La carte du religieux dans la stratégie internationale du président Erdoğan

Conférence donnée et organisée par Carlos Manuel Chaparro Perez, Félix Galloux, Aurèle Guillaumin de Ferrière, Sophia Haddad, Léa Lhomme et Lisa Mille (étudiants du Master 1 Géopolitique et Relations Internationales 2021/2022)

Depuis l’abolition du califat et la naissance de la République de Turquie en 1923, l’armée a été longtemps considérée comme garante de la Constitution instituée par Mustafa Kemal Atatürk. Grand réformateur, s’inspirant de nombreux principes du modèle français, il a imposé, en rupture totale avec l’Empire ottoman, la laïcité et la modernité dans un pays à majorité musulmane. Au fil des années, les forces militaires sont intervenues dans les affaires de l’État chaque fois qu’elles ont jugé périlleuse la politique menée par des gouvernements « islamo-conservateurs ». Elles ont ainsi orchestré plusieurs coups d’État, notamment en 1997 et 2016. Avec l’échec de ce dernier, Recep Tayyip Erdoğan consolide son pouvoir autocratique et son parti, l’AKP, étend une influence religieuse sur la société en s’éloignant des acquis de l’ère kémaliste. Sur le plan géopolitique, l’affirmation autoritaire du pouvoir s’est traduite par une stratégie « néo-ottomaniste » accentuée, particulièrement en Syrie, en Irak, en Libye, dans les Balkans et vis-à-vis de l’Europe avec de fortes pressions autour des questions migratoires. Cette posture emprunte une voie qui utilise la carte religieuse comme point d’appui.

La Turquie est un État laïque au sein duquel prévaut la liberté de croyance mais certaines dispositions restreignent fortement ce droit. Le gouvernement, par le biais du Ministère des Affaires religieuses (Diyanet), conserve la mainmise sur les lieux de culte, la formation et les prêches des imams. Cet organe assure une politique d’influence sunnite aussi bien sur le plan national qu’à l’étranger. Le positionnement de Recep Tayyip Erdoğan sur la question religieuse est évolutif, parfois ambigu, en fonction des circonstances et des époques. Il a ainsi apporté son soutien aux mouvances frériste puis salafiste et s’est efforcé de s’affirmer en leader du monde musulman, alors même qu’il était, lui et son parti, considéré comme « post-islamiste » au début des années 2000. Tantôt, il met en avant le modèle démocratique et libéral afin de défendre une légitimité internationale et convaincre les élites économiques du pays. Tantôt, il adopte une posture plus conservatrice.

La diaspora est un enjeu majeur pour le pouvoir d’Ankara. Ainsi, les cinq millions de Turcs installés dans l’Union européenne sont un électorat à maitriser en même temps qu’un instrument de pression significatif dans les pays d’accueil. La Diyanet exerce son autorité à distance. Son réseau associatif au sein des centres culturels, des écoles religieuses et des mosquées permet de suivre les cellules familiales et d’encadrer leur adhésion communautaire. Cette tactique semble payante puisqu’elle aboutit à un vote largement en faveur de l’AKP, notamment chez les jeunes à la différence des résultats en Turquie.

Au-delà du contrôle de la diaspora, la stratégie internationale de Recep Tayyip Erdoğan joue avec habileté l’atout du religieux quand le contexte s’y prête. C’est naturellement le cas dans les relations au sein de l’espace turcophone ou avec le monde arabe au Moyen-Orient et au Maghreb. Depuis quelques années, le continent africain et notamment l’Afrique de l’Ouest, qui n’est pas l’espace de rayonnement historique de la Turquie, en est également une bonne illustration. Le président y voyage souvent et cherche à étendre son influence dans des pays qui sont pour la plupart à large majorité musulmane. Il s’y fait le chantre de la « fraternité sunnite » et s’offre en alternative aux anciennes puissances coloniales. Si sa démarche répond à des considérations idéologiques, en s’inscrivant notamment dans la lutte contre la présence de ses ennemis gülenistes, elle va bien au-delà. En finançant la construction de mosquées, en aidant les écoles coraniques et en multipliant les liens et signes culturels, il crée un terreau favorable qui va d’abord, allié au jeu de la compétitivité turque face à l’Europe et même la Chine, servir les échanges marchands. La balance commerciale turque avec cette région est aujourd’hui largement excédentaire. Au fil du temps, Recep Tayyip Erdoğan avance d’autres pions, notamment dans le domaine militaire. A défaut de chercher à intervenir directement ou à implanter des bases comme en Somalie, il y trouve un terrain propice aux marchés d’armement. Outre l’intérêt économique, c’est une manière de peser comme acteur incontournable sur la scène internationale et, entre autres, d’entraver les Européens dans leur pré-carré. Le travail en Afrique de l’Ouest est aussi un tremplin vers l’ensemble du continent. Les partenariats mis en place servent d’exemples pour tisser des liens avec des pays dont la population n’est pas majoritairement musulmane. Recep Tayyip Erdoğan peut ainsi diriger sa stratégie diplomatique plus au sud vers des zones riches en minerais et hydrocarbures qui constituent des approvisionnements utiles à l’économie turque.

La stratégie d’Ankara en Afrique présente de nombreux points de comparaison avec celle de Moscou. Le récent sommet d’Istanbul n’est pas sans rappeler celui de Sotchi en 2019. Dans cette rivalité, en s’appuyant sur un soft power autour des convergences religieuses, le président Erdoğan bénéficie d’un avantage distinctif dans une large partie du continent.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (31 janvier 2022). La carte du religieux dans la stratégie internationale du président Erdoğan. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p09x


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search