La culture en Amérique latine : un levier de soft power ?

Rosas y Estrellas (Roses and Stars), Raúl Martínez, 1972, The Farber Collection

Culture et soft power en Amérique latine : de l’identité commune aux ambitions internationales singulières, une nouvelle indépendance par la culture

 Co-rédigé avec Robin Evans et Alain Gustave

 

Abstract : La relation de l’Amérique latine avec le soft power est particulièrement intéressante. Tout simplement parce que pour la majorité des pays du sous-continent américain, le principe ne s’applique pas, ou plutôt n’a pas encore la vertu de s’appliquer. Les pays latino-américains ont davantage mobilisé leur culture pour se forger une identité, d’abord commune puis progressivement différenciée, pour la majorité d’entre eux dans le but de faire rayonner leur culture afin d’attirer des opportunités de développement ; une tendance qui n’a cessé de croître avec l’accélération de l’interdépendance et de la compétition internationale.

 

Théorisé par l’Américain Joseph Nye[1], le concept de soft power consiste à faire en sorte que d’autres pays désirent la même chose que l’on cherche à obtenir, c’est-à-dire, façonner les préférences des autres en fonction des nôtres. Un tel concept implique notamment la notion de pouvoir et d’influence et se distingue en cela de la simple diplomatie culturelle[2]. Notre étude de cas se concentre sur le Brésil, une grande puissance régionale, l’Argentine, un pays qui a toujours placé l’attraction des investissements étrangers au centre de ses préoccupations, oscillant entre un désir d’autonomie et d’alignement sur les États-Unis et Cuba, résistant irréductiblement à l’hégémonie américaine. En clair, toujours en quête de développement et d’autonomie, ces pays disposent de leviers économiques — avec des systèmes orientés vers la production de matières premières — et militaires — avec un armement et des forces de frappe sans commune mesure avec les grandes puissances —peu influents. C’est donc la culture qui a joué un rôle dominant dans leur déploiement international.

 

La captation des ressources culturelles par l’État : l’art pour donner corps au pays

 

Pendant la majeure partie du XXème siècle, que ce soit en Argentine, au Brésil ou à Cuba, la priorité était le développement et la diffusion d’une identité, la culture jouant alors un rôle central. En Argentine, il existait déjà une présence internationale, que ce soit depuis l’Exposition universelle[3] de Paris en 1889 ou l’Exposition américano-ibérique[4] de Séville en 1929, ainsi qu’un début d’institutionnalisation afin de soutenir l’art et le faire rayonner (Fundo nacional de los Artes[5] (1958) et l’Instituto nacional de cine y artes audiovisuales[6]). Les cas du Brésil, caractérisé par son besoin de prestige, et de Cuba, en raison de son régime autoritaire, sont très différents. À Cuba, la liberté d’expression est réprimée (discours de Castro, « Palabras a los intelectuales »[7] — 1961, la culture pour le régime mais pas contre lui). En fait, la culture est complètement contrôlée par l’État, qu’il s’agisse de la littérature (UNEAC[8], 1961) ou du cinéma (ICAIC[9], 1958). Pour le Brésil, l’implication de l’État dans le secteur culturel est tout aussi précoce. En quête de prestige, il s’agit ici de faire de l’art un instrument de propagande (création de la CICI[10] en 1925, qui devient le SEI[11] en 1934, dépendant du ministère des Affaires étrangères à partir de 1938). Le Brésil devient alors le premier pays d’Amérique latine à vouloir faire de sa culture plus qu’un moyen identitaire, celui d’un levier de pouvoir ; œuvrant au développement d’un soft power. En outre, à l’instar de l’Argentine, le Brésil multiplie les initiatives de diplomatie culturelle (Institut franco-brésilien[12] (1922), Instituts luso-brésilien[13], italo-brésilien[14] (1934)).

