Quelles ambitions climatiques mondiales ?

Crédit : White House

Compte rendu du Sommet pour le climat de Washington des 22 et 23 avril 2021 

 

Le Président Biden a fait de la lutte contre le réchauffement climatique l’un des fers de lance de sa campagne présentielle de 2020. L’une de ses premières initiatives, dès son arrivée au pouvoir, le 20 janvier 2021, fut de réintégrer l’Accord de Paris sur le climat, dénoncé par son prédécesseur le 1er juin 2017. Ambitionnant un retour des Etats-Unis de premier plan sur la scène internationale, Joe Biden avait pris l’initiative, le 27 janvier, de convier une quarantaine de chefs d’Etats les 22 et 23 avril 2021, représentant 80% des émissions de gaz à effet de serre mondiales, en vue de préparer la Conférence des Nations-Unies sur le réchauffement climatique (COP 26) de Glasgow de novembre 2021. Ce sommet, retransmis en direct, avait pour principal objectif de souligner d’une part l’urgence d’une action climatique ambitieuse et d’autre part les opportunités financières, économiques et sociales qu’elle représente.

Le monde scientifique s’accorde à dire que la décennie 2020-2030 sera décisive. L’objectif fixé est de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport aux températures préindustrielles. Depuis la fin du XIXème siècle, la température à la surface du globe a d’ores et déjà augmenté de près d’un degré Celsius. Alors que la décennie précédente (2010-2020) fut la plus chaude jamais enregistrée, certaines parties du monde expérimentent déjà une augmentation exponentielle de catastrophes naturelles, la dégradation généralisée des écosystèmes et les conséquences sociales, économiques et sécuritaires que ces évolutions supposent (déplacements massifs de populations, insécurité alimentaire, augmentation des conflits, précarisation des systèmes de santé, etc.). Face à ce constat partagé, le signal donné lors de ce sommet est celui de la nécessité d’une action nécessairement commune.

Ce compte-rendu ne s’attache pas à retranscrire la totalité des déclarations faites par l’ensemble des personnalités présentes mais plutôt à dresser un panorama des situations et des ambitions climatiques selon les niveaux de développement et la répartition géographique des Etats représentés.

 

Ouverture du sommet

 

Vice-présidente Kamala Harris (Etats-Unis) : Mme Harris ouvre ce sommet pour le climat en soulignant que la mise en œuvre de la relance post-Covid-19 est une opportunité économique sans précédent. Selon elle, les efforts doivent être portés sur la collaboration, l’innovation, les nouvelles technologies, le recours systématisé aux énergies renouvelables pour faire de la lutte contre le réchauffement climatique, une opportunité de croissance durable et responsable ainsi qu’une amélioration généralisée des conditions de vie de part le monde. A ce titre, les pays développés se doivent de porter une attention toute particulière, aux pays et communautés les plus vulnérables.

 

Président Joe Biden (Etats-Unis) : L’enjeu de la lutte pour le climat doit être celui de prodiguer un meilleur avenir pour les futures générations. A ce titre, la Président établit une causalité claire entre lutte pour le climat et création d’emplois. Le président Biden a longuement discuté son plan de relance à 3 000 milliards de dollars US. L’enjeu est de créer une nouvelle classe moyenne durable notamment via la reconversion de professions menacées. Cette résolution affichée au niveau fédéral doit trouver, pour le président américain, son incidence à l’échelle des villes, des entreprises, quelle que soit leur taille. L’autre enjeu est celui de production et du déploiement de nouvelles technologies de pointe. A ce titre, le président Biden a annoncé la rentabilité des investissements réalisés dès 2025. Toujours dans la perspective de ce qu’il a ambitionné comme une économie plus juste, durable et dynamique, il a annoncé la création de 500 000 stations de recharge destinées aux véhicules électriques le long des autoroutes, la transformation des mines de charbon, des gisements de pétrole et de gaz abandonnés ainsi que la lutte contre les émissions de méthane. Toutes ces initiatives doivent permettre aux Etats-Unis d’atteindre une réduction de près de moitié des gaz à effet de serre (GES)[1], la neutralité carbone[2] d’ici 2050 et ainsi parvenir à atteindre la limite d’une augmentation des températures de 1,5°C[3].

Le président a ensuite précisé que les Etats-Unis représentaient « seulement » 15% des émissions mondiales. De fait, la lutte pour le climat doit être globale et totale. Cette lutte est un levier de croissance solide et Joe Biden a insisté sur le fait que le pays qui s’investirait le premier sur ce marché d’avenir, investirait dans les métiers, les industries et la rentabilité de demain.

