Pillage et protection du patrimoine en temps de guerre : l’exemple de l’Ukraine. Interview de Matthieu PEPE, en contrat armées-jeunesse à la DELPAT.

Mathieu PEPE

Entretien mené par Matthieu DALMAIS

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de la personne interrogée et ne représentent pas la position du Ministère des Armées et de la Délégation au Patrimoine de l’armée de Terre (DELPAT).

 

En temps de guerre, la protection du patrimoine culturel[1] peut sembler secondaire au regard d’objectifs militaires plus pressants. Pourtant, les actes de destruction et vols de biens culturels ont un impact particulièrement dommageable, bien au-delà de la destruction matérielle. Le pillage, qui qualifie l’acte de vol et de destruction en temps de guerre, est interdit en vertu du droit de la guerre (Convention de la Haye, 1954), mais également des droits de l’Homme (Convention de Genève, 1954).  Au contraire, la préservation du patrimoine culturel peut contribuer à la reconstruction d’une société au lendemain d’un conflit et, dans certains cas, elle peut être essentielle à la relance économique, à la sécurité et à la stabilité.

 A travers l’exemple de l’Ukraine, Matthieu PEPE, actuellement en contrat armées-jeunesse auprès de la Délégation au Patrimoine pour l’armée de Terre (DELPAT), partage son sentiment sur l’importance préserver l’intégrité des biens culturels.

 

Après une première année de Master en Géopolitique et relations internationales à l’Institut catholique de Paris en 2021, Matthieu PEPE décide de poursuivre dans cette voie en intégrant le Master 2 Géopolitique et Sécurité internationale au sein du même établissement en 2022. Il effectue en parallèle un Master d’Histoire et relations internationales à l’université Saint-Joseph de Beyrouth. Au cours de cette deuxième année de Master, il se penche sur les problématiques patrimoniales et identitaires liées au trafic illicite de biens culturels en Syrie et en Irak. Il poursuit actuellement ses travaux au sein de la DELPAT.

 

Pour commencer, peux-tu nous présenter la DELPAT ?

La DELPAT, c’est la Délégation au Patrimoine pour l’armée de Terre. Elle a été créée en 1995. Trois mots résument son action : valorisation, conservation et rayonnement du patrimoine de l’armée de Terre. La DELPAT a la charge de l’administration de quinze musées d’armes et de subdivision d’armes, parmi lesquels, le musée de l’Officier à Saint-Cyr, le musée de l’Infanterie à Draguignan et le musée de la Légion étrangère à Aubagne. Elle mène également la politique muséale de 150 salles d’honneur et 38 hôtels de commandement. Au total, ce sont près de 250 000 biens culturels qui sont répartis dans ces lieux.

La DELPAT est commandée par un général de brigade, représentant du Chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT) au sein des établissements publics culturels de la Défense. Sous ses ordres, un référent patrimoine, un adjoint au référent patrimoine, un expert de collection, un traitant cessions et dépôts de matériel et un référent des peintres de l’armée concourent à l’action de la DELPAT. À cela s’ajoutent, entre autres, plusieurs stagiaires et des contrats armée-jeunesse. La délégation regroupe ainsi militaires et civils de la Défense.

Depuis plusieurs années, la DELPAT a engagé des missions de protection du patrimoine en opération[2] (PPO). Ces opérations menées dans les zones de conflits armés sont reconnues par le CEMAT, ainsi qu’à l’international. Ces dernières années, la DELPAT a acquis une légitimité à l’échelle internationale et est membre du comité d’experts pour la Convention de la Haye de 1954.

L’armée française dispose d’officiers-conservateurs, une fonction unique au monde. Il s’agit de militaires ayant reçu une formation patrimoniale. Lors de déploiements, ils peuvent analyser l’environnement sous le prisme de la protection du patrimoine. Une des missions centrales de la DELPAT consiste en la sensibilisation du personnel militaire sur l’importance de la préservation du patrimoine afin de sauvegarder les valeurs identitaires et, en conséquence, sécuritaires liées. Aujourd’hui, la PPO est considérée comme une condition sine qua non du maintien de la paix. Il s’agit, en des termes militaires, d’un levier utile dans l’accomplissement de l’état final recherché. En temps de paix, elle consiste en la sensibilisation et la formation des personnels militaires et civils, la lutte contre les vols et le maintien de la paix. En période de conflit, la PPO est guide les activités de conseil auprès du commandement afin de protéger le patrimoine et s’assurer le soutien des populations locales.

