Désaccord saoudo-émirati à l’OPEP+ : simple différend passager entre deux grandes puissances économiques arabes ou révélateur de tensions plus profondes entre des alliés de longue date ?

Rédigé par Constance Rousselle

Source : Shaun Undem

 

Abstract : L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont deux puissances majeures au Moyen-Orient, tant sur le plan militaire, politique, diplomatique qu’économique. D’un côté, l’Arabie saoudite mène une politique étrangère plus agressive dans la région depuis 2015 et la nomination en juin 2017 de Mohammed Ben Salmane en tant que prince héritier. De l’autre, les Émirats arabes unis — aussi surnommés la “petite Sparte” du Moyen-Orient arabe en référence à leur puissance militaire —, menés par Mohammed Ben Zayed, s’impliquent sur différents fronts (Syrie, Libye…). L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont également deux puissances économiques d’envergures et de grandes productrices et exportatrices de pétrole. Mais si leurs intérêts se rejoignent souvent, des tensions sous-jacentes existent néanmoins et éclatent parfois au grand jour. En témoigne le blocage en juillet 2021 des négociations sur les quotas de productions de pétrole à l’OPEP+.

 

Le 5 juillet 2021, les discussions de l’OPEP+[1] se sont vues bloquées par l’opposition des Émirats arabes unis au plan émis par l’Arabie saoudite concernant l’augmentation des quotas de production de pétrole en 2022. Ce plan prévoyait une augmentation de la production mensuelle de 0,4 millions de barils/jour durant cinq mois. Les Émirats arabes unis, eux, demandaient une augmentation de la production de 0,6 millions de barils/jour[2]. Cette requête naît du fait que les EAU[3] ne sont autorisés à produire, d’après le seuil défini en 2018, que 3,17 millions de barils/jour[4]; alors même qu’ils ont la capacité de produire plus de 3,8 millions de barils/jour. Ce différend a entraîné la paralysie des négociations de l’OPEP+[5] pendant plusieurs jours.

Bien qu’un compromis semble avoir été trouvé (les EAU seraient autorisés à produire 3,65 millions de barils/jour dès expiration en avril 2022 de l’accord actuel[6]), ce désaccord public entre les EAU et l’Arabie saoudite interroge néanmoins l’existence de tensions plus profondes entre ces deux grandes puissances de la péninsule arabique[7]. Les nombreuses fissures dans l’alliance pourraient-elles entraîner une véritable rupture ? Entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, une entente s’est nouée au cours des dix dernières années, mais des points de divergence existent néanmoins ; en particulier, la rivalité économique entre les deux pays ne cesse de s’accroître.

 

Annexe 1 : Carte situant l’Arabie saoudite (Saudi arabia) et les Émirats arabes unis (United Arab Emirates) dans le golfe persique

Source : « Carte Golfe Persique », D-Maps, https://d-maps.com/carte.php?num_car=56003&lang=fr

 

Les relations saoudo-émiraties : une alliance consolidée ces dix dernières années

 

Si elle ne semblait pas forcément évidente à la suite de la formation des Émirats arabes unis en 1971[8], une alliance s’est pourtant conclue entre ceux-ci et l’Arabie saoudite lors des révolutions arabes en 2011, lorsque les deux puissances du Golfe ont vu leurs intérêts respectifs converger[9]. À cette période, la priorité de ces monarchies du Golfe était de réfréner l’influence grandissante des Frères musulmans dans la région : les révolutions arabes — qui voient à la fois la montée au pouvoir des Frères Musulmans[10] en Égypte suite à la victoire présidentielle de Mohamed Morsi en 2012, mais aussi le succès de l’islam politique en Tunisie (avec le mouvement Ennahdha mené par Rached Ghannouchi proche des Frères musulmans) ou encore au Qatar (qui soutient les Frères musulmans) — sont perçues par les gouvernements du Royaume saoudien et des Émirats arabes unis comme une menace qu’il faut par tous les moyens contrer.

D’un côté, le roi Abdallah, influencé par son directeur de cabinet Khaled al-Tuwaijri[11] (proche du prince héritier émirati Mohammed Ben Zayed), va radicaliser la position de l’État saoudien pour lutter contre l’influence des Frères Musulmans mais également contre celle de la Sahwa (al sahwa al islamiyya), un mouvement de l’islam politique qui emprunte à la fois à la théologie islamique wahhabite et à l’idéologie politique des Frères musulmans. Il ordonna ainsi de nombreuses arrestations en 2013 et 2014 et en mars 2014, il inscrit le mouvement des Frères musulmans[12] sur la liste des organisations terroristes. Plus récemment, entre septembre et octobre 2017, le prince héritier Mohammed Ben Salmane supervisa l’arrestation de 80 activistes[13].

