Lecture : Le Parfum d’Irak de Feurat Alani, un livre “géo-poétique” ?

Crédit : SSGT Jeffrey A. Wolfe, USA

« Un regard neuf sur un Irak passé »

 

D’abord écrit sur Twitter, Le Parfum d’Irak, récompensé par le prix Albert-Londres du livre 2019, est le témoignage, de l’enfance à l’âge adulte, d’un franco-irakien nommé Feurat Alani. L’ouvrage est tantôt historique, tantôt poétique et suit la vision d’enfant que se faisait l’auteur de l’Irak de ses parents. C’est également en vivant l’embargo et la guerre que l’enfant innocent et inconscient deviendra le reporter conscient qui cherchera sans cesse à rester le plus objectif possible et à comprendre la guerre qui fait rage en Irak. L’auteur mêle le quotidien à la marche de l’histoire et parvient, à travers une double-perception des événements, à produire un ouvrage à la fois géopolitique et autobiographique.

 

Né à Paris en 1980 de parents irakiens, Feurat Alani est un journaliste-reporter ayant travaillé pour ITélé, Ouest-France, La Croix et le Le Point dont il fut le correspondant à Bagdad de 2003 à 2008. Il réalise par la suite des reportages sur l’Irak, les Etats-Unis, l’Egypte ou encore l’Algérie pour l’émission l’Effet Papillon sur Canal+. Il s’émancipe ensuite pour fonder sa société de production, Baozi Prod, où il réalise une enquête sur la ville de Falloujah. En plus de collaborer régulièrement avec Le Monde diplomatique, l’Orient XXI et la revue Géo, il travaille avec Arte, France 24 et Canal+. 

Enfant de Nanterre et de Falloujah, Feurat Alani, à travers 1 000 tweets, mêle sa vie personnelle à la marche de l’Histoire. Dans la préface de l’ouvrage, signée Serigne M’Baye Gueye[1], l’auteur y est décrit comme « le témoin oculaire mais surtout olfactif, sensible et sensoriel, d’un Irak absolument humain ».  

Cependant, si l’Irak peut avoir le parfum de la glace à l’abricot, « le parfum de Bagdad », le pays peut également sentir la poudre. Loin de l’image rendue par l’Occident, particulièrement les Etats-Unis et Hollywood, l’Irak raconté par Feurat Alani et dessiné par Léonard Cohen n’en demeure pas moins réaliste. 

Plusieurs voyages entre 1989 et 2003 marqueront l’auteur et sa vision du « pays des deux fleuves ». De l’enfance à l’âge adulte, de l’innocence à la prise de conscience, le lecteur accompagne Feurat Alani au cours de ces mille tweets.

 

Le premier voyage en Irak et la mort de linnocence

 

L’innocence meurt en 1989 avec l’apparition de Saddam Hussein[2], nom qu’il ne faut jamais prononcer sous peine d’emprisonnement. L’enfance se meurt également lorsqu’à la suite de l’engagement américain en Irak en 1990, Feurat Alani se bat pour la première fois pour des raisons politiques dans une cour de récréation. 

A de multiples reprises, l’auteur n’hésite pas à établir des parallèles entre la vie en France et celle en Irak. Lui grandit à l’abri, dans la paix, ses cousins dans la guerre et la peur. Dès 1992, date du retour en Irak, Feurat Alani dépeint un pays sous embargo, où la glace se consomme comme un produit de contrebande. 

A travers cet ouvrage, Feurat Alani, sans totalement délaisser les explications générales de la politique irakienne, écrit la géopolitique du quotidien. Il prend ses distances avec ce que peut produire l’Occident sur l’Irak des années 1990-2000 pour offrir un ouvrage intime adoptant un regard neuf, ou du moins franco-irakien sur la situation. 

 

Un quotidien mêlé à l’horreur de la guerre ; un récit autobiographique avant tout

 

Feurat Alani relativise l’image de la guerre que veulent transmettre les journaux télévisés du monde entier. Pour lui, « certes, c’est la guerre en Irak, mais on vit aussi ». Ce livre, qui constitue autant un écrit géopolitique[3] qu’autobiographique, rappelle sans cesse que l’Irak n’est ni un chiffre, ni une morgue. 

Au travers d’anecdotes personnelles, l’auteur témoigne d’un Irak dans lequel les temps de paix existent aussi, dans lequel les rivalités religieuses et la guerre se taisent un instant pour laisser la vie suivre son cours. 