 

Pourquoi est-il aussi important de s’intéresser aux pillages en temps de guerre ?

Les activités de pillage sont souvent liées à des enjeux identitaires. S’emparer ou détruire le patrimoine d’un pays permet de piller son identité, détruire l’héritage d’un peuple et participer à son effacement.

La Convention de la Haye stipule dans son quatrième article que les partis contractant au Traité s’engagent à respecter les biens culturels, tant sur le terrain que sur celui des autres parties, s’interdisant l’utilisation de ces biens, celle de leurs dispositifs de protection et celles à leurs abords immédiats. Il est évidemment interdit de détruire un bâtiment militaire, sauf impératif stratégique direct. De plus, l’article 4 engage les partis à interdire, à prévenir et à faire cesser tout acte de vol, de pillage ou de détournement de biens culturels, sous quelque forme que ce soit, ainsi que tout acte de vandalisme à l’égard desdits biens.

          Actuellement en Ukraine, la Russie n’applique pas ces engagements et, au contraire, semble investie dans le pillage de musées[3]. Si Daech en Syrie et en Irak pillait et détruisait par intérêt idéologique et financier, les biens culturels pouvant être revendus, la Russie justifie ses actions en affirmant que l’Ukraine fait intimement partie de sa sphère d’influence. Lors du pillage du musée de Kherson, la Russie a saisi un ensemble d’objets en or scythes, les réclamant du patrimoine soviétique et non ukrainien. Son intention semble donc bien de détruire l’identité ukrainienne. Plus généralement, les autorités locales n’étant pas en mesure de préserver ces biens, il s’agit d’un message adressé aux populations qui remet en question la crédibilité des forces armées à les protéger. La stratégie vise à entraîner les populations à se soulever contre les autorités, en représailles de l’échec à les protéger, ainsi que leurs biens culturels. Elle recherche également à rallier les populations locales à la Russie. Le simple fait de déplacer les objets peut remettre en cause la crédibilité des autorités. Vider un musée, déplacer des statues signale à la population qu’elle se trouve en danger. Il s’agit donc d’un enjeu à considérer.

En Ukraine, des spécialistes ont employé le terme de « génocide culturel » pour qualifier l’action russe. Le même terme avait déjà été employé après la Seconde Guerre mondiale pour qualifier la destruction des biens et du patrimoine juifs par l’Allemagne nazie lors de la Shoah. Il s’agit d’une stratégie de soumission, la Russie faisant, d’une certaine manière, une prise d’otage du patrimoine ukrainien.

 

Comment ces pillages s’inscrivent-ils dans une plus grande stratégie russe en Ukraine ?

Le pillage est un outil de propagande très efficace, aujourd’hui en Ukraine mais également par le passé dans le cas de Daech ou des bouddhas de Bamiyan, par exemple. C’est un outil de manipulation géopolitique depuis l’Antiquité marquée par la destruction du temple de Jérusalem en 70 après J.C.

Dans le cas de la Russie, la stratégie avait déjà commencé en Crimée dès 2014, puisqu’elle considère que la Crimée est une partie inséparable de son territoire, sa population étant russophone. Le Kremlin appuie de nombreuses publications scientifiques basées sur des arguments historiques affirmant que l’Ukraine est russe. Le concept d’ukrainianness ne semble reconnu qu’à l’échelle régionale. Pour le Kremlin, aucune base historique justifie la théorie d’un peuple ukrainien constitué en nation séparée. À cela s’ajoute la diabolisation de l’Ukraine, de sa culture par l’évocation de l’omniprésence du nazisme. En 2014, des musées en Crimée ont transféré des biens culturels à des musées d’Amsterdam, dans le cadre d’expositions. Entre-temps, Poutine a envahi la Crimée et depuis réclame la restitution de ces objets en or considérés comme une propriété russe. En 2021, à la suite d’un conflit juridique, Amsterdam a restitué les objets à un fond ukrainien et non russe.

Comme évoqué précédemment, les Russes ont pillé à Kherson des objets scythes en or estimant qu’ils appartenaient à la région ukrainienne et étaient donc liés à l’identité russe. Pendant les huit mois d’occupation de la ville, le musée d’art régional, la cathédrale Sainte-Catherine ainsi que les archives nationales ont particulièrement été éprouvés. 10 000 biens ont été volés dans le seul musée, sur un total de 14 000. Des organismes comme le Conseil International des Musées (ICOM) ont mis en place des listes rouges des biens mais une grande majorité ne semble pas pouvoir être traçable. À l’heure actuelle, ils seraient supposément stockés en Crimée, voire en cours d’acheminement vers le musée de l’Ermitage[4]. Les biens volés incluent des manuscrits du XIIIème siècle, des icônes religieuses, des peintures modernes, des costumes et des bijoux scythes, sarmates et grecques.