 

Secrétaire d’Etat Antony Blinken (Etats-Unis) : Le secrétaire d’Etat a affirmé que l’administration actuelle projetait de faire plus pour le climat qu’aucun autre gouvernement dans l’histoire des Etats-Unis. Reprenant les mots du président Biden, Antony Blinken a souligné que le défi climatique n’était pas seulement une menace mais bien une opportunité unique pour une croissance durable et plus équitable. Il a précisé que les États-Unis mobiliseront à cette fin, leur expertise, leurs technologies, leurs ressources, leurs compétences institutionnelles, de l’administration au secteur privé en passant par la société civile. Sa prise de parole s’est conclue par une volonté affichée des Etats-Unis d’explorer toutes les voies de coopération, en espérant que cette lutte commune soit le moyen d’autres actions communes autour d’enjeux communs.

 

Déclarations des chefs d’Etats et de gouvernement

 

Président Xi Jinping (Chine) : Le président chinois a fait état de l’engagement de la Chine pour le climat mettant l’accent sur l’harmonie entre l’homme et la nature consubstantielle à la civilisation chinoise. Pour lui, il s’agit d’assurer une croissance économique durable à l’échelle mondiale. Le président Jinping a affirmé privilégier une approche fondée sur l’individu et l’amélioration des conditions de vie. A ce titre cette transition doit viser l’équité sociale, la justice et la sécurité au sein des communautés. S’agissant des modalités de mise en œuvre, le multilatéralisme doit être au cœur de l’action pour le climat. Le chef d’Etat chinois a partagé sa volonté de se fonder sur le droit international et sur un système centré sur les Nations-Unies notamment la Convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques de 1992 (CCNUCC) et l’Accord de Paris sur le climat de 2015. XI Jinping a toutefois, a l’instar de la totalité des pays en développement présents au sommet, invoqué le principe de responsabilité commune mais différenciée, qui doit, selon lui, être la pierre angulaire de la gouvernance climatique mondiale. Il s’agit donc de reconnaître la contribution des pays en développement et de s’accommoder de leurs difficultés particulières. Le président chinois a donc insisté sur la nécessité pour les pays développés d’augmenter leur ambition climatique pour accélérer la transition vers un développement plus durable et faible en émissions de GES. Concernant la Chine, le président Jinping a annoncé la neutralité carbone du pays en 2060, le strict contrôle des projets de centrales à charbon, la limitation du recours à cette source d’énergie dans le 14ème plan quinquennal et sa diminution dans le suivant. Il a ajouté que la Belt Road Initiative (BRI) serait un projet éco-responsable.

 

Premier ministre Narendra Modi (Inde) : Le premier ministre indien a annoncé que l’Inde aurait une capacité de production de 450 gigawatts d’électricité issue d’énergies renouvelables d’ici 2030. Il a également souligné les efforts du pays pour la reforestation et la protection de la biodiversité malgré les défis de développement auxquels le pays fait face. Narendra Modi a également souligné les partenariats et les initiatives globales soutenus par l’Inde à l’instar de l’International Solar alliance[4]ou de l’US-India climate and clean energy 2030 agenda parternership[5]. L’Inde a ensuite insisté sur le fait que la mobilisation des financements doit être le pilier de la lutte pour le climat. Enfin, le chef du gouvernement indien s’est félicité que les émissions de CO2/habitant était 60% inférieures à la moyenne internationale, soulignant l’importance d’un mode vie durable et responsable.

 

Premier ministre Sheikh Hasina (Bangladesh) : La dirigeante bangladaise a insisté sur la vulnérabilité de son Etat, une vulnérabilité renforcée par l’accueil de près de 1,1 millions de Rohingyas. Elle a cependant annoncé un fond annuel de 5 milliards de dollars US pour l’adaptation climatique du Bangladesh (soit environ l’équivalent de 2,5% de son PIB) et la préparation d’un plan de croissance faible en émissions pour juin 2021. Sheikh Hasina a ensuite listé un ensemble de suggestions à savoir l’élaboration d’un plan d’action, une prise de participation accrue des pays développés, mais aussi des institutions financières internationales et du secteur privé dans la lutte pour le climat, l’obligation de transfert des technologies de pointe pour le climat et la prise de mesures d’atténuation.