De l’autre, les Émirats arabes unis vont – à la suite de la victoire du parti Ennahda – réduire drastiquement leurs relations commerciales avec la Tunisie dont ils étaient pourtant auparavant le deuxième partenaire et vont s’impliquer en Libye aux côtés du maréchal Khalifa Haftar, fervent opposant aux Frères musulmans[14]. Tout comme l’Arabie saoudite, les EAU inscrivent en 2014 le mouvement des Frères musulmans sur la liste des organisations terroristes.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis auraient par ailleurs soutenu le coup d’État de 2013 en Égypte du maréchal Abdel Fattah Al-Sissi contre le président Mohammed Morsi[15]. Par la suite, les deux pays ont également trouvé un intérêt commun dans la lutte contre la montée en puissance de l’Iran dans la région. Les EAU et l’Arabie saoudite sont à l’origine de la coalition au Yémen, créée en 2015 pour combattre les Houthis[16]. Les deux pays ont donc collaboré militairement jusqu’en 2019 au Yémen. Enfin, le 5 décembre 2017, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont annoncé la mise en place d’un partenariat stratégique bilatéral dont l’objectif est de renforcer la coopération des deux pays sur les plans politique, économique et sécuritaire à travers 44 projets à réaliser dans un délai de cinq ans[17]; le premier conseil de coordination s’est tenu le 6 juin 2018 à Djeddah[18].

Lorsque leurs objectifs ont convergé, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont donc trouvé l’un dans l’autre un allié de choix. Toutefois, certaines tensions ont émergé entre les deux pays, d’autant plus que des tensions plus anciennes existaient déjà.

 

Une accumulation de divergences de plus en plus marquées

 

En dépit de cette alliance privilégiée, des différends plus anciens subsistent mais semblent avoir été mis, pour un temps du moins, de côté.

En effet, les Émirats arabes unis ne reconnaissent toujours pas l’accord de Djeddah concernant leurs frontières avec l’Arabie saoudite, signé le 21 août 1974 par le Roi d’Arabie saoudite Fayçal Al Saoud et le sultan émirati Zayed Al Nahyane. Selon cet accord (qui répartit certains territoires à la frontière entre les deux pays), l’oasis de Buraimi devient territoire émirien, tandis que l’Arabie saoudite obtient le Sabkhat Matti, l’Est de l’oasis de Liwa, le Khor-al-Udaid (un corridor de 50 kilomètres donnant sur la mer du Golfe)[19] ainsi que le contrôle du gisement pétrolier de Shayba[20]. Néanmoins, cet accord est très vite remis en cause par les Émirats arabes unis qui évoquent des divergences entre l’accord oral et le traité écrit : alors que l’Arabie saoudite ratifie le traité en 1993, les Émirats arabes unis décident de leur côté de ne pas l’entériner. Les cartes émiraties des années 2000 ne font donc volontairement plus apparaître le corridor saoudien[21]. Ce territoire semble cependant avoir depuis été abandonné par l’Arabie saoudite suite au bornage effectué à la fin des années 1990 par l’IGN (Institut Géographique national) français. Ce contentieux frontalier non résolu entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis révèle donc l’existence de tensions anciennes entre les deux voisins.

À cela s’ajoute un autre désaccord en mai 2009, lorsque les Émirats arabes unis décident de se retirer du projet d’unité monétaire du CCG[22], après le choix d’abriter le siège de la banque centrale du CCG à Riyad plutôt qu’à Abou Dhabi.

Annexe 2 : Carte situant les principaux lieux concernés par le traité de Djeddah du 21 août 1974

Source du fond de carte : « Carte Golfe persique », D-Maps, https://d-maps.com/carte.php?num_car=29433&lang=fr

 

Si les deux puissances avaient donc déjà connu des désaccords par le passé, des divergences plus récentes mettent également en lumière la fragilité de l’alliance saoudo-émirienne.

