Le Cachemire : une paix impossible ?

Les origines d’un conflit sans fin

Synthèse : Depuis plus de 70 ans, la région du Cachemire cristallise les tensions entre les États qui la bordent, en particulier l’Inde et le Pakistan. Si les deux pays se sont affrontés de nombreuses fois pour le contrôle de la région, les tensions avaient connu une accalmie au cours des deux dernières décennies. Or en août 2019, le gouvernement du premier ministre Indien Narendra Modi a décidé d’abolir le statut de semi-autonomie de la région du Jammu-et-Cachemire, la partie indienne du Cachemire. Cette décision a failli relancer la guerre avec le Pakistan. Bien qu’aucun affrontement militaire n’ait eu lieu depuis, les relations entre les deux pays se sont à nouveau gravement détériorées. Sans amélioration notable en plus de 70 ans, la paix au Cachemire est-elle impossible ? Pour comprendre ce conflit sans fin, il faut revenir à ses origines.

 

Aux origines du conflit, une partition inachevée

 

Le Cachemire est une région située au Nord du sous-continent indien. D’une superficie d’environ 222 000 km2, soit environ l’équivalent du Royaume-Uni, il est bordé à l’est par la Chine, au sud par l’Inde, à l’ouest par le Pakistan et au nord par l’Afghanistan. Le Cachemire est aujourd’hui divisé en trois grandes entités : le Cachemire Indien nommé Jammu-et-Cachemire (92 437 km2), le Cachemire Pakistanais appelé l’Azad Cachemire (78 114 km2) et le Cachemire Chinois qui correspond à la région de l’Askai Chin (42 685 km2)[1]. Cette partition, qui se veut un compromis entre les revendications territoriales des trois États est à la fois une cause et une conséquence des tensions que connait la région depuis plus de 70 ans. 

Le conflit du Cachemire prend sa source au milieu du XXème siècle avec la disparition du Raj Britannique. En 1947, l’empire Britannique des Indes est dissout. Plusieurs régions dont la population est majoritairement musulmane se rassemblent et forment un État indépendant appelé Pakistan[2]. L’Inde hérite de la quasi-totalité des territoires restants, essentiellement peuplés d’hindous[3]. Enfin, certaines régions de l’ancien empire n’intègrent aucun des deux États. C’est le cas notamment de l’État princier de l’Hyderabad, annexé par l’Inde en 1948, et de la région du Cachemire. Cette dernière est alors sous le contrôle de son maharajah le prince Henri Singh. Contrairement à l’immense majorité de ses sujets, le prince est de confession hindouiste. Ce détail va avoir des conséquences déterminantes sur l’avenir de la région. En effet, très vite, il apparaît que l’indépendance du Cachemire est compromise. L’Inde et le Pakistan convoitent la région pour sa position stratégique et ses ressources agricoles et en eau. Si le Pakistan peut compter sur une population essentiellement musulmane, l’Inde de son côté se rapproche du prince hindou. C’est pourquoi, lorsque le Pakistan envoie des groupes armés pour déstabiliser le royaume, Henri Singh n’a d’autre choix que de demander de l’aide à l’Inde. En contrepartie, il s’engage à rattacher son royaume à l’Union indienne[4].  

C’est dans ce contexte que débute la première guerre indo-pakistanaise. Elle se soldera en 1949 par la partition de l’État princier en deux territoires séparés par une ligne de cessez-le-feu : au nord, la partie pakistanaise et au sud, le Jammu-et-Cachemire indien. Les accords [5]négociés sous l’égide de l’ONU prévoient, outre l’établissement de cette « frontière », qu’un référendum d’autodétermination du Cachemire devra avoir lieu. Or, l’Inde qui craint l’issue du scrutin s’y oppose et le référendum n’aura jamais lieu. Loin d’apporter la paix dans la région, les accords vont alors être à l’origine de nouvelles tensions et rancœurs qui subsistent encore aujourd’hui, plus de soixante-dix ans après.

 

Soixante-dix ans de guerre

 

Dans les années 1960, c’est au tour de la République Populaire de Chine de s’inviter dans la partie. Au cours de la guerre sino-indienne de 1962[6], elle s’empare de la partie orientale du Cachemire indien, l’Aksai Chin, une zone peu peuplée et peu cultivable mais qui présente un intérêt stratégique pour le contrôle du Tibet[7]. Entre 1962 et 2020, peu d’accrochages se produisent dans la région. Les véritables tensions ont lieu le long de la ligne de cessez-le-feu de 1949, à la frontière entre le Pakistan et l’Inde. Les deux pays s’affrontent à plusieurs reprises, notamment en 1965 suite à l’intrusion dans la partie indienne d’un millier de partisans du Cachemire libre, soutenus par le Pakistan. Un autre conflit éclate en 1971 lorsque le Pakistan oriental obtient son indépendance grâce au soutien de l’Inde et devient le Bangladesh[8].  

