Propagande et problématiques idéologiques au cœur de la Chine contemporaine de Xi Jinping : quel avenir pour l’idéologie marxiste-léniniste ?

Crédit : Ribeiro Simões

Synthèse : Quel renouveau pour l’idéologie marxiste-léniniste depuis l’arrivée de Xi Jinping au pouvoir ? Depuis bientôt une décennie, le “prince rouge” dirige d’une main de fer une société de plus en plus contrôlée par le régime. Le Parti est au cœur de toutes les préoccupations et la société, orientée par une propagande de plus en plus stricte, doit servir l’idéologie marxiste-léniniste, seule solution à tous les maux de la population chinoise. Pour autant, n’y existe-t-il pas des limites à l’influence de l’idéologie marxiste-léniniste dans la société chinoise contemporaine ?

 

En juillet 2021, la Chine fêtait les 100 ans de la création du Parti Communiste Chinois (PCC). Durant tout le mois de juin qui précédait, de nombreuses festivités ont eu lieu et une cérémonie de clôture a été présidée par le secrétaire général du PCC et président chinois, Xi Jinping. Si les événements ont pour but de célébrer la grandeur du Parti, cette célébration est aussi celle de son représentant actuel, « Tonton Xi », ou « Xi Dada », se présentant comme l’initiateur d’une nouvelle ère pour la Chine. Son but est de faire de la Chine la première puissance mondiale à l’horizon 2049, notamment en instaurant une socialisme aux caractéristiques chinoises.

Pour mener à bien ses objectifs, le dirigeant actuel n’hésite pas à faire usage de la propagande sous toutes ses formes afin de servir son intérêt. Sont alors instrumentalisés le sentiment national chinois, les arts, la culture ou encore les promesses de prospérité commune dans une perspective marxiste-léniniste mais également maoïste. Le régime de Xi Jinping est également appuyé par un culte de la personnalité sans précédent depuis Mao Zedong et une instrumentalisation de l’Histoire afin d’orienter et de justifier les politiques économiques et sociales du Parti.

Dans ce contexte de toute-puissance du régime, la figure de Xi Jinping est mêlée à la représentation du Parti. Le Parti est au-dessus de tout et par conséquent, Xi Jinping est au-dessus de tout. Lors de la cérémonie de clôture des célébrations, le 1er juillet 2021, Xi Jinping a logiquement fait la promotion des « miracles (…) réalisés par le Parti communiste depuis qu’il s’est emparé du pouvoir en 1949[1] ». Le président a également mis en avant les avancées en termes de lutte contre la pauvreté et d’innovations technologiques. Au-delà de cette cérémonie, c’est l’Histoire depuis 1949 mais également l’Histoire ancestrale chinoise[2] qui sont mises au service de la propagande d’Etat. Bien sûr, le régime actuel rompt d’une certaine manière avec la vision de Deng Xiaoping en invoquant un retour strict à l’idéologie marxiste-léniniste.

Xi Jinping instrumentalise donc l’Histoire et l’idéologie marxiste-léniniste du Parti pour les mettre sous leur meilleur jour afin de cacher les failles d’un régime désormais confronté à ses dérives totalitaires. En réalité, ce ne sont pas les dérives autoritaires qui dérangent le régime mais leurs conséquences sur le long terme, notamment sur la jeunesse qui ne croit plus dans la propagande du régime et dont la foi dans l’idéologie est altérée par des restrictions toujours plus dures. Le régime de Xi Jinping, tout puissant soit-il n’est donc jamais à l’abri de perdre le contrat social à marche forcé qui fonde sa légitimité auprès de sa population.

A l’aune de l’ensemble de ces informations, il faut se demander si la doctrine marxiste-léniniste instrumentalisée par le pouvoir de Xi Jinping reste pertinente au vu de l’évolution sociétale de la Chine actuelle. Autrement dit, il faut questionner la propagande marxiste-léniniste du Parti et chercher à comprendre comment celle-ci doit s’adapter à cette évolution.

 

Du sentiment d’être chinois

 

A l’occasion du centenaire du parti communiste chinois, Jean-Louis Rocca analysait que « Dès le début, le socialisme proclamé n’est pas un but, mais un moyen pour unifier le pays, construire une économie robuste et un État fort, afin de remettre la Chine au centre du jeu mondial[3]  ». Dès 1949, le communisme devait permettre à la Chine de retrouver sa grandeur et d’effacer le siècle d’humiliation qu’elle avait subi. Le socialisme devait constituer la clé de voute d’un renouveau identitaire, d’une Chine nouvelle, prête à conquérir le monde.

Cependant, la situation économique, politique et sociale chinoise a évolué entre le règne de Mao Zedong et l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping. Le contenu de la Constitution semble désormais bien éloigné de la réalité. La République populaire de Chine, « Etat socialiste dirigé par la classe ouvrière et fondé sur l’alliance des ouvriers et des paysans », semble avoir considérablement changé depuis sa création. Désormais « ironique » société aux traits capitalistes, où le travail est devenu une marchandise, dans laquelle la stabilité sociale est en partie garantie par la société de consommation, engagée dans le processus de mondialisation, la Chine, et plus particulièrement son parti, se doit de revoir la définition d’identité nationale gravitant autour du PCC afin de ne pas perdre l’adhésion de la population.

Comment le parti a su, notamment en dépit des changements de politiques économiques, maintenir la population sous son joug en donnant à cette dernière l’impression d’un sentiment national et identitaire chinois ?

 

1. L’allégeance au parti et l’adaptation de ce dernier à une nouvelle donne sociétale

 

L’allégeance au parti constitue un élément central du sentiment national. Le parti se confond avec la nation et l’Etat. Il est présenté et considéré comme la garantie de la stabilité de la société chinoise. Le sentiment national se fonde sur la promesse de la prospérité comme garantie de la restauration de la puissance chinoise. Autrement dit, le parti est le seul à pouvoir protéger les intérêts de la société chinoise. Il est donc indispensable que les Chinois se reconnaissent dans celui-ci.

Selon le parti, la création d’une « société nouvelle » constituerait la clé de restauration de la nation et permettrait au pouvoir d’asseoir confortablement son influence. Il est possible de considérer que le parti actuel persévère d’une certaine manière dans la voie empruntée par Mao Zedong.

Depuis la politique des Trois Représentations, théorie développée par Jiang Zeming, le PCC se doit de représenter les forces productives progressistes, la culture chinoise moderne ainsi que les « intérêts fondamentaux de la majorité de la population » chinoise. Dans une Chine en pleine mutation, cette théorie prend tout son sens. Les forces productives de la Chine de Xi Jinping ne sont plus nécessairement les ouvriers et les paysans, mais des entrepreneurs, habitués aux rouages capitalistes, permettant à la Chine de rester prospère, et créant de la croissance, des emplois et renforçant plus globalement la puissance nationale. La Chine de Xi Jinping, de manière plus globale, s’adapte et appuie désormais son pouvoir sur une société dans laquelle la lutte des classes semble avoir disparu au profit d’une société sans classes au sein de laquelle chacun doit « contribuer au bonheur et à la grandeur nationale[4] ».