Ainsi la récente normalisation des relations des Émirats arabes unis avec Israël avec la signature des accords d’Abraham le 13 août 2020 (suivie de celle du Bahreïn le 11 septembre 2020, de celle du Soudan le 24 octobre 2020 et de celle du Maroc le 10 décembre 2020) et l’annonce de la mise en place d’une ambassade à Tel Aviv[23] inaugurée le 14 juillet dernier représentent une certaine rupture avec la position officielle de l’Arabie saoudite. Cette dernière, bien qu’elle se soit rapprochée d’Israël, par sa “volonté de s’afficher” comme garante de la cause palestinienne[24] et en raison de la présence des lieux saints de la Mecque et Médine dans son royaume, ne peut se permettre — pour le moment du moins — de normaliser ses relations avec Israël, sous peine que cela soit mal perçu dans la communauté musulmane au sens large[25]. Cette normalisation des relations avec Israël va par ailleurs permettre aux EAU de développer de nouveaux partenariats économiques auxquels l’Arabie saoudite n’a pour le moment pas accès[26].

La coopération des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite au Yémen a également révélé des divergences d’intérêts et donc d’approches : les EAU apportent leur soutien aux séparatistes du Sud depuis 2017[27], tandis que l’Arabie saoudite soutient le gouvernement d’Abd Rabbo Mansour Hadi. Mais surtout, le retrait en juillet 2019 des troupes émiriennes de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen, sans que les EAU n’eurent auparavant vraiment prévenu le royaume saoudien[28], et l’engagement de discussions directes avec Téhéran[29][30] démontrent peut-être une certaine volonté émiratie de s’affranchir de la puissance saoudienne.

La réticence des Émirats arabes unis à cesser le blocus qui avait été instauré le 5 juin 2017 contre le Qatar, et dont l’Arabie saoudite a annoncé la fin en janvier 2021 (Abou Dhabi ne rétablissant que des relations minimales avec Doha)[31][32] ainsi que le rapprochement en décembre 2018 entre Abou Dhabi et Damas — alors même que l’Arabie saoudite soutient l’opposition syrienne (au départ l’Armée syrienne libre puis le Front islamique à partir de 2013 et l’Armée de la conquête en 2015[33]) — sont deux événements qui corroborent cette hypothèse[34].

Si les points de discorde qui semblent s’accumuler entre les deux pays sont de nature variée, le sujet de tension le plus brûlant touche l’économie, source de rivalités profondes.

 

Une rivalité économique grandissante entre les deux pays

 

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont deux puissances économiques majeures au Moyen-Orient : la première est la plus grande économie du monde arabe et le premier exportateur de pétrole au monde tandis que la seconde représente un hub économique et commercial de premier plan[35] de la péninsule arabique. Le désaccord public à l’OPEP+ entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis est en réalité directement corrélé à leurs programmes économiques respectifs. Tandis que les EAU ont déjà entamé un processus de diversification depuis le début des années 1980[36] et l’ont renforcé dès 2009 avec le plan Vision économique 2030 d’Abou Dhabi, l’Arabie saoudite, elle, l’a lancé en 2016[37] (en 2015, 90% des recettes publiques du pays provenaient encore du pétrole[38]). La monarchie saoudienne privilégie donc une approche conservatrice en ce qui concerne les quotas de production de pétrole afin de préserver la stabilité des prix. Au contraire, les Émirats souhaitent exploiter de façon optimale leurs capacités de production pour pouvoir investir l’argent gagné dans leurs projets en cours.

L’Arabie saoudite, qui possède le plus haut PIB de la région (786,5 milliards de dollars en 2018[39] contre 422,2 milliards de dollars pour les EAU[40]) cherche à diversifier son économie à travers diverses initiatives, dont notamment son plan stratégique Vision 2030 comportant trois piliers principaux : un pilier social (améliorer les secteurs de la santé, de la culture…), un pilier économique (diversification économique et développement des partenariats internationaux) et enfin un pilier politique (améliorer la participation des jeunes à la vie publique ; améliorer la transparence du système de gestion publique…). Cette réforme vise notamment à promouvoir le développement des énergies renouvelables ou du tourisme. Par ailleurs, des projets pharaoniques sont mis en place, comme la ville futuriste de NEOM prévue pour 2025 et dont le budget est de cinq cents milliards de dollars, ou encore le luxueux complexe Coral Bloom prévu pour 2023, un ensemble d’hôtels, de résidences et de loisirs sur l’île de Shurayrah, qui se veut respectueux de l’environnement[41]. D’autres sont mis en place pour pouvoir rivaliser avec l’influence touristique des Émirats arabes unis : la Tour de Djeddah, en construction depuis 2013, devrait atteindre 1 000 mètres de hauteur dépassant la Burj Khalifa de Dubaï (haute de 828 mètres). Le Royaume saoudien construit également d’immenses centres commerciaux tels que celui de Qiddiya à Riyad, grand de 367km² [42].