 

Premier ministre Boris Johnson (Royaume-Uni) : Le premier ministre britannique a d’abord mis en avant le potentiel de son pays, le Royaume-Uni possédant la plus grande capacité éolienne offshore au monde. Il a ensuite affirmé être à mi-chemin de la neutralité carbone[6], annoncé la fin du soutien à l’exploitation d’énergies fossiles à l’étranger et le doublement du financement alloué pour le climat. Boris Johnson a également souligné l’importance de la coopération scientifique internationale notamment s’agissant des techniques de séquestration géologique[7], de la production d’hydrogène à bas coût et le développement de moyens de transport notamment aériens neutres en émissions de CO2. Le Royaume-Uni accueillera en novembre 2021 la COP26 à Glasgow et aura pour ambition de sécuriser l’objectif d’une hausse des températures plafonnée à 1,5°C. Le chef du gouvernement britannique a également mis en avant la responsabilité première des nations les plus développées dans la lutte pour le climat en appelant notamment à excéder l’engagement pris de mobiliser 100 milliards de dollars US pour le climat[8]. Enfin Boris Johnson a conclu sa prise de parole en mettant en avant certaines initiatives à l’instar de la Leaf coalition[9] contre la déforestation et la Glasgow finance alliance for net zero[10].

 

Premier ministre Yoshihide Suga (Japon) : Le Japon a réaffirmé son objectif d’être neutre en carbone d’ici 2050 conformément à l’Accord de Paris. Le premier ministre a également annoncé avoir augmenté ses objectifs de 70% en s’engageant à réduire de 46% les émissions de GES d’ici 2030 par rapport au niveau de 2013. A cette fin, le Japon mise sur la part grandissante des énergies renouvelables dans le mix énergétique dans les investissements. Yoshihide Suga a ensuite mis en avant le modèle de l’économie circulaire[11] à la fois pour garantir cette transition, une croissance durable et pour créer des nouvelles industries et de nouveaux emplois. Le chef du gouvernement nippon a ensuite mis en avant ses engagements climatiques à l’international à l’instar du Japan-US climate partnership on ambition, decarbonization, and clean energy[12], un financement public-privé à hauteur de 11,8 milliards de dollars US et la hausse de sa participation au Green climate fund[13] à hauteur de 3 milliards de dollars US. Enfin, le Japon a fait état de sa résolution à mettre en avant la technologie nippone pour l’efficience énergétique, la production d’hydrogène et la séquestration du CO2.

 

Chancelière Angela Merkel (Allemagne) : La chancelière allemande a annoncé que son Etat avait d’ores et déjà pu réduire les émissions de GES de 40% par rapport à 1990 et réaffirmé la neutralité carbone de l’Union européenne pour 2050. Une baisse de 55% des émissions d’ici 2030 a également été annoncée. Cet objectif a fait l’objet d’une législation européenne. Les leviers privilégiés par l’Allemagne sont le carbon pricing[14], l’abandon du charbon et l’investissement dans les énergies renouvelables à partir de 2038, la mise en place d’un régime de protection pour 30% des terres et des eaux et le doublement du financement pour le climat à partir de 2022 pour atteindre 4 milliards d’euros par an.

 

Président Emmanuel Macron (France) : Le président français a insisté sur la nécessité d’un plan d’action quantifié et vérifiable en mentionnant l’European Green Deal[15] et trois leviers à privilégier : l’innovation, la transformation et la régulation (via le carbon pricing notamment). La mise en œuvre de technologies de rupture, notamment dans le domaine de l’énergie a été annoncée comme étant le cœur de la stratégie des prochains mois. Ensuite, le président Macron a insisté sur la nécessité de transformer le secteur financier, mettant en avant certaines initiatives à l’instar du Network for greening the financial system[16]. Certaines initiatives à destination des pays en développement ont également été mises en avant, notamment le Great green wall accelerator[17], annoncé en janvier 2021, destiné à faciliter la coordination des investisseurs au sein du Great Green Wall inititiative[18].

 

Président Vladimir Poutine (Russie) : Le président Poutine a rappelé l’attachement de la Russie à ses responsabilités environnementales issues du protocole de Kyoto ainsi que de l’Accord de Paris sur le climat. Il a annoncé à ce titre une baisse de près de moitié des émissions depuis 1990 (de 3,1 milliards de tonnes de CO2 à 1,6), le recours à l’hydrogène comme carburant et source d’énergie et la nécessité de cibler les émissions de méthane, représentant 20% des émissions anthropiques, largement plus dommageable pour l’environnement que le CO2[19]. Le chef d’Etat russe a également annoncé la mise en œuvre d’un projet pilote à Sakhaline de pricing carbon et de carbon trading[20] pour une neutralité carbone locale d’ici 2025. Vladimir Poutine a ensuite souligné l’importance non seulement de réduire les nouvelles émissions mais surtout d’absorber celles s’étant accumulées dans l’atmosphère. A ce titre, il a estimé la contribution russe à 2,5 milliards de tonnes d’équivalent CO2.

