Traversée clandestine du « mur de la terreur » : quels enjeux à la frontière indo-bangladaise ?

Crédit : REUTERS/Mukesh Gupta

Les enjeux socio-économiques et sécuritaires de la politique frontalière indienne

 

 

Synthèse : Sur les 4 096 km de frontières séparant l’Inde du Bangladesh, s’étend une double clôture de barbelés de plus de 3200 km. Le mur a été bâti à l’initiative de l’Inde en réponse aux épisodes de violences de l’Agitation d’Assam (1979-1985). Il soulève aujourd’hui des problématiques variées allant de la précarisation des conditions de vie des populations locales aux dérives identitaires et sécuritaires du gouvernement indien. Conçu à sa création comme le moyen de bloquer l’immigration illégale bangladaise et les activités de contrebande à la frontière, le mur a largement atteint la situation des populations locales, vivant principalement du commerce transfrontalier. Puis, à la suite du développement de points de chute terroristes islamistes et indépendantistes au Bangladesh, l’Inde a lourdement militarisé sa frontière. L’initiative s’est changée en dérive en cumulant les entorses au droit national, international et aux droits de l’Homme dont les premières et principales victimes sont les populations civiles.

 

Territoire quasi-enclavé dans la République indienne, le Bangladesh partage 4096 km de frontière avec cinq États indiens : le Bengale occidental, — représentant plus de la moitié de sa frontière — le Assam, le Meghalaya, le Tripura et le Mizoram[1]. Le Bangladesh dispose également de 193 km de frontière avec la Birmanie.

Le Pakistan Oriental voit le jour le 14 août 1947 à la suite de la déclaration d’indépendance de l’État pakistanais vis-à-vis de l’Empire des Indes. Le pays fait ensuite sécession du Pakistan en 1971 pour prendre le nom de Bangladesh. La cohabitation avec son voisin indien a toutefois rencontré des périodes de vives tensions, notamment à la frontière. Entre 1979 et 1985, de nombreux cas de violences ont été reportés par le mouvement d’Assam, un mouvement nationaliste indien mené par la All Assam Students’ Union (AASU) et le All Assam Gana Sangram Parishad (AAGSP). Le mouvement protestait en faveur de l’identification et surtout l’arrêt des flux d’immigration clandestine bangladaise dans la région indienne de l’Assam. L’AASU craignait que les flux massifs en provenance du Bangladesh rendent la population locale minoritaire et que leurs droits, leur culture, leur langue et leurs terres reculent. En 1985, le gouvernement indien décide de conclure un accord avec l’AASU pour mettre fin aux violences à l’égard de la minorité bengali par la jeunesse de la région d’Assam ; ces violences ont culminé en 1983 avec le massacre de Nellie[2] causant la mort de 2000 Bangladais. Prévoyant alors la construction d’un mur de séparation entre l’Inde et le Bangladesh, il met momentanément fin au conflit. La construction du mur, qui court sur plus de 3200 km, débute en 1992 avant que le gouvernement ne décide en 1998 d’étendre sa construction sur l’ensemble de la frontière séparant les deux États[3].

Aujourd’hui, la frontière indo-bangladaise matérialise un repli politico-identitaire, marqué par une dérive sécuritaire et ignore la réalité sociale, économique et culturelle transfrontalière. Pour envisager ce phénomène, deux dimensions sont à prendre en compte. D’abord, ce mur-frontière tente de répondre à l’immigration clandestine et à la contrebande à laquelle est confrontée la région. Ensuite, dans une approche plus systémique que contextuelle, le mur indo-bangladais justifie une politique frontalière d’enfermement par un nationalisme latent et une menace terroriste transfrontalière marquée.

 

La frontière indo-bangladaise, une réponse socio-économique à une vie transfrontalière mal maîtrisée

 

Le mur indo-bangladais est d’abord une barrière qui souhaite faire face à une immigration plurielle et exponentielle.

En réalité ces flux sont antérieurs à l’existence du Bangladesh. Le Bangladesh et le Bengale occidental partagent une culture, des traditions et une langue commune. Avant d’être scindé entre une partie occidentale, indienne et orientale, devenue le Bangladesh, le Bengale disposait d’une langue, de traditions propres, d’un passé commun et de fait d’un idéal nationaliste collectif en contradiction avec les projets de construction étatique de l’époque[4]. Pourtant, le tracé de la frontière décidé par le juriste britannique, Lord Cyril Radcliffe[5] en 1947 ignore tant la géographie locale coupant à travers champs, rivières et villages que la proximité socio-culturelle des populations bengalies et bangladaises[6]. Il est à l’origine de lynchages, d’assassinats et de l’exil de près de 16 millions de personnes, les sikhs et les hindous rejoignant l’Inde et les musulmans le Pakistan. A l’issue de ce tracé existent 111 enclaves indiennes au Bangladesh et 51 enclaves bangladaises sur le territoire indien[7].

