Moyen-Orient : Revue de presse du 26 mars au 2 avril 2021

Crédit : Maxar Technologies

Politique

Déblocage du porte-conteneurs Ever Given qui bloquait le canal de Suez – 23-29 mars 2021

Le 23 mars 2021, un porte-conteneurs de la compagnie Evergreen, l’Ever Given, long de 400 mètres et pesant près de 200 000 tonnes, s’est échoué en travers du canal du Suez en raison de rafales de vent.

Depuis plus d’une semaine, le bateau a bénéficié de l’assistance d’au moins treize remorqueurs afin de désengorger l’espace de navigation indispensable au commerce mondial (10% du trafic maritime mondial transite par ce canal).

Même si, compte tenu de la situation sanitaire actuelle, les consommateurs consomment davantage de biens que de services, cet incident, pour de nombreux experts, doit être relativisé. Il ne devrait pas remettre en cause le commerce international, malgré les pertes estimées à près de 6 à 10 milliards de dollars par jour.

Il permet cependant de questionner le gigantisme des navires de commerce et de rappeler que d’autres routes commerciales maritimes plus longues existent contournant l’Afrique. Dans cette période de pandémie, cet événement permet de mettre en lumière la tension constante due à la demande à laquelle est soumis le commerce international et à quel point ce dernier continue, en dépit du gigantisme et de la demande croissante, à dépendre des flux physiques et des aléas géographiques.

Plus sur :

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/breves/evergiven-maritimisation

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/03/30/les-vulnerabilites-du-commerce-mondial-mises-en-lumiere-par-le-blocage-du-canal-de-suez_6074908_3234.html

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/03/29/canal-de-suez-bloque-le-porte-conteneurs-ever-given-a-commence-a-bouger_6074815_3212.htm

 

Tenue de la Ve conférence sur les donateurs pour la Syrie : des dons en baisse, une demande d’aide humanitaire croissante – 29-30 mars 2021

Ces 29 et 30 mars 2021, a eu lieu la Ve conférence sur les donateurs pour la Syrie, n’ayant finalement abouti qu’à 6.4 milliards de dollars de promesses de dons d’ici à 2022. L’ONU avait fixé pour objectif les 10 milliards de dollars de dons, sachant que près de 24 millions de syriens ont besoin de soutien financier pour faire face à une guerre qui dure depuis 10 ans désormais. L’ONU cherchait à réunir « 4.2 milliards de dollars pour la réponse humanitaire à l’intérieur de la Syrie et 5.8 milliards supplémentaires pour soutenir les réfugiés et les communautés d’accueil dans la région ».

Alors même que la situation empire dans la région, les donateurs, selon l’ONG Oxfam, ne semblent pas entendre l’appel de détresse des millions de Syriens déchirés par cette décennie de guerre.

Même si selon le régime de Damas, cette dernière a pris fin, la population syrienne n’en reste pas moins vulnérable et se trouve soumise aux différentes forces en présence que sont le régime de Bachar El-Assad, les rebelles syriens et les forces kurdes. En l’absence de dons supplémentaires, la population syrienne sombrera encore davantage dans l’insécurité alimentaire, alors même que 12.4 millions de personnes se trouvent dans cette situation en Syrie.

Plus sur :

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/31/l-aide-pour-la-syrie-se-reduit-malgre-l-urgence-humanitaire_6075100_3210.html

 

Retour sur la crise du système éducatif libanais chrétien – Mars 2021

Les écoles chrétiennes au Liban sont réputées pour la qualité de l’enseignement et la tolérance. Cette tolérance permet aux différentes communautés chrétiennes et musulmanes d’apprendre à vivre-ensemble. Les écoles chrétiennes sont un des lieux où se cimentent les nouvelles générations du peuple libanais dans toute sa diversité[1]. Depuis 2019, le pays traverse une crise politique, économique et sociale. L’explosion du port de Beyrouth en août 2020 a aggravé les difficultés que traverse le pays endommageant beaucoup d’écoles[2]. Par ailleurs, en août 2017, les écoles ont subi une réforme imposant une revalorisation des salaires du corps enseignant selon la loi 46[3]. L’épidémie du Covid-19 a amené le pays à confiner.

