Conquête spatiale : et l’Europe ?

Conférence donnée et organisée par Achille Castelnau, Amaury Coutansais-Pervinquière, Margot Lefèvre, Mahdi Makke, Alix Marconnet, et Camille Pierre (étudiants du Master 1 Géopolitique et Relations Internationales 2019/2020).

« C’est un pas de géant, 50 ans après le débarquement sur la Lune », se félicitait Jean-Yves Le Gall, président du CNES, l’agence spatiale française, le 28 novembre 2019. Un enthousiasme lié à la dotation de 14,4 milliards d’euros votée par les 22 pays membres de l’Agence Spatiale Européenne (ASE) pour financer leurs nouveaux programmes. Cette contribution directe des États membres, étalée sur cinq ans, est en hausse sensible par rapport aux périodes précédentes. L’ASE dispose également d’autres ressources, notamment celles provenant directement de l’Union européenne, qui lui permettent d’atteindre un budget annuel supérieur à 6 milliards d’euros en 2020.

Historiquement, avec le lancement, en novembre 1965, d’A-1 / « Astérix », la France est devenue la première nation du continent à envoyer un satellite dans l’espace. Elle sera suivie par le Royaume-Uni avec Prospero en octobre 1971. Néanmoins, dès 1961, certaines nations européennes souhaitent mettre en commun leurs recherches dans le domaine spatial. De cette volonté commune, naissent en 1964 « l’Organisation européenne pour la mise au point et la construction de lanceurs d’engins spatiaux » ainsi que « l’Organisation européenne de recherches spatiales ». Dans un contexte de guerre froide, les balbutiements de ces structures poussent les États européens à aller plus loin en créant un nouvel outil de coopération. Ainsi voit le jour l’Agence Spatiale Européenne en charge de coordonner les projets spatiaux des pays membres. La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni s’inscrivent dès les prémices comme les moteurs de cette coopération qui compte actuellement 22 États membres.

À l’échelle mondiale, c’est à partir des années 1980 que, aux côtés des principaux pays européens, des États-Unis et de l’URSS, de nouvelles puissances comme la Chine, l’Inde et le Brésil s’invitent sur l’échiquier spatial mondial et interrogent dès lors les rapports de force préexistants. Pour le vieux continent, l’Italie, la Suède et d’autres viennent rejoindre les précurseurs. Progressivement, la conquête spatiale devient le lieu d’une coopération européenne et plus largement internationale. Cette collaboration a toutefois ses limites. Ainsi, même dans l’espace communautaire, si le partenariat est indiscutablement à l’œuvre et a fait ses preuves, certains domaines, en particulier le militaire, demeurent aux mains des États.

Aujourd’hui, l’ASE occupe la troisième place mondiale en matière de financement alloué à la conquête spatiale, loin derrière la NASA (21,5 milliards de dollars pour l’année 2019) et en retrait par rapport à « l’agence spatiale nationale chinoise » (CNSA) dont les budgets assez opaques sont néanmoins estimés à 8,4 milliards de dollars en 2017 par l’OCDE. Pour sa part, la Russie, grand acteur historique par URSS interposée, a réduit drastiquement ses investissements en la matière.

L’effort des acteurs européens ne se limite pas à la seule ASE dont l’Allemagne est devenue le premier contributeur devant la France. Au-delà de cette organisation intergouvernementale commune, les États engagent des moyens supplémentaires et développent également leurs propres programmes spatiaux. Ils enclenchent parfois des coopérations plus restreintes entre eux (France et Allemagne, par exemple) ou avec d’autres partenaires à l’échelle mondiale.

Si les puissances étatiques demeurent les acteurs majeurs de la conquête spatiale, les compagnies privées, jusqu’alors absentes, investissent ce marché avec succès depuis quelques années. Les projets de SpaceX et OneWeb qui développent des couvertures internet globales à l’aide d’une constellation de “mini-satellites” en sont les meilleurs exemples.

Dans ce contexte général, l’Europe cherche à affirmer son indépendance et multiplie les initiatives,  notamment avec son propre système de navigation, Galileo, et la poursuite de la construction de ses propres lanceurs dans le cadre du projet Ariane VI.

La conférence de l’ASE, tenue à Séville en novembre 2019, manifeste la volonté commune des pays européens de conserver leur place dans le secteur de la conquête spatiale. Au-delà des effets d’annonce, reste à savoir si les moyens budgétaires supplémentaires, tout à la fois significatifs mais aussi limités, suffiront pour atteindre cet objectif. La question est également renvoyée aux États eux-mêmes dans leurs propres programmes nationaux et à la capacité des acteurs privés européens de tenir une place dans le domaine.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Geopolitique-FASSE-ICP (4 février 2020). Conquête spatiale : et l’Europe ? Questions Géopolitiques. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p06p


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search