En échange à l’étranger : un semestre à l’USJ à Beyrouth

13 janvier 2020, nous posons pied sur le sol de Beyrouth. Trois mois plus tôt, nous avons saisi l’opportunité de participer à un programme de double diplomation entre l’Institut Catholique de Paris et l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ). C’est au travers de nos rencontres marquantes, que nous décidons de vous raconter notre périple.

Au sortir de l’avion, nous sommes à la fois excités et déboussolés. La chaleur est pesante, le trafic dense et désordonné. La calligraphie arabe bouscule nos repères. Au rythme des klaxons, nous roulons vers l’inconnu. 

Premiers pas

Nos premiers pas dans Beyrouth se font dans un paysage urbain marqué par la Révolution débutée quelques mois plus tôt, le 17 octobre 2019. Des tags recouvrent les murs, des vitres sont brisées, des tentes se dressent sur la Place des Martyrs, la ville semble déserte. Cette première excursion dans Beyrouth attise notre curiosité quant au contexte révolutionnaire que connaît actuellement le Liban.

Nayla Hocheimy Hajj est responsable des étudiants en mobilité au sein du service des relations internationales de l’USJ. Rencontrée lors de notre pré-rentrée, nous faisons rapidement connaissance et découvrons sa participation active dans la Révolution qui agite le pays. L’après-midi même, Nayla nous guide vers les lieux symboliques de la contestation, évoquant tantôt son engagement, tantôt les difficultés quotidiennes auxquelles elle fait face. Comme une majorité de Libanais, Nayla subit les conséquences de la crise économique et de la dévaluation de la livre libanaise. Cette crise est dénoncée le soir-même lors d’une manifestation se tenant sur le « Ring », portion d’autoroute régulièrement bloquée et transformée en lieu de rassemblement. En nous y rendant, Nayla nous explique les différents enjeux et objectifs de la Révolution. Nous assistons alors à un rassemblement pacifique où la clameur et les chants joyeux et déterminés résonnent autour de nous. 

Au quotidien

La vie quotidienne au Liban a ses particularités et nous ne tardons pas à le découvrir. L’eau courante étant non-potable, nous devons nous fournir plusieurs fois par semaine en bidons de 10 litres, pour boire ou cuisiner. Par ailleurs, l’électricité n’est pas assurée en continu au cours de la journée et des coupures de trois heures viennent l’interrompre. Pour y pallier, chaque immeuble est équipé d’un générateur de secours qui permet de prendre le relais du générateur public. Hors de l’appartement, la question de changement de monnaie s’est rapidement posée. Ayant été informés des limitations de retrait du dollar et de la dévaluation de la livre libanaise, nous avons amené de l’argent liquide en dollars. Nous voulions posséder une monnaie stable dans l’éventualité où les conditions de retrait deviendraient encore plus difficiles. Nous nous sommes néanmoins rapidement rendu compte qu’échanger nos devises en livre libanaises dans les bureaux de change nous permettait d’augmenter considérablement notre pouvoir d’achat. Alors que vendre 1 dollar à une banque rapporte 1500 livres libanaises, dans les bureaux de change, 1 dollar s’échangeait contre 2500 livres libanaises[1]. Nous sommes bien conscients que si nous tirons des bénéfices de la dévaluation de la livre, pour les Libanais (payés en livres), la situation est catastrophique. Les déplacements ont aussi leurs particularités à Beyrouth. Une vigilance de tous les instants est nécessaire à pied en raison du respect tout relatif des feux rouges par les chauffeurs libanais. L’absence de bus ou de tramway à Beyrouth nous a familiarisés avec le système des « services ». Ces voitures reconnaissables à leurs plaques d’immatriculation rouges sont un moyen de locomotion très prisé des Libanais les moins aisés. Pour 2000 livres libanaises par personne, l’équivalent – en temps économiques « normaux » – de 1,3$, un service vous emmène n’importe où à Beyrouth, pourvu que la destination lui convienne, sans quoi il est possible d’essuyer un refus souvent signifié par un simple geste de la main. Le service a également la particularité de pouvoir prendre d’autre passagers sur le trajet à la manière d’un UberPool, mais sans application, plutôt à grands coups de klaxon.

Rencontres  

Dès notre arrivée, nous nous sommes liés d’amitié avec Jules et Théo qui sont devenus nos camarades de route en terre libanaise. Ensemble, nous découvrons la vie nocturne beyrouthine et certaines de ses rues festives qui s’éveillent au coucher du soleil, comme la fameuse « Armenia street ». Le Café Em’Nazih est l’un de nos repères où nous nous perdons à travers la fumée des chichas. Nous goûtons aux diverses spécialités libanaises telles que l’Arak (eau-de-vie de vin anisée), le houmous ou les Sujok – pour ne citer qu’eux -. Entre balades gustatives et expéditions touristiques, nous nous rendons dans les lieux emblématiques de Beyrouth comme la Grotte aux Pigeons (les rochers de Raouché) baignée par la mer Méditerranée ou le quartier multiculturel et animé de Hamra, que nous affectionnons particulièrement. 