 

2. La promesse de prospérité : la clé de la résilience du parti

 

En entrant dans le XXIe siècle, la population chinoise est également entrée dans la société de consommation. En brandissant la formulation de « rêve chinois », le président Xi Jinping renforce le sentiment patriotique de sa population en lui faisant comprendre qu’à travers son adhésion, voire sa foi, dans le parti, la Chine pourra accomplir une forme de « destinée manifeste » chinoise et créer sa « communauté de destin pour l’humanité »[5]. Pour Xi Jinping, il est question de porter la Chine « à la pointe de l’humanité[6] », sur tous les plans, notamment techno-économiques.

Xi Jinping poursuit encore une fois la voie empruntée par Mao Zedong qui avait compris que la théorie des classes ne peut suffire à l’adhésion complète de sa population au parti. Cette conception des choses prend encore plus son sens à l’ère de mutations considérables pour la société chinoise. La République Populaire de Chine n’étant plus une société agraire et ouvrière, mais une société moderne, à l’économie capitalisée[7], doit modifier sa trajectoire pour conserver une identité nationale concrète et cohérente. Dans ce contexte tout particulier, le régime s’appuie sur le système de « valeurs chinoises » pour maintenir la population sous son égide.

C’est exactement ce que recherche Xi Jinping lorsqu’il promeut le concept de « rêve chinois », que le journal The Economist a décrit comme un mélange de « réforme économique et de nationalisme véhément[8] », rappelant la population au bon souvenir d’une Chine moderne, riche et puissante qui est amenée à revenir. Ce rêve chinois, vecteur de stabilité sociale, ne peut advenir qu’à travers l’adhésion totale et inconditionnelle de la population au parti et au « camarade Xi » qui promettent une « petite prospérité » pour tous et un bonheur collectif.

Démagogie humaniste, mêlée à la philosophie des Lumières et du léninisme, la construction d’une nouvelle identité chinoise semble correspondre à une population qui a trop longtemps attendu l’entrée dans la prospérité, même de façade.

Jean-Louis Rocca, dans un article publié dans Le Monde Diplomatique[9], résume finalement bien la pensée de l’individu chinois moyen : « Peu importe que les écarts de revenus soient abyssaux, dès lors que chacun peut atteindre une aisance raisonnable et que la pauvreté disparaît ». Autrement dit, tant que le régime de Xi Jinping parviendra à satisfaire ces besoins, la population demeurera sous son égide et le sentiment national, mélange d’adhésion à un parti-Etat tout puissant et de valorisation de valeurs ancestrales, continuera d’être exacerbé.

 

3. Quelles conclusions tirer de ce nouvel essor du nationalisme chinois ?

 

Xi Jinping a réussi à maintenir le mythe socialiste d’une société sans classes. L’appui et le soutien gouvernemental suit simplement la théorie des « trois représentations ». C’est donc sans surprise que le régime, aujourd’hui intégré au système capitaliste, soutient les entrepreneurs qui contribuent à la croissance économique chinoise. Cela ne signifie pas pour autant qu’il y a libéralisation : ces acteurs, tout comme le reste de la société, doivent une fidélité inébranlable au parti et à Xi Jinping, premiers vecteurs de cette réussite économique, politique et sociale à la chinoise.

La société chinoise actuelle n’est pas égalitaire, mais qu’importe, chaque individu jouit de sa micro-prospérité encore une fois due au parti.

Le régime de Xi Jinping a surtout parfaitement compris que l’aspect économique ne suffirait pas à entrainer le soutien populaire durable auquel il aspire. Si le sentiment d’appartenance patriotique et nationale fondé sur la réussite économique du pays est nécessaire à sa pérennité politique, doit accompagner celui-ci un système de valeurs sur lequel la population chinoise peut se reposer.

Pour le parti, le nationalisme ne constitue pas une arriération culturelle. Selon Pierre Gentelle[10], le parti « en fait un sentiment « noble » en forte croissance ». Pour lui, cette instrumentalisation de la culture chinoise ancestrale constitue le « reflet du jeu réel des Etats aujourd’hui ». A l’échelle internationale, la Chine se considère comme une actrice à part entière du jeu de compétitions interétatiques qu’est le capitalisme.

En mêlant les valeurs marxistes-léninistes inhérentes à son système et un retour aux valeurs ancestrales chinoises, le régime peut ainsi unir, de gré ou de force, la population autour d’une identité commune. Cette dernière permet à la société de se stabiliser et de se contenter d’un système pourtant autoritaire. Ainsi, unie autour du sentiment national chinois, mélange d’adhésion à l’idéologie communiste et à la culture chinoises, la population contribue à la solidité d’un régime qui pourtant, nous le verrons par la suite, n’est pas aussi solide qu’il ne veut bien laisser penser.

Le sentiment national n’est pas la seule clé propagandiste de l’Etat. Le régime a rapidement compris, et ce, dès l’arrivée de Mao au pouvoir, que la culture, en particulier les arts et la littérature, permettait au régime de pratiquer une propagande marxiste-léniniste exacerbée. Aujourd’hui, cette forme de propagande est perpétuée par le régime de Xi Jinping dont la stratégie consiste à mêler l’Histoire communiste à celle ancestrale pour montrer la Chine sous son meilleur jour et effacer les façades plus sombres de son Histoire.

 

L’instrumentalisation de la culture et des arts par le régime

 

Lors du XIXe Congrès du PCC, tenu du 18 au 24 octobre 2017, Xi Jinping, fêtant la fin de son premier mandat, insiste sur l’idée de « développer la culture socialiste, c’est mettre en place, à la lumière du marxisme et dans le respect des valeurs de la culture chinoise, en tenant compte des réalités de la Chine contemporaine et des conditions de notre époque, une culture socialiste nationale, scientifique et populaire, orientée vers la modernisation, le monde extérieur et l’avenir, et promouvoir un développement coordonné des civilisations socialistes matérielle et spirituelle[11] ». Plus globalement, il est question pour le président chinois de « faire prospérer la littérature et l’art socialistes ».

Cette promotion, cette valorisation de la culture chinoise, moderne comme ancestrale, est un élément clé de la pensée de Xi Jinping. Les arts doivent continuer de « produire des chefs-d’œuvre qui glorifient le Parti, la mère patrie, le peuple, et ses héros[12] ». Les arts, mais aussi de manière plus englobante la culture, devient un outil central de la propagande communiste du régime.

 

1. Les arts au service de la propagande du régime

 

En ce sens, Xi Jinping n’innove pas par rapport à ses prédécesseurs, et particulièrement Mao Zedong qui avait lui-même suivi la voie empruntée par Lénine et Staline en URSS. Sous Mao Zedong, les arts étaient une composante de la « machine révolutionnaire[13] ». Sous Xi Jinping, c’est la représentation d’une Chine forte, d’une Chine toute-puissante, dont le Peuple est le personnage principal, qui est recherchée par le régime. Autrement dit, l’art pour l’art est mort, et les artistes, mais également l’intelligentsia, doivent se faire les serviteurs de la propagande de Xi Jinping et contribuer, à l’instar de toutes les composantes de la société, au « rêve chinois ». Wang Huning, l’un des conseillers du président les plus influents, déclarait, lors de présentation de vœux aux artistes et aux scientifiques, que ces derniers se devaient de porter haut les valeurs et les principes du socialisme aux caractéristiques chinoises de Xi Jinping, qu’il est possible de définir comme la rationalisation du développement capitaliste chinois dans le cadre d’un système politique socialiste-communiste. Autrement dit, la privatisation croissante de l’économie chinoise, toujours sous l’égide du Parti, n’est que temporaire et doit permettre à la Chine de rattraper son retard, notamment vis-à-vis des Etats-Unis[14]. Ce socialisme s’inspire notamment du rapport entretenu par la pensée marxiste avec les sciences et la technologie. Il conçoit donc que le développement des forces productives est guidé par la science et les technologies, d’où leur instrumentalisation par le Parti[15].