 

Les débuts du soft power latino-américain : le choix d’une périphérie du monde développé riche en opportunités

 

Rapidement, le besoin d’autonomie des pays latino-américains les conduira à privilégier les relations avec d’autres régions périphériques du monde. C’est ainsi que s’est développé le soft power brésilien et que s’est établi le soft power cubain. À Cuba, le régime s’appuie sur son identité pour charmer les autres forces insurgées. Des récits de victimisation et de révolution sont mis en avant (pour le cinéma, Historias de la Revolución[15] en 1960, et pour la littérature, Paradiso[16] en 1966). Cette présence culturelle concentrée sur l’axe sud-sud s’étend notamment à l’Afrique avec un accent mis sur la musique afro-cubaine, comme la chanteuse révolutionnaire Omara Portuondo[17], et à l’Amérique latine avec le Festival internacional del nuevo cine latinoamericano[18] de la Havane en 1979. Le Brésil, quant à lui, aspire à devenir le leader du tiers-monde et les régions privilégiées sont les mêmes que pour Cuba. En Afrique occidentale et australe, les affinités historiques et ethniques sont mises en avant (projet de coopération culturelle (1974) qui aboutit, entre autres, à la création du musée afro-brésilien de Salvador[19]). Quant aux initiatives panaméricaines, elles sont principalement menées au sein de l’UNESCO et de l’OEA[20] et par la création de l’Institut interaméricain de coopération intellectuelle[21] en 1928. Le Brésil partage également cette volonté d’intégration régionale avec l’Argentine avec la création en 1992 de la rencontre culturelle du MERCOSUR[22]. Cependant, pour l’Argentine, l’heure n’est pas seulement à l’autonomie mais aussi à l’alignement sur la position américaine afin de stimuler les investissements étrangers et le tourisme. L’effort culturel consiste avant tout à oublier la période dictatoriale et à mettre en avant les valeurs libérales et démocratiques (La República perdida[23] (1983) et l’Oscar pour La historia oficial[24] (1986)). Pour Cuba et le Brésil, on assiste donc déjà à la naissance d’un soft power efficace vis-à-vis de l’Afrique et de l’Amérique latine grâce au déploiement de la culture à des fins d’influence. Dans le même temps, la diplomatie culturelle est en plein essor en Argentine.

 

Entre libéralisation des régimes et mondialisation : un nouveau souffle de la culture au service des ambitions internationales latino-américaines

 

Des années 1980 au début du XXIème siècle, la culture a bénéficié de la mondialisation et de la libéralisation des régimes. A Cuba, l’effondrement du régime castriste a conduit à l’éclatement de l’appareil institutionnel de contrôle de la culture (l’ICAIC a été remis en cause avec le scandale de la Cecilia[25] en 1980). Il est intéressant de noter que la fin du « Quinquennio gris »[26] a apporté d’une part un nouveau souffle aux artistes cubains et en même temps une ouverture sur la scène internationale avec la création de la Fundación del nuevo cine latinoamericano[27] et de l’EICTV[28] en 1985. Mais d’un autre côté, Cuba a fini par verser dans le domaine culturel du côté des simples relations culturelles ; son soft power fondé et efficace grâce au récit révolutionnaire a perdu son sens. Pour l’Argentine, c’est le facteur de la mondialisation qui a enrichi la diplomatie culturelle argentine. La privatisation massive des entreprises a permis une coopération étroite entre l’État et le secteur privé (par exemple, l’exposition Pintores españoles en Argentina[29] en 1994, et les Ballets argentins de Júlio Boca à Madrid en 1995). On note également une nouvelle implication de la société civile, notamment avec la création de la “tedra Domingo Faustino Sarmiento[30] en 1995. En Argentine, comme à Cuba, l’heure est également à la diversité culturelle. C’est à travers la politique culturelle que l’Argentine cherche à atteindre l’idiosyncrasie[31] (création de la Fondation ARCADE[32] en 1998). Le Brésil n’est pas en marge de ces changements, mais sa stratégie de soft power déjà efficace va favoriser l’intégration régionale d’abord avec ses voisins (semaine du cinéma brésilien à Buenos Aires en 1978). Il met ensuite en avant les artistes populaires, notamment avec la nomination de Gil Gilberto[33] au ministère de la Culture en 2003. Cependant, le Brésil veille à garder une ouverture sur le monde, notamment grâce à son industrie cinématographique (Cidade de Deus[34] de 2002 et ses quatre nominations aux Oscars). En ce début de XXIème siècle, c’est par cette politique culturelle résolument démocratisée, marquée par le régionalisme, et associée au charme de Lula que le soft power brésilien trouvera pour la première fois un écho dans le monde développé.

