Quelle place pour les nouvelles technologies de l’information et de la communication dans les soulèvements populaires aux Proche et Moyen-Orient ?

Des Printemps arabes de 2011 aux nouveaux souffles printaniers de 2019

Co-écrit avec Pénélope Malka

 

Que reste-t-il des printemps arabes, dix ans après l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid, en Tunisie ? Cet acte sacrificiel, empli de misère et de désespoir, a-t-il permis de changer la vie des peuples arabes qui se sont ensuite soulevés contre les régimes autoritaires en place ? Les réseaux sociaux, souvent associés à ces événements, ont-ils servi de catalyseur et provoqué cette prise de conscience ?   

 

Le suicide de ce jeune vendeur de légumes a entraîné une vague de colère chez les habitants de la région, pauvre et agricole, ainsi que dans la capitale. Elle gagne progressivement l’ensemble de la région arabe. Outre le départ de Ben Ali – réclamé par le slogan « Dégage ! »[1] – et l’instauration d’un régime plus libéral et démocratique[2], les manifestants exigent également un meilleur partage des richesses leur permettant dès lors d’améliorer leurs conditions de vie. 

La simultanéité des révolutions arabes se traduit implicitement par des combats systémiques dus au déficit de gouvernance et au dysfonctionnement des Etats-Nations arabes[3]. B. Badie rappelle[4], en outre, que le lien social a été brisé au fil des décennies par l’absence de leadership. Cette absence a contribué au blocage de l’appareil politique, provoquant alors la colère des peuples arabes qui réclament plus de « liberté, d’égalité et de dignité »[5] (justice sociale). Certains emploieront l’expression de « Révolution Internet » tant les NTIC, les réseaux sociaux en particulier, ont semblé jouer un rôle prépondérant dans la mobilisation populaire[6]. Mais la libération de la parole est loin d’être accueillie uniformément : les destins varieront entre guerre civile en Libye, transition démocratique en Tunisie ou encore, renforcement de la monarchie au Maroc… Les printemps arabes, s’ils n’ont pas totalement échoué, n’ont alors permis qu’un succès en demi-teinte. Aujourd’hui, les peuples arabes marchent donc toujours sur des cendres brûlantes, prêtes à être ravivées à tout moment par la colère populaire.  

 

Les réseaux sociaux ont favorisé le passage à l’acte et la prise de conscience d’un malaise collectif”  

 

L’importance des réseaux sociaux est, pour les révolutions arabes, cruciale notamment dans la phase préparatoire. Lors de l’été 2011, dans le cadre du projet intitulé « Project on Information Technology and Political Islam », une équipe de chercheurs de l’université de Washington[7] s’est lancée dans l’analyse de tweets, de vidéos Youtube ou de blogs afin de déterminer l’impact d’Internet et des médias sociaux sur les révolutions. Les chercheurs en ont conclu qu’en Egypte et en Tunisie, les échanges en ligne ont souvent participé au déclenchement des mobilisations de rue.  

 Au cours de la révolution tunisienne, Facebook a été très largement utilisé pour contourner la censure et la propagande qui dominaient dans les médias traditionnels. Les réseaux sociaux ont permis en Egypte de coordonner les manifestations[8]. En cela, la campagne « Askar Kazeboon[9] lancée au cours de l’été 2011 est un exemple emblématique du cyberactivisme[10]. Ce collectif de volontaires sillonne le pays pour dénoncer les violences et les abus de l’armée envers les manifestants dont ces derniers apportent des preuves visuelles. Dans des quartiers populaires, où les gens ont un accès restreint à l’information, ils organisent même des projections sur de grands draps ou les façades d’immeubles. Ces pratiques ont inspiré les pays voisins et permis l’expansion de la vague révolutionnaire mais de manière hétérogène. Les blogs et plateformes similaires permettent de réagir instantanément et d’ouvrir le dialogue. Pour Z. Tufekci, sociologue américaine d’origine turque et L. Dakhli, historienne franco-tunisienne, il faut ainsi analyser les révolutions arabes selon leurs capacités et processus insurrectionnels et non pas, leurs issues ou finalités – comme l’héritage laissé dans la région à l’issue de ces évènements[11].  Entre autres, « la force avec laquelle ces mouvements ont réussi à imposer leur propre narration des faits vient en partie d’une recomposition de l’espace social à l’ère d’Internet »[12]. Les nouvelles technologies ont justement engendré des mutations profondes dans la nature même des mouvements sociaux, transformant leur organisation, leur visibilité et leur impact à long terme. Même si les grandes manifestations publiques n’ont eu qu’un impact limité sur les politiques officielles, elles ont donné aux Arabes le sentiment de la possibilité d’une action collective.  

