Manifestations en Iran : révolte, répression et réactions internationales

Par Balthazar Arminjon et Louise Charrier

Téléchargez le document en format PDF avec annexes ici

Le 16 septembre 2022, la mort de Mahsa AMINI, étudiante iranienne, trois jours après son arrestation par la police des mœurs pour « port de vêtements inappropriés », marque le début d’une vague de contestations en Iran. La mobilisation particulièrement vive des grands centres urbains et des universités, la violence des répressions et le soutien international reçu par les manifestants propulsent la révolte dans un contexte géopolitique multiscalaire.

 

I. Une remise en cause du régime iranien marquée par une forte mobilisation et des répressions violentes

 

Le 13 septembre 2022, Mahsa AMINI, étudiante iranienne, est arrêtée par la police des mœurs, unité de police mise en place en 2005 et chargée de « répandre la culture de la décence et du hijab ». Le 16 septembre, son décès après trois jours de coma marque le début d’une vague de mobilisations au Kurdistan, à Téhéran et à Ispahan, avant de gagner rapidement les 31 provinces du pays. Les femmes retirent leur voile, pourtant obligatoire en Iran depuis la révolution de 1979, les brûlent et se coupent les cheveux en signe de protestation. Les images des manifestants sont relayées par les réseaux sociaux et les médias étrangers. Le 17 décembre, les travailleurs de l’industrie pétrolière se sont mis en grève dans plusieurs villes du pays. Un appel à la grève générale a également été lancé à partir du 9 janvier pour trois jours et se poursuit sporadiquement. Si le régime a déjà connu des mouvements de révolte par le passé, notamment en 2019, cette mobilisation se distingue par la radicalité de ses slogans, la remise en question du pouvoir en place et sa cause initiale liée aux droits des femmes.

 

Par ailleurs, la question des kurdes iraniens, présents à hauteur de 10 millions dans le pays, intervient dans le contexte de la révolte. Alors que Mahsa AMINI est d’origine kurde, c’est, entre autres, à Saqqez et Sanandaj (capitale du Kurdistan iranien) que les manifestations débutent. La province, à majorité sunnite, à l’inverse du pays à majorité chiite, est particulièrement scrutée par le régime. En effet, les femmes y revendiquent une plus grande liberté. A partir du 24 septembre, le soulèvement gagne le Kurdistan irakien, notamment à Erbil, sa capitale, qui accueille des mouvements kurdes iraniens en exil. L’Iran riposte avec des tirs de missiles et des frappes de drones.

 

De même, c’est au Kurdistan, à Saqqez, Divandarreh et Dehgolan, que sont dénombrées les premières victimes de la vague de répression intense que le régime engage contre les manifestants. En effet, à partir du 21 septembre, l’accès à Internet et aux réseaux sociaux est limité par le régime, rendant la diffusion des images des manifestations plus difficile et permettant un accroissement de la répression des forces de l’ordre. Le 24 septembre marque un tournant dans la mobilisation. Les manifestants de Oshnavieh parviennent à conduire les forces de sécurité hors du centre-ville. Cet évènement constitue l’un des rares exemples de perte de contrôle du régime sur sa population. Le 3 octobre, l’Ayatollah Ali KHAMENEI prononce sa première allocution au sujet du mouvement. Il y réaffirme son soutien aux forces de l’ordre. Un mois plus tard, Mohamed JAFAR MONTAZERI, procureur général iranien, annonce la supposée abolition de la police des mœurs. Toutefois, le corps des Gardiens de la Révolution islamique (IRGC) a procédé à l’arrestation violente et à la détention de plus de 14 000 manifestants depuis le début de la révolte selon l’ONU, 19 000 selon Human Rights Activists in Iran.

 

Par ailleurs, les autorités iraniennes tentent d’écraser les mouvements contestataires par la force. Depuis septembre, plus de 500 personnes ont été tuées pendant les manifestations, 4 individus ont été exécutés par pendaison, une centaine a été condamné à la peine capitale. Sont également à noter les allégations de torture et de mauvais traitement des détenus. Les manifestants sollicitent un soutien international afin de faire cesser les exécutions.