 

La culture au service du développement et de l’intégration économique : développer des stratégies de diplomatie publique

 

Ces dernières années, les trois pays ont connu des changements considérables. Cuba et le Brésil ont tourné une page dans leurs politiques culturelles. Avec la libéralisation de son régime désormais institutionnalisé (Constitution de 2019), Cuba a fondé un soft power monolithique autour de son savoir-faire médical qui se déploie désormais jusque dans le monde développé (envoi de médecins en France lors de la crise sanitaire). Pour le Brésil, le pays s’est retranché dans la voie du nationalisme. Le prestige culturel n’est donc plus l’apanage des diplomates (fin de la « République des diplomates »[35][36]), mais de la présidence. Coexiste avec cette présidentialisation de la culture, l’influence du patrimoine culturel indigène. La stratégie actuellement à l’œuvre, sur le modèle des Instituts Confucius[37] chinois, met en avant les Institutos José Bonifacio de Andrada e Silva[38]. Mais c’est surtout l’Argentine qui a connu une véritable révolution. D’abord avec la Nation Branding Strategy[39] de l’administration Kirchner. Il s’agissait en fait de commercialiser le pays en s’appuyant sur un bagage culturel “cliché” concentré autour du football, du tango et de la production de viande (création de l’EMPA[40] en 2004). L’administration Macri est allée plus loin en mettant d’abord fin à la critique néolibérale des gouvernements précédents et en adoptant une approche favorable à l’Occident et un accent sur les valeurs libérales. C’est avec la présidence Macri qu’une spécialisation en diplomatie publique a été mise en place pour la première fois au sein du ministère des affaires étrangères. Actuellement, l’heure est à l’ajustement de l’action culturelle extérieure par le traitement des réactions via les réseaux sociaux. L’objectif reste d’attirer les investissements étrangers pour développer le pays. Pour la première fois, nous pouvons parler de soft power argentin.

 

Deux idées principales peuvent ainsi être identifiées. Premièrement, si la culture a d’abord été utilisée pour afficher un front commun et des similitudes ethnoculturelles des pays du monde périphérique face au monde développé, l’interdépendance croissante du monde les a finalement conduits à utiliser la culture pour maximiser leurs spécificités aux fins d’exister et d’atteindre voire de maintenir leur autonomie. Deuxièmement, parler de soft power est un peu ambitieux. Le Brésil, de par ses ressources, son rôle dans la région et ses ambitions, inspirées des modèles français (Alliance française)[41] et britannique (British council)[42], est l’un des seuls pays pour lesquels l’on peut véritablement parler de soft power. L’Argentine ne figure dans le classement que depuis 4 ans, tandis que Cuba a perdu beaucoup de son influence avec l’abandon du modèle soviétique et la fin de la Guerre froide. Finalement, de nombreuses initiatives ne relèvent que de la diplomatie culturelle pour établir des relations cordiales avec les autres nations du monde. Cette étude de cas n’invalide pas la théorie du soft power, mais elle la met en lumière. Pour disposer de moyens d’influence culturels décisifs, et donc d’une forme de pouvoir, les États latino-américains, dépourvus de poids économique ou militaire, ont d’abord dû travailler à la stabilité de leurs institutions, de leur économie et à l’attractivité de leurs valeurs et de leurs dirigeants politiques. Aujourd’hui, très peu de pays latino-américains y sont parvenus, c’est pourquoi le terme de soft power latino-américain doit être utilisé avec la plus grande prudence.