 

Un impact virtuel à relativiser face aux forces politiques et médiatiques traditionnelles

 

L’expression « Révolution 2.0 » s’inscrit davantage dans une logique « marchande »[13] ou « sensationnelle »[14] que dans une démarche scientifique, au même titre que les « Printemps arabes ». Cela signifie que l’on cherche à vendre une certaine image des printemps arabes pour leur donner une signification[15]. Selon M. Gladwell, les liens virtuels qu’ils créent sont volatiles et ne seront jamais suffisants pour consolider, sur le terrain, des mouvements politiques susceptibles de provoquer le changement. En Tunisie, la classe politique dans son ensemble s’est finalement attachée aux anciennes pratiques clientélistes tandis que le peuple s’efforce de faire valoir la méritocratie. En témoignent les sit-in[16] qui se succèdent depuis 2017 autour du site pétrolier d’Al-Kamour. En Egypte, les conditions de vie actuelles de la population sont pires qu’en 2011. La corruption de l’armée continue de creuser les inégalités entre les classes sociales et les territoires. La population qui s’était organisée grâce aux réseaux sociaux est désormais constamment intimidée par un pouvoir violent qui n’hésite pas à faire de la peur du terrorisme islamiste un élément de sa légitimation, comme cela était fait du temps d’Hosni Moubarak. Les réseaux sociaux ont donc joué un rôle révolutionnaire seulement en ce qu’ils apportent aux peuples une manière inédite de s’exprimer pacifiquement face aux forces traditionnelles (partis politiques, presse, TV, opinion publique étrangère…). Alimenter les faits par des images repose sur quelque chose de « préexistant ». Les réseaux sociaux ne sont, en cela, qu’un support qui permet de matérialiser voire d’instrumentaliser une ou des réalités. Pour M. Bensalah[17], ces facilités journalistiques s’expliqueraient par une volonté de donner un sens à de tels évènements. Ainsi, dans son article « La révolte en réseau : le printemps arabe et les médias sociaux », D. Faris souligne les premières leçons tirées de l’expérience iranienne en 2009 à savoir que les « efforts de la promotion des médias sociaux pour répondre aux frustrations démocratiques resteront minimes »[18].

 

Relativiser sans nier l’importance des réseaux sociaux permet de saisir leur véritable utilité, en pleine évolution. En 1978 et 1979, lorsque des millions de personnes se sont mobilisées en Iran, Twitter, Facebook n’existaient pas encore. D’où le rôle des autres acteurs dans ces révolutions arabes. Mr. El-Oifi qualifiera, en ce sens, la chaîne d’informations « Al-Jazeera” de « scène politique de substitution »[19]. L’accès à la télévision était d’ailleurs plus commun que l’usage d’Internet ou d’un ordinateur. Selon la Banque Mondiale des données, les internautes tunisiens de 2011 représentaient moins de 39% sur 11 millions d’habitants. A ce chiffre, il paraît important de préciser que cet accès était principalement concentré dans les mains d’une classe moyenne éduquée. Son utilisation n’était pas représentative de l’ensemble de la population. En comparaison, il y aurait environ 64% d’utilisateurs aujourd’hui[20].

 

L’évolution de la place accordée aux réseaux sociaux dans la vie quotidienne face à des manifestants de plus en plus jeunes : un nouveau souffle printanier ? 