Le Jammu-et-Cachemire, la partie indienne, est probablement celle qui connaît les troubles les plus importants. Dans les années 1980, des mouvements séparatistes contestent la tutelle de l’Inde. La corruption, la fraude et l’omniprésence du gouvernent indien dans les affaires de la région alimentent le mécontentement populaire. En 1987, face à la monté des violences, l’Inde envoie son armée dans la région. Cette opération relance les tensions avec le Pakistan qui voit d’un mauvais œil les troupes massées le long de la frontière. Or, l’Inde accuse le Pakistan de financer et de former les insurgés, des allégations que ce dernier a toujours démenties. Ce climat d’insécurité et de suspicion va exacerber les tensions autour de la région et entraîner des bouleversements politiques.

 

Des antagonismes croissants

 

En 2014, l’Inde élit un nouveau premier ministre. Narendra Modi, un ultra nationaliste hindou, qui a fait du maintien de l’ordre et de la lutte contre le terrorisme islamiste ses priorités. Son arrivée au pouvoir relance immédiatement les tensions avec le Pakistan et provoque un mécontentement généralisé au Jammu-et-Cachemire qui demeure majoritairement musulman. La politique répressive du nouveau premier ministre à l’égard des musulmans[9] provoque une résurgence des tensions communautaires. Sur fond de rivalité entre deux pays, le conflit géostratégique du Cachemire semble se transformer en guerre de religion. C’est dans ce contexte extrêmement tendu que Narendra Modi a décidé le 5 août 2019 de révoquer le statut de semi-autonomie du Jammu-et-Cachemire. En abolissant ce statut vieux de 72 ans et jusqu’alors garanti par la Constitution indienne, le premier ministre est passé très près de relancer la guerre avec le Pakistan. Le 7 août 2019, plutôt que d’engager ses troupes dans un nouveau conflit destructeur, Islamabad a réagi en expulsant l’ambassadeur indien, en rompant les relations commerciales avec l’Inde et en dénonçant l’illégalité de la démarche devant les instances internationales. Le choix de la modération n’a toutefois pas porté ses fruits car la communauté internationale s’est bien gardée de critiquer et de condamner le comportement de l’Inde. Quant à la rupture des liens diplomatiques et commerciaux avec l’Inde, elle dure depuis bientôt deux ans et ne montre aucun signe de détente. Islamabad a par ailleurs récemment réaffirmé sa position sur la question en affirmant que le commerce transfrontalier resterait gelé tant que l’Inde n’aurait pas rendu au Jammu-et-Cachemire son statut de semi-indépendance[10].

Cette décision de l’Inde a donc été lourde de conséquences. Non seulement elle a relancé les tensions avec le Pakistan et entraîné des contestations populaires mais elle a aussi provoqué l’inquiétude de Pékin. Depuis la fin de la guerre sino-indienne de 1962 et l’établissement d’une ligne de cessez-le-feu, la Chine revendique la région du Ladahk située dans le Nord-Est du Jammu-et-Cachemire. Craignant que la révocation du statut de semi-autonomie ne compromette pour toujours la possibilité de récupérer ces territoires, Pékin a mobilisé son armée à la frontière[11]. En juin 2020, des accrochages avec les troupes envoyées par New Delhi pour contrer les éventuelles incursions chinoises ont fait plusieurs dizaines de morts[12].

 

Un avenir plus qu’incertain

 

Après plus de 70 ans, la situation ne montre aucun signe d’amélioration. Au contraire, elle semble avoir empiré et la révocation de la semi-autonomie du Jammu-et-Cachemire n’y est pas étrangère, provoquant une recrudescence de tensions aux frontières du Cachemire. Dans cette région, devenue l’une des plus militarisées du monde, où chaque accrochage menace de dégénérer en guerre ouverte, la paix semble encore bien lointaine. Au vu des antagonismes croissants, elle paraît même impossible. Tout d’abord, le Pakistan n’est pas prêt à renoncer à ses revendications sur la région, ne serait-ce que parce qu’il considère les musulmans du Cachemire comme faisant partie du peuple pakistanais. En 1965, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, le ministre des Affaires étrangères du Pakistan Zulfikar Ali Bhutto avait donné la mesure de cette détermination en déclarant qu’il était prêt à « livrer une guerre de mille ans pour libérer le Jammu-et-Cachemire » dont le peuple « fait partie du Pakistan dans son sang, dans sa chair, dans sa vie, apparenté à nous par sa culture, sa géographie, son histoire »[13]. Quant à l’Inde et la Chine, les enjeux stratégiques que présente le Cachemire sont trop importants pour que ces géants à l’ambition débordante renoncent au contrôle de la région. Des discutions trilatérales pourraient potentiellement apporter certaines améliorations et aboutir à la mise en place d’un nouveau consensus. Quoi qu’il en soit, il est certain que la voie unilatérale empruntée par New Delhi en 2019 n’est pas celle d’un règlement pacifique du conflit.