L’Université Saint-Joseph

L’Université Saint-Joseph représente elle aussi un lieu emblématique de notre séjour au Liban. Nous suivons nos cours sur le campus des sciences humaines (CSH) situé sur l’historique rue de Damas qui faisait office de ligne de démarcation durant la guerre civile de 1975 à 1990, séparant les quartiers musulmans (Beyrouth-Ouest) des quartiers chrétiens (Beyrouth-Est). Certains bâtiments portent toujours les stigmates des combats qu’elle abritait. Bénéficiant d’enseignements riches grâce à la qualité et à l’expertise des enseignants ainsi que par l’originalité des sujets traités, nous sommes solidement épaulés depuis le début du semestre par Monsieur Christian Taoutel. Enseignant et chef du Département d’Histoire – Relations Internationales, il se montre toujours à l’écoute et disponible pour nous, sa profonde bienveillance est permanente, au détour d’un couloir ou durant nos entrevues régulières. Tout comme celui de l’ensemble du département des Relations Internationales, l’accueil et l’accompagnement qu’il nous a réservé a rendu notre séjour au sein de l’USJ des plus agréables. 

Place forte du sport universitaire au Liban, l’Université Saint-Joseph nous permet de nouvelles rencontres via son équipe de handball notamment, qu’Achille a rapidement intégré, et au sein de laquelle il a été très bien accueilli. Il se lie d’amitié avec Hamza, un étudiant algérien arrivé au Liban en début d’année scolaire. Partageant notre désir de découvrir le pays, c’est à ses côtés que nous nous rendons à Saïda, ville portuaire située au sud de Beyrouth. Nous déambulons alors dans les allées ensoleillées du vieux Souk, charmés par son ancienne architecture et émerveillés devant la diversité et les couleurs des échoppes. Du musée du savon, au restaurant d’Abu Rami, qui prépare les meilleurs falafels du Liban, sous oublier les pâtisseries à la pistache et à la fleur d’oranger, nous flânons paisiblement. Nous terminons notre périple par la visite du château de Sidon, forteresse templière construite sur une presqu’île en 1227.

Découvertes

Encadrés par l’USJ, nous voyageons au Sud du Liban où nous découvrons le mur frontalier en béton érigé par Israël destiné à couvrir les 130 kilomètres de frontière séparant les deux pays, toujours officiellement en état de guerre. Au cours d’une randonnée dans les vastes plaines libanaises, nous traversons le petit village pittoresque de Jezzine et admirons son impressionnante cascade haute de 80 mètres. 

Notre dernière rencontre marquante est celle de Roy, notre parrain attribué par l’USJ, qui devient rapidement un ami cher et un guide fabuleux. Désireux de nous faire découvrir les richesses de son pays, nous effectuons avec lui la plupart de nos voyages. À Tripoli, nous découvrons le Château Saint-Gilles, visitons la grande mosquée Al Mansouri, et nous perdons dans les méandres du Souk. Près de la Place de l’horloge, nous dégustons un délicieux petit déjeuner entièrement à base de pois chiche dans un restaurant tripolitain typique. 

À Jbeil (Byblos), ville située au Nord de Beyrouth, et considérée comme l’une des plus anciennes villes habitées continuellement au monde – fondée vers 5000 av. J.-C. -, nous visitons son site archéologique ancestral comprenant notamment le Temple aux Obélisques et la Nécropole royale. Situé sur le front de mer, le site offre un panorama exceptionnel et une vue magnifique sur la ville de Beyrouth que nous apercevons au loin. 

Toujours en compagnie de Roy, nous nous rendons dans l’intérieur des terres, découvrant les belles montagnes libanaises. Grâce à sa voiture et sa connaissance de la région, nous filons vers des lieux reculés, d’ordinaire difficilement accessibles en transports publics, très limités dans le pays. Nous nous arrêtons successivement dans les villages d’Ehden et d’Arez – signifiant Cèdre en arabe – où nous profitons d’une vue superbe sur la vallée. À Arez, nous profitons du panorama que nous offre “la Jetée”, corniche vertigineuse où la légende raconte que le Général de Gaulle avait l’habitude de venir contempler le paysage.

Confinés

Nos différentes aventures prennent malheureusement fin avec l’arrivée au Liban du coronavirus et conséquemment du confinement, sans que nous ayons eu le temps de tout visiter. Face à ce contexte inédit, nous répartissons désormais notre temps entre l’écriture de nos mémoires respectifs et les cours en ligne organisés par l’USJ mais également les jeux de société et les séries. Nous gardons l’espoir de voir le déconfinement arriver afin de pouvoir visiter Baalbek ou nous rendre à Petra en Jordanie. Quoi qu’il en soit, les rencontres que nous avons faites et le pays passionnant que nous avons découvert ont rendu cet échange inoubliable. 

[1] *Avec l’aggravation de la situation économique, le dollar s’échange désormais au taux 1$=3000LL, un taux jamais atteint depuis la fin de la guerre civile il y a trente ans.

 

 

Margot Lefèvre et Achille Castelnau

Etudiants en M1 « Géopolitique et relations internationales » 2019-2020


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (23 avril 2020). En échange à l’étranger : un semestre à l’USJ à Beyrouth. Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p06r


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search