 

Président Jair Bolsonaro (Brésil) : Le président brésilien a tenu à rappeler que son Etat était historiquement responsable pour moins d’1% des émissions de GES et représentait aujourd’hui 3% des émissions annuelles. A ce titre, il a rappelé le principe de responsabilité commune mais différenciée[21]. Il s’est également félicité de posséder l’un des mix énergétiques le plus propres[22] au monde et d’être l’un des principaux exportateurs de biocarburant. Il a ensuite annoncé une baisse de 37% des émissions brésiliennes d’ici 2025 et 40% d’ici 2030, pour une neutralité carbone achevée en 2050. Le président brésilien a enfin annoncé une batterie de mesures, allant de la répression contre la déforestation illégale, le doublement des fonds pour les activités de contrôle et d’inspection des émissions et sa volonté de dépasser le paradoxe amazonien, la région du monde la plus riche en ressources naturelles mais dont les indices de développement humains figurent parmi les plus faibles.

 

Président Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud) : Le président sud-africain s’est appuyé sur le principe de responsabilité commune mais différenciée pour demander aux pays les plus développés d’accompagner les pays les plus vulnérables dans la transition. Il a notamment demandé que les aides nécessaires soient différenciées des aides au développement traditionnelles, précisant que cette responsabilité était vitale à la restauration de la confiance entre pays développés et en développement. Il a ensuite insisté sur la primauté du multilatéralisme et rappelé la pleine implication de l’Afrique du Sud au sein de l’Accord de Paris. Le président Ramaphosa, a par ailleurs mis en avant le National climate change adaptation strategy[23]. A ce titre, le chef d’Etat sud-africain a annoncé avoir revu à la hausse sa NDC[24] pour atteindre une diminution de 28% des émissions d’ici 2030. Initialement, l’Afrique du Sud s’était engagée à atteindre un pic d’émissions en 2025 pour commencer à les diminuer à partir de 2035. Désormais, le déclin des émissions sud-africaines est prévu pour 2025. Enfin, l’Afrique du Sud s’est engagée à générer 17 gigawatts d’énergies renouvelables d’ici 2030.

 

Président Uhura Kenyatta (Kenya) : Le réchauffement climatique, comme la situation sanitaire due au Covid-19, est une crise sécuritaire et une mise au défi pour le développement. La plupart des pays africains font d’ores et déjà face à des variations extrêmes de climat avec des conséquences désastreuses pour les économies, les modes de vie et les écosystèmes. Le président Kenyatta souligne cependant que le potentiel de mesures à l’échelle des Etats est important. A ce titre, le Kenya a revu à la hausse sa NDC, remise en décembre 2020, pour atteindre une réduction de 32% des émissions de GES d’ici 2030. En outre, le pays travaille à l’élaboration d’une stratégie de lutte contre les émissions de GES pour 2050 laquelle sera présentée avant la COP26. Le Kenya prévoit ensuite l’abandon complet des énergies fossiles d’ici 2030, se félicitant du fait que la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique kenyan soit de près de 90% pour un taux d’électrification national de 80%. Le Kenya est également un pioner continental dans le secteur de la géothermie et occupe la 5ème position mondiale. Le président kenyan a indiqué que seulement 10% du secteur était actuellement exploité, appelant ainsi aux investissements. Le Kenya est aussi le premier pays à exploiter des têtes de puits géothermiques permettant une distribution immédiate d’énergie à bas coût, dispose d’un large potentiel, non exploité, de production d’énergie solaire et bénéficie de l’un des plus importants parcs éoliens du continent. Le Kenya travaille à la mise en œuvre d’une économie circulaire. Le président kenyan a fini par souligner les difficultés rencontrées par les pays en développement pour trouver des financements pour l’atténuation des émissions et l’adaptation de leur modèle de développement. Les besoins annuels pour l’adaptation des Etats en développement sont estimés à 70 milliards de dollars US et doublera d’ici 2030 si rien n’est fait. Les ambitions sont ainsi de deux ordres. D’abord, il s’agit pour tous les Etats de prendre des mesures ambitieuses pour drastiquement diminuer les émissions de GES pour la décennie 2020-2030. Ensuite, les Etats les plus développés, avec le soutien du secteur privé doivent aider les pays en développement à assurer la transition vers une économie durable et équitable.