Ainsi, en septembre 2019, était inaugurée l’exposition intitulée « Grand chemin, vue magnifique » (traduction), réunissant près de 500 peintures et sculptures servant la propagande officielle, c’est-à-dire montrant le peuple chinois « marchant vers la libération et la renaissance de la nation sous la direction du parti[16] ». Les arts considérés comme nuisibles, c’est-à-dire ne servant pas les intérêts du parti, sont interdits. Cette situation témoigne d’un cadrage strict au sein de la société chinoise, avec de nombreuses cellules du Parti par exemple intégrées dans les sociétés de production audiovisuelle[17].

 

2. Imposer une culture centrale et unique à la population

 

Cet exemple rejoint l’idée première de cette partie affirmant que le contrôle de la population, autant dans ses gestes que dans sa psychè, est primordial pour garder le parti en vie. A travers le contrôle des arts, le régime impose à sa population une perception unique et biaisée du monde et une image idéalisée d’une Chine « sans failles », quitte à tomber dans le ridicule.

Dans son ouvrage Rouge vif, l’idéal communiste chinois, Alice Ekman indique par exemple que la littérature, à l’instar des autres formes artistiques, est mis à disposition de la propagande de Xi. Sont alors publiés des ouvrages de science-fiction, genre populaire, ayant pour objectif de diffuser des slogans officiels et « une certaine vision scientifique moderne et futuriste de la Chine[18] ». Une fois de plus, l’instrumentalisation des arts et de la culture en faveur d’un régime n’est pas un phénomène nouveau. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une pratique efficace permettant d’alimenter la foi du peuple chinois dans l’idéologie du Parti et de croire inconditionnellement en ses réalisations.

Xi Jinping ainsi que ses conseillers, particulièrement Wang Huning, ont compris l’époque dans laquelle ils vivent. Tous les domaines, à commencer par l’art et la culture, notamment populaire, sont mis à disposition du parti pour promouvoir le socialisme aux caractéristiques chinoises. Cette réflexion rejoint l’idée que Xi Jinping n’est pas un président chinois comme les autres. L’instrumentalisation de la culture permet et a permis de faire rentrer la société chinoise dans une nouvelle ère, celle initiée par Xi Jinping, celle de la toute-puissance chinoise.

Dans la Chine de Xi Jinping, les icônes qu’étaient les ouvriers et les paysans, sans être totalement remplacées, sont accompagnées de nouvelles icônes, plus modernes, scientifiques ou artistiques, répondant à la nécessité de représentation du régime auprès de la population. Autrement dit, le régime fait émerger de nouveaux maîtres reconnus pour leur haute moralité, permettant ainsi au chinois moyen de s’identifier à une figure autre que « Tonton Xi » et lui permettant de facto de croire à l’idéologie du régime.

Il est important de rappeler que cette instrumentalisation des arts ou encore de la science ne peut être dissociée des autres formes d’instrumentalisation. La propagande chinoise constitue un tout. Autrement dit, le contrôle des arts est aussi important que celui du sentiment national et identitaire. En mettant le régime, Xi et son idéologie, au cœur des esprits chinois, la population se voit être complètement amorphe et aliénée à un régime qui se présente comme tout-puissant. 

La propagande et l’instrumentalisation des mœurs et des perceptions permet donc au régime de cacher ses failles à sa population, ce qui pourrait causer sa perte. Il est donc désormais question d’analyser les limites du modèle économique et social chinois. Peut-on considérer l’économie socialiste de marché comme pérenne ? La construction de la Chine en opposition à l’Occident peut-il être considéré comme viable ?

 

Xi Jinping : un nouveau Mao et une propagande inspirée du maoïsme et du soviétisme

 

De 1989 à 2012, la Chine connaît un enrichissement sans précédent grâce aux réformes de Deng Xiaoping. La Chine, « entrée dans le processus capitaliste » laisse songeur les observateurs étrangers[19] qui la voient progressivement abandonner les idéaux de lutte prolétarienne et la lutte communiste au profit d’une modernisation économique et d’une concentration sur la carrière professionnelle et la famille. On commence alors à parler de période post-idéologique, durant laquelle les références au communisme constituent une pure formalité et non une croyance quasi-religieuse, comme cela l’est dans la Chine actuelle.

Depuis l’arrivée de Xi Jinping au poste de Secrétaire Général du Parti Communiste en 2012 et à la tête de la présidence l’année suivante, l’idéologie marxiste connaît un regain d’intérêt. Pour certains, le président actuel est un nouveau Mao[20] qui insiste sur l’importance du nationalisme et l’idéologie communiste dirigés contre l’extérieur, contre l’ennemi « libéral-occidental » qui veut du mal à la population chinoise.

Selon l’intellectuel chinois Zhang Lifan : « Xi dirige une campagne visant à construire un dieu. Et le dieu, c’est lui ». Xi Jinping est l’incarnation du Parti, et ce dernier doit être au cœur des esprits chinois. Depuis l’ère Mao, la Chine n’avait pas connu un tel recadrage idéologique. La propagande est omniprésente, les références au marxisme-léninisme, au socialisme à caractéristiques chinoises, et surtout au président actuel sont permanentes.

 

1. Portrait-robot d’un nouveau dirigeant aux pouvoirs exceptionnels : les influences de Xi Jinping

 

Avant de comprendre quels sont les nouveaux enjeux et objectifs du parti, il faut saisir. L’étude du président actuel et du culte de sa personnalité permettent de saisir quels sont les enjeux idéologiques, politiques et économiques pour la « nouvelle ère ». De nombreux spécialistes s’accordent à parler, concernant Xi Jinping, d’un « revival maoïste ». L’actuel président, « petit prince rouge[21] », est le fils de Xi Zhongxun. Ce dernier a participé à la Longue Marche[22] aux côtés de Mao Zedong. Après la révolution, il devient vice-premier ministre, mais tombe en disgrâce et est remplacé par Deng Xiaoping. Il est possible d’avancer que le sentiment « revanchard » de Xi Jinping prend une part certaine de sa pensée.

En lisant des entretiens de John Garnaut[23], il est également possible d’avancer que le dirigeant chinois actuel a été nourri, étant enfant, comme de nombreux autres membres du parti, aux histoires de l’ancienne Chine[24]. En ce sens, Xi Jinping n’est pas différent du reste de la population. Son esprit est imprégné des histoires chevaleresques de la Chine impériale.

Chez Xi Jinping, l’influence est donc double : « marxiste-léniniste-stalinienne-maoïste » et dynastique. Dans cette logique, il se présente comme le digne héritier de la « dynastie rouge » initiée par Mao. L’instrumentalisation de cette période par l’actuel président témoigne donc de la vision dynastique de Xi Jinping.