Ainsi, les cas envisagés illustrent le défi suivant. L’existence d’un soft power nécessite des institutions politiques stables, crédibles, une identité clairement établie, de sorte que la simple possession de ressources culturelles et leur utilisation à des fins politiques sont insuffisantes. Or, Cuba, l’Argentine ou le Brésil souffrent toujours de l’instabilité de leur situation économique et de la fragilité de leurs institutions et peinent donc à faire exister leur soft power malgré des relations culturelles favorisées, une diplomatie culturelle ambitieuse et, récemment, la mise en place d’une diplomatie publique. Les efforts latino-américains depuis les années 1950 ont porté leurs fruits, notamment au niveau régional, mais ces États doivent d’abord construire sa puissance avant d’avoir l’ambition de développer une influence internationale.  Alors que le hard power est facilement quantifiable et comparable, le soft power concerne une capacité d’influence, qui varie en fonction des acteurs, de leurs relations et de leurs propres intérêts. Dès lors, le soft power ne doit-il pas être considéré comme une valeur absolue mais comme un équilibre des forces dans une relation spécifique et ciblée ?

 

[1] Analyste et théoricien des relations internationales. Auteur de l’ouvrage Soft Power: The Means To Success In World Politics publié en 2004.

[2] « Utilisé à l’origine pour désigner le processus par lequel des diplomates au service d’un gouvernement national ont eu recours à des échanges culturels (…) pour promouvoir leurs intérêts nationaux. » (Ang. & al., 2015).

[3] Exposition organisée par Adolphe Alphand, ayant lieu du 6 mai au 31 octobre 1889. Voulant célébrer le centenaire de la Révolution française, elle est de ce fait boycottée par de nombreuses monarchies européennes telles que l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie. Elle rassemblera cependant 32,3 millions de visiteurs. Les symboles les plus éclatants de cette Exposition universelle sont la Tour Eiffel ainsi que l’immense Galerie des Machines de Ferdinand Dutert construits tous deux pour l’occasion.

[4] « L’Exposition Ibéro-Américaine organisée avec faste à Séville en 1929-1930 a pour ambition de donner à voir au monde la communauté des pays hispanophones réunis autour de l’Espagne. L’espace de l’exposition sévillane se veut, tant par son architecture et ses motifs ornementaux que par les dispositifs symboliques mis en place, l’expression du statut impérial renouvelé de l’Espagne, par-delà ses récents déboires coloniaux. » Marcilhacy , D. (2011, 9-10 juin). LExposition Ibéro-Américaine de Séville de 1929 : la recomposition symbolique de lempire hispanique dans lEspagne post-impériale. https://iberical.sorbonne-universite.fr/wp-content/uploads/2012/03/002-14.pdf

[5] Organisme autonome au sein du ministère de la Culture de la Nation, dont le siège se trouve dans la ville de Buenos Aires, en Argentine. Créé par le décret-loi n°1.224/58 du 3 février 1958 afin d’apporter un soutien financier à la promotion des activités artistiques, littéraires et culturelles de la République argentine.

[6] Entité publique du ministère de la culture de la nation argentine, chargée de la promotion et de la réglementation de l’activité cinématographique sur l’ensemble du territoire argentin et à l’étranger en ce qui concerne la cinématographie nationale, conformément aux dispositions de la loi sur le cinéma et d’autres règlements.

[7] Discours prononcé par Fidel Castro devant la bibliothèque nationale de Cuba le 30 juin 1961. Par ce discours, Fidel Castro invite les artistes et intellectuels cubains à s’unir à l’oeuvre créatrice de la révolution.

[8] L’Union nationale des écrivains et des artistes de Cuba (Unión Nacional de Escritores y Artistas de Cuba) est une organisation sociale, culturelle et professionnelle regroupant des écrivains, des musiciens, des acteurs, des peintres, des sculpteurs et des artistes de différents genres. Elle a été fondée le 22 août 1961 par le poète cubain Nicolas Guillen.

[9] L’Institut cubain de l’art et de l’industrie cinématographiques (Instituto Cubano del Arte e Industria Cinematográficos) est une institution cubaine dédiée à la promotion de l’industrie cinématographique. Il est créé en 1959, 83 jours après le début de la Révolution cubaine. L’événement le plus important de l’ICAIC est le Festival international du Nouveau Cinéma latino-américain.