 

Les réseaux sociaux n’ont donc joué qu’un rôle mineur et parfois tardif. Même si leur ampleur avait été moindre, les révolutions auraient quand même eu lieu. Les réseaux ont, en revanche, permis aux peuples de ne plus se sentir seuls dans leur engagement personnel en permettant une déconstruction des logiques hiérarchiques. De nombreux Etats de la région étaient économiquement instables et les revendications étaient, elles aussi, bien ancrées[21]. Facebook ou Twitter, par exemple, sont avant tout des plateformes qui permettent une uniformisation ou mutualisation des dynamiques contestataires et non pas une production de celles-ci. Le peuple cherchait cet esprit de solidarité, jusque-là quasiment absent, permettant de pallier le manque de représentativité et de transparence, symptomatiques des régimes politiques alors en place en 2011. 

L’expression « Révolution 2.0 » semble alors exagérée[22] : les réseaux sociaux n’ont pas su apporter ce sentiment d’appartenance recherché. C’est pourquoi, il est préférable de désigner ceux-là comme un outil ou une « arme » permettant le contrôle de l’opinion. En effet, au Yémen ou en Libye, par exemple, la contestation s’est surtout militarisée et fragmentée en raison du peu de gens connectés ou de l’ingérence étrangère. En Syrie, les soulèvements étaient brutalement réprimés à tel point que le pays a sombré dans une guerre civile ayant des répercussions jusqu’au plus près des frontières européennes. Certains chercheurs s’interrogent donc encore aujourd’hui sur la qualification et l’interprétation des événements.

Il demeure évident que l’information et les médias, tous confondus, occupent une place stratégique dans les conflits modernes comme en témoigne, ici, le projet du gouvernement libanais d’imposer une taxe[23] de vingt centimes de dollars par minute sur les appels passés sur WhatsApp et d’autres messageries électroniques. Les réseaux sociaux ont alors devancé les forces traditionnelles. Ces nouvelles formes de communication facilitent la diffusion de photos dans le monde encouragée par les influenceurs, et renforcent les rangs des contestataires – à la suite de l’explosion d’août 2020 – par les hashtags « #lebanonprotest » ou « #thathoweprotest ». A présent, la population a davantage accès à ces « technologies » qu’au début des années 2010, ces dernières étant devenues beaucoup plus démocratisées et populaires. En ce sens, on constate le développement de nouvelles pratiques politiques comme la « Twiplomacy »[24] – à savoir l’usage des réseaux sociaux par les leaders politiques. De même, les appels à manifester en 2019 de l’entrepreneur Mohamed Ali[25] – alors exilé en Espagne – contre les abus de pouvoir du président égyptien Al-Sissi permettent de souligner la fragilité des sociétés arabes depuis 2011. Pour certains experts, cette année-là a, par ailleurs, été celle d’un nouveau souffle printanier. L’Algérie, à travers le mouvement du Hirak[26], s’est, elle-aussi, réveillée et a exigé le départ d’Abdelaziz Bouteflika et un changement radical du système politique algérien. L’interconnectivité qui existe au sein d’une même population est désormais un moyen d’unir les voix diverses qui forment un peuple. Ces nouvelles vagues de dénonciations à grande échelle se distinguent en particulier par la participation accrue de la jeunesse et des femmes aux manifestations ; lesquelles entendent ne pas répéter les erreurs passées, comme l’usage de la violence ou le ralliement aux partis islamistes.  

L’histoire récente a montré que les soulèvements peuvent subitement prendre fin. Si l’usage des réseaux sociaux à travers les « nouveaux printemps arabes » influence davantage la stabilité interne des Etats arabes qu’en 2011 et que le profil des manifestants a changé depuis les premiers printemps arabes, ces nouveaux soulèvements ne sont pas à l’abri de violentes répressions ou d’une avancée potentiellement « illusoire ». 

Ce nouveau souffle printanier qui ébranle certains régimes sera-t-il éphémère ou constituera-t-il la dernière étape nécessaire vers l’avenir démocratique auquel les peuples aspirent ?  