En 1974, l’accord Indira-Mujib[8] proposait de nationaliser les enclaves de part et d’autre de la frontière mais l’Inde refusa de le signer en invoquant l’inégalité de la redistribution de ces dernières. La question des enclaves est toujours d’actualité.

A l’origine, l’immigration est principalement religieuse, les hindous fuyant la répression musulmane du nouveau régime pakistanais[9]. Au total, ce sont 20 millions de Bangladais qui ont migré vers l’Inde entre 1950 et 2000. Cependant, dès 1983, la promulgation de l’Illegal Migrant Act par la République indienne rend les migrants bangladais illégaux. La loi ne donne par ailleurs ni lieu à une réelle politique d’accueil des migrants ni de régulation des flux[10].

Le mur se veut ensuite un rempart à une contrebande transfrontalière prolifique. En effet, aux enjeux socio-culturels précédemment énoncés, s’ajoutent des enjeux économiques renforcés par la mise en place de restrictions en termes de liberté de circulation, comme la contrebande, les trafics en tous genres etc.[11] Il est important de souligner que les populations paysannes bangladaises frontalières subsistent grâce au commerce transfrontalier illégal de médicaments, de drogues, de riz, mais également et surtout de bétail[12]. Au total, ce sont plus de 250 000 personnes vivant de ce commerce qui ont vu leur mode de vie bouleversé par l’édification de ce mur. Parallèlement, les visas d’exploitation transfrontalière sont monopolisés par des entrepreneurs indiens, précarisant davantage les populations locales. A titre d’exemple, à Hili, une province frontalière dotée d’un point de passage officiel des marchandises, des groupes de Bangladais passent tous les jours illégalement la frontière pour acheter des marchandises indiennes dans le but de les revendre légalement au Bangladesh. En effet, bien que le commerce transfrontalier soit interdit en Inde, il est autorisé au Bangladesh sous réserve du paiement d’une taxe. Malgré les répressions, les commerçants bangladais ne reculent devant rien pour mener à bien leurs opérations illicites quitte à utiliser des enfants comme passeurs.

 

La frontière indo-bangladaise, un enjeu politico-sécuritaire de premier plan

 

Si le mur a d’abord été bâti afin de protéger le territoire indien, s’est installée et prospère à la frontière une dérive sécuritaire en contradiction non seulement avec le droit indien mais aussi, et surtout avec le droit international. La présence de groupes terroristes islamistes et indépendantistes dans l’Assam incite l’Inde à militariser sa frontière[13]. Ces réseaux, alimentés depuis le Pakistan disposent de points de chute au Bangladesh, pays dans lequel l’islamisme radical est la tendance politique forte depuis le milieu des années 2000. Coïncident au même moment avec ce radicalisme d’État, des vagues d’attentats sur le territoire indien, culminant en 2005 avec l’explosion simultanée de 450 bombes légères à New Delhi. Dès lors, l’Inde s’est ancrée dans la méfiance à l’égard de son voisin oriental. En réponse à ces menaces, l’Inde a déployé 80 000 soldats indiens et 220 000 membres de la BSF (Indian Border Security Force) tout au long de sa frontière avec le Bangladesh. Toutefois, ce souci sécuritaire est rapidement devenu une dérive dont la population locale est la première victime.

Selon l’organisation bangladaise Odhikar, entre 2000 et 2018, ce sont 1114 citoyens bangladais qui ont été tués à la frontière, 1074 blessés, 1367 enlevés dont 111 sont toujours recherchés et 15 violés[14].

Ce constat de violation grave et systématique des droits de l’homme est largement partagé et documenté[15]. Ces abus sont à la fois des violations du droit indien, lequel n’autorise que les tirs de légitime défense et du droit international, certains tirs étant émis depuis le territoire indien vers le territoire bangladais. Pourtant, la tactique du shoot-to-kill de la BSF[16] bénéficie d’une immunité totale à la fois des pouvoirs locaux et nationaux témoignant de la claire stratégie d’une militarisation d’abord portée sur la répression des migrations économiques et des trafics plutôt que des menaces terroristes.

