Les perspectives stratégiques de la Russie au Moyen-Orient

Conférence donnée et organisée par Clémentine Balayer, Myriam Ketfi, Baptiste Le Roy, Rémi Mongobert et Jean-Baptiste Rolin (étudiants du Master 1 Géopolitique et Relations Internationales 2019/2020).

Au lendemain de l’effondrement de l’URSS, l’influence de la Russie au Moyen-Orient a accusé un net recul. Avec un pays en complète restructuration, la priorité était donnée à la politique intérieure et à la stabilisation de l’économie. Au fil des années, la Russie a su saisir les opportunités qui s’offraient à elle, notamment le désengagement américain sous Obama, et a pu combler son retard sur le plan diplomatique et occuper une place prépondérante dans la zone.

Point d’ancrage historique au Moyen-Orient, la Syrie a été le berceau de ce retour russe dans la région. Il s’est manifesté dès le début des révoltes en mars 2011 avec un soutien politique et militaire au régime de Bachar Al-Assad. L’engagement opérationnel direct de 2015 a été décisif.

Ce soutien au président syrien a permis à celui-ci de se maintenir au pouvoir dans un contexte de guerre civile et de lutte contre les groupes djihadistes. Cet engagement a aussi été un moyen pour la Russie de faire oublier la crise ukrainienne qui a dégradé ses relations avec les pays européens.

Son intense activité diplomatique a fait apparaître la Russie comme un acteur incontournable dans tout processus de sortie de crise. Ce regain de sympathie lui a permis de renforcer ses liens avec les pays de la région au service de ses intérêts économiques (énergies, armes, pétrole), stratégiques et sécuritaires pour conforter ses accès aux mers chaudes et éviter des attaques terroristes sur le sol russe.

Ainsi, Moscou entretient de bonnes relations avec l’Iran, régime avec lequel il partage un fort sentiment anti-américain. La Russie s’est également rapprochée des alliés historiques des Etats-Unis, notamment la Turquie, laquelle paradoxalement ambitionnait le renversement de Bachar Al-Assad. Le soutien initial de Washington aux Kurdes, ennemis des Turcs, a rendu la Russie plus crédible que les Américains aux yeux du pouvoir d’Ankara, lequel est devenu un interlocuteur indispensable dans la stratégie de Vladimir Poutine.

Autre acteur incontournable dans la région, l’Arabie saoudite a aussi compris qu’il était dans son intérêt de s’entendre avec la Russie car les deux pays partagent la volonté de maintenir le prix du pétrole. Dans cette perspective, il importe également que le « conflit larvé » entre les  Iraniens et leur voisin saoudien ne dégénère pas en véritable « conflit armé ».

Quant à Israël, ce retour en grâce de la Russie dans la région, est perçu comme la garantie que la Syrie ne servira pas de base arrière pour de nouvelles attaques contre lui.

L’Irak, enfin, allié des Etats-Unis jusqu’alors, a concrétisé son rapprochement de Moscou, par le biais de son voisin iranien. Le récent assassinat du Général Iranien Soleimani et de son « lieutenant » irakien, Abou Mehdi al-Mouhandis, ne fait qu’accroître le sentiment anti-américain dans la région et vient, par là même, renforcer ses liens avec Téhéran et Moscou.

Les échecs répétés des occidentaux et notamment des Américains, en Afghanistan et en Irak, ont offert à la Russie une occasion de devenir l’interlocuteur régional privilégié. Elle s’est ainsi appropriée la victoire contre Daesh, en coopération avec l’Iran et ses milices chiites, tentant de reléguer l’action de la coalition internationale au second plan.

Toutefois, la Russie n’a pas encore trouvé toutes les solutions pour une sortie de crise régionale. L’échec du « Sommet de Sotchi pour la Paix en Syrie », l’annonce du retour des troupes russes de Syrie, toutefois relatif, ainsi que celui de l’armée américaine, l’offensive turque contre les Kurdes et la vague de déstabilisation que va provoquer l’assassinat de Soleimani dans la région, sont autant d’éléments qui interrogent sur le développement des perspectives stratégiques des Russes au Moyen-Orient.

Si la Russie cherche à être présente partout dans la zone et à créer des liens avec tout le monde composant étonnamment avec les antagonismes forts qui opposent certains Etats entre eux, son ancrage comme puissance tutélaire alternative aux Etats-Unis et à l’Europe pose la question de ses capacités à assumer cette ambition. Cette interrogation est renforcée si elle  projette d’étendre son rayonnement au delà, notamment dans l’ensemble sud du bassin méditerranéen.



Citer ce billet
Geopolitique-FASSE-ICP (2020, 9 février). Les perspectives stratégiques de la Russie au Moyen-Orient. Questions Géopolitiques. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p06q

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search