Le Yémen, vers un désengagement saoudien ?

Conférence donnée et organisée par Jean Gaucher, Gor Karibyan et Martin Goy (étudiants du Master 1 Géopolitique et Relations Internationales 2020/2021)

Le Yémen souffre d’une instabilité politique chronique, notamment depuis l’union, en 1990, de la République Arabe du Yémen (au Nord dans les montagnes) et de la République démocratique populaire du Yémen (au Sud dans la plaine). Cette instabilité est rendue à un tel niveau que de nombreux observateurs s’accordent à parler d’un État failli.

En janvier 2011, la révolution yéménite venait en écho aux Printemps arabes du Maghreb et du Proche-Orient. La population espérait une amélioration notable de ses conditions de vie économique et politique. Bien que ce mouvement ait été pacifique, le pays a vite replongé dans des affrontements armés puis une guerre civile. La chute du président Ali Abdallah Saleh remplacé par Abdrabbo Mansour Hadi en 2012 ne résout pas la situation. Le projet d’une nouvelle constitution visant à faire du Yémen un état fédéral organisé en six provinces est fermement rejeté par la rébellion houthiste qui contrôle rapidement toute la région montagneuse du Nord-Ouest dont la capitale politique Sanaa et la ville portuaire stratégique d’Al Hudaydah. Le conflit s’internationalise avec l’intervention de plusieurs acteurs régionaux.

Une coalition arabe regroupant plusieurs États dont l’Arabie Saoudite, en leader, vient soutenir le gouvernement reconnu par la communauté internationale, siégeant à Aden. En 2015, l’opération “Tempête décisive” lance la campagne militaire contre les Houthis. En parallèle, le Conseil de sécurité de l’ONU appelle lors de la résolution 2201 à la fin des violences. L’objectif des forces coalisées est le rétablissement de la souveraineté du gouvernement sur tout le territoire et le démantèlement des milices insurgées. Cette entrée en guerre de Riyad auprès des loyalistes yéménites a conduit à l’accroissement du soutien de l’Iran aux rebelles sans pour autant engager de troupes au sol. Le conflit s’inscrit aussi dans une rivalité sunnite/chiite, les Houthis étant zaïdites et ordinairement rattachés à cette deuxième branche de l’islam.

L’enjeu pour les deux puissances régionales est d’étendre leur influence. Le Yémen revêt notamment une position géostratégique en raison de sa proximité avec le détroit de Bab-el-Mandeb, porte de la mer Rouge. À travers ce conflit, leur rivalité s’exacerbe. L’Arabie Saoudite est elle-même frappée sur son sol par des missiles. Des sites pétroliers de la société Aramco sont bombardés en septembre 2019. Les rebelles Houthis revendiquent ces actions. Les observateurs internationaux s’accordent à y voir une implication de l’Iran.

Après dix ans de guerre civile et six d’intervention extérieure, le conflit s’enlise. La stratégie saoudienne se heurte à la guerre d’usure des Houthis. Ces derniers occupent un territoire montagneux infranchissable sans déployer d’énormes moyens et ont fait la démonstration, avec les attaques du gouvernorat de Marib en 2020, qu’ils gardaient de réelles capacités offensives.

Au-delà de la rébellion houthiste, le Yémen est un pays très fortement fragmenté. Deux camps principaux se disputent le pouvoir, d’un côté le gouvernement officiel du président Hadi et de l’autre le Conseil de Transition du Sud, soutenu par les Émirats arabes unis. Cette guerre dans la guerre n’est pas sans paradoxe puisque ces deux composantes sont néanmoins alliées dans la lutte contre les Houthis. Par ailleurs, la présence d’Al-Qaïda et de l’État islamique, localisée dans des territoires désertiques, accentue la fragilisation du pays par des attaques armées régulières.

À ce jour, l’Arabie saoudite a la mainmise sur le système politique yéménite officiel et sur les plaines. Néanmoins, la situation à Aden reste fragile. Fin 2020, sous l’égide de Riyad, les séparatistes du Sud ont accepté de former avec les loyalistes un gouvernement d’union nationale. Ce processus a été ébranlé dès les premiers jours par des explosions à l’aéroport d’Aden, faisant de nombreuses victimes, au moment où l’ensemble des ministres débarquaient d’un avion.

Soucieuse, notamment, de se protéger des frappes des rebelles houthistes, l’Arabie saoudite exprime désormais sa volonté de mettre fin au conflit d’autant que l’élection de Joe Biden l’y incite fortement. Un désengagement militaire, en rien effectif pour le moment, pourrait être une option pragmatique pour l’État saoudien de sortir honorablement d’une guerre coûteuse qui ne l’a mené nulle part. Une perspective qui n’est pas inconcevable quand on sait, par exemple, que Riyad a déjà accepté en 2018 un cessez-le-feu local, dans la région autour du port d’Al Hudaydah, en application de la résolution 2451 du Conseil de Sécurité de l’ONU.

En s’engageant sur cette voie, l’Arabie Saoudite pourrait tenter de redorer son image sur la scène internationale au point de rebondir en artisan de la paix au Yémen. À l’appui, elle pourrait même accorder des financements significatifs pour la reconstruction de ce pays ravagé dont les Nations unies ont reconnu qu’il vivait le pire désastre humanitaire de ce siècle.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search