L’ultime motif de construction de ce mur, plus officieux, est politique. Il s’agit pour l’Inde d’affirmer matériellement sa frontière et in extenso sa domination régionale notamment en raison des sévères contentieux frontaliers avec la Chine et le Pakistan[17]. Ainsi, avant sa réélection en avril 2019, le premier ministre indien, Narenda Modi, envisageait le mur comme un symbole de souveraineté mais laissait surtout apparaitre crispations identitaires et ressentiment anti-musulman et anti-indépendantisme[18]. Ce nationalisme hindou est devenu l’angle majeur de la politique régionale indienne. Ce mur entre communautés hindou et musulmane en fait partie au même titre que le Citizen Amendment Act de décembre 2019 laissant craindre que les musulmans déjà appauvris ne soient in fine dépouillés de leur citoyenneté indienne ou contraints de systématiquement la justifier[19]. Toutefois, cette volonté de repli et d’exclusion est davantage l’expression « d’une souveraineté poreuse et d’une démocratie emmurée[20] » et de l’aveu d’une position de faiblesse que l’affirmation d’un État fort, en pleine maîtrise de ses frontières.

 

Ainsi, ce mur frontalier répond à des enjeux sociaux, économiques, sécuritaires et politiques. Toutefois cette stratégie d’enfermement matérialisé pose la question de son efficacité. Avec la plus forte densité de population au monde (1278 hab/km2) et disposant d’un des IDE les plus faibles, le Bangladesh est également fortement menacé par le changement climatique, risquant de perdre un cinquième de son territoire d’ici à 2050[21] : autant de raisons tendant à la massification et l’accélération de l’exode bangladais vers l’Inde plutôt qu’à sa restriction.

 

[1] Drici, N. (2019, 14 mai). Inde-Bangladesh : mur oublié, frontière meurtrière et vecteur de sanctuarisation du nationalisme hindou. Vision internationale.

[2] Le massacre de Nellie Agitation s’est produit en réaction à l’annonce du Premier ministre indien, Indira Gandhi, d’accorder le droit de vote à près de 4 millions de migrants Bangladais lors des élections de 1983. Dans la matinée du 18 février 1983, la population locale de la région d’Assam a pris d’assaut 14 villages du district de Nagaon. En six heures, plus de 2 000 personnes ont perdu la vie.

[3] Fernando, V. (2010, 1 mai). Le mur de séparation entre l’Inde et le Bangladesh : une réponse pertinente à l’immigration bangladaise ?

[4] Feldman, S. (2003). La formation de l’État et de la nation bengalis : la partition et les déplacements revisités. Revue internationale des sciences sociales, 1(1), 121-132.

[5] Lord Radcliffe est mandaté par le gouvernement Attlee pour définir le tracé de la frontière lors de la partition des Indes en 1947. Connue comme la « Ligne Radcliffe », les erreurs dans le tracé de la frontière ont mené à des affrontements et des tensions inter-ethniques majeures. En 1951, Nehru le déclare persona non grata en Inde.

[6] Rush E. (2012 août) Inde-Bangladesh, La frontière déjouée. Le Monde diplomatique.

[7] Gouvernement indien (2011, 11 septembre). India & Bangladesh Land Boundary Agreement, annexe II.

[8] Le traité indo-bangladais d’amitié, de coopération et de paix aménageait les relations bilatérales entre l’Inde et son nouveau voisin, le Bangladesh. L’implication de l’Inde lors de la guerre de libération du Bangladesh de 1971 a permis de créer des liens solides entre les deux États.

[9] Fernando, V. (2010, 1 mai). Le mur de séparation entre l’Inde et le Bangladesh : une réponse pertinente à l’immigration bangladaise ? Ritimo., op. cit.

[10] Berthet, S. (2016, 15 décembre). Les flux contrariés du Bengale. Réflexions sur la frontière indo-bangladaise. La vie des idées.

[11] Drici, N. (2019, 14 mai). Inde-Bangladesh : mur oublié, frontière meurtrière et vecteur de sanctuarisation du nationalisme hindou. Vision internationale, op. cit.

[12] Fernando, V. (2010, 1 mai). Le mur de séparation entre l’Inde et le Bangladesh : une réponse pertinente à l’immigration bangladaise ? Ritimo., op. cit.

[13] Boquérat, G. (2009). L’Inde et ses voisins : le laborieux passage de la confrontation à la coopération. Politique étrangère, automne (3).