 

 

[1] BOUHDIBA, S. « Dégage ! La clameur publique du printemps tunisien », Troisième partie, « Clameur publique et émotions judiciaires – De l’Antiquité à nos jours » de Chauvaud.F et Prétou.P, 2013, pp 287-295.

[2] Entretien avec Kepel, G. (2013, 11 avril). « Avec les printemps arabes, les peuples ont conquis leur liberté d’expression », L’Express. https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/avec-les-printemps-arabes-les-peuples-ont-conquis-leur-liberte-d-expression_1239500.html

[3] Corruption,  paralysie du système fiscal, lenteur des procédures…

[4] BADIE, B. & ROUXEL, M. (2021, 28 janvier). “Entretien avec Bertrand Badie – Bilan, dix ans après les Printemps arabes”. Les Clés du Moyen-Orient. https://www.lesclesdumoyenorient.com/Entretien-avec-Bertrand-Badie-Bilan-dix-ans-apres-les-Printemps-arabes.html

[5] SAGHIEH, H. (2021, 09 janvier). « Les fossoyeurs de l’espérance des printemps arabes ». Courrier international. https://www.courrierinternational.com/article/analyse-les-fossoyeurs-de-lesperance-des-printemps-arabes

[6] KAPLAN, A. & HAENLEIN, M.

[7] Center for journalism, media & democracy (CJMD), Department of Communication :  https://cjmd.com.uw.edu/project-archives/the-project-on-information-technology-and-political-islam/

[8] GONZALEZ-QUIJANO, Y. & BEN GHARBIA, S. (2017, 16 décembre). « Les révolutions arabes : une révolution 2.0 ? Retour sur le cyberactivisme des Printemps arabes ». Institut du Monde Arabe en partenariat avec Le Mouton Numérique. https://www.imarabe.org/en/rencontres-debats/les-revolutions-arabes-une-revolution-20

[9] TEMMOURI, F. (2012, 24 janvier). « Egypte, opération coup de poing contre les militaires ». Le Point. https://www.lepoint.fr/monde/egypte-apres-le-telephone-arabe-le-reseau-social-arabe-24-01-2012-1423172_24.php

[10] NAJAR, S. (dir.). (2013). « Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe ». Karthala, IRMC

[11] Traces virtuelles, archives, redéfinition des frontières…

[12] MORIN, V. op.cit.  

[13] HACHAD, N. (2013). « ‘‘Dégage !’’ C’est la révolution. En guise de manifeste pour les révoltes arabes de 2010-2012 », Lignes, vol. 40, n° 1, pp. 133-150.

[14] « Pathos » : partie de la rhétorique qui traite des moyens propres à émouvoir l’auditeur (CRNTL).

[15] NEHARI-ROUBAI, N. & BENRAMDANE, F. (2018, 31 décembre). « Printemps arabe : de l’événement à la formule discursive ». Multilinguales, 10. https://journals.openedition.org/multilinguales/3580

[16] JLASSI, W. (2021, 12 février). « Tunisie : L’armée empêche les sit-inneurs d’El Kamour de fermer la station de pompage de pétrole », AA. https://www.aa.com.tr/fr/afrique/tunisie-larmée-empêche-les-sit-inneurs-del-kamour-de-fermer-la-station-de-pompage-de-pétrole-/2142216

[17] BENSALAH, M. (2012). « Réseaux sociaux et révolutions arabes ? », Paris, Ed. Michalon.

[18] FARIS, M. D. (2012). « La révolte en réseau : le printemps arabe et les médias sociaux ». Politique étrangère, Printemps 2012, pp 99-109. https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-99.htm

[19]EL OIFI, M. (2011, mai). « Al-Jazira, scène politique de substitution ». Le Monde Diplomatique. https://www.monde-diplomatique.fr/2011/05/EL_OIFI/20485

[20] « Utilisateurs d’Internet (% de la population) – Tunisie de 1994 à 2019 », Union internationale des télécommunications, Rapport et Base de données sur le développement des télécommunications/TIC dans le monde, Banque mondiale des données, https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/IT.NET.USER.ZS?locations=TN oues