[10] La Commission brésilienne pour la coopération intellectuelle (Comissão Brasileira de Cooperação Intelectual) est l’antenne brésilienne de l’Institut international de coopération intellectuelle (IICI), « fondé en 1924 à l’initiative de la France et sous le patronage de la Société des Nations ». Dumont, J. (2012, 18 juillet). « Pelo que é nosso ! » : a diplomacia cultural brasileira no século XX. Scielo. http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0102-01882014000100010#x02

[11] Le Service d’expansion intellectuelle (Serviço de Expansão Intelectual) « avait pour objectif de “faire discrètement la publicité des valeurs littéraires du Brésil à l’étranger, en enlevant, autant que possible, le caractère ostentatoire de la ‘propagande officielle’ aux œuvres”. Cette affirmation nécessitait la construction d’une image positive du pays et, pour cela, le contrôle des réseaux. » Dumont, J. (2012, 18 juillet). Ibid.

[12] L’Institut franco-brésilien de la haute culture scientifique et littéraire (Instituto Franco-brasileiro de Alta Cultura Científica e Literária)

[13] L’Institut luso-brésilien de la haute culture (Instituto Luso-brasileiro de Alta Cultura)

[14] L’Institut italo-brésilien de la haute culture (Instituto Ítalo-brasileiro de Alta Cultura)

[15] Film de Tomas Gutiérrez Alea et produit par l’Institut cubain de l’art et de l’industrie cinématographiques retraçant l’histoire de l’insurrection contre la dictature de Batista. 

[16] Primera novela del poetaensayista y novelista cubano José Lezama Lima.

[17] Chanteuse cubaine née le 29 octobre 1930 à La Havane.

[18] Le Festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane a été inauguré le 3 décembre 1979. Pour la première édition, plus de 600 cinéastes latino-américains ont été convoqués par l’ICAIC.

[19] Institution ayant pour objet de défendre, d’étudier et de diffuser tout ce qui se rapporte aux thèmes afro-brésiliens.

[20] L’Organisation des États américains, est une organisation créée en 1948 et située à Washington, regroupant la plupart des gouvernements des États d’Amérique.

[21] L’Institut interaméricain de coopération intellectuelle (Instituto Interamericano de Cooperação Intelectual) est le rival direct de l’IICI, créé par la Conférence interaméricaine de 1928.

[22] Création de la Reunión Especializada en Cultura lors de la Réunion du Groupe Marché Commun, ayant eu lieu à Brasilia du 30 septembre au 2 octobre 1992, dont l’objectif était de « promouvoir la diffusion de la culture des États membres, en stimulant la connaissance de leurs valeurs et traditions respectives, tant par le biais d’initiatives conjointes que par celui d’activités culturelles régionales ». Dumont, J. (2010, 23 septembre). La Culture dans le cadre du MERCOSUR. Le MERCOSUR mène-t-il une politique culturelle cohérente concernant la Culture et les industries culturelles ? Ina. https://larevuedesmedias.ina.fr/la-culture-dans-le-cadre-du-mercosur

[23] Film documentaire argentin réalisé par Miguel Pérez retraçant l’histoire de l’Argentine. Il est centré sur les Coups d’État en Argentine, et utilise des photos et des bandes vidéo, tandis qu’Aldo Barbero en fait la narration.

[24] L’Histoire officielle (La historia oficial), sorti en 1985, est un film argentin écrit par Aída Bortnik et réalisé par Luis Puenzo.

[25] Film cubain réalisé par Humberto Solás et sorti en 1982. Il s’agit de l’adaptation cinématographique du roman Cecilia Valdés, écrit en 1839 par Cirilo Villaverde (1812-1894). L’interprétation et la modification du roman par le film ont fait scandale, faisant de cette sortie la plus controversée de l’histoire du cinéma cubain.

[26] Ce terme a été initialement utilisé par l’intellectuel cubain Ambrosio Fornet pour désigner le contexte culturel de la culture cubaine entre 1971 et 1975, où l’on constate une déviation de la politique culturelle de la Révolution cubaine, rectifiée en 1976 avec la création du ministère de la culture et la nomination d’Armando Hart Dávalos comme ministre.