Le Parfum d’Irak offre donc un regard nouveau sur la vie quotidienne en Irak sous Saddam Hussein, sous embargo et en période de guerre. L’auteur raconte ses séjours à Bagdad, d’abord enfant, accueilli comme un roi, jouissant de la générosité des Irakiens « duleimi »[4], puis en tant que reporter pour Ouest-France. Cette seconde période correspond à la guerre d’Irak menée par les Américains, au durcissement de l’embargo et à la violence intercommunautaire entre chiites et sunnites. L’Irak de Feurat Alani, toujours sensorielle, ne correspond plus à un goût particulier mais à des bruits. Les bruits des coups de feu, des explosions sont les bruits de la peur ; ceux des hélicoptères américains, le « bruit de l’occupation, de l’humiliation ». La guerre, ce sont aussi des silences assourdissants qui terrifient et traumatisent autant que les bombes américaines et les attaques terroristes. Dans cet Irak sensoriel, le parfum de l’abricot et le goût des dattes sont désormais ceux de la fumée et du sang. 

 

La double-perception de l’auteur

 

Être franco-irakien, c’est aussi avoir un regard double sur la situation. Le partage de la culture occidentale, ou du moins européenne et française, et irakienne permet d’avoir une double-analyse de la situation politique et géopolitique du pays. Dès le début de l’ouvrage, sont comparées les villes de Bagdad et de Falloujah, cette dernière étant plus pauvre mais aussi plus dure et conservatrice que la première. Falloujah est une ville de garnison où les enfants comme lui n’ont pas le temps de jouer. Les parents, souvent trop pauvres, les envoient travailler sur les marchés. 

L’auteur rappelle qu’en France, sa famille n’est pas riche mais vit bien. Il pense également que son père, interdit de voyage en Irak par le régime de Saddam Hussein[5] depuis 1972, l’envoie en Irak pour mesurer sa chance. Adulte, il prend complètement conscience de cette chance lorsqu’il accompagne des soldats américains pour une mission. Au cours de celle-ci, il décrit des rangées de prisonniers irakiens en route pour Abu Ghraib ou pour le camp Bucca[6], parfois sans raison, « arrêtés au hasard de la guerre par les Américains ». Selon l’auteur, « si j’étais né à Falloujah, je me serais peut-être retrouvé parmi ces hommes ». 

Adulte, Feurat Alani expérimente la vie au sein de la “zone rouge”, réservée aux Irakiens, mais également au sein de la “zone verte” accueillant les Américains et leurs alliés. Les Américains, coupés de tout contact avec la population depuis 2008, ne savent désormais plus rien de l’Irak. L’auteur leur rappelle que l’Irak, celui de la glace à l’abricot, n’existe plus depuis l’intervention américaine en 2003. 

Sans jamais perdre de son objectivité, l’œuvre de Feurat Alani est un témoignage à la fois complexe et amoureux d’un Irak endormi, pour ne pas dire mort. L’Irak connu de l’auteur n’est pas mort mais simplement perdu. 

 

Le Parfum d’Irak, publié en 2018, aux éditions Nova et Arte éditions, a également été adapté en mini-série sur Arte.

[1] Rappeur, écrivain et comédien français.

[2] Homme d’État irakien, président de la République d’Irak de 1979 à 2003, mort par pendaison en 2006.

[3] Dans son sens sociologique, politique, culturel.

[4] Être « duleimi » signifie être généreux dans la parole, dans l’accueil, dans les plats offerts aux invités. L’auteur rappelle qu’en Irak, lorsque l’on apprécie une personne, on dit « a khalik Ala Rassi », ce qui veut dire « Je te mets sur ma tête ». Il est question de « perdre de sa hauteur pour élever l’autre ». 

[5] Le père de l’auteur, étant communiste, a été torturé sous le régime de Saddam Hussein. Il prendra la décision de fuir en France. 

[6] Abu Ghraib et le camp Bucca sont les deux grandes prisons du pays utilisées par les Américains. La première deviendra tristement célèbre pour le scandale des tortures en 2004. La seconde sera connue pour avoir été l’incubateur du futur Daesh. 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Matthieu Pepe (7 mai 2021). Lecture : Le Parfum d’Irak de Feurat Alani, un livre “géo-poétique” ? Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p08h


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search