[21] Selon K. Bitar, chercheur à l’IRIS, l’instabilité liée à la guerre en Irak, au conflit israélo-palestinien, à la montée du terrorisme islamiste (etc) sont autant de facteurs qui ont renforcé les régimes autoritaires et qui paradoxalement, ont poussé à l’initiative révolutionnaire. Interview réalisé par Anne Collin. (2011, 31 janvier). « ‘‘Un processus irréversible à moyen terme’’ dans le monde arabe ». L’OBS. https://www.nouvelobs.com/opinions/20110131.OBS7244/interview-un-processus-irreversible-a-moyen-terme-dans-le-monde-arabe.html    

[22] DAOU, M. (2013, 04 février). « Printemps arabe : Le rôle des réseaux sociaux a été très exagéré », France 24. https://www.france24.com/fr/20130204-printemps-arabe-revolution-reseaux-sociaux-facebook-youtube-twitter-egypte-tunisie-libye-internet

[23] STEPHAN, L. (2019, 18 octobre). « ‘‘L’annonce de la taxe sur WhatsApp est l’étincelle’’ : colère contre de nouveaux prélèvements à Beyrouth ». Le Monde. https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/18/tout-est-cher-au-liban-on-n-en-peut-plus-a-beyrouth-des-milliers-des-manifestants-contre-de-nouvelles-taxes_6016010_3210.html 

[24] SANDRE, A. (2012, 03 décembre). « Social media diplomacy  the rules of social engagement ». Diplo. https://www.diplomacy.edu/blog/social-media-diplomacy-rules-engagement

[25] Homme d’affaires égyptien réfugié en Espagne, Mohamed Ali, avait posté une série de vidéos sur les réseaux sociaux, dénonçant alors la corruption régnante au sein du régime d’Al-Sissi. Ses vidéos, devenues virales, ont poussé des milliers d’Egyptiens à descendre dans les rues et ont ébranlé pendant quelques jours le pouvoir en place.

[26] MEHENNI, M. (2021, 23 février). « Deux ans. En Algérie, le ‘‘Hirak est de retour !’’ ». Courrier International. https://www.courrierinternational.com/article/deux-ans-en-algerie-le-hirak-est-de-retour

 

Bibliographie

Bensalah, M. (2012). Réseaux sociaux et révolutions arabes ?. Editions Michalon.

Bouhdiba, S., Chavaud, F. & Prétou, P. (dir.) (2013). Dégage ! La clameur publique du printemps tunisien, Clameur publique et émotions judiciaires – De l’Antiquité à nos jours (287-295). Presses Universitaires de Rennes. https://doi.org/10.4000/books.pur.49036

Collin, A. (2011, 31 janvier). (INTERVIEW) « Un processus irréversible à moyen terme » dans le monde arabe. L’OBS. https://www.nouvelobs.com/opinions/20110131.OBS7244/interview-un-processus-irreversible-a-moyen-terme-dans-le-monde-arabe.html

Daou, M. (2013, 04 février). Printemps arabe : Le rôle des réseaux sociaux a été très exagéré. France 24. https://www.france24.com/fr/20130204-printemps-arabe-revolution-reseaux-sociaux-facebook-youtube-twitter-egypte-tunisie-libye-internet

El Oifi, M. (2011, mai). Al-Jazira, scène politique de substitution. Le Monde Diplomatique. https://www.monde-diplomatique.fr/2011/05/EL_OIFI/20485

Entretien avec Kepel, G. (2013, 11 avril). « Avec les printemps arabes, les peuples ont conquis leur liberté d’expression ». L’Express. https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/avec-les-printemps-arabes-les-peuples-ont-conquis-leur-liberte-d-expression_1239500.html

Faris, M. D. (2012). La révolte en réseau : le printemps arabe et les médias sociaux. Politique étrangère, Printemps 2012, 99-109. https://www.cairn.info/revue-politique-etrangere-2012-1-page-99.htm