[27] Entité culturelle privée, sans but lucratif, dotée d’une personnalité juridique propre. Il a été créé dans le but de contribuer au développement et à l’intégration du cinéma latino-américain et d’atteindre un univers audiovisuel commun, en plus de coopérer au sauvetage et au renforcement de l’identité culturelle de l’Amérique latine et des Caraïbes.

[28] L’École internationale du cinéma et de la télévision (Escuela Internacional de Cine y Televisión) est une école de cinéma et de télévision située à San Antonio de los Baños à Cuba.

[29] Exposition exposée à Madrid et à Buenos Aires en 1994.

[30] La Chaire Domingo Faustino Sarmiento de Estudios Argentinos est un centre d’investigation de l’Université de Salamanca.

[31] Caractère individuel.

[32] « La Fondation ARCADE (Arte y Cultura Argentina para Difusión Exterior), un projet ambitieux promu par le réalisateur Sergio Renán lorsqu’il était directeur des affaires culturelles du ministère argentin des affaires étrangères. » Vinuales, I. (2010, 8 avril). Diplomacia cultural : experiencias argentinas (ARI). Real Instituto elcano. http://www.realinstitutoelcano.org/wps/portal/rielcano_es/contenido?WCM_GLOBAL_CONTEXT=/elcano/elcano_es/zonas_es/lengua+y+cultura/ari64-2010

[33] Guitariste, chanteur et compositeur brésilien. Il fut ministre de la Culture (en) du gouvernement Lula da Silva du 2 janvier 2003 au 30 juillet 2008.

[34] Film brésilien, coréalisé par Fernando Meirelles et Kátia Lund, et sorti en 2002. Il est adapté du roman du même nom écrit par l’auteur brésilien Paulo Lins en 1997.

[35] Rouquié, A. (2006). Le Brésil au XXIe siècle: naissance d’un nouveau grand. Paris: Fayard.

[36] « (…) maître mot de la mise en œuvre d’une action culturelle ambitieuse et innovante, alliée au pragmatisme économique et à l’invention de l’identité nationale. » Dumont, J. (2010, 23 septembre). Op. cit.

[37] Établissements culturels publics à but non lucratif, implantés depuis 2004 par la République populaire de Chine dans plusieurs villes du monde. Les buts principaux des succursales sont de dispenser des cours de chinois, de soutenir les activités d’enseignement locales, de délivrer les diplômes de langue Hanyu Shuiping Kaoshi et de participer à la diffusion de la culture chinoise.

[38] Organe d’études et de formation politique lié au RDP (Partido da Real Democracia Parlamentar). Entité ayant pour but l’étude et la recherche de la réalité brésilienne et internationale, l’instruction, l’éducation et la formation politique.

[39] « Politique de l’État, ce qui signifie qu’elle est gérée par le gouvernement et les institutions publiques. Le gouvernement national est la principale impulsion pour la stratégie de marque nationale de l’Argentine en termes de construction et de mise en œuvre (Echeverri, 2011 : 8). Le gouvernement collabore avec des organisations privées afin de réaliser une marque nationale argentine appropriée (‘Estrategia marca país’, 2006 : 24). » Arkenbout, F. (2015, juin). National Identity and Nation Branding in Argentina (Thèse). https://studenttheses.universiteitleiden.nl

[40] La “Estrategia Marca País Argentina” est la politique de l’État qui cherche à positionner l’Argentine dans le contexte international à travers ses facteurs différentiels, ses traditions, sa culture, ses produits, entre autres. C’est un outil très utile pour la construction identitaire.

[41] Organisation française dont l’objectif est de faire rayonner la langue française et la culture française à l’extérieur de la France.

[42] Institution gouvernementale du Royaume-Uni. Son but est d’établir des relations culturelles entre le Royaume-Uni et d’autres pays ; pour ce but il a, en particulier, pour mission de promouvoir l’apprentissage de la langue anglaise, de participer à sa diffusion et de fortifier sa position dans le monde.

