligne : https ://www.tehrantimes.com/news/481147/NPT-withdrawal-Iran-s-new-option

FERNANDEZ, Enrique. « L’Arabie saoudite, dans l’ombre de la Chine et des accords d’Abraham négociés par les États-Unis », Atalayar, 7 avril 2023. En ligne : https://atalayar.com/fr/content/larabie-saoudite-dans-lombre-de-la-chine-et-des-accords-dabraham-negocies-par-les-etats


[1] L’enrichissement de l’uranium doit atteindre 90% pour produire une bombe atomique. 

[2] Durée dont un pays a besoin pour atteindre une quantité significative d’uranium enrichi.

[3] Miniaturiser la tête nucléaire et la placer sur un missile afin de le projeter sur une cible.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (22 mai 2023). Le programme nucléaire iranien : enjeux et perspectives internationales. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p0br


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search