 

2. Le culte de la personnalité de Xi Jinping

 

Depuis son arrivée au pouvoir, le dirigeant actuel n’a cessé d’entretenir un culte de la personnalité autour de sa personne. Nous le verrons par la suite mais ce culte passe également par une gouvernance par la peur.

Le président est omniprésent, à la télévision, sur des affiches, mais également sur sa propre application smartphone. Il a su s’adapter à son temps pour mieux contrôler sa population. Qu’il s’agisse de son application ou des médias d’Etat, Xi Jinping a réussi à être au cœur de tous les articles. Ses réflexions sont désormais étudiées dès l’âge de six ans[25]. Elles constituent un élément de guerre idéologique contre les dissidents politiques qui mettraient en péril la conduite des politiques insufflées par « Tonton Xi ».

Son culte de la personnalité allie les méthodes modernes aux méthodes traditionnelles. Xi Jinping, tout comme Mao et ses successeurs, a compris la « vénération » de la Chine pour l’écrit. Les enseignements écrits constituent ont une grande autorité morale sur la personne qui les lit. C’est pour cette raison que Le Petit Livre Rouge de Mao est toujours aussi vendu.

 

3. Xi Jinping, un nouveau Mao ? : étude de la portée de la pensée de Xi Jinping

 

A l’heure actuelle, bien que Xi Jinping se réclame publiquement du marxisme-léninisme et d’héritage maoïste, il cherche avant tout à présenter sa propre pensée : le « socialisme aux caractéristiques chinoises pour la nouvelle ère ». Sa pensée est désormais inscrite, aux côtés de celle de Mao Zedong, dans la Charte du PCC. Pour la pensée de Xi Jinping, on peut parler de « Nouvelle Longue Marche » : il est question d’adapter le marxisme aux enjeux du XXIe siècle et d’y apporter des solutions « innovantes et stratégiques[26] ».

Le président actuel, mais également l’ensemble de l’élite dirigeante, s’applique à employer les termes de « pureté » et « d’impureté » concernant la « foi » dans l’idéologie marxiste-léniniste. Encore une fois, le but de Xi Jinping est de poursuivre ce qu’il considère comme le « rêve chinois ». La poursuite de ce rêve induit des paradoxes. La Chine, pour asseoir ses intérêts à l’international a tout intérêt à s’adapter à l’économie de marché. Or, cette adaptation ne concorde pas avec l’idéologie marxiste que le parti impose à sa population, paradoxe que nous étudierons plus loin.

Pour Xi Jinping, la « nouvelle ère » est supposée durer trente ans, jusqu’en 2049 et « doit parachever la modernisation de la Chine pour en faire un ‘‘pays socialiste moderne, prospère et puissant’’[27] ». Le parti communiste demeure la colonne vertébrale et doit rester « le noyau dirigeant de la Chine[28] ». Plus précisément, Xi Jinping a vocation à devenir ce noyau central. Pour cette raison, Xi Jinping a été nommé « noyau dur », ou « core leader » du Parti. Il est considéré comme doublement central, dans le Parti comme dans l’Etat, faisant de lui le dirigeant le plus puissant depuis Mao Zedong. Autrement dit, sa figure se confond entre ces deux éléments. Il devient dès lors, notamment grâce à la propagande, la clé de voûte de la société chinoise. On peut donc comprendre que les références et l’allégeance au parti constituent avant tout une allégeance au dirigeant chinois.

 

4. Fonctionnement de la propagande du régime

 

Dans ce contexte des campagnes idéologiques sont instaurées. On parle alors de « gouvernement par la peur » pleinement assumé par le régime. Il ne s’agit plus d’une stratégie de survie mais d’une véritable part de l’idéologie du PCC. Sous Xi Jinping, la propagande a resserré son étau autour de la population chinoise. Les cadres du Parti suivent désormais des séances de critiques et d’autocritiques et, à l’instar des journalistes, doivent passer des examens « permettant de vérifier leur fidélité au Parti et au camarade Xi[29] ».

La propagande du régime pousse les individus à « aimer le Parti, protéger le Parti et servir le Parti[30] », autrement dit « aimer Xi, protéger Xi et servir Xi ». Elle passe désormais à travers Internet et les réseaux sociaux, tous deux contrôlés par le régime. Ainsi, sur le terrain du cyberespace, il est question de défendre la souveraineté chinoise contre des forces hostiles occidentalisées (ou « forces étrangères hostiles »). En « purifiant » cet espace, Xi Jinping s’assure de purifier l’ensemble de la société chinoise désormais interconnectée. La propagande sur internet est indispensable pour éviter que le régime ne soit ébranlé par de nouveaux mouvements sociaux, plus modernes, délocalisés, plus compliqués à contrôler et à étouffer qu’un mouvement social « classique ». Est donc visé la jeunesse, qui, ayant connu les changements économiques colossaux depuis les années 1990 et vivant dans une société de consommation à outrance, peut se sentir en décalage avec l’idéologie communiste par le régime.

Nous l’avons vu, l’écriture constitue également un élément clé de la propagande chinoise. Xi Jinping emprunte la même voie que Mao en comprenant que la langue est un instrument pour façonner un comportement rentrant dans le cadre imposé par l’idéologie du régime. L’instrumentalisation des mots permet également au régime de faire la distinction entre les alliés et les ennemis. La manipulation des mots, c’est l’entrée du régime dans le domaine culturel.

La propagande de Xi Jinping fait donc par exemple davantage usage du champ lexical marxiste-léniniste que son prédécesseur Hu Jintao. Le dirigeant actuel, qui cherche avant tout à étendre son contrôle total sur sa population, se fait de plus en plus nommer « camarade », afin de renforcer le lien entre ce dernier et la société chinoise.

Que faut-il comprendre de la propagande chinoise actuelle ? Xi Jinping, a l’instar de tous les dirigeants chinois depuis 1949, a toujours cru qu’il « existe deux outils pour gagner et maintenir le contrôle sur les ‘‘montagnes et les rivières’’ : le premier est wu (les armes, la violence) et le second est wen (la langue, la culture) »[31]. Le contrôle de la pensée à travers la propagande est donc indispensable au dirigeant chinois pour se maintenir au pouvoir. Directement héritée de la communication soviétique et maoïste[32], la propagande chinoise au service de la pensée du « camarade Xi » a donc pour but de « remporter la victoire décisive de l’édification intégrale de la société de moyenne aisance et faire triompher le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère[33] ».

 

5. “Tonton Xi” peut-il aujourd’hui être considéré comme l’initiateur de ce renouveau chinois ? Critiques des limites du pouvoir de « l’homme-providentiel »

 

Xi Jinping fait face à un défi immense : « maintenir la croissance économique chinoise tout en gardant une emprise ferme sur la société chinoise ». Pour John Garrick et Yan Chang Bennett, « l’équilibre entre approfondissement des réformes de marché et transformation socio-économique a pour contexte un modèle de gouvernance autoritaire[34] ». Sur le long terme, est-il seulement possible pour Xi Jinping de faire la synthèse entre l’héritage maoïste et celui de Deng Xiaoping sans causer l’effondrement du système qu’il a renforcé depuis plusieurs années ? La solution chinoise fait-elle de Xi Jinping l’homme tout-puissant que la propagande présente ?