La description illustrative donc peu fiable des collections rend la traçabilité des objets extrêmement complexe. Ainsi, la question de la tenue de l’inventaire dans les musées ukrainiens se pose si des plans de sauvegarde matériels ont été correctement mis en place.

 

Aujourd’hui, qu’est-ce qui est mis en œuvre pour lutter contre ces pillages ?

Il y a une nécessité de former les autorités locales et, particulièrement, les militaires ukrainiens à la protection du patrimoine. Toutefois, former des militaires aujourd’hui en pleine guerre demeure une question clé du problème, la formation se déroulant normalement en temps de paix. En temps de guerre, les soldats non-formés sont incapables de combattre efficacement le vol et le pillage et cela a un impact sur le long terme. Retrouver la trace des objets volés sera désormais très difficile.

Un des autres enjeux majeurs est la protection du patrimoine immobilier. Comment protéger les fontaines, les églises, les théâtres, etc. Comment les inventorier efficacement ? Sur le site internet ukrainien de la culture, les seules listes des monuments sont des documents PDF écrits en ukrainiens et occultant la géolocalisation. Il est donc très compliqué pour un organisme le souhaitant, d’établir une liste des sites menacés en Ukraine. C’est un problème qui affecte également les pays frontaliers et qui gêne beaucoup la formation de spécialistes de la protection du patrimoine local. 

 

Au-delà de ces multiples aspects négatifs, il y a toutefois des aides mises en place et une importante coopération internationale qui œuvre à la protection du patrimoine. Par exemple, l’Allemagne a envoyé 20 millions d’euros pour la sauvegarde des œuvres et des archives. Un organisme allemand dépendant du ministère des Affaires étrangères, le Kultur Gutt Retter, a également envoyé du matériel de sauvegarde à la frontière. La Heritage Emergency Response Initiative a aidé 120 musées ukrainiens à protéger ou à déplacer leurs biens culturels dans des refuges. La Commission européenne ainsi que l’Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (ALIPH) ont également financé l’envoi de matériel.

L’Agence satellitaire de l’ONU, UNOSAT, établit une cartographie des biens culturels touchés, endommagés ou détruits. Toutes les semaines, l’UNESCO produit des chiffres précis de l’ensemble des sites impactés. Au 23 janvier 2023, 236 sites avaient été recensés, bien en-deçà des 5 000 sites avancés par le ministère de la Culture ukrainien, démontrant l’importance de croiser les données !

Des formations dont également entreprises. Du 18 au 20 janvier, l’UNESCO a animé un atelier de sensibilisation à la protection du patrimoine et à la lutte contre le pillage des biens culturels à Varsovie et y a invité 35 professionnels des forces de l’ordre, du patrimoine culturel et du système judiciaire. Parmi eux, des professionnels ukrainiens mais également hongrois, moldaves, roumains et slovaques. Il y a de l’espoir quant à une prise de conscience dans les pays frontaliers que si la guerre atteint leur territoire, il faudra être prêt à protéger le patrimoine.

 

Il est primordial de faire comprendre l’importance de la démarche de préservation à l’armée ukrainienne, première à faire face aux destructions et aux pillages, notamment dans une démarche de contre-propagande. Si personne ne fait rien, c’est tout le patrimoine matériel ukrainien qui est menacé et l’immatériel avec.

[1] « Le patrimoine culturel se définit par les artefacts, les monuments, un ensemble de bâtiments et de sites, les musées qui ont une diversité de valeurs, notamment une signification symbolique, historique, artistique, esthétique, ethnologique ou anthropologique, scientifique et sociale ». Définition de l’UNESCO.

[2] Cultural Property Protection (CPP).

[3] Si la Russie a effectivement ratifié le premier protocole de la Haye, elle ne l’a pas fait pour le second protocole datant de 1999.

[4] Musée situé à Saint-Pétersbourg.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (1 mars 2023). Pillage et protection du patrimoine en temps de guerre : l’exemple de l’Ukraine. Interview de Matthieu PEPE, en contrat armées-jeunesse à la DELPAT. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p0ao


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search