 

Bibliographie 

 

Argentine :

Castillo, M. (2017, 3 août). Nation Branding and Public Diplomacy in Argentina : Capitalist Insertion or Survival Strategies? Simon Fraser University.

https://summit.sfu.ca/item/17525Galvalizi, D. (2016, 3 septembre). Diplomacia pública, la misteriosa « nueva narrativa » de Argentina en el exterior creada por cancillería. Télam – Agencia Nacional de Noticias. https://www.telam.com.ar/notas/201609/161613-diplomacia-publica-la-misteriosa-nueva-narrativa-de-argentina-en-el-exterior-creada-por-cancilleria.html

Riley, J. (2019, 19 octobre). How can South America take advantage of its soft power potential? Portland. https://portland-communications.com/geo-political/how-can-south-america-take-advantage-of-its-soft-power-potential/

Vinuales, I. (2010, 8 avril). Diplomacia cultural : experiencias argentinas (ARI). Real Instituto elcano. http://www.realinstitutoelcano.org/wps/portal/rielcano_es/contenido?WCM_GLOBAL_CONTEXT=/elcano/elcano_es/zonas_es/lengua+y+cultura/ari64-2010

 

Brésil :

Centracchio, F. (2016, 18 janvier). Brazil’s Soft Power as a tool for world power emerging process. Ce.S.I. – Centro Studi Internazionali. https://cesi-italia.org/en/articoli/506/brazils-soft-power-as-a-tool-for-world-power-emerging-process

Diplomacia Cultural e Educacional. (s. d.). Ministério das Relações Exteriores. http://antigo.itamaraty.gov.br/pt-BR/diplomacia-cultural-mre/19484-diplomacia-cultural

Dumont, J. (2012, 18 juillet). « Pelo que é nosso ! » : a diplomacia cultural brasileira no século XX. Scielo. http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0102-01882014000100010#x02

Gazeau-Secret, A. (2013, 15 mars). « Soft power » : l’influence par la langue et la culture. Cairn Info. https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2013-1- page-103.html

Milani, C. (2013, 4 octobre). Brésil : politique étrangère, puissance et quête d’autonomie | ceriscope. Ceriscope. http://ceriscope.sciences-po.fr/puissance/content/part4/bresil-politique-etrangere-puissance-et-quete-d-autonomie?page=show

Muggah, R., & Passarelli Hamann, E. (2012). Le Brésil et sa généreuse diplomatie : un dragon amical ou un tigre de papier ? Revue Internationale de Politique de Développement. https://doi.org/10.4000/poldev.955

Scherer, L. M. (2020, 13 octobre). « Formação da política externa brasileira e argentina ». Relações Exteriores. https://relacoesexteriores.com.br/formacao-da-politica-externa-brasileira-e-argentina/

Sfredo Miorando, B. (2010, décembre). Diplomacia pública no Brasil : estudo sobre a imagem internacional brasileira. http://hdl.handle.net/10183/28388

Théry, H. (2014). Diplomatie, commodities et soft power, la projection mondiale du Brésil. HALSHS. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01202393/document

Tugny, E. (2020, 17 octobre). Politique culturelle du Brésil : un entretien avec Vitor Ortiz. Club de Mediapart. https://blogs.mediapart.fr/emmanuel-tugny/blog/150113/politique-culturelle-du-bresil-un-entretien-avec-vitor-ortiz

USC Center on Public Diplomacy. (2017). Soft Power 30. Portland. https://au.ambafrance.org/IMG/pdf/the-soft-power-30-report-2017-web-1.pdf?

Ventura, E. (2010, juin). LA DIPLOMATIE SUD-SUD DU BRESIL DE LULA : ENTRE DISCOURS ET REALITE. SciencesPo. https://www.sciencespo.fr/opalc/sites/sciencespo.fr.opalc/files/VenturaDiplomatieSud.pdf

 

Cuba :

Affiches cubaines. Révolution et Cinéma. (2020). MAD Paris – Site Officiel. https://madparis.fr/francais/musees/musee-des-arts-decoratifs/expositions/expositions-terminees/affiches-cubaines-revolution-et-cinema/

Argaillot, J. (2013, 15 août). Cuba face à la mondialisation : une chance pour la culture OpenEditions Journals. https://journals.openedition.org/etudescaribeennes/6004

Argaillot, J. (2014, 3 février) Cuba et la Caraïbe : de l’isolement à l’intégration culturelle, 1959-2009. Histoire. Université de Cergy Pontoise, 2011. Français.