Sous Xi Jinping, l’Histoire est réappropriée. Cette forme de propagande, permettant de présenter l’Histoire chinoise contemporaine sous un meilleur jour, n’est pas nouvelle mais reste redoutablement efficace. Cette réappropriation est un moyen pour Xi Jinping de donner des perspectives d’avenir à une population chinoise désormais plus sûre d’elle. Xi est donc un président apprécié de son pays qui voit en lui « le porte étendard d’une ‘‘grande renaissance’’ de la Chine[35] ». Selon la propagande du régime, Mao Zedong a permis à la Chine de se lever et Deng Xiaoping lui a permis l’enrichissement. Xi Jinping, quant à lui, permettra à la Chine d’atteindre son zénith.

Pourtant, il est possible de remettre en cause cette figure providentielle. Il faut rappeler que l’usage à outrance de la propagande est aussi un moyen d’étouffer les dissidents, victimes d’une censure toujours plus stricte, conscients des failles du système chinois ou simplement lassés du dévouement quasi-religieux au tout-puissant Parti.  Il est important de rappeler que sur la période 2015-2017, un nombre croissant d’arrestations d’hommes d’affaires et de dissidents a été enregistré[36]. Il est par exemple possible de penser à la mort du dissident chinois Liu Xiaobo en 2017, après huit d’enfermement pour « incitation à la subversion du pouvoir d’Etat[37] ».

Xi Jinping est donc un dirigeant conscient des menaces « libérales » qui pèsent contre son pouvoir. Il est donc logique que le régime soit méfiant de toute forme d’autonomie de la société. Pour reprendre les termes de Jiang Zemin, « il faut étouffer dès les bourgeons toute possibilité de contestation ». Autrement dit, la moindre manifestation d’autonomie est dangereuse pour la pérennité du régime.

Pour cette raison, le régime n’hésite pas à rentrer dans les foyers de sa population pour exercer un contrôle des vies privées. Au-delà de la présence du parti à tous les échelons de la société, que ce soit dans les écoles, les universités, les journaux, les panneaux publicitaires, ou même les réseaux sociaux, Xi Jinping fait partie des cercles privés chinois. Son image, sa pensée, son quotidien jusque dans les moindres détails sont imposés à la population qui n’a d’autre choix de s’attacher à cette image de « Tonton » à l’origine de tous les bienfaits de la société.

Nous l’avons compris, la propagande à toutes les échelles et l’entretien du culte de la personnalité sont des moyens de légitimer la figure de Xi Jinping auprès de sa population. Cependant, comment l’actuel dirigeant chinois a pu s’imposer aux élites politique, intellectuelle, sociale chinoise qui avaient profité du système sous Deng Xiaoping ? L’étude de la purge, ou de la « purification » selon les termes propagandistes, est un moyen de saisir comment Xi Jinping, à travers des mesures « populistes » visant à purifier la société chinoise, a pu étendre un contrôle social, politique, économique inédit depuis la période maoïste.

 

6. Le contrôle du parti sur la société : la purification comme légitimation du parti

 

Dans la Chine de Xi Jinping, de nombreux spécialistes questionnent la situation politique, sociale et économique chinoise en parlant d’un renouveau du socialisme rouge, d’une ligne anti-libérale mais également d’une séquence populiste dans l’exercice du pouvoir de Xi Jinping[38]. Si le terme populiste est difficile à employer tant sa définition est vaste, la politique actuelle de Xi Jinping est clairement tournée vers la « flatterie » du peuple de concert avec l’élimination, ou la « purification » des puissants du Parti mais également de toutes les personnalités influentes issus de tous les milieux. Cette pratique permet donc au dirigeant actuel d’asseoir confortablement son influence.

Pour le régime, ces personnalités influentes ont profité de l’ère Deng Xiaoping et d’un contrôle « réduit » du parti pour s’enrichir, augmenter leur puissance et de facto creuser des inégalités au sein de la société chinoise. Selon Xi Jinping, les cadres politiques, mais aussi des personnalités issues du show-business, ont pourri la vie des Chinois plus pauvres qui se dévouaient pourtant au Parti. Le dirigeant chinois, toujours inquiet du creusement des inégalités sociales, véritable menace à la stabilité du régime, a entrepris, dès son arrivée au pouvoir, une purge, qualifiée de « purification », contre l’ensemble de ces personnalités.

Cette pratique, combinée à une démagogie dénonciatrice du mode de vie bourgeois, a permis au régime, ou plus spécifiquement à Xi Jinping, d’ancrer son influence sur la société chinoise. Durant les premières années de son pouvoir, le président s’en prend aux grandes entreprises, et à leurs dirigeants, sabotant la grande prospérité socialiste. Il est donc question de mettre un terme à la vie « débauché » de cette part de la population, à travers des enfermements, des éliminations mais plus globalement à travers un renforcement du contrôle du Parti sur la société.

Cette idée de purification est donc une constante de la propagande du Parti. En 2016, le 6e plénum du Comité central du PCC avait « notamment appelé au renforcement de la discipline et de la surveillance mutuelle au sein du Parti (surveillance idéologique, politique et comportementale des cadres entre eux)[39] ».

Il faut cependant relativiser cette conception de purge idéologique car l’actuel président chinois est conscient des apports des grandes entreprises en termes de revenus et d’innovation. Il n’est pas question de faire un bond économique en arrière au nom de l’idéologie socialiste mais davantage de contrôler les activités économiques de ces entreprises en leur imposant des limites et un contrôle stricts. Par exemple, en 2017, Xi Jinping entreprend la création de cellules du Parti au sein des entreprises afin d’entretenir leur pureté et leur allégeance au pouvoir. Ces entreprises sont notamment forcées par le régime à redistribuer une partie de leurs revenus à des œuvres de philanthropie, servant les intérêts de la population et permettant un égal partage des richesses. L’usage de cet argent redistribué permet également au régime de construire progressivement un système de protection sociale. Une autre forme de contrôle sur ces entreprises concerne les limites de leurs prérogatives à l’international. L’entreprise « Ali-Baba » du milliardaire chinois Jack Ma n’avait pas pu rentrer en bourse à cause de l’interdit du Parti.

En contrôlant ainsi les grandes entreprises, le dirigeant actuel montre à sa population qu’il ne pourra y avoir de creusement d’inégalités entre ultra-riches et pauvres tant qu’il y aura un soutien populaire au régime et à sa figure providentielle : Xi Jinping. Grâce à la purification et au contrôle sur les grandes entreprises, Xi Jinping a réussi à éliminer toutes les formes d’alternatives à son propre pouvoir. Le soutien populaire constitue la clef de l’assise de son pouvoir. Xi Jinping a également conscience de l’attrait de ces grandes entreprises auprès de la jeunesse éduquée chinoise. En montrant que le contrôle du régime sur ces entreprises est bénéfique pour l’économie chinoise globale, le pouvoir doit logiquement s’attirer les bonnes faveurs d’une jeunesse qui ne doit absolument pas être mise en déroute par un mode de vie « alternatif[40] », considéré comme impur. La jeunesse constitue le prochain défi politique pour Xi Jinping dont la propagande doit désormais s’adapter à une jeunesse de plus en plus connectée, mobilisable pour un mouvement de contestation du régime.