 

Président Andrés Manuel Lopez Obrador (Mexique) : Le président mexicain a annoncé que les trois gisements majeurs de pétrole récemment découverts seront uniquement utilisés pour les besoins nationaux sans en exporter ni en acheter à l’étranger afin de limiter l’usage d’énergies fossiles. Parallèlement, le Mexique investit dans ses centrales hydroélectriques pour une énergie propre et à bas cout. Les équipements existants seront modernisés pour éviter de construire d’autres barrages. Ensuite, le Mexique a fait état de ses efforts en faveur de la reforestation, 450 000 agriculteurs sont rémunérés à hauteur de 250 dollars US par mois pour planter des arbres dans leurs terres. Ce programme doit être exporté dans le sud du Mexique et in fine diffusé à l’ensemble de l’Amérique centrale pour que près de 3 milliards d’arbres supplémentaires puissent y être plantés pour créer 1,2 millions d’emplois et absorber 70 millions de tonnes de CO2 par an. Le président Mexicain en appelle à l’aide des Etats-Unis pour co-financer ce projet ainsi que l’octroi d’un visa temporaire voire de résidence pour tout travailleur ayant œuvré trois années consécutives pour cette initiative pour contrôler l’actuel phénomène migratoire.

 

Président Recep Tayyip Erdogan (Turquie) : Le président turc a fait état des efforts du gouvernement actuel en faveur de la reforestation (5,1 milliards d’arbres plantés en 18 ans pour une surface forestière supplémentaire de 2,2 millions d’hectares). Le président Erdogan a ensuite annoncé la mise à jour de la National climate change strategy and action plan pour répondre aux objectifs fixés pour 2030 et 2050. S’agissant de la NDC turque, le président a confirmé la diminution des émissions de GES à hauteur de 21% d’ici 2030 soit près de 2 milliards de tonnes d’émissions de GES sur la période 2012-2030. Recep Erdogan s’est félicité de la position de leader régional occupé par la Turquie dans le domaine des énergies renouvelables représentant 52,3% du mix énergétique national. A ce titre, il a annoncé l’augmentation de la production électrique d’origine solaire à 10 gigawatts d’ici 2030 et d’origine éolienne à 16 gigawatts. Les efforts nationaux en terme d’efficience énergétique doivent également permettre la réduction de 66,6 tonnes d’émissions de CO2 d’ici 2023. Le Zero waste project[25] doit ensuite permettre le taux de recyclage à hauteur de 60% des déchets totaux. Le président Erdogan a fait état de la nécessité de déclarer des zones de protection en pleine mer. Enfin, le chef d’Etat turc a insisté sur l’incapacité des Etats à opérer la transition seuls, la coopération internationale étant essentielle notamment au regard des écarts de développement et du principe de RCP.

 

Président Nguyen Xuan Phuc (Vietnam) : Le Vietnam est particulièrement exposé au réchauffement climatique, l’année 2020 a été ponctuée d’aléas climatiques ayant couté la vie à plusieurs centaines de Vietnamiens, inversant des décennies de lutte contre la pauvreté. Le delta du Mékong, dont près de 23 millions de personnes dépendent, est grandement affecté par l’augmentation du niveau des mers. La transition vers une économie durable et neutre en émissions est absolument nécessaire pour l’avenir. Le président soutient que le Vietnam est déterminé à suivre cette voie. La transition doit être juste et inclusive, permettre un accès équitable aux opportunités et centrée sur l’individu. Ensuite, les pays développés doivent continuer de revoir leurs engagements à la hausse tout en soutenant les économies en développement, dont le Vietnam. La poursuite des objectifs pour le climat doit à ce titre être compatible avec chaque pays notamment leur mode de vie et de production. Malgré une industrialisation relativement récente, le Vietnam s’engage à limiter le recours aux centrales à charbon et investir dans les énergies renouvelables (20% du mix énergétique d’ici 2030 et 30% d’ici 2045), réduire les émissions de méthane issues de l’agriculture de 10% et à planter un milliard d’arbres d’ici 2025 pour absorber entre 2 et 3% des émissions vietnamiennes en 2030.

