Implantation turque en Afrique de l’Ouest : Ankara use-t-elle de son influence religieuse à des fins diplomatiques ?

Par Aurèle Guillaumin de Ferrière

Linfluence güleniste de la Turquie à travers le monde pousse le président lAPK à revoir sa politique extérieure, notamment en Afrique où son implantation était parmi les plus importantes. Depuis 2002, Ankara na eu de cesse de resserrer ses liens avec le continent. Son dispositif dinfluence en Afrique de lOuest, que nous prendrons en étude de cas, est visible aux échelles locales et nationales : financement de nombreuses écoles coraniques et construction de mosquées, établissement dune présence diplomatique importante et conclusion de liens avec les hauts dirigeants. Recep Tayyip Erdoğan multiplie en effet les visites dans lOuest africain. Il veut trouver un soutien diplomatique nécessaire, une réponse face à ses adversaires politiques ainsi qu’un partenariat commercial pour les entreprises turques, auprès de gouvernements dont les pays sont à immense majorité sunnites.

 

Dans La présence turque en Afrique n’est pas récente. Depuis 2002, les liens n’ont cessé de se resserrer. Les échanges commerciaux atteignent aujourd’hui 25 milliards de dollars et Ankara possède 43 ambassades sur le continent[1]. Après les pays du Maghreb et l’Afrique du Sud, le Nigéria et la Côte d’Ivoire sont les pays d’Afrique qui exportent le plus en Turquie[2].

L’Afrique de l’Ouest est une région stratégique car elle offre des ressources naturelles telles que les hydrocarbures, l’uranium ou encore l’or, mais c’est également une zone de passage et de transit avec l’Afrique du Sud et l’Amérique latine. De nombreux pays étrangers cherchent à s’y implanter, par la voie économique comme l’Allemagne au Nigeria[3], par la voie diplomatique pour la Chine au Mali[4], mais c’est en jouant la carte religieuse que la Turquie consolide sa présence en Afrique de l’Ouest.

Recep Tayyip Erdoğan se veut le leader de la fraternité sunnite mondiale dont Ankara serait le pilier. Il trouve en Afrique de l’Ouest une communauté musulmane, à majorité sunnite, très forte et influente. En effet, la religion y a toujours eu une place très importante puisque certains pays ont déjà eu à faire à des califats[5] avant les colonisations occidentales. La montée du djihadisme local, notamment des suites de la guerre au Mali, n’a cessé de motiver un souhait de théocratie islamiste dans la région. La Turquie veut y implanter son soft power sunnite, son hard power économique et son smart power diplomatique.

 

Une fraternité sunnite avec la région

 

Sur le plan des idées, cette structuration pousse à la montée d’associations qui se font le relais entre les volontés religieuses de la Turquie et celles politiques des États africains.

C’est le cas, par exemple, du Haut Conseil Islamique Malien (HCIM) qui a servi d’intermédiaire à la Turquie pour apporter son soutien à la communauté musulmane malienne. Ce rapprochement prend forme lors du boycott turc demandé par Emmanuel Macron à la suite de l’attentat contre Samuel Patty difficilement reconnu par Erdoğan. Le HCIM a appelé à un rassemblement de contestation dans la Grande Mosquée de Bamako pour se plaindre du discours du président français concernant les caricatures du prophète Mahomet.

La Turquie, contrairement aux anciennes puissances coloniales ainsi qu’à la Russie et la Chine[6], utilise un discours anti-impérialiste auprès des populations et de ce fait se distingue des puissances coloniales, contestées sur place. À chaque intervention sur le territoire, le président turc se considère d’égal à égal[7] avec ses homologues africains qui sont de plus en plus séduits. Il ne cesse également de mettre en exergue le respect mutuel qu’il éprouve envers les africains musulmans morts pour la Turquie dans l’Histoire, en soulignant notamment le changement de camp des tirailleurs sénégalais lors de la Première Guerre mondiale qui ont refusé de se battre contre les soldats de l’empire Ottoman car ils les considéraient comme leurs frères musulmans.

 

Infrastructures religieuses : des investissements coopératifs

 

Sur le plan des actions, la Turquie a financé de nombreuses écoles coraniques en Afrique de l’Ouest.