Dans ce contexte de compétition et de rivalité économique accrue entre les deux pays qui voient leurs plans de diversification économique s’enchevêtrer, Riyad a posé en février un ultimatum aux entreprises étrangères : si elles souhaitent obtenir des contrats publics saoudiens, elles devront installer leur siège régional dans le pays d’ici 2024[43]. Alors même que la majorité d’entre eux se trouvent pour le moment aux Émirats arabes unis, et en particulier à Dubaï[44], cette sommation a pour but de les attirer dans le Royaume saoudien.

De même, le 5 juillet dernier, le royaume saoudien a modifié sa politique douanière : les importations, depuis d’autres pays du CCG, de produits fabriqués en zones franches et de produits fabriqués en Israël ou par une entreprise contrôlée par des investisseurs israéliens[45] ne bénéficieront plus de tarifs préférentiels. Cette initiative vise sans aucun doute, une fois de plus, les Émirats arabes unis[46], qui viennent de normaliser leurs relations avec Israël et qui attirent des capitaux étrangers dans des zones défiscalisées. Les EAU — qui ont signé en mai dernier un accord avec Israël sur les impôts afin de développer leurs échanges commerciaux[47], et pour qui les zones franches sont une composante majeure de leur économie — sont en effet les plus à même d’exporter les produits visés par l’Arabie saoudite.

 

Si des sujets de mésentente perdurent donc entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, il est toutefois peu probable, au vu de leurs intérêts convergents sur les questions concernant les Frères musulmans ou de la rivalité avec l’Iran, qu’une véritable rupture se produise entre les deux pays dirigés par le prince héritier Mohammed Ben Salmane et celui qui est présenté comme son “cousin et mentor”[48], le prince héritier Mohammed Ben Zayed[49]. Toutefois, la compétition économique entre les deux puissances est, elle, bien réelle et continuera probablement à s’étendre dans les années à venir. Dans ce contexte de tensions avec les EAU, l’Arabie saoudite semble se rapprocher d’Oman, dont le sultan Haytham Bin Tarek s’est rendu à Neom le 11 juillet dernier[50]. Il s’agissait là de sa première visite à l’étranger depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2020. Les divergences entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis pourraient donc bien laisser place à de nouvelles alliances et de nouveaux partenariats dans la péninsule arabique.

 

 

Bibliographie 

BARBUSCIA Davide, RASHAD Marwa, YAAKOUBI Aziz, “Saudi Arabia amends import rules from Gulf in challenge to UAE,” Reuters, 5 juillet 2021, https://www.reuters.com/world/middle-east/saudi-arabia-amends-import-rules-gulf-challenge-uae-2021-07-05/

BARTHE Benjamin, « Au Moyen-Orient, des fissures dans l’alliance entre l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis », Le Monde, 13 juillet 2021, https://www.lemonde.fr/international/article/2021/07/13/au-moyen-orient-des-fissures-dans-l-axe-saoudo-emirati_6088136_3210.html

BARTHE Benjamin, « Sanctions contre l’Iran : les Emirats arabes unis changent de tactique face à Téhéran », Le Monde, 7 août 2019, https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/07/sanctions-contre-l-iran-les-emirats-arabes-unis-changent-de-tactique-face-a-teheran_5497373_3210.html

BENOIT Guillaume, « L’Opep+ se rapproche d’un accord », Les Échos, 14 juillet 2021, https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/lopep-se-rapproche-dun-accord-1332181

BEURTON Camille, PORNET Gabriel, « Les sept familles de la péninsule Arabique », Libération, 26 janvier 2015, https://www.liberation.fr/planete/2015/01/26/les-sept-familles-de-la-peninsule-arabique_1187047

BOHL Ryan, “Saudi Arabia & UAE: Competition Among Allies,” Newlines Institute, 29 avril 2021, https://newlinesinstitute.org/saudi-arabia/saudi-arabia-uae-competition-among-allies/

BOULANGER Philippe, « Les défis géopolitiques d’une nouvelle puissance régionale : les Émirats arabes unis », Hérodote, 2009/2 (n° 133), p. 58-91. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2009-2-page-58.htm

BOUSSOIS Sébastien, « L’OPEP, otage des rivalités géopolitiques du Golfe, au bord de l’implosion », LEcho, 14 juillet 2021, https://www.lecho.be/opinions/general/l-opep-otage-des-rivalites-geopolitiques-du-golfe-au-bord-de-l-implosion/10319608.html