 

Institutions financières internationales

 

Kristalina Georgieva (Fond Monétaire International) : Pour le FMI, le réchauffement climatique est au cœur des enjeux de la stabilité macro-économique et financière, de la croissance et de l’emploi. C’est aussi une opportunité d’investissement et de création d’emplois. Certaines politiques sont à privilégier. D’abord, le carbon pricing de paire avec des subventions adaptées est un signal critique pour les producteurs et les consommateurs dans tous les secteurs et une source établie d’investissements et de croissance. Selon les études réalisées, le non-recours à ces politiques rendrait impossible l’atteinte des objectifs énoncés. L’investissement responsable et l’augmentation constante de la tarification du carbone permettraient une croissance mondiale annuelle de 0,7% par an pendant 15 ans et la création de millions d’emplois. Malgré les initiatives en ce sens, les réalisations actuelles sont loin des besoins. Le tarif moyen est de 2 dollars US par tonne de CO2 et doit atteindre 75 dollars par tonne d’ici 2030 pour rencontrer les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Il est également nécessaire d’instaurer un tarif commun pour les membres du G20 et une différenciation des tarifs selon les niveaux de développement. Ensuite, la production d’informations et d’études à destination des investisseurs privés est fondamentale pour dynamiser les investissements. Enfin, le soutien financier aux pays en développement et le transfert de technologie seront nécessaires. Le FMI produira les études et les informations ad hoc, intégrera de nouveaux indicateurs dans les rapports annuels sur la santé économiques des Etats et promouvra des modèles de croissances durables et faibles en émissions de GES.

 

David Malpass (Groupe Banque Mondiale) : La Banque mondiale a atteint un montant record de dépenses allouées au climat depuis deux ans. Le plan d’action 2021-2025 du GBM prévoit le financement massif, à hauteur de la moitié des fonds alloués, de l’adaptation des pays en développement au réchauffement climatique. Il ambitionne de larges dépenses focalisées sur les résultats et la stimulation des investissements privés. L’enjeu pour le président du GBM est de concilier environnement et développement comme moteurs du financement pour le climat. Par exemple, dans les pays en développement, le financement d’une agriculture durable, la part croissante d’énergies renouvelables dans le mix énergétique sont à privilégier. Les efforts du GBM seront de permettre la transition du charbon à des sources d’énergie renouvelable abordables.  Par ailleurs, la BM aide les Etats à réduire les subventions accordées à l’exploitation d’énergies fossiles et à implémenter la tarification du carbone.

 

Akinwumi Adesina (Banque africaine de développement) : Le continent africain perd l’équivalent de 7 à 15 milliards de dollars US par an du fait du changement climatique, un chiffre qui atteindra 50 milliards de dollars US par an d’ici 2040. L’Afrique est la plus exposée aux conséquences du réchauffement climatique. La Banque africaine de développement, a d’ores et déjà alloué 25 milliards de dollars US à la lutte pour le climat en 4 ans. La part de financement pour climat est passée de 9% en 2016 à 35% en 2019 pour atteindre 40% en 2021. Il s’agit aussi de financer la transition vers le recours aux énergies renouvelables à l’instar du financement de la plus grande zone de panneaux solaires au monde au Sahel à hauteur de 20 milliards de dollars US pour alimenter en électricité 250 millions de personnes. La Banque africaine de développement a également financé à hauteur de 6,5 milliards de dollars US le Great Green Wall, multiplié les partenariats en lançant notamment l’Africa adaptation acceleration program[26].

 

Organisations Internationales

 

Secrétaire général Antonio Guterres (Nations-Unies) : Le secrétaire général des Nations-Unies a réaffirmé la nécessité d’instaurer une coalition globale pour la neutralité carbone d’ici 2050, d’adapter les modèles économiques nationaux et de transformer tous les engagements pris en actions concrètes. Il s’est félicité que 18 à 24% des investissements post-COVID-19 soient alloués à la lutte contre les émissions de GES et la réduction de la pollution de l’air. Antonio Guterres a également souligné le besoin d’instaurer une pression fiscale sur le recours aux énergies fossiles tout en encourageant l’investissement dans les énergies renouvelables et des infrastructures durables. Il a ensuite exprimé la nécessité d’un bouleversement du secteur financier appelant les institutions bancaires et financières à élaborer des propositions concrètes en vue de la tenue de la COP26 en novembre 2021. Enfin, il a souligné la responsabilité des Etats les plus développés à l’égard des pays les plus vulnérables.

 

Ursula von der Leyen (Commission européenne) : La présidente de la commission européenne a mis en avant l’European green deal avec pour ambition de rendre l’Union européenne neutre en carbone d’ici 2050. L’UE projette à ce titre de réduire de près de 55% ses émissions de GES d’ici 2030 et d’étendre le carbon trading aux secteurs des transports et de la construction. En outre, Ursula von der Leyen a annoncé que 30% (environ 1 800 milliards d’euros) du plan de relance européen seraient dédiés à la réalisation des objectifs climatiques européens, à la création de nouveaux marchés et de nouveaux emplois, à l’innovation, aux investissements ainsi qu’à la recherche. Enfin, l’Union européenne a affirmé son aide aux pays les plus vulnérables.