Ces différents événements ont mis à mal la capacité financière des familles et la possibilité des enfants d’aller à l’école. Les ONG constatent un retour du travail des enfants pour subvenir aux besoins du foyer[4]. Les écoles vont fermer, faute de pouvoir payer les professeurs. Depuis un an, certaines écoles ne payent que 50% du salaire des professeurs[5]. Malgré, l’aide d’ONG et de la diaspora, la situation est catastrophique[6]. Nombre d’enfants ne sont pas allés à l’école depuis un an. Cette situation fragilise leur avenir et celui du pays.

Plus sur :

[1] http://www.presence-mariste.fr/Les-ecoles-catholiques-au-Liban.html

[2]https://www.humanium.org/fr/beyrouth-les-droits-des-enfants-menaces-par-une-catastrophe-environnementale/

[3]http://www.senat.fr/international/groupes_amitie_cr/groupe_france_liban_entretien_avec_m_jean_christophe_deberre_directeur_general_de_la_mission_laique_francaise_19_juillet_2018.html

[4]https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20210402-liban-avec-la-crise-certains-enfants-pourraient-ne-jamais-retourner-%C3%A0-l-%C3%A9cole-craint-une-ong

[5] https://www.raoul-follereau.org/liban-les-ecoles-chretiennes-a-bout-de-souffle/

[6]https://www.humanium.org/fr/beyrouth-les-droits-des-enfants-menaces-par-une-catastrophe-environnementale/

 

International

Signature d’un Pacte de coopération stratégique entre l’Iran et la Chine de 25 ans – 27 mars 2021

Depuis le retrait des États-Unis de l’accord de Vienne (JCPOA) pour le nucléaire iranien en 2018, les relations économiques de l’Iran vis-à-vis des autres États du monde ont diminué. Cette diminution comprend la Chine, le premier partenaire économique de la République islamique, avec laquelle les échanges économiques ont chuté de 35%.

Le 27 mars 2021, après 5 ans de négociations, un accord de coopération stratégique entre les deux tats a été signé par leurs deux ministres des affaires étrangères respectifs, Wang Yi et Mohammad Javad Zarif. Le contenu de celui-ci n’a pas été dévoilé. Cependant, certains éléments de la négociation ont été divulgués. L’accord porte sur une période de 25 ans, soit dans le temps long. Pendant la négociation, il a été mentionné que l’échange économique entre les deux pays porterait sur 400 milliards de dollars d’investissement. Cependant, s’il existe des gains politiques immédiats pour les deux pays, la destination de l’argent investie n’est pas connue. Il est probable pour la partie iranienne que les investissements soient orientés vers l’appareil militaire iranien et non vers les besoins des populations. 

En prenant du recul sur l’environnement actuel des deux pays, les tensions restent à l’ordre du jour. Pour l’Iran, l’accord est un acte de politique intérieure pour montrer à sa population qu’un projet à long terme est possible. En effet, le gouvernement iranien est sous la pression constante de sa population qui subit les sanctions. Par ailleurs, Téhéran montre à ses rivaux régionaux sa capacité à signer un accord international. Depuis plusieurs mois, Riyad et Tel Aviv se sont significativement rapprochés, sous le parrainage américain, notamment dans le domaine de la défense. Pour la Chine, l’accord est un moyen d’envoyer un message à la nouvelle administration américaine. Dernièrement, les discussions sino-américaines en Alaska ont tourné court et un froid polaire a été jeté.

Plus sur :

https://www.lefigaro.fr/international/iran-et-chine-vont-signer-a-teheran-un-accord-de-cooperation-de-25-ans-20210327

Joint Comprehensive Plan of Action

https://www.ilna.news/Section-economy-4/864574-coronavirus-not-yet-had-an-impact-on-iran-trade-with-china-official

https://fr.euronews.com/2021/03/27/iran-chine-un-pacte-de-cooperation-strategique-de-25-ans

https://www.youtube.com/watch?v=spninGDq9ZQ


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search