 

7. La jeunesse : une remise en cause passive du régime

 

La question se pose : comment conserver la légitimité d’un Parti à tendance vieillissante aux yeux de cette jeunesse sans faire usage de la force contre elle ?

La jeunesse constitue pourtant l’avenir économique du régime qui en a bien conscience. Chez la jeunesse chinoise, la critique se fait de plus en plus dure envers le président chinois qui est critiqué pour son manque d’adaptation aux idéaux de cette nouvelle jeunesse : « The socialist successor of the new era does not attend after-school tutoring, does not play video games, does not chase celebrities[41] ». Autrement dit, Xi Jinping ne fait pas forcément rêver la jeunesse chinoise lassée de la pression écrasante pour sans cesse travailler pour atteindre le « graal » que représente un poste de type « col blanc » au sein du Parti.

De nombreux jeunes chinois rejoignent le mouvement appelé « Lying Flat » (« à plat »). En effet, une partie de la jeunesse « se couche » en recherchant davantage d’emplois moins bien rémunérés, en adoptant un mode de vie plus simple avec des objectifs plus réalisables, en se retirant du schéma famille, enrichissement, dévouement aux objectifs du Parti par un travail acharné. C’est une certaine manière de s’affranchir des obligations vis-à-vis du Parti. La jeunesse, consciente qu’une révolte sera nécessairement réprimée, préfère se taire. Ne rien faire, c’est contester, mais ne rien faire c’est aussi menacer les intérêts et les objectifs de croissance économique et démographique du régime, alors que le pays, dont la population est vieillissante, a besoin d’une grande stimulation économique de la part de citoyens productifs.

Même si le dirigeant chinois prend conscience de l’importance de la promotion d’emplois « en bas de l’échelle[42] » et que seule une partie infime de la société atteindrait les emplois de type cols blancs, la jeunesse est lassée de cette « éducation morale », supposée faire des jeunes chinois de bonnes personnes, promue dans les universités et les formations professionnelles.

Il est possible d’avancer que la censure et le contrôle strict de toutes les formes de médias ne pourra durer qu’un temps auprès cette nouvelle génération. L’interdiction des jeux vidéos, l’inscription sur liste noire de certaines chansons considérées comme obscènes, l’interdiction de la « culture des idoles » sont autant d’éléments poussant la jeunesse chinoise à se détourner de l’idéologie du régime. Il n’y a plus de croyance, seulement de la soumission et une attente passive, symptomatique d’une pression psychologique et mentale exercée par un système dont « le modèle de développement actuel n’est pas durable », selon certains spécialistes comme Xiang Biao, professeur d’anthropologie sociale à l’Université d’Oxford.

C’est donc une critique de la mainmise du Parti sur la société qui est indirectement critiquée et remise en cause par une partie de la jeunesse chinoise. Pourtant, le régime ne cesse d’étendre cette mainmise sur l’ensemble des domaines d’influence, afin d’imposer définitivement sa vision du monde, à commencer par les arts et la littérature.

En se présentant comme le nouveau Mao, Xi Jinping a pu, en moins de dix ans de « règne » étendre son influence totale et rendre à l’idéologie marxiste-léniniste son pouvoir sur la société chinoise. Cette idéologie est notamment utilisée pour renforcer le sentiment nationaliste chinois ou encore pour justifier les purges commises à l’encontre des élites politiques.

A travers le socialisme à caractéristiques chinoises, Xi Jinping a réussi à créer une nouvelle donne sociétale et politique orientée vers une nouvelle ère pour la Chine, celle de son influence sans conteste sur le reste du monde. Malgré la propagande du régime affirmant le contraire, on comprend rapidement que le marxisme-léninisme, ou plutôt la pensée socialiste chinoise, ne constitue plus une finalité pour le régime mais un moyen, notamment de propagande, pour justifier les objectifs notamment économique du régime.

L’instrumentalisation de l’idéologie marxiste-léniniste, résonnant logiquement en chacun des Chinois, est accompagnée d’un culte de la personnalité sans précédent. Au final, c’est davantage autour de la figure de Xi Jinping que la population se réunit plutôt qu’autour de la pensée marxiste-léniniste en soi. La combinaison de l’idéologie, de l’Histoire et de l’homme permet aux Chinois de se construire une identité commune. En réalité, cette identité commune est davantage modelée par la propagande, isolant de plus en plus la population du monde extérieur, que par les Chinois eux-mêmes.

Autrement dit, Xi Jinping a initié un regain d’intérêt, de gré ou de force, pour la pensée marxiste-léniniste. En contrôlant la psychè collective, le président actuel a réussi à confondre sa propre personnalité à une idéologie et une Histoire déjà bien ancrée dans les mœurs.

Si le marxisme-léninisme est donc de nouveau au cœur de la société chinoise, il n’en demeure pas moins que cette idéologie s’essouffle auprès d’une jeunesse n’aspirant plus aux mêmes besoins et aux mêmes envies que les générations précédentes. Après 100 ans d’existence officielle, la pensée socialiste chinoise doit s’adapter à de nouveaux enjeux politiques et sociaux initiés par une population changeante.  

Dans ce contexte Xi Jinping devra travailler à une nouvelle forme de contrat social pour éviter la chute de son régime.

 

 

Bibliographie

Articles scientifiques

CHENG Enfu, « Marxism and Its Sinicized Theory as the Guidance of the Chinese Model: The “Two Economic Miracles” of the New China », World Review of Political Economy, Vol. 9, N°3, Fall 2018, p. 296-314.

EKMAN Alice, « Chine : anciennes méthodes et nouvelles technologies au service du Parti. Xi Jinping vers la surveillance 2.0 », La guerre de l’Information aura-t-elle lieu ?, 2017, p. 224-227.

GARRICK John & CHANG BENNETT Yan, « ‘’La pensée de Xi Jinping’’, Réalisation du rêve chinois de renouveau national », Perspectives chinoises, 2018 1-2, 2018, p. 105-112 .

 

Articles journalistiques

BBC News, « China schools : ‘Xi Jinping Thought’ introduced into curriculum », BBC News, 25 août 2021, https://www.bbc.com/news/world-asia-58301575

BISHOP Bill, « Engineers of the Soul : Ideology in Xi Jinping’s China by John Garnaut », Sinocism, 17 janvier 2019, https://sinocism.com/p/engineers-of-the-soul-ideology-in

CHEEK Timothy & OWNBY David, « Make China Marxist Again », Dissent, Fall 2018, https://www.dissentmagazine.org/article/making-china-marxist-again-xi-jinping-thought

LEMAITRE Frédéric & PEDROLETTI Brice, « En Chine, les défis d’un parti communiste centenaire », Le Monde, 29 juin 2021, https://www.lemonde.fr/international/article/2021/06/29/en-chine-les-defis-d-un-parti-communiste-centenaire_6086171_3210.html

Le Point/AFP, « Xi Jinping, patron tout puissant d’une Chine ‘‘renaissante’’ », Le Point, 11 mars 2018, https://www.lepoint.fr/monde/xi-jinping-patron-tout-puissant-d-une-chine-renaissante-11-03-2018-2201416_24.php

LEW Roland, « Ultime avatar du maoïsme : un capitalisme chinois nommé socialisme », Le Monde Diplomatique, Juillet 1992, p. 26, https://www.monde-diplomatique.fr/1992/07/LEW/44541