 

Charles Michel (Conseil européen) : Pour le président du Conseil européen, il est nécessaire d’encourager le financement en faveur de la protection du climat. Les pays membres de l’UE se sont accordés pour allouer au moins 100 milliards d’euros par an à cette fin faisant de l’UE la première source de financements publics aux pays en développement. C’est également l’investissement privé qui doit être encouragé notamment au moyen des green bonds[27] et d’initiatives à l’instar de l’International platform on sustainable finance[28]. Cette année, la Banque européenne d’investissement a rendu toutes ses activités compatibles avec les objectifs fixés par l’Accord de Paris et dédié 50% de ses fonds annuels à des projets durables d’ici 2025 et à hauteur de 1000 milliards d’euros pour la décennie 2020-2030.

 

Yannick Glemarec (Green Climate Fund) : L’innovation dans de nouvelles technologies, de nouveaux modèles commerciaux et instruments financiers sont impératifs pour parvenir aux objectifs de l’Accord de Paris. Le Green climate fund œuvre a ce titre avec près de 200 partenaires dont des banques de développement, certaines agences onusiennes et des fonds privés dans le but de financer les pays en développement et leurs besoins. Les projets déployés doivent permettre la création de nouveaux marchés.

 

[1] Les gaz à effet de serre sont d’origine naturelle (vapeur d’eau) ou anthropique (liés aux activités humaines) absorbant et réémettant une partie des rayons solaires (rayonnement infrarouge), un phénomène à l’origine de l’effet de serre. Les principaux gaz à effet de serre liés aux activités humaines (et responsables du réchauffement non naturel de la planète) sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l’oxyde nitreux ou protoxyde d’azote (N2O) et certains gaz fluorés. Source : https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1855

[2] La neutralité carbone implique un équilibre entre les émissions de carbone et l’absorption du carbone de l’atmosphère par les puits de carbone. Pour atteindre des émissions nettes nulles, toutes les émissions de gaz à effet de serre dans le monde devront être compensées par la séquestration du carbone. Un puits de carbone est tout système qui absorbe plus de carbone qu’il n’en émet. Les principaux puits de carbone naturels sont le sol, les forêts et les océans. Source : https://www.europarl.europa.eu/news/fr/headlines/society/20190926STO62270/qu-est-ce-que-la-neutralite-carbone-et-comment-l-atteindre-d-ici-2050

[3] Article 2§1.a de l’Accord de Paris sur le climat

[4] Alliance intergouvernementale de 121 Etats, créée en 2016 ayant pour objectif d’exploiter l’énergie solaire afin de réduire la dépendance des pays membres aux énergies fossiles. https://isolaralliance.org/

[5] Plan de coopération bilatérale visant à atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris sur le climat. https://www.state.gov/u-s-india-joint-statement-on-launching-the-u-s-india-climate-and-clean-energy-agenda-2030-partnership/

[6] Soutenant que le Royaume-Uni avait réduit ses émissions de CO2 de 42% depuis 1990

[7] Aussi nommée stockage ou confinement du CO2, le terme désigne le processus de capture du CO2 émis lors du processus de production, son transport et son dépôt dans un lieu de stockage de sorte qu’il ne puisse pas entrer dans l’atmosphère. Bien que ces techniques soient connues et déjà pratiquées, le stockage à long-terme du CO2 est un concept récent.

[8] Lors de la COP21 de 2015, les Etats développés s’étaient engagés à mobiliser 100 milliards de dollars par an dès 2020 à destination des pays en développement. Source : https://www.economie.gouv.fr/cop21-lobjectif-100-milliards-dollars-des-2020-est-en-vue#

[9] Coalition ayant pour objectif de mobiliser un milliard de dollars US pour protéger les forêts tropicales et les communautés dont les modes de vie en dépendent. Source : https://www.leafcoalition.org/

[10] Regroupement de plus de 160 sociétés concentrant 70 000 milliards d’actifs afin de transformer le secteur financier vers la neutralité carbone d’ici 2050. Source : https://www.unep.org/news-and-stories/press-release/mark-carney-un-race-zero-campaign-cop26-presidency-launch-net-zero#:~:text=The%20Glasgow%20Financial%20Alliance%20for,the%20transition%20to%20net%20zero