BURDY Jean-Paul, « “Arabie saoudite et Émirats arabes unis : les ambitions de la puissance”, une analyse géopolitique d’Hicham Mourad », Questions d’Orient, Questions dOccident, 16 février 2021, https://questionsorientoccident.blog/2021/02/16/arabie-saoudite-et-emirats-arabes-unis-les-ambitions-de-la-puissance-une-analyse-geopolitique-dhicham-mourad/

CAFIERO Giorgio, “The Saudi-UAE clash: what’s going on?,” TRT World, 7 juillet 2021, https://www.trtworld.com/opinion/the-saudi-uae-clash-what-s-going-on-48164

COATES ULRICHSEN Kristian, “The Saudi-UAE Alliance is Fracturing,” Gulf International Forum, 7 juillet 2021, https://gulfif.org/the-saudi-uae-alliance-is-fracturing/

DAOU Marc, « Crise à l’Opep : “Ni l’Arabie saoudite ni les Émirats arabes unis n’ont intérêt à divorcer” », France 24, 7 juillet 2021, https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20210707-crise-à-l-opep-ni-l-arabie-saoudite-ni-les-émirats-arabes-unis-n-ont-intérêt-à-divorcer

DAZI-HENI Fatiha, L’arabie Saoudite en 100 questions, Tallandier, 2020.

DE PAOLA Florian, « Coral Bloom, le nouveau projet XXL de l’Arabie Saoudite », LEcho touristique, 22 février 2021, https://www.lechotouristique.com/article/coral-bloom-le-nouveau-projet-xxl-de-larabie-saoudite

DE SOUZA Olivier, « L’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis ont enfin trouvé un compromis sur les quotas pétroliers », Agence Ecofin, 14 juillet 2021, https://www.agenceecofin.com/production/1407-90111-l-arabie-saoudite-et-les-emirats-arabes-unis-ont-enfin-trouve-un-compromis-sur-les-quotas-petroliers 

DJALILI Mohammad-Reza, KELLNER Thierry, « Le volet syrien des rivalités entre Téhéran et Riyad : Du déclenchement du “printemps syrien” à l’accord sur le nucléaire iranien », Diploweb, 4 juin 2016, https://www.diploweb.com/Le-volet-syrien-des-rivalites.html

GHANTOUS Ghaida, “Analysis: OPEC disagreement lays bare growing UAE-Saudi economic rivalry”, Reuters, 6 juillet 2021, https://www.reuters.com/world/middle-east/opec-disagreement-lays-bare-growing-uae-saudi-economic-rivalry-2021-07-05/

GHONEIM Jean-Paul, « Redistribution des cartes dans la région du Golfe sur fond de rivalités entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis », IRIS, 15 juillet 2021, https://www.iris-france.org/159098-redistribution-des-cartes-dans-la-region-du-golfe-sur-fond-de-rivalites-entre-larabie-saoudite-et-les-emirats-arabes-unis/

GHOSH Bobby, “Saudi Arabia and the UAE: Breaking Up Is Hard to Do,” Bloomberg Opinion, 7 juillet 2021, https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2021-07-07/saudi-arabia-and-the-uae-can-t-afford-not-to-be-friends-despite-their-opec-tiff

GUNET Philippe Henri (Marc Cher-Leparrain), « Les Émirats arabes unis chasseurs de Frères musulmans », Orient XXL, 16 février 2017, https://orientxxi.info/magazine/les-emirats-arabes-unis-chasseurs-de-freres-musulmans,1718

HOFFMAN Jonathan, « Religion, the State and Politics In Saudi Arabia », Middle East Policy, 15 octobre 2019.

MALHERE Manon, « Le déficit public de l’Arabie saoudite inquiète le FMI », Le Figaro, 23 octobre 2015, https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/10/23/20002-20151023ARTFIG00047-le-deficit-public-de-l-arabie-saoudite-inquiete-le-fmi.php

MEREDITH Sam, “Is this the end of OPEC? How Saudi Arabia and UAE infighting threatens the future of the oil alliance,” CNBC, 6 juillet 2021, https://www.cnbc.com/2021/07/06/opec-saudi-arabia-and-uae-infighting-threatens-future-of-oil-group.html