[14] Ghosh, S. (2019, 19 septembre). The wall of death: An analysis of the contemporary issues of the India-Bangladesh border. The South.

[15] “Trigger Happy”. (2020, 18 novembre). Human Rights Watch.

[16] Adams, B. (2011, 24 janvier). India’s shoot-to-kill policy on the Bangladesh border. The Guardian.

[17] Fernando, V. (2010, 1 mai). Le mur de séparation entre l’Inde et le Bangladesh : une réponse pertinente à l’immigration bangladaise ? Ritimo., op. cit.

[18] Drici, N. (2019, 14 mai). Inde-Bangladesh : mur oublié, frontière meurtrière et vecteur de sanctuarisation du nationalisme hindou. Vision internationale, op. cit.

[19] Sur, M. (2020, 28 juillet). In the Name of Indian Citizenship? Criminalizing Statelessness at the India-Bangladesh Border. Oxford Law Faculty.

[20] Brown, W. (2009). Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique. Les prairies ordinaires.

[21] Rodier, C. (2012). 2. L’exploitation de la peur. Dans : Rodier, C., Xénophobie business : À quoi servent les contrôles migratoires ? (pp. 61-106). Paris : La Découverte.

 

Bibliographie

Adams, B. (2011, 24 janvier). Indias shoot-to-kill policy on the Bangladesh border. The Guardian. https://www.theguardian.com/commentisfree/libertycentral/2011/jan/23/india-bangladesh-border-shoot-to-kill-policy

Berthet, S. (2016, 15 décembre). Les flux contrariés du Bengale. Réflexions sur la frontière indo-bangladaise. La vie des idées. https://laviedesidees.fr/Les-flux-contraries-du-Bengale.html

Boquérat, G. (2009). L’Inde et ses voisins : le laborieux passage de la confrontation à la coopération. Politique étrangère, automne (3), 571-584.

Brown, W. (2009). Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique. Les prairies ordinaires.

Drici, N. (2019, 14 mai). Inde-Bangladesh : mur oublié, frontière meurtrière et vecteur de sanctuarisation du nationalisme hindou. Vision internationale. http://vision-internationale.com/inde-bangladesh-mur-oublie-frontiere-meurtriere-et-vecteur-de-sanctuarisation-du-nationalisme-hindou/#_ftn4

Feldman, S. (2003). La formation de l’État et de la nation bengalis : la partition et les déplacements revisités. Revue internationale des sciences sociales, 1(1), 121-132.

Fernando, V. (2010, 1 mai). Le mur de séparation entre lInde et le Bangladesh : une réponse pertinente à limmigration bangladaise ? Ritimo. https://www.ritimo.org/Le-mur-de-separation-entre-l-Inde-et-le-Bangladesh-une-reponse-pertinente-a-l

Ghosh, S. (2019, 19 septembre). The wall of death: An analysis of the contemporary issues of the India-Bangladesh border. The South. https://thesouthofglobe.com/2019/07/28/the-wall-of-death-an-analysis-of-the-contemporary-issues-of-the-india-bangladesh-border/

Gouvernement indien (2011, 11 septembre). India & Bangladesh Land Boundary Agreement, annexe II

Rodier, C. (2012). 2. Lexploitation de la peur. Dans : Rodier, C., Xénophobie business : À quoi servent les contrôles migratoires ? (pp. 61-106). Paris : La Découverte.

Rush E. (2012 août) Inde-Bangladesh, La frontière déjouée. Le Monde diplomatique https://www.monde-diplomatique.fr/2012/08/RUSH/48063

Sharma, P. (2013, 12 février). Inde – bangladesh. La fin dune frontière en trous de gruyère. Courrier international. https://www.courrierinternational.com/article/2011/09/09/la-fin-d-une-frontiere-en-trous-de-gruyere

Sur, M. (2020, 28 juillet). In the Name of Indian Citizenship? Criminalizing Statelessness at the India-Bangladesh Border. Oxford Law Faculty. https://www.law.ox.ac.uk/research-subject-groups/centre-criminology/centreborder-criminologies/blog/2020/02/name-indian

Trigger Happy”. (2020, 18 novembre). Human Rights Watch. https://www.hrw.org/report/2010/12/09/trigger-happy/excessive-use-force-indian-troops-bangladesh-border



Citer ce billet
Patricia Diogo et Robin Evans (2021, 20 avril). Traversée clandestine du « mur de la terreur » : quels enjeux à la frontière indo-bangladaise ? Questions Géopolitiques. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p07r

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search