[11] « Modèle économique dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) ainsi que la production des déchets. L’économie circulaire se traduit notamment par l’éco-conception et l’éco-innovation ; les nouveaux modèles économiques (comme le réemploi au titre de l’économie de la fonctionnalité, le social business…), l’écologie industrielle et territoriale («les déchets des uns deviennent les matières premières ou sources d’énergie des autres») ; la réutilisation et le recyclage des déchets ; la valorisation de la biomasse et ; l’économie de proximité et les circuits courts. ». Source : https://www.cci.fr/web/developpement-durable/economie-circulaire

[12] Plan de coopération bilatéral pour promouvoir une décarbonisation globale, implémenter les objectifs de l’Accord de Paris et soutenir les pays en développement dans la région Indopacifique. Source : https://www.whitehouse.gov/wp-content/uploads/2021/04/U.S.-Japan-Climate-Partnership.pdf

[13] Initiative intergouvernementale pour limiter les émissions de GES dans les pays en développement et aider à adapter les sociétés les plus vulnérables au réchauffement climatique. Source : https://www.greenclimate.fund/

[14] Fait de mettre un prix sur la pollution par émission de CO2 dans le but de réduire les émissions et stimuler les investissements vers des options plus adaptées à la protection du climat

[15] Plan destiné à achever la neutralité carbone d’ici 2050 à l’échelle européenne et mettre en œuvre une croissance durable. Source : https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal_fr

[16] Réseau de huit banques centrales établi en 2017 comprenant désormais 42 membres sur les cinq continents dans le but de financer la transition vers un système faible en émissions de CO2 et permettant d’atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris. Source : https://www.banque-france.fr/en/financial-stability/international-role/network-greening-financial-system

[17] Source : https://www.greatgreenwall.org/great-green-wall-accelerator

[18] Une initiative ambitionnant du lutter contre la désertification en Afrique en faisant prospérer la végétation sur près de 8000km. Source : https://www.greatgreenwall.org/about-great-green-wall

[19] 1 tonne de méthane équivaut à plus de 2,5 tonnes de CO2 émises

[20] Système d’échange de droits d’émissions de GES

[21] Apparu en 1964, le PRCD est un principe juridique du droit international de l’environnement selon lequel les pays en développement ne peuvent être soumis aux mêmes mesures de redressement et de réparation que les pays le plus développés. Ils doivent être soumis à des conditions permettant de faciliter leur ouverture et leur développement. En pratique, ce principe est la justification d’une exploitation intense des ressources naturelles par les pays en développement.

[22] 82,2% d’énergies renouvelables réparties comme suit : 63,5% d’hydroélectricité, 8,9% d’éolien, 8,7% de biomasse et 1,1% de solaire

[23] Dévoilé en 2020, le plan de développement prévoit l’implémentation d’un modèle de développement apte à rencontrer les objectifs issus de l’Accord de Paris. Source : https://www.environment.gov.za/mediarelease/nationalclimatechange_adaptationstrategy_ue10november19#:~:text=South%20Africa’s%20National%20Climate%20Change%20Adaptation%20Strategy%20(NCCAS)%20supports%20the,Paris%20Agreement%20on%20Climate%20Change.&text=It%20gives%20effect%20to%20the,economy%20and%20a%20just%20society.

[24] Les contributions déterminées au niveau national (NDCs) sont au cœur de l’Accord de Paris et de la réalisation des objectifs qui y sont fixés. Ils définissent les efforts déployés par chaque pays pour réduire ses émissions nationales. Elles sont détaillées à l’article 4§2 de l’Accord de Paris. Source : https://unfccc.int/fr/processus-et-reunions/l-accord-de-paris/l-accord-de-paris/contributions-determinees-au-niveau-national-ndcs

[25] Initiative gouvernementale pour prévenir le gaspillage et mettre en œuvre une meilleure utilisation des ressources. Source : http://zerowaste.gov.tr/

[26] Le projet mobilise 25 milliards de dollars pour accélérer l’adaptation du continent au changement climatique. Source : https://www.afdb.org/en/news-and-events/press-releases/new-african-development-bank-gca-initiative-will-galvanize-25-billion-scale-african-climate-adaptation-40567

[27] Emprunts obligataires émis sur les marchés financiers pour financer les projets contribuant à la transition écologique

[28] Forum de dialogue entre décideurs dans le but de stimuler les investissements privés pour l’environnement. Source : https://ec.europa.eu/info/business-economy-euro/banking-and-finance/sustainable-finance/international-platform-sustainable-finance_en


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search