La fondation Maarif est créée suite au coup d’État turc de 2016 et vient s’opposer à la formation Gülen qui était jusqu’alors très implantée en Afrique de l’Ouest. Le projet de cette nouvelle formation en partenariat avec les ministères de l’Éducation et des Affaires étrangères turcs a pour projet d’ouvrir des écoles, ainsi que de fermer les écoles gülennistes, partout dans le monde afin de renforcer les liens entre la Turquie et les pays dans lesquels elle souhaite s’implanter. Les écoles gülenistes étaient à l’origine créées par la Turquie en Afrique pour former les futurs cadres et chefs d’entreprises africains avec une formation d’excellence. Cependant, elles ont vite pris la forme d’établissements religieux conservateurs tournés autour de la religion musulmane. Cette nouvelle tendance intervient au moment du conflit d’idée entre Fethullah Gülen et le président de l’APK, débuté en 2013[8]. En effet, le président turc est accusé à cette époque de détournement de fonds publics, il cherchera à se défendre en accusant les mouvements gülenistes de complot contre l’État.

Certains pays d’Afrique de l’Ouest comme le Sénégal, qui est composé à 95 % de musulmans, sont demandeurs de ce type de partenariat. De ce fait, la Turquie cherche à s’investir dans ce pays qu’elle considère comme allié. Par exemple, elle a créé une université islamique à Dakar. De même, alors que le Sénégal est un pays originellement attaché à la francophonie, aujourd’hui, l’arabe est enseigné dès le cycle primaire dans les écoles, et conduit à l’obtention d’un baccalauréat arabe depuis le décret signé en 2013[9].

Une partie des investissements sont également dédiés à la construction d’édifices religieux. En effet, en 2012, la Turquie finance au Ghana la construction de la plus grande mosquée de l’Afrique de l’Ouest, la dotant d’une capacité de 5 000 personnes[10]. Elle a construit une mosquée à Bamako (Mali) destinée au HCIM, rénové la grande mosquée d’Agadez (Niger) et participé au financement du palais du sultan de l’Aïr (Niger).

 

Une présence diplomatique forte

 

Enfin, sur le plan diplomatique, le président Erdoğan a effectué une trentaine de visites sur le continent africain depuis 2005[11].

Lors de ces visites régulières, le président turc cherche à montrer son soutien aux pays de la région. Les relations turco-africaines sont essentiellement tournées autour de l’aide humanitaire et de l’aide au développement. C’est le cas de l’association de coopération et de coordination turque TIKKA destinée à venir en aide aux pays musulmans dans le monde. C’est au travers de cet organisme que la Turquie coopère de manière bilatérale au développement des pays partenaires, mais également avec les ONG et le secteur privé.

Le troisième sommet Turquie-Afrique, ayant eu lieu le 18 décembre 2021 à Istanbul, a annoncé l’envoi de 15 millions de doses de vaccin anti-covid “Turkovac”[12] sur le continent. De même, la création de 6 nouvelles ambassades venant s’ajouter aux 35[13] déjà présente en Afrique, dont 17[14] en Afrique de l’Ouest. En effet, à l’exception de la Sierra Leone et du Liberia, tous les pays d’Afrique de l’Ouest sont dotés d’au moins une ambassade, marque de la puissance diplomatique turque dans la région.

Enfin, c’est le président Erdoğan en personne qui négocie avec les dirigeants des pays africains pour traiter de la question des écoles gülenistes et ainsi redonner le contrôle à la fondation Maarif[15]. Chaque visite du président turc dans la région se solde par la signature d’un contrat commercial ou d’une coopération économique.

 

La Turquie a donc réussi à s’implanter en Afrique de l’Ouest grâce à une stratégie religieuse triangulaire en maniant le hard, le smart et le soft power. Les investissements sont généralement faits par l’intermédiaire des agences de coopération turques au même titre que s’il s’agissait de pays à fortes communautés turcophones, c’est dire l’importance qu’accorde le leader de la fraternité sunnite mondiale à l’égard des autres pays à immense majorité de musulman sunnite. On constate également qu’elle use de son influence locale pour traiter de ses propres combats comme la formation Gülen ou encore son différend avec le président français en octobre 2020.

À l’heure où la crise sanitaire fait rage, les partenariats turcs en Afrique de l’Ouest se multiplient sur les plans économique et sécuritaire grâce à la confiance acquise entre ces États musulmans.