 

Bibliographie

Accrochage militaire dans l’Himalaya : l’Inde sous le choc, la Chine espère un apaisement. (2020, 17 juin). France 24. https://www.france24.com/fr/20200617-accrochage-dans-l-himalaya-l-inde-sous-le-choc-la-chine-esp%C3%A8re-un-apaisement

Chanda, T. (2020, 5 août). Le Cachemire, tiraillé entre l’Inde et le Pakistan. RFI. https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20200805-le-cachemire-territoire-tiraill%C3%A9-entre-l-inde-et-le-pakistan

Delacroix, G. (2019, 23 décembre). « L’Inde est en train d’institutionnaliser la discrimination des musulmans ». Le Monde.fr. https://www.lemonde.fr/international/article/2019/12/23/l-inde-est-en-train-d-institutionnaliser-la-discrimination-des-musulmans_6023843_3210.html

Deprez, F. (2021, 19 mars). Fragile cessez-le-feu entre le Pakistan et l’Inde. La Croix. https://www.la-croix.com/Monde/Fragile-cessez-feu-entre-Pakistan-lInde-2021-03-19-1201146577

Dougnac, V. (2020, 5 novembre). Entre l’Inde et la Chine, le face-à-face tendu sur la frontière invisible du Ladakh. La Croix. https://www.la-croix.com/Monde/Entre-lInde-Chine-face-face-tendu-frontiere-invisible-Ladakh-2020-11-05-1201123110

Paget, C. (2021, 25 janvier). Un nouvel accrochage ravive les tensions entre la Chine et l’Inde dans la région du Ladakh. RFI. https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20210125-un-nouvel-accrochage-ravive-les-tensions-entre-la-chine-et-l-inde-dans-la-r%C3%A9gion-du-ladakh

Pesnot, P. (2021, 6 février). 1971 – La naissance sanglante du Bangladesh. France Inter. https://www.franceinter.fr/emissions/rendez-vous-avec-x/rendez-vous-avec-x-06-fevrier-2021

Rekacewicz, P. (2000, 1 janvier). Cachemire : quelques repères. Le Monde diplomatique. https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/reperescachemire

 

[1] Rekacewicz, P. (2000, 1 janvier). Cachemire : quelques repères. Le Monde diplomatique.

[2] Le nouvel État comportait une partie occidentale située au nord-ouest de l’Inde et une partie orientale qui deviendra le Bangladesh en 1971.

[3] Aujourd’hui, les proportions restent les mêmes avec environ 80% d’hindous pour 14% de musulmans.

[4] Chanda, T. (2020, 5 août). Le Cachemire, tiraillé entre l’Inde et le Pakistan. RFI.

[5] Accords de Karachi, 1er janvier 1949.

[6] Guerre sino-indienne du 20 octobre au 21 novembre 1962 pour le contrôle de l’Aksai Chin.

[7] La route qui traverse l’Aksai Chin permet de relier les provinces chinoises du Tibet et du Xinjiang.

[8]  Pesnot, P. (2021, 6 février). 1971 – La naissance sanglante du Bangladesh. France Inter.

[9] Delacroix, G. (2019, 23 décembre). « L’Inde est en train d’institutionnaliser la discrimination des musulmans ». Le Monde.fr.

[10] Voir revue de presse Asie du Sud, 26 mars au 2 avril 2021. https://geopolri.hypotheses.org/1446

[11] Dougnac, V. (2020, 5 novembre). Entre l’Inde et la Chine, le face-à-face tendu sur la frontière invisible du Ladakh. La Croix.

[12] Paget, C. (2021, 25 janvier). Un nouvel accrochage ravive les tensions entre la Chine et l’Inde dans la région du Ladakh. RFI.

[13] Paget, C. (2021, 25 janvier). op. cit.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search