RIGOULET-ROZE David, Entretien « Les relations entre les États-Unis et l’Arabie saoudite : « recalibrage » ou « rééquilibrage » avec Joe Biden ? », Institut d’Études de Géopolitique Appliquée, avril 2021, https://www.institut-ega.org/l/les-relations-entre-les-etats-unis-et-l-arabie-saoudite-recalibrage-ou-reequilibrage-avec-joe-biden/ 

RIGOULET-ROZE David, « À la recherche des frontières dans les confins de la péninsule Arabique », Académie de Géopolitique de Paris, 6 décembre 2017, https://www.academiedegeopolitiquedeparis.com/a-la-recherche-des-frontieres-dans-les-confins-de-la-peninsule-arabique/#_ftn54

RIGOULET-ROZE David, « Entretien avec David Rigoulet-Roze – Historique des relations entre l’Arabie saoudite et le Qatar », Les clés du Moyen-Orient, 20 mars 2013, https://www.lesclesdumoyenorient.com/Entretien-avec-David-Rigoulet-Roze-Historique-des-relations-entre-l-Arabie.html

SAMAAN Jean-Loup, « Les Émirats arabes unis en quête d’autonomie stratégique », FMES, 9 juillet 2021, https://fmes-france.org/les-emirats-arabes-unis-en-quete-dautonomie-strategique/

« PIB ($ US courants) — Saudi Arabia », Banque Mondiale, https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.CD?locations=SA

« PIB ($ US courants) — United Arab Emirates », Banque Mondiale, https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.CD?locations=AE

« Les Émirats arabes unis inaugurent leur première ambassade en Israël », France 24, 14 juillet 2021, https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20210714-les-%C3%A9mirats-arabes-unis-inaugurent-leur-premi%C3%A8re-ambassade-en-isra%C3%ABl  

“Disagreement between UAE, Saudi Arabia puts OPEC at impasse,” France 24, 5 juillet 2021, https://www.france24.com/en/business/20210705-disagreement-between-uae-saudi-arabia-puts-opec-at-impasse

« Situation économique et financière des Emirats Arabes Unis », Direction générale du Trésor, 13 novembre 2020, https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/AE/situation-economique-et-financiere-des-emirats-arabes-unis

« Le pétrole, nouveau sujet de brouille entre l’Arabie Saoudite et les Émirats arabes unis », Courrier International, 6 juillet 2021, https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/concurrence-le-petrole-nouveau-sujet-de-brouille-entre-larabie-saoudite-et-les

« La dispute sur le pétrole met en lumière les divergences entre Arabie saoudite et Émirats arabes unis », Sud-Ouest, 8 juillet 2021, https://www.sudouest.fr/economie/la-dispute-sur-le-petrole-met-en-lumiere-les-divergences-entre-arabie-saoudite-et-emirats-arabes-unis-4082716.php

 

[1] L’OPEP+ est composée des treize pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) (l’Algérie, l’Angola, l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, l’Iran, l’Irak, le Koweït, la Libye, le Nigeria, le Gabon, le Congo, la Guinée équatoriale et le Venezuela) et des dix pays partenaires non-membres de l’OPEP mais appartenant à l’OPEP+ : la Russie ; le Mexique, le Kazakhstan, Oman, la Malaisie, Bahreïn, Brunei, le Soudan, le Soudan du Sud et l’Azerbaïdjan.

[2] Jean-Paul GHONEIM, « Redistribution des cartes dans la région du Golfe sur fond de rivalités entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis », IRIS, 15 juillet 2021, https://www.iris-france.org/159098-redistribution-des-cartes-dans-la-region-du-golfe-sur-fond-de-rivalites-entre-larabie-saoudite-et-les-emirats-arabes-unis/

[3] EAU : Émirats arabes unis.

[4] Marc DAOU, « Crise à l’Opep : “Ni l’Arabie saoudite ni les Émirats arabes unis n’ont intérêt à divorcer” », France 24, 7 juillet 2021, https://www.france24.com/fr/moyen-orient/20210707-crise-à-l-opep-ni-l-arabie-saoudite-ni-les-émirats-arabes-unis-n-ont-intérêt-à-divorcer

[5] Marc DAOU, « Crise à l’Opep : “Ni l’Arabie saoudite ni les Émirats arabes unis n’ont intérêt à divorcer” », op. cit.