 

Bibliographie

 

ALI DIAKITÉ Hiénin, Al-Mukhtār b. yerkoy talfi et le califat de hamdallahi au xixe siècle : Édition critique et traduction de tabkīt al-bakkay. Á propos dune controverse inter-confrérique entre al-mukhtār b. yerkoy talfi (1800-1864) et aḥmad al-bakkay (1800-1866), theses.fr [en ligne], 11 décembre 2015. Disponible sur : https://www.theses.fr/2015ENSL1056

ANGEY-SENTUC Gabrielle, « Le mouvement musulman turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne : faire l’école au transnational », Politique africaine [en ligne], Mars 2015. Disponible sur : https://www.cairn.info/journal-politique-africaine-2015-3-page-23.htm

COOPÉRATION RELIGIEUSE : La Turquie va construire une université islamique au Sénégal. Asfiyahi.Org – 1er Site de Reférence sur l’Islam et la Tidjaniyya au Sénégal [en ligne]. Disponible sur : https://www.asfiyahi.org/COOPERATION-RELIGIEUSE-La-Turquie-va-construire-une-universite-islamique-au-Senegal_a1646.html

Dr VON MÜNCHOW-POHL Bernd, « 150 ans de coopération entre l’Allemagne et le Niger », Ambassade d’Allemagne Niamey – Ministère fédéral des Affaires étrangères [en ligne], 2016. Disponible sur : https://niamey.diplo.de/blob/1466612/9ec9a09619a959eea476f2e32b641222/50-jahre-ez-niger-data.pdf

Erdoğan, la nouvelle Turquie et l’Afrique. Financial Afrik [en ligne]. Disponible sur : https://www.financialafrik.com/2021/12/09/erdogan-la-nouvelle-turquie-et-lafrique/

France 24, « Au sommet Turquie-Afrique, Erdoğan promet 15 millions de doses de vaccin au continent », France 24 [en ligne], 18 décembre 2021 [consulté le 5 janvier 2022]. Disponible sur : https://www.france24.com/fr/afrique/20211218-au-sommet-turquie-afrique-erdogan-promet-15-millions-de-doses-de-vaccin-au-continent

Rédaction Afrique, « Avec une nouvelle tournée en Afrique de l’Ouest, le président turc Erdoğan poursuit méthodiquement sa stratégie diplomatique africaine », France info Afrique, 20 octobre 2021. Disponible sur : https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/angola/avec-une-nouvelle-tournee-en-afrique-de-l-ouest-le-president-turc-erdogan-poursuit-methodiquement-sa-strategie-diplomatique-africaine_4814593.html

« La fondation Maarif, un outil de soft power efficace au service d’Ankara – EN », Observatoire Pharos [en ligne]. Disponible sur : https://www.observatoirepharos.com/pays/turquie/la-fondation-maarif-un-outil-de-soft-power-efficace-au-service-dankara-en/

« La pression turque en Afrique de l’Ouest », École de Guerre Économique [en ligne]. Disponible sur : https://www.ege.fr/infoguerre/la-pression-turque-en-afrique-de-louest

« La Turquie au Sahel », Crisis Group [en ligne]. Disponible sur : https://www.crisisgroup.org/fr/africa/sahel/turkey-sahel

« La Turquie dote le Ghana de la plus grande mosquée d’Afrique de l’Ouest », Anadolu Ajansı [en ligne]. Disponible sur : https://www.aa.com.tr/fr/afrique/la-turquie-dote-le-ghana-de-la-plus-grande-mosquée-dafrique-de-louest-/998793

« La Turquie “Pays des Arts de l’Islam” et le Sénégal “Pays de la Téranga” : une relation diplomatique consolidée par le Groupe Scolaire Yavuz Selim (Gsys) », Lequotidien – Journal d’information Générale [en ligne]. Disponible sur : https://lequotidien.sn/la-turquie-pays-des-arts-de-lislam-et-le-senegal-pays-de-la-teranga-une-relation-diplomatique-consolidee-par-le-groupe-scolaire-yavuz-selim-gsys/

« Le mouvement musulman turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne : faire l’école au transnational », Cairn.info [en ligne]. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2015-3-page-23.htm

« Le sommet Turquie-Afrique se tiendra en décembre à Istanbul », Monde Actuel [en ligne]. Disponible sur : https://www.mondeactuel.net/2021/10/02/le-sommet-turquie-afrique-se-tiendra-en-decembre-a-istanbul/

LEI Wan, « La Chine et le Mali : main dans la main pour un avenir plus prometteur », China-embassy.org [en ligne], 1er octobre 2021. Disponible sur : http://ml.china-embassy.org/fra/zmgx/202110/t20211001_9564490.htm

Les Relations turco-africaines, République de Türkiye, Ministère des affaires étrangères [en ligne]. Disponible sur : https://www.mfa.gov.tr/les-relations-entre-la-turquie-et-l_afrique.fr.mfa