Le mouvement semble s’être essoufflé durant l’hiver rude iranien mais la répression n’a cependant pas eu raison des manifestations qui se poursuivent les vendredis dans le Sistan-Baloutchistan et le 16 février 2023 à Téhéran, Sanandaj, Ispahan, Arak, Karaj et Izeh. Le 14 mars, jour des martyrs, le guide suprême défend la chasteté et le voile tandis qu’au moins 20 manifestations avaient lieu à travers 14 villes. Avec les multiples cas d’intoxication des jeunes filles par des groupes opposés à leur éducation, les manifestations se poursuivent sporadiquement en avril à travers l’Iran. Le régime a pourtant annoncé la victoire contre le mouvement lors du 44ème anniversaire de la Révolution le 11 février, une semaine après une amnistie partielle de dizaines de milliers de prisonniers des derniers mois. Il ne peut y avoir de résolution sans le traitement des causes profondes, or celles-ci se confondent avec l’existence même du régime. Selon Hadi GHAEMI, directeur du centre pour les droits humains en Iran, le mouvement est bien vivant, il est entré dans une nouvelle phase de réflexion stratégique et de planification et devrait reprendre au printemps. « Il n’y a plus de retour en arrière possible pour les Iraniens ».

 

II. Des réactions internationales qui propulsent les manifestations au cœur de la géopolitique de la région

 

Le 14 janvier, Téhéran annonce l’exécution d’Alireza AKBARI, irano-britannique et ancien vice-ministre de la Défense de la République islamique d’Iran, pour espionnage. Cette exécution est jugée politique alors que des rumeurs évoquaient de possibles sanctions britanniques et européennes contre l’IRGC pour leur rôle dans la répression des manifestations. L’homme d’affaire irano-allemand Jamshid SHARMAHD a été condamné à mort le 21 février pour terrorisme. Plusieurs dizaines d’étrangers et binationaux sont actuellement détenus en Iran, dont six français (Fariba ADELKHAH a été libérée mais ne peut voyager, Benjamin BRIERE a été acquitté sans être libéré), pour diverses raisons. La ministre française des Affaires étrangères dénonce une diplomatie des otages, soit l’utilisation par un État de son appareil judiciaire pour détenir un étranger et l’utiliser comme levier de pression pour des objectifs de politique étrangère.

 

Le texte adopté le 18 janvier par le parlement européen, appelant l’Union européenne et les États membres à inscrire l’IRGC et les Bassidjis sur leurs listes d’organisations terroristes et cesser toute activité économique avec les entreprises qui leurs sont liées, confirme les rumeurs. Le Conseil européen a annoncé de nouvelles sanctions contre l’Iran le 23 janvier et le 20 février. Celles-ci s’ajouteront aux sanctions existantes concernant le programme nucléaire iranien, ses atteintes aux droits de l’Homme et la fourniture de drones à la Russie.

Les négociations en cours pour un nouvel accord sur le nucléaire iranien, malgré les appels à distinguer ces problématiques, sont imbriquées avec la question des manifestations et des drones iraniens entre les mains des Russes en Ukraine. Elles sont au point mort depuis août 2022 et le président américain Joe BIDEN admet l’accord mort en novembre.

 

L’Ayatollah KHAMENEI accuse l’arrogance mondiale et les sionistes d’encourager les manifestations ainsi que les opposants kurdes basés au Kurdistan irakien. Plusieurs frappes de missiles ont ciblé les partis d’opposition de l’autre côté de la frontière depuis le début des manifestations, le 28 septembre, le 14 novembre et 21 novembre, contre lesquelles le gouvernement irakien proteste. Les acteurs pro-iraniens de l’arc chiite sont relativement prudents quant à l’évocation des évènements, tandis que les opposants à l’axe de la résistance au Liban, Syrie et Irak, présents aux seins des mouvements populaires depuis 2019, espèrent la chute du régime. Des miliciens pro-iraniens d’Irak et du Hezbollah libanais auraient participé à la répression en Iran.

 

Conclusion 

Face à la baisse d’intensité des manifestations et le maintien de la répression, l’Iran est vu dans une impasse alors que les revendications demeurent intactes, voire alimentées par les difficultés économiques. Le mouvement semble évoluer vers une succession de phases de calme. Le régime survivra encore à cette mobilisation tant que les conditions d’une révolution, comme un processus de mobilisation multisectoriel selon Michel Debry, ne sont pas réunies, l’ampleur du phénomène est sans comparaison avec l’année 1979.