[6] Olivier DE SOUZA, « L’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis ont enfin trouvé un compromis sur les quotas pétroliers », Agence Ecofin, 14 juillet 2021, https://www.agenceecofin.com/production/1407-90111-l-arabie-saoudite-et-les-emirats-arabes-unis-ont-enfin-trouve-un-compromis-sur-les-quotas-petroliers

[7] Cf. Annexe 1

[8] Les EAU sont nés du rapprochement de six émirats (Abou Dhabi, Dubaï, Charjah, Oumm al Qaiwain, Fujairah et Ajman), rejoint par un septième émirat, Ras al-Khaimah en 1972.

[9] Kristian COATES ULRICHSEN, “The Saudi-UAE Alliance is Fracturing,” Gulf International Forum, 7 juillet 2021, https://gulfif.org/the-saudi-uae-alliance-is-fracturing/

[10] Le mouvement des Frères musulmans est créé en 1928 en Égypte par Hassan al-Banna.

[11] Fatiha DAZI-HENI, L’Arabie Saoudite en 100 questions, Tallandier, 2020, p. 120.

[12] Jonathan HOFFMAN, “Religion, the State and Politics In Saudi Arabia,” Middle East Policy, 15 octobre 2019.

[13] Fatiha DAZI-HENI, L’Arabie Saoudite en 100 questions, op. cit.

[14] Philippe Henri GUNET (Marc Cher-Leparrain), « Les Émirats arabes unis chasseurs de Frères musulmans », Orient XXL, 16 février 2017, https://orientxxi.info/magazine/les-emirats-arabes-unis-chasseurs-de-freres-musulmans,1718

[15] Ibid.

[16] Giorgio CAFIERO, “The Saudi-UAE clash: what’s going on?,” TRT World, 7 juillet 2021, https://www.trtworld.com/opinion/the-saudi-uae-clash-what-s-going-on-48164

[17] Fatiha DAZI-HENI, L’Arabie Saoudite en 100 questions, op. cit., p. 255.

[18] Ibid.

[19] David RIGOULET-ROZE, « À la recherche des frontières dans les confins de la péninsule Arabique », Académie de Géopolitique de Paris, 6 décembre 2017, https://www.academiedegeopolitiquedeparis.com/a-la-recherche-des-frontieres-dans-les-confins-de-la-peninsule-arabique/#_ftn54

[20] Cf. Annexe 2

[21] Philippe BOULANGER, « Les défis géopolitiques d’une nouvelle puissance régionale : les Émirats arabes unis », Hérodote, 2009/2 (n° 133), p. 58-91. URL : https://www.cairn.info/revue-herodote-2009-2-page-58.htm

[22] Conseil de Coopération du Golfe, composé de six pays membres : l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Oman, le Koweït, Bahreïn et le Qatar.

[23] Jean-Loup SAMAAN, « Les Émirats arabes unis en quête d’autonomie stratégique », FMES, 9 juillet 2021, https://fmes-france.org/les-emirats-arabes-unis-en-quete-dautonomie-strategique/

[24] David RIGOULET-ROZE, Entretien « Les relations entre les États-Unis et l’Arabie saoudite : « recalibrage » ou « rééquilibrage » avec Joe Biden ? », Institut d’Études de Géopolitique Appliquée, avril 2021, https://www.institut-ega.org/l/les-relations-entre-les-etats-unis-et-l-arabie-saoudite-recalibrage-ou-reequilibrage-avec-joe-biden/

[25] David RIGOULET-ROZE, Entretien « Les relations entre les États-Unis et l’Arabie saoudite : « recalibrage » ou « rééquilibrage » avec Joe Biden ? », op. cit.

[26] Ryan BOHL, “Saudi Arabia & UAE: Competition Among Allies,” Newlines Institute, 29 avril 2021, https://newlinesinstitute.org/saudi-arabia/saudi-arabia-uae-competition-among-allies/

[27] Le Conseil de Transition du Sud (CTS) sécessionniste.

[28] Fatiha DAZI-HENI, L’Arabie Saoudite en 100 questions, op. cit., p. 258.

[29] Ibid.

[30] Le 30 juillet 2019, la première rencontre depuis six ans eut lieu entre le chef des garde-côtes émiratis et celui iranien pour discuter de coopération et de sécurité maritime. Voir : Benjamin BARTHE, « Sanctions contre l’Iran : les Emirats arabes unis changent de tactique face à Téhéran », Le Monde, 7 août 2019, https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/07/sanctions-contre-l-iran-les-emirats-arabes-unis-changent-de-tactique-face-a-teheran_5497373_3210.html

[31] « La dispute sur le pétrole met en lumière les divergences entre Arabie saoudite et Émirats arabes unis », Sud-Ouest, 8 juillet 2021, https://www.sudouest.fr/economie/la-dispute-sur-le-petrole-met-en-lumiere-les-divergences-entre-arabie-saoudite-et-emirats-arabes-unis-4082716.php

[32] Ryan BOHL, “Saudi Arabia & UAE: Competition Among Allies,” op. cit.