MICHEL Bozdémir, « La Turquie, nouvel acteur majeur en Afrique ? », The Conversation [en ligne], 16 novembre 2021. Disponible sur : https://theconversation.com/la-turquie-nouvel-acteur-majeur-en-afrique-170579

SEMO Marc, « Erdoğan imagine une grande fraternité sunnite dont Ankara et lui-même seraient les piliers », Le Monde.fr [en ligne], 9 décembre 2016. Disponible sur : https://www.lemonde.fr/international/article/2016/12/09/ahmet-insel-erdogan-imagine-une-grande-fraternite-sunnite-dont-ankara-et-lui-meme-seraient-les-piliers_5046299_3210.html

The atlas of economic complexity by @harvardgrwthlab, The Atlas of Economic Complexity [en ligne], 2019. Disponible sur : https://atlas.cid.harvard.edu/explore/geo?year=2019&country=224&tradeDirection=import&productClass=HS&product=undefined&target=Product&partner=undefined&startYear=undefined

Turquie – Écoles Gülen en Afrique : « On n’a pas encore réussi à les déraciner, mais nous avons bien progressé », JeuneAfrique.com [en ligne]. Disponible sur : https://www.jeuneafrique.com/537900/politique/turquie-ecoles-gulen-en-afrique-on-na-pas-encore-reussi-a-les-deraciner-mais-nous-avons-bien-progresse/

ÜMIT Dönmez, « Le Mali : Un pays africain jeune et riche en or », Anadolu Agency [en ligne], 19 décembre 2020. Disponible sur : https://www.aa.com.tr/fr/afrique/le-mali-un-pays-africain-jeune-et-riche-en-or/1947349

 

[1] Xavier JAZE, « Le sommet Turquie-Afrique se tiendra en décembre à Istanbul », 2 octobre 2021, Monde actuel.

[2] The atlas of economic complexity by @harvardgrwthlab, The Atlas of Economic Complexity [en ligne], 2019.

[3] Dr Bernd VON MÜNCHOW-POHL, « 150 ans de coopération entre l’Allemagne et le Niger », Ambassade d’Allemagne Niamey – Ministère fédéral des Affaires étrangères [en ligne], 2016.

[4] Wan LEI, « La Chine et le Mali : main dans la main pour un avenir plus prometteur », China-embassy.org [en ligne], 1er octobre 2021.

[5] Hiénin ALI DIAKITÉ, Al-Mukhtār b. yerkoy talfi et le califat de hamdallahi au xixe siècle : Édition critique et traduction de tabkīt al-bakkay. Á propos d’une controverse inter-confrérique entre al-mukhtār b. yerkoy talfi (1800-1864) et aḥmad al-bakkay (1800-1866), theses.fr [en ligne], 11 décembre 2015.

[6] Bozdémir MICHEL, « La Turquie, nouvel acteur majeur en Afrique ? », The Conversation [en ligne], 16 novembre 2021.

[7] Jean MARCOU : « Un pays comme le Nigéria, qui est une des premières puissances économiques africaines, a les moyens de négocier d’égal à égal avec la Turquie. »

[8] Gabrielle ANGEY-SENTUC, « Le mouvement musulman turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne : faire l’école au transnational », Politique africaine [en ligne], Mars 2015.

[9] Décret 2013-913 du 1er juillet 2013, portant création du Baccalauréat arabe.

[10] Adam ABU BASHAL, Ayşe BETÜL GEDIKOĞLU, « La Turquie dote le Ghana de la plus grande mosquée d’Afrique de l’Ouest », Anadolu Agency, 8 décembre 2017.

[11] Rédaction Afrique, « Avec une nouvelle tournée en Afrique de l’Ouest, le président turc Erdoğan poursuit méthodiquement sa stratégie diplomatique africaine », France info Afrique, 20 octobre 2021.

[12] France 24, « Au sommet Turquie-Afrique, Erdoğan promet 15 millions de doses de vaccin au continent », France 24 [en ligne], 18 décembre 2021 [consulté le 5 janvier 2022].

[13] Les Relations turco-africaines, République de Türkiye, Ministère des affaires étrangères [en ligne].

[14] Embassy Pages/Turquie [En ligne].

[15] Joséphine DEDET, Turquie – Écoles Gülen en Afrique : « On n’a pas encore réussi à les déraciner, mais nous avons bien progressé », Jeune Afrique, 2 mars 2018.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (2 février 2022). Implantation turque en Afrique de l’Ouest : Ankara use-t-elle de son influence religieuse à des fins diplomatiques ? Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p09y


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search