 

Pour en savoir plus :

AUBRY, Emilie. Le Dessous des cartes – ARTE. « Iran : géographie d’une révolte ? ». YouTube, 3 octobre 2022 En ligne : https://www.youtube.com/watch?v=Zp69cdG2Ghg.

DELCORDE Raoul, « Pourquoi parle-t-on de ‘’diplomatie des otages’’ ? », The Conversation, 14 décembre 2022. En ligne : https://theconversation.com/pourquoi-parle-t-on-de-diplomatie-des-otages-196432

DE HOOG, Niels et MORRESSI, Elena. « Mapping Iran’s unrest: how Mahsa Amini’s death led to nationwide protests», The Guardian, 31 octobre 2022. En ligne : https://www.theguardian.com/world/ng-interactive/2022/oct/31/mapping-irans-unrest-how-mahsa-aminis-death-led-to-nationwide-protests?utm_term=Autofeed&CMP=twt_b-gdnnews&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1667202974

GOLSHIRI, Ghazal. « Iran : après l’annonce de l’abolition de la police des mœurs, des doutes et des débats », Le Monde, 5 décembre 2022. En ligne : https://www.lemonde.fr/international/article/2022/12/05/en-iran-confusion-sur-le-sort-de-la-police-des-m-urs_6152987_3210.html

MAKINSKY, Michel. « Conférence : Avenir de l’Iran – Perspectives sur 10 ans », Institut d’Études Géopolitiques Appliquées, Paris, 15 décembre 2022.

MASSOUD, Renia. « Iran : où en est le mouvement de contestation cinq mois plus tard ? », Radio-Canada, 16 février 2023. En ligne : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1956716/iran-mouvement-contestation-analyse-repression

PAPIN, Delphine. « En Iran, la révolte des petits­enfants de la révolution islamique : tout comprendre en une carte ». France Culture, 29 octobre 2022. En ligne : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-cartes-en-mouvement/les-cartes-en-mouvement-du-samedi-29-octobre-2022-8976129

« Exécutions de manifestants en Iran : l’ONU condamne des ‘meurtres d’État’ », Libération, 10 janvier 2023. En ligne : https://www.liberation.fr/international/moyen-orient/executions-de-manifestants-en-iran-lonu-condamne-des-meurtres-detat-20230110_442XCTYXQFD3LEHVMTRZXSVDY4/

« Iran : les eurodéputés votent pour l’inscription des Gardiens de la Révolution comme organisation terroriste, mise en garde de Téhéran », Le Figaro, 19 janvier 2023. En ligne : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/iran-les-eurodeputes-votent-pour-l-inscription-des-gardiens-de-la-revolution-comme-organisation-terroriste-mise-en-garde-de-teheran-20230119

« L’Iran exécute un Irano-Britannique pour espionnage », Le Point, 14 janvier 2023. En ligne : https://www.lepoint.fr/monde/iran-execution-d-un-irano-britannique-pour-espionnage-14-01-2023-2504765_24.php

« L’Iran mène de nouvelles frappes au Kurdistan irakien, faisant un mort », Le Monde, 21 novembre 2022. En ligne : https://www.lemonde.fr/international/article/2022/11/21/l-iran-mene-de-nouvelles-frappes-au-kurdistan-d-irak_6150818_3210.html

« Iran update », Press ISW, Institute for the study of war. En ligne : https://www.understandingwar.org/user/3100/track

« Trente prisonnières politiques demandent la fin des exécutions », L’Orient Le Jour, 22 janvier 2023. En ligne : https://www.lorientlejour.com/article/1325419/trente-prisonnieres-politiques-demandent-la-fin-des-executions.html.

« Two more men executed in Iran in connection with protests, others at imminent risk », Center for human rights in Iran, 7 janvier 2023. En ligne : https://iranhumanrights.org/2023/01/two-more-men-executed-in-iran-in-connection-with-protests-others-at-imminent-risk/

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (15 mai 2023). Manifestations en Iran : révolte, répression et réactions internationales. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p0bp


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search