L’utilisation des drones de surface dans la guerre en Ukraine

Par Victor Masson

Téléchargez le document en format PDF avec annexes ici

Près d’un an après le début de l’invasion russe en Ukraine, il apparait que la composante navale du conflit ait été peu abordée. Pourtant, l’utilisation des drones dans ce milieu a connu une véritable évolution, impactant fortement les ambitions russes en mer Noire. Ce sont les drones de surface (Unmanned Surface Vehicles (USV) qui ont marqué les esprits du fait de leur emploi important par Kiev. Cependant, la Russie intègre aussi les systèmes de drones de surface à sa flotte de mer Noire et la récente annonce de SpaceX pourrait fortement impacter la capacité de l’Ukraine à développer des actions maritimes.

 

I. Des drones simples, mais un bilan opérationnel important.

Le 29 octobre 2022, l’Ukraine a réussi un coup d’éclat en Crimée : une attaque sur le port de Sébastopol. C’est grâce à l’utilisation de drones de surface que les forces armées ukrainiennes sont parvenues à frapper la flotte russe dans la rade de la base navale, causant des dommages à un navire démineur et une frégate(1). Toutefois, ce coup d’éclat, bien que le plus visible, n’est pas le seul cas d’utilisation majeure de ces drones de surface. Ainsi, la Marine ukrainienne est à l’origine d’une attaque sur Novorossiysk en novembre 2022(2) et les soupçons pèsent sur l’emploi d’au moins un drone de surface lors de l’attaque sur le pont de Crimée en octobre 2022. Ces USV dirigés par liaison satellite agissent comme des torpilles contrôlées à distance. Propulsés par un mécanisme waterjet, ces systèmes d’armes peuvent emporter près de 200kg d’explosif(3), atteindre une vitesse de près de 80 km/h et disposent d’un rayon opérationnel de 400 km et d’une autonomie de 60 heures.

Bien au-delà du coup d’éclat que représente l’attaque sur la base de Sébastopol, ces drones de surface représentent un intérêt particulier par leur sophistication. Ils sont, en effet, particulièrement rustiques. Cela a pour avantage de représenter un moyen d’action à prix relativement faible pour l’Ukraine. En effet, le coût de la totalité du système (système vidéo, modules de communication, station de contrôle au sol, transport…) est estimé à 250 000 dollars américains[1].  Bien que cet équipement demeure plus cher que les munitions guidées dans le domaine des drones aériens, tels que les Sahed-136iraniens, l’Ukraine envisage de construire une flotte de ces USV. De ce fait, une collecte de fond a été lancée en novembre dernier et aurait récolté près de 290 millions de dollars(3).

Si l’attaque sur le port de Sébastopol a causé des dégâts relativement peu importants du côté de la flotte russe en mer Noire, elle représente une victoire stratégique pour l’Ukraine. En effet, la position du port, au sud-ouest de la Crimée, qui est la principale base navale de la Russie dans la zone, devient dès lors attaquable pour l’armée ukrainienne. Ainsi, la force navale russe, déjà impactée par la  perte du Moskva plus tôt dans le conflit, se voit refuser son sanctuaire criméen(4). L’Ukraine, par cette démonstration de ses capacités navales, créé une zone de non-accès pour la flotte russe. Cette stratégie de A2/AD (Anti-Access, Area Denial) se base en grande partie sur les batteries côtières dont dispose l’armée ukrainienne et la composante dronisée de cette défense a montré son efficacité. Cette utilisation d’USV par la Marine ukrainienne et l’impréparation de la Marine russe à répondre à cette menace ont conduit la Russie à adapter ses défenses et à entreprendre des exercices importants dans le port de Sébastopol(5). Elle s’est également vue contrainte au retrait d’une partie de sa flotte vers Novorossiysk. (Une carte de la zone serait utile).

 

II. Un changement dans le rapport de force sur les drones de surface ?

Si l’utilisation de ces munitions guidées sur le théâtre naval semblait, dans un premier temps, réservé à l’Ukraine, ce n’est plus le cas.  En effet, la Marine russe s’est illustrée ce mois-ci par une attaque menée sur un pont proche d’Odessa, grâce à un drone de surface. L’attaque, qui a eu lieu le 10 février 2023, signe donc la première utilisation par la Russie d’USV pour des attaques sur des infrastructures ukrainiennes depuis le début du conflit en février 2022(6).  L’utilisation de ce type de système a été confirmée le samedi 11 février par le général russe Valery ZALUZHNY(7). Les images de l’attaque, postées rapidement sur le réseau Twitter(8) permettent de mettre en évidence l’utilisation et l’efficacité des drones de surface pour remplir de telles missions.

Si la République islamique d’Iran était déjà particulièrement investie auprès de la Russie, notamment par l’utilisation par cette dernière des munitions guidées Sahed-136, il semblerait que l’emploi de drones iraniens par l’armée russe ne se limite pas aux vecteurs aériens. En effet, l’Iran est connu pour son développement de nombreux drones et des images d’attaques sur des navires par des USV iraniens pourraient correspondre au système utilisé en Ukraine. S’il n’y a aucune certitude sur le sujet, il reste que cela est une hypothèse à prendre en compte(9). Ce ne serait pas la première fois qu’un drone iranien serait utilisé pour une attaque par un tiers, les rebelles Houthi ayant attaqué une frégate saoudienne en 2017(10) selon un mode d’action comparable.