LIU Lucile, LI Jing, MURPHY Colum, ZHU Lin & VISHNOI Abhishek, « Xi Crackdowns Look to Whip China’s ’Lying Flat’ Youth Into Shape », Bloomberg, 18 août 2021, https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-18/xi-crackdowns-look-to-whip-china-s-lying-flat-youth-into-shape

PEDROLETTI Brice, « Mort de Liu Xiaobo, écrivain et dissident chinois, Prix Nobel de la paix », Le Monde, 13 juillet 2017, https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2017/07/13/mort-de-liu-xiaobo-ecrivain-et-dissident-chinois-prix-nobel-de-la-paix-2010_5160109_3382.html

PEDROLETTI Brice, « La nouvelle ‘‘Pensée Xi Jinping’’, mode d’emploi », Le Monde, 24 octobre 2017, https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/10/24/pensee-xi-jinping-mode-d-emploi_5205268_3216.html

ROCCA Jean-Louis, « De Mao Zedong à Xi Jinping, un parti pour le renouveau national », Le Monde Diplomatique, Juillet 2021, https://www.monde-diplomatique.fr/2021/07/ROCCA/63290

 

Emissions radiophoniques

COUTURIER Brice, « Xi Jinping : après les réformes libérales, un vent néo-maoïste ? », Le Tour du Monde des Idées, France Culture, 7 novembre 2016, https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/xi-jinping-apres-les-reformes-liberales-un-vent-neo-maoiste

COUTURIER Brice, « Xi Jinping, un dirigeant qui tente une synthèse impossible entre l’héritage de Mao et celui du Deng », Le Tour du Monde des idées, France Culture, 9 novembre 2016, https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/xi-jinping-un-dirigeant-qui-tente-une-synthese-impossible-entre

COUTURIER Brice, « La Chine est-elle encore communiste ? », Le Tour du monde des Idées, France Culture, 18 février 2020, https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/la-chine-est-elle-encore-vraiment-communiste

DELORME Florian, « Episode 2 : Entreprises chinoises : Xi Jinping reprend la main », Les Etats au défi de la régulation, Cultures Monde, 19 octobre 2021, https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/entreprises-chinoises-xi-jinping-reprend-la-main

DUHAMEL Sébastien, « Xi Jinping est-il vraiment tout puissant ? », Débat du Jour, RFI, 8 novembre 2021, https://www.rfi.fr/fr/podcasts/d%C3%A9bat-du-jour/20211108-xi-jinping-est-il-vraiment-tout-puissant

SEUX Dominique & PIKETTY Thomas, « La Chine est-elle communiste ou capitaliste ? », Le Débat économique, France Inter, 2 juillet 2021, https://www.franceinter.fr/emissions/le-debat-economique/le-debat-economique-du-vendredi-02-juillet-2021

SINTES Fabienne, « L’omniprésent Xi Jinping », Un Jour dans le Monde, France Inter, 8 septembre 2020, https://www.franceinter.fr/emissions/un-jour-dans-le-monde/un-jour-dans-le-monde-08-septembre-2020

 

Ouvrages

AMIN Samir, La Chine et le monde, développement et socialisme : la Chine au XXIe siècle, Paris, Le Temps des Cerises, 2013, 341 pages.

Asie 21, Futuribles, Hugues de Jouvenel (dir.), La Chine à l’Horizon 2020, Paris, Coll. Points sur l’Asie, L’Harmattan, 2006, 217 pages.

EKMAN Alice, Rouge vif, l’idéal communiste chinois, Paris, Coll. Champs Actuel, Flammarion, 2020, 224 pages.

HERRERA Rémy & LONG Zhiming, La Chine est-elle capitaliste ?, Paris, Critiques Editions, 2019, 195 pages.

 

Chapitres d’ouvrages

DELALANDE Philippe, « Chapitre 3 : Maintenir le parti unique », in : Asie 21, Futuribles, Hugues de Jouvenel (dir.), La Chine à l’Horizon 2020, Paris, Coll. Points sur l’Asie, L’Harmattan, 2006, 217 pages.

DIRLIK Arif, « Le socialisme en Chine, un panorama historique », in : Dirlik Arif, La Chine au XXe siècle, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, 2020, 288 pages.

EKMAN Alice, « Constat n°4. Les méthodes de propagande demeurent d’héritage soviétique et maoïste », p. 67-78, in : Ekman Alice, Rouge vif, l’idéal communiste chinois, Paris, Coll. Champs Actuel, Flammarion, 2020, 224 pages.

EKMAN Alice, « Constat n°5. Les cadres du Parti suivent des séances de critiques et d’autocritiques et des « campagnes d’éducation » », p. 79-88, in : Ekman Alice, Rouge vif, l’idéal communiste chinois, Paris, Coll. Champs Actuel, Flammarion, 2020, 224 pages.

EKMAN Alice, « Constat n°7. Le Parti utilise l’art et la culture comme outil promotionnel », p. 97-104, in : Ekman Alice, Rouge vif, l’idéal communiste chinois, Paris, Coll. Champs Actuel, Flammarion, 2020, 224 pages.

EKMAN Alice, « Constat n°8. Le Parti supervise les écoles et les universités », p. 105-112, in : Ekman Alice, Rouge vif, l’idéal communiste chinois, Paris, Coll. Champs Actuel, Flammarion, 2020, 224 pages.

GENTELLE Pierre, « Chapitre 5 : La fierté retrouvée d’être chinois », Asie 21, Futuribles, Hugues de Jouvenel (dir.), La Chine à l’Horizon 2020, Paris, Coll. Points sur l’Asie, L’Harmattan, 2006, 217 pages.

 

Sitographie

COMPAGNON Olivier, « LONGUE MARCHE, en bref », Encyclopaedia Universalis, http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/longue-marche-en-bref/, consulté le 23 novembre 2021.

 

 

[1] Lemaitre Frédéric & Pedroletti Brice, « En Chine, les défis d’un parti communiste centenaire », Le Monde, 29 juin 2021, https://www.lemonde.fr/international/article/2021/06/29/en-chine-les-defis-d-un-parti-communiste-centenaire_6086171_3210.html

[2] L’idéologie marxiste n’a pas mis un terme au traditionalisme en Chine. Le communisme a été greffé à un système traditionnel de type « dynastique ».

[3] Rocca Jean-Louis, « De Mao Zedong à Xi Jinping, un parti pour le renouveau national », Le Monde Diplomatique, Juillet 2021, https://www.monde-diplomatique.fr/2021/07/ROCCA/63290

[4] Ibid.

[5] En invoquant cette expression, désormais inscrite dans la préface de la Constitution chinoise, Hu Jintao voulait montrer que la Chine ne cherche pas d’hégémonie pour elle seule. La communauté de destin pour l’humanité peut s’apparenter à la recherche d’une solution de gouvernance mondiale en réaction à la mondialisation. Cette notion concorde avec la logique « gagnant-gagnant » des partenariats passés par certains Etats avec la Chine.

[6] Gentelle Pierre, « Chapitre 5 : La fierté retrouvée d’être chinois », p. 76, in : Asie 21, Futuribles, Hugues de Jouvenel (dir.), La Chine à l’Horizon 2020, Paris, Coll. Points sur l’Asie, L’Harmattan, 2006, 217 pages.