Gonzales-Quijano, Y. & Ben Gharbia, S. (2017, 16 décembre). Les révolutions arabes : une révolution 2.0 ? Retour sur le cyberactivisme des Printemps arabes. Institut du Monde Arabe en partenariat avec Le Mouton Numérique. https://www.imarabe.org/en/rencontres-debats/les-revolutions-arabes-une-revolution-20

Hachad, N. (2013). « Dégage ! » C’est la révolution. En guise de manifeste pour les révoltes arabes de 2010-2012. Lignes, vol. 40, n° 1, 133-150. https://www.cairn.info/revue-lignes-2013-1-page-133.htm

Jlassi, W. (2021, 12 février). Tunisie : L’armée empêche les sit-inneurs d’El Kamour de fermer la station de pompage de pétrole. AA. https://www.aa.com.tr/fr/afrique/tunisie-larmée-empêche-les-sit-inneurs-del-kamour-de-fermer-la-station-de-pompage-de-pétrole-/2142216

Kaplan, A. & Haenlein, M. (2010). Users of the world, unite! The challenges and opportunities of Social Media. Business Horizons, 53 (1), 59-68. 

Mehenni, M. (2021, 23 février). Deux ans. En Algérie, le « Hirak est de retour ! ». Courrier International. https://www.courrierinternational.com/article/deux-ans-en-algerie-le-hirak-est-de-retour

Morin, V. (2017, 14 octobre). Comment Internet a fait les « printemps arabes ». Le Monde. https://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/14/comment-internet-a-fait-les-printemps-arabes_5201063_3232.html

Najar, S. (dir.). (2013). Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe. Karthala, IRMC

Nehari-Roubai, N. & Benramdane, F. (2018, 31 décembre). « Printemps arabe : de l’événement à la formule discursive ». Multilinguales, 10. https://journals.openedition.org/multilinguales/3580

Saghieh, H. (2021, 09 janvier). Les fossoyeurs de l’espérance des printemps arabes. Courrier international. https://www.courrierinternational.com/article/analyse-les-fossoyeurs-de-lesperance-des-printemps-arabes

Sandre, A. (2012, 03 décembre). Social media diplomacy  the rules of social engagement. Diplo. https://www.diplomacy.edu/blog/social-media-diplomacy-rules-engagement

Stephan, L. (2019, 18 octobre). « L’annonce de la taxe sur WhatsApp est l’étincelle » : colère contre de nouveaux prélèvements à Beyrouth . Le Monde. https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/18/tout-est-cher-au-liban-on-n-en-peut-plus-a-beyrouth-des-milliers-des-manifestants-contre-de-nouvelles-taxes_6016010_3210.html

Temmouri, F. (2012, 24 janvier). Egypte, opération coup de poing contre les militaires. Le Point. https://www.lepoint.fr/monde/egypte-apres-le-telephone-arabe-le-reseau-social-arabe-24-01-2012-1423172_24.php

 

Sitographie

Badie, B. & Rouxel, M. (2021, 28 janvier). “Entretien avec Bertrand Badie – Bilan, dix ans après les Printemps arabes”. Les Clés du Moyen-Orient. https://www.lesclesdumoyenorient.com/Entretien-avec-Bertrand-Badie-Bilan-dix-ans-apres-les-Printemps-arabes.html

« Utilisateurs d’Internet (% de la population) – Tunisie de 1994 à 2019 », Union internationale des télécommunications, Rapport et Base de données sur le développement des télécommunications/TIC dans le monde, Banque mondiale des données, https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/IT.NET.USER.ZS?locations=TN

Center for journalism, media & democracy (CJMD), Department of Communication :  https://cjmd.com.uw.edu/project-archives/the-project-on-information-technology-and-political-islam/

 

Des cartes pour aller plus loin

https://www.lesechos.fr/2016/01/il-y-a-cinq-ans-le-printemps-arabe-declenchait-lespoir-mais-aussi-le-chaos-193897

http://lesreseauxsociauxdanslamondialisation.e-monsite.com/pages/ampleurs-et-enjeux-des-reseaux-sociaux.html

https://digitalkpi.fr/limpact-des-reseaux-sociaux-dans-nos-societes-en-8-dates-cles/


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search