Dans la lutte pour la supériorité dans la mer Noire, la Russie semble prendre une importante longueur d’avance. Si la stratégie d’A2/AD ukrainienne semblait fonctionner jusqu’alors, l’attaque sur le pont de Zatoka et les récentes annonces autour de Starlink semblent faire pencher la balance en faveur de Moscou. En effet, l’entreprise SpaceX et son PDG Elon Musk ont annoncé cette semaine vouloir empêcher l’Ukraine d’utiliser le réseau Starlink pour ses drones de surface, entre autres, réduisant ainsi les capacités de déploiement de ce système par la Marine ukrainienne(11). Cette décision devrait avoir deux impacts majeurs. L’Ukraine devra apprendre à faire sans le réseau de communication développé par l’entreprise d’Elon Musk, ce qui impliquera un besoin de réingénierie de ses systèmes de drones. La seconde conséquence, plus actuelle, semble être le retour en force de la Marine russe au large des côtes ukrainiennes, avec des opérations lancées depuis le 13 février 2023, notamment via des sous-marins de classe Kilo(12). 

 

 

 

 

Pour en savoir plus :

  1. HENROTIN, Joseph. La guerre d’Ukraine redéfinit-elle l’emploi des drones à la mer ? Areion24News. [en ligne]. 7 février 2023. [Consulté le 15 février 2023]. Disponible à l’adresse: https://www.areion24.news/2023/02/07/la-guerre-dukraine-redefinit-elle-lemploi-des-drones-a-la-mer/
  2. SUTTON, H.I. Ukraine’s Maritime Drone Strikes Again: Reports Indicate Attack On Novorossiysk. Naval. [en ligne]. 18 novembre 2022. [Consulté le 16 février 2023]. Disponible à l’adresse: https://www.navalnews.com/naval-news/2022/11/ukraine-maritime-drone-strikes-again-reports-indicate-attack-on-novorossiysk/
  3. UNITED24. A FUNDRAISER THAT WILL BECOME A GAME-CHANGER JOIN THE FORMATION OF THE WORLD’S FIRST NAVAL FLEET OF DRONES. United24. [en ligne]. [Consulté le 17 février 2023]. Disponible à l’adresse: https://u24.gov.ua/navaldrones
  4. JACINTO, Leela. En mer Noire, les drones navals bousculent les intérêts stratégiques de la Russie. [en ligne]. 6 novembre 2022. [Consulté le 17 février 2023]. Disponible à l’adresse: En mer Noire, les drones navals bousculent les intérêts stratégiques de la Rus
  5. SUTTON, H.I. Sudden Surge In Russian Navy Ships And Submarines In Black Sea. NavalNews. [en ligne]. 11 janvier 2023. [Consulté le 17 février 2023]. Disponible à l’adresse: https://www.navalnews.com/naval-news/2023/01/sudden-surge-in-russian-navy-ships-and-submarines-in-black-sea/
  6. ALTMAN, Howard. Ukraine Situation Report: This May Be Russia’s First Kamikaze Drone Boat Attack. The War Zone. [en ligne]. 10 février 2023. [Consulté le 17 février 2023]. Disponible à l’adresse: https://www.thedrive.com/the-war-zone/ukraine-situation-report-this-may-be-russias-first-kamikaze-drone-boat-attack
  7. THE MARITIME EXECUTIVE. Video: Russian Suicide Drone Boat Strikes Ukrainian Bridge. The Maritime Executive. [en ligne]. 12 février 2023. [Consulté le 17 février 2023]. Disponible à l’adresse: https://maritime-executive.com/article/video-russian-suicide-drone-boat-strikes-ukrainian-bridge
  8. @NOELREPORTS. Vidéo de l’attaque sur le pont de Zatoka. Twitter. [en ligne]. 10 février 2023. [Consulté le 17 février 2023]. Disponible à l’adresse: https://twitter.com/NOELreports/status/1624151522752749568
  9. GAME OF DRONES. Feed telegram Game of Drones. Telegram. [en ligne]. 11 février 2023. [Consulté le 17 février 2023]. Disponible à l’adresse: https://t.me/droneswar/5829
  10. KADAM, Tanmay. Has Iran Armed Moscow With « Drone Boats » That Russia Allegedly Used To Strike Critical Ukrainian Bridge? The Eurasian Times. [en ligne]. 12 février 2023. [Consulté le 16 février 2023]. Disponible à l’adresse: https://eurasiantimes.com/has-iran-armed-moscow-with-boat-drones-that-russia-allegedly/
  11. DELOUCHE-BERTOLASIE, Charles. Déconnexion forcée Guerre en Ukraine : Elon Musk refuse que l’armée de Kyiv utilise Starlink et lui coupe l’accès. Libération. [en ligne]. 10 février 2023. Disponible à l’adresse: https://www.liberation.fr/international/europe/guerre-en-ukraine-space-x-refuse-que-larmee-de-kyiv-utilise-starlink-et-lui-coupe-lacces-20230210_IXDZVTQBJBAZDGVRKTEPXM7ZC4/
  12. SUTTON, H.I. Starlink Limits Ukraine’s Maritime Drones At Time Of New Russian Threat. NavalNews. [en ligne]. 15 février 2023. [Consulté le 17 février 2023]. Disponible à l’adresse: https://www.navalnews.com/naval-news/2023/02/starlink-limits-ukraines-maritime-drones-at-time-of-new-russian-threat/

 

 

 

 

Annexe : Drone de surface utilisé par l’Ukraine.

Une image contenant diagramme

Description générée automatiquement

Source : SUTTON, H.I., Suspected Ukrainian Explosive Sea Drone Made From Recreational Watercraft Part, USNI News. [en ligne] 11 octobre 2022. Disponible à l’addresse : https://news.usni.org/2022/10/11/suspected-ukrainian-explosive-sea-drone-made-from-jet-ski-parts

[1] Il s’agit ici du prix indiqué sur le site de la collecte de fonds.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (3 avril 2023). L’utilisation des drones de surface dans la guerre en Ukraine. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p0ba


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search