Art and Politics in Cuba in the New Millennium. (2019, 30 septembre). Colección Patricia Phelps de Cisneros. https://www.coleccioncisneros.org/editorial/cite-site-sights/art-and-politics-cuba-new-millennium

BBC News Afrique. (2019, 7 novembre). Comment l’art cubain a alimenté les luttes de libération en Afrique. https://www.bbc.com/afrique/region-50316918

Bernard, A. (2017, 16 mai). Les images dans le paysage iconographique cubain OpenEdition Journals. https://journals.openedition.org/cal/4522#ftn3

Carlo, A. (2019, 7 novembre). Design : quand Cuba affichait ses couleurs pop. Le Monde.fr. https://www.lemonde.fr/m-styles/article/2019/11/07/design-quand-cuba-affichait-ses-couleurs-pop_6018289_4497319.html

Castañeda, M. (2016, 29 décembre). 1959. Année de la création d’une épopée culturelle. granma. http://fr.granma.cu/cultura/2016-12-29/1959-annee-de-la-creation-dune-epopee-culturelle

Cuban Art News. (2018, 21 juin). Cultural Diplomacy : An Inside Look at the Kennedy Center’s Artes de Cuba. https://cubanartnewsarchive.org/2018/05/08/cultural-diplomacy-an-inside-look-at-the-kennedy-centers-artes-de-cuba/

Cuban Public Diplomacy | USC Center on Public Diplomacy. (2018). USC Center on Public Diplomacy. https://uscpublicdiplomacy.org/blog/cuban-public-diplomacy

Cultural Diplomacy Forum on Cuba | Meridian International Center. (2016, 31 août). [Vidéo]. Meridian. https://www.meridian.org/project/cuba-cultural-diplomacy-forum/

Feinsilver, J. (2010). Fifty Years of Cuba’s Medical Diplomacy: From Idealism to Pragmatism. Cuban Studies, 41, 85-104. Retrieved January 26, 2021, from http://www.jstor.org/stable/24487229

Gaebee, K. (2018). Cuban civil society : survival, struggle, defiance and compliance. CIVICUS. https://www.civicus.org/index.php/re-imagining-democracy/stories-from-the-frontlines/3402-cuban-civil-society-survival-struggle-defiance-and-compliance

Huish R., Thomas F. Carter, & Simon C. Darnell. (2013). The (Soft) Power of Sport: The Comprehensive and Contradictory Strategies of Cuba’s Sport-Based Internationalism. International Journal of Cuban Studies, 5(1), 26-40. doi:10.13169/intejcubastud.5.1.0026

Kabous, M. (2009, 1 décembre). “El ICAIC presenta… ” 1959-2009 : un demi-siècle de cinéma révolutionnaire OpenEdition Journals. https://journals.openedition.org/cinelatino/1709#tocto1n1

Morales, R. (2020, 30 juin). Arts plastiques à Cuba. Cuba Trésor. https://www.cubatresor.com/arts-plastiques-cuba/
ouest-france.fr. (2016). Ouest France. https://www.ouest-france.fr/fidel-castro/en-images-affiches-cubaines-les-idees-de-castro-le-visage-du-che-4652454

Polémica Cubana » Blog Archive » Révolution castriste, politique culturelle et culture artistique à Cuba. (2012). Polémica Cubana. http://www.polemicacubana.fr/?p=5521&fbclid=IwAR0LlYO8I2ysDTjbSTCrXUATzTavWBPpVAXe7DPImUtJAJg13qvH12Y6dqE

The Power of Ideas : Cuba’s Efforts to Shape Debate in Latin America. (2019, 14 mai). Power 3.0 : Understanding Modern Authoritarian Influence. https://www.power3point0.org/2019/04/25/the-power-of-ideas-cubas-efforts-to-shape-debate-in-latin-america/


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Patricia DIOGO (25 mai 2021). La culture en Amérique latine : un levier de soft power ? Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p09g


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search