[33] Mohammad-Reza DJALILI, Thierry KELLNER, « Le volet syrien des rivalités entre Téhéran et Riyad Du déclenchement du « printemps syrien » à l’accord sur le nucléaire iranien », Diploweb, 4 juin 2016, https://www.diploweb.com/Le-volet-syrien-des-rivalites.html

[34] Giorgio CAFIERO, “The Saudi-UAE clash: what’s going on?,” op. cit.

[35] Ibid.

[36] « Situation économique et financière des Emirats Arabes Unis », Direction générale du Trésor, 13 novembre 2020, https://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/AE/situation-economique-et-financiere-des-emirats-arabes-unis

[37] Giorgio CAFIERO, “The Saudi-UAE clash: what’s going on?,” op. cit.

[38] Manon MALHERE, « Le déficit public de l’Arabie saoudite inquiète le FMI », Le Figaro, 23 octobre 2015, https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/10/23/20002-20151023ARTFIG00047-le-deficit-public-de-l-arabie-saoudite-inquiete-le-fmi.php

[39] « PIB ($ US courants) — Saudi Arabia », Banque Mondiale, https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.CD?locations=SA

[40] « PIB ($ US courants) — United Arab Emirates », Banque Mondiale, https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.CD?locations=AE

[41] Florian DE PAOLA, « Coral Bloom, le nouveau projet XXL de l’Arabie Saoudite », L’Echo touristique, 22 février 2021, https://www.lechotouristique.com/article/coral-bloom-le-nouveau-projet-xxl-de-larabie-saoudite

[42] Ryan BOHL, “Saudi Arabia & UAE: Competition Among Allies,” op. cit.

[43] Ghaida GHANTOUS, “Analysis: OPEC disagreement lays bare growing UAE-Saudi economic rivalry,” Reuters, 6 juillet 2021, https://www.reuters.com/world/middle-east/opec-disagreement-lays-bare-growing-uae-saudi-economic-rivalry-2021-07-05/

[44] « La dispute sur le pétrole met en lumière les divergences entre Arabie saoudite et Émirats arabes unis », Sud-Ouest, 8 juillet 2021, https://www.sudouest.fr/economie/la-dispute-sur-le-petrole-met-en-lumiere-les-divergences-entre-arabie-saoudite-et-emirats-arabes-unis-4082716.php

[45] Benjamin BARTHE, « Au Moyen-Orient, des fissures dans l’alliance entre l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis », Le Monde, 13 juillet 2021, https://www.lemonde.fr/international/article/2021/07/13/au-moyen-orient-des-fissures-dans-l-axe-saoudo-emirati_6088136_3210.html

[46] Davide BARBUSCIA, Marwa RASHAD, Aziz YAAKOUBI, “Saudi Arabia amends import rules from Gulf in challenge to UAE,” Reuters, 5 juillet 2021, https://www.reuters.com/world/middle-east/saudi-arabia-amends-import-rules-gulf-challenge-uae-2021-07-05/

[47] Ibid.

[48] Jean-Paul BURDY, « “Arabie saoudite et Émirats arabes unis : les ambitions de la puissance”, une analyse géopolitique d’Hicham Mourad », Questions d’Orient, Questions d’Occident, 16 février 2021, https://questionsorientoccident.blog/2021/02/16/arabie-saoudite-et-emirats-arabes-unis-les-ambitions-de-la-puissance-une-analyse-geopolitique-dhicham-mourad/

[49] Bobby GHOSH, “Saudi Arabia and the UAE: Breaking Up Is Hard to Do,” Bloomberg Opinion, 7 juillet 2021, https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2021-07-07/saudi-arabia-and-the-uae-can-t-afford-not-to-be-friends-despite-their-opec-tiff

[50] Jean-Paul GHONEIM, « Redistribution des cartes dans la région du Golfe sur fond de rivalités entre l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis », op. cit.



Citer ce billet
Geopolitique-FASSE-ICP (2021, 28 juillet). Désaccord saoudo-émirati à l’OPEP+ : simple différend passager entre deux grandes puissances économiques arabes ou révélateur de tensions plus profondes entre des alliés de longue date ? Questions Géopolitiques. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p09m

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search