[7] Bien que contrôlée.

[8] https://fr.m.wikipedia.org/wiki/R%C3%AAve_chinois#cite_note-6

[9] Rocca Jean-Louis, « De Mao Zedong à Xi Jinping, un parti pour le renouveau national », Le Monde Diplomatique, Juillet 2021, https://www.monde-diplomatique.fr/2021/07/ROCCA/63290

[10] Gentelle Pierre, « Chapitre 5 : La fierté retrouvée d’être chinois », op.cit., p. 82.

[11] Ekman Alice, « Constat n°7. Le Parti utilise l’art et la culture comme outil promotionnel », p. 97, in : Ekman Alice, Rouge vif, l’idéal communiste chinois, Paris, Coll. Champs Actuel, Flammarion, 2020, 224 pages.

[12] Xi Jinping, août 2018. 

[13] Ekman Alice, « Constat n°7. Le Parti utilise l’art et la culture comme outil promotionnel », op.cit., p. 98.

[14] Gentelle Pierre, « Chapitre 5 : La fierté retrouvée d’être chinois », op.cit., p. 83.

[15] « In the first place, the development of the productive forces is led by science and technology. Inheriting and developing the related elements of Marx’s economic thinking, the economic ideas of Xi Jinping Thought on Socialism with Chinese Characteristics for a New Era insist on the emancipation and development of the social productive forces, within which scientific and technical innovation holds the primary place ».

Cheng Enfu, « Marxism and Its Sinicized Theory as the Guidance of the Chinese Model: The “Two Economic Miracles” of the New China », World Review of Political Economy, Vol. 9, N°3, Fall 2018, p. 307.

[16] Ekman Alice, « Constat n°8. Le Parti supervise les écoles et les universités », p. 101, in : Ekman Alice, Rouge vif, l’idéal communiste chinois, Paris, Coll. Champs Actuel, Flammarion, 2020, 224 pages.

[17] Huayi Brothers, une société de production, a dû intégrer une cellule de censure du Parti en 2019 afin de continuer à produire ses programmes et films.

[18] Ekman Alice, « Constat n°8. Le Parti supervise les écoles et les universités », op.cit., p. 102.

[19] Pour eux, ce nouveau « pragmatisme flexible » chinois est un bon moyen pour la Chine de s’exonérer des responsabilités accompagnant la puissance.

[20] Couturier Brice, « Xi Jinping, un dirigeant qui tente une synthèse impossible entre l’héritage de Mao et celui du Deng », Le Tour du Monde des idées, France Culture, 9 novembre 2016.

[21] Les descendants des hauts dignitaires chinois du Parti Communiste Chinois accédant aux pouvoirs politique, économique et militaire sont appelés les princes rouges.

[22] En 1934, le PCC est contraint par le Guomindang de Tchang Kaï-Chek à quitter le sud du pays où se trouvent ses derniers bastions. Commence alors une retraite de 12 000km, connue sous le nom de Longue Marche, constituant le mythe fondateur de la révolution chinoise de 1949.  http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/longue-marche-en-bref/

[23] Spécialiste de la politique chinoise et membre actuel de l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI).

[24] Nous l’avons vu et nous le reverrons par la suite que l’idéologie communiste coexiste avec une certaine vision, idéalisée, de l’ancienne Chine. Cette fascination pour cette période-là, pourtant antinomique avec l’idéologie communiste, est aujourd’hui instrumentalisée par le pouvoir en place à des fins idéologiques.

[25] BBC News, « China schools : ‘Xi Jinping Thought’ introduced into curriculum », BBC News, 25 août 2021, https://www.bbc.com/news/world-asia-58301575

[26] Ekman Alice, « Constat n°4. Les méthodes de propagande demeurent d’héritage soviétique et maoïste », p. 69, in : Ekman Alice, Rouge vif, l’idéal communiste chinois, Paris, Coll. Champs Actuel, Flammarion, 2020, 224 pages.

[27] Pedroletti Brice, « La nouvelle ‘‘Pensée Xi Jinping’’, mode d’emploi », Le Monde, 24 octobre 2017, https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2017/10/24/pensee-xi-jinping-mode-d-emploi_5205268_3216.html

[28] Ibid.

[29] Ekman Alice, « Constat n°4. Les méthodes de propagande demeurent d’héritage soviétique et maoïste », op. cit., p. 74.

[30] Ibid., p.73

[31] Bishop Bill, « Engineers of the Soul : Ideology in Xi Jinping’s China by John Garnaut », Sinocism, 17 janvier 2019, https://sinocism.com/p/engineers-of-the-soul-ideology-in

[32] Pour aller plus loin : https://sinocism.com/p/engineers-of-the-soul-ideology-in

[33] Ekman Alice, « Constat n°5. Les cadres du Parti suivent des séances de critiques et d’autocritiques et des « campagnes d’éducation » », p. 77, in : Ekman Alice, Rouge vif, l’idéal communiste chinois, Paris, Coll. Champs Actuel, Flammarion, 2020, 224 pages.

[34] Garrick John & Chang Bennett Yan, « ‘’La pensée de Xi Jinping’’, Réalisation du rêve chinois de renouveau national », Perspectives chinoises, 2018 1-2, 2018, p. 105-112.

[35] Le Point/AFP, « Xi Jinping, patron tout puissant d’une Chine ‘‘renaissante’’ », Le Point, 11 mars 2018, https://www.lepoint.fr/monde/xi-jinping-patron-tout-puissant-d-une-chine-renaissante-11-03-2018-2201416_24.php

[36] Ekman Alice, « Chine : anciennes méthodes et nouvelles technologies au service du Parti. Xi Jinping vers la surveillance 2.0 », La guerre de l’Information aura-t-elle lieu ?, 2017, p. 224-227.

[37] Pedroletti Brice, « Mort de Liu Xiaobo, écrivain et dissident chinois, Prix Nobel de la paix », Le Monde, 13 juillet 2017, https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2017/07/13/mort-de-liu-xiaobo-ecrivain-et-dissident-chinois-prix-nobel-de-la-paix-2010_5160109_3382.html

[38] Duhamel Sébastien, « Xi Jinping est-il vraiment tout puissant ? », Débat du Jour, RFI, 8 novembre 2021, https://www.rfi.fr/fr/podcasts/d%C3%A9bat-du-jour/20211108-xi-jinping-est-il-vraiment-tout-puissant

[39] Ekman Alice, « Chine : anciennes méthodes et nouvelles technologies au service du Parti. Xi Jinping vers la surveillance 2.0 », op.cit.

[40] Entendre, davantage libéral

[41] Liu Lucile, Li Jing, Murphy Colum, Zhu Lin & Vishnoi Abhishek, « Xi Crackdowns Look to Whip China’s ’Lying Flat’ Youth Into Shape », Bloomberg, 18 août 2021, https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-08-18/xi-crackdowns-look-to-whip-china-s-lying-flat-youth-into-shape

[42] Propos de Fang Xu, professeur à l’Université de Californie, Berkeley, relatés par Bloomberg (ibid.)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Matthieu Pepe (28 décembre 2021). Propagande et problématiques idéologiques au cœur de la Chine contemporaine de Xi Jinping : quel avenir pour l’idéologie marxiste-